Cotation du 21/10/2020 à 23h09 Dow Jones Industrial -0,35% 28 210,82
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : 2e séance de recul, impasse sur le plan de relance US

Wall Street : 2e séance de recul, impasse sur le plan de relance US
Wall Street : 2e séance de recul, impasse sur le plan de relance US
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street poursuit sa consolidation mercredi, alors que les négociations sur un nouveau plan de soutien budgétaire patinent aux Etats-Unis, et que les nouvelles restent inquiétantes sur le front sanitaire. En Europe, plusieurs pays, dont la France et les Pays-Bas ont durci leurs mesures de restriction face à la pandémie de Covid-19, tandis que plusieurs essais cliniques ont été suspendus pour des raison de sécurité, douchant les espoirs de vaccin et de traitement efficace. Du côté des résultats trimestriels, les grandes banques américaines ont publié des résultats en demi-teinte et se montrent prudentes sur le rythme de la reprise économique.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones cède 0,49% à 28.549 points, tandis que l'indice large S&P 500 lâche 0,62% à 3.490 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, fléchit de 0,81% à 11.767 pts.

Du côté de valeurs, Bank of America (-4,2%) et Wells Fargo (-5,4%) accusent le coup, après la publication de leurs résultats du 3e trimestre, tandis que Goldman Sachs gagne 1%.

L'Europe relève d'un cran ses mesures contre la pandémie

En l'absence d'accord bipartisan entre le Congrès et la Maison Blanche sur un nouveau plan de relance face au coronavirus, les investisseurs s'inquiètent d'autant plus d'une situation sanitaire qui continue de s'aggraver en Europe, mais aussi dans certains Etats américains du Midwest et de l'Ouest, où les capacités hospitalières commencent à être sous tension.

En Europe, plusieurs pays ont durci leurs mesures de restrictions pour tenter de freiner la propagation du virus. Par ailleurs, les ministres des Affaires européennes ont adopté mardi des critères communs pour coordonner les restrictions de voyage dans l'UE.

Les Pays-Bas sont ainsi soumis à un "confinement partiel" depuis ce mercredi, comprenant notamment la fermeture de tous les bars et restaurants. En France, le président Emmanuel Macron s'apprête à annoncer mercredi soir l'instauration d'un "confinement nocturne", de 21h à 06h du matin pour au moins quatre semaines dans 9 métropoles dont Paris et sa région, selon les médias français.

Essais cliniques suspendus pour raison de sécurité

Dans ce contexte anxiogène, plusieurs laboratoires ont jeté un froid en annonçant une suspension de leurs essais cliniques. Johnson & Johnson (-0,13%) a ainsi indiqué mardi avoir suspendu l'essai clinique de son candidat vaccin contre le Covid-19, en raison d'une maladie non expliquée qui a frappé un participant à cet essai. Un autre laboratoire américain, Eli Lilly (-1,3%), a annoncé de son côté avoir suspendu l'essai clinique de son traitement expérimental aux anticorps contre le Covid-19 pour des raisons de sécurité non détaillées

Début septembre, le groupe britannique AstraZeneca avait lui aussi suspendu son essai de Phase 3 du vaccin expérimental contre le Covid-19 après l'apparition d'une "maladie potentiellement inexpliquée" chez un participant. Cet essai a pu reprendre depuis, sauf aux Etats-Unis, où l'autorité sanitaire FDA poursuit son enquête.

Les marchés financiers commencent par ailleurs à s'impatienter du manque de progrès des négociations sur un nouveau plan de soutien de l'économie face à la pandémie... Chaque jour qui passe fait douter davantage d'une issue favorable avant les élections américaines du 3 novembre, c'est-à-dire dans moins de 3 semaines.

Les tensions politiques freinent le nouveau plan de soutien américain

La Maison Blanche a proposé le week-end dernier un plan de 1.800 milliard de dollars, qui semblait pourtant s'approcher du plan démocrate portant sur un "package" de 2.200 Mds$. Mais ce plan a été repoussé à la fois par les Démocrates, majoritaires à la Chambre des représentants et par les Républicains, qui contrôlent le Sénat.

Selon des sources citées par 'Reuters', la présidente démocrate de la chambre, Nancy Pelosi estime que l'absence de stratégie nationale en matière de tests du coronavirus est un "point majeur de désaccord" entre son camp et l'administration Trump. Elle devait néanmoins poursuivre mercredi ses discussions avec le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

De son côté, le président républicain du Sénat, Mitch McConnell, n'a proposé qu'une enveloppe minimaliste, à savoir un texte portant uniquement sur le financement du chômage technique ("Paycheck Protection Program") dans les PME. Le projet a été rejeté par les Démocrates, mais aussi par le président Trump, qui a tweeté mardi : "Voyez grand ou rentrez chez vous!!" ("Go big or go home!!") On semble donc encore loin d'un compromis susceptible d'être voté par les deux chambres et validé par le président Trump.

L'inflation repart un peu plus vite que prévu en septembre

Parallèlement, le Sénat a poursuivi mercredi, pour la 2e journée, ses auditions en vue du vote sur la nouvelle juge de la Cour Suprême, Amy Coney Barrett, désignée par Donald Trump malgré l'opposition des Démocrates.

Sur le front macro-économique aux Etats-Unis ce mercredi, les prix à la production ont progressé plus que prévu en septembre aux Etats-Unis, en hausse de 0,4% sur un mois, contre +0,2% de consensus de place. Hors alimentaire et énergie, la hausse ressort également à 0,4% contre 0,2% de consensus. En glissement annuel, l'indice des prix à la production augmente de 0,4% (+1,2% hors alimentation et énergie).

L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour le mois d'octobre 2020 est ressorti à +1,8%, contre +1,6% pour sa lecture antérieure. Cet indicateur mesure les anticipations d'inflation à un an du point de vue des firmes.

La balance budgétaire américaine du mois de septembre sera communiquée à 20 heures par le Département au Trésor (consensus -115 milliards de dollars de déficit).

VALEURS A SUIVRE

Bank of America (-4,2%) a publié un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes, mais des revenus jugés un peu courts. Sur le troisième trimestre fiscal, la banque de Charlotte a réalisé un bénéfice net de 4,9 milliards de dollars et 51 cents par action, contre 5,8 milliards de dollars soit 56 cents par titre un an auparavant. Le consensus FactSet était de 49 cents. Les revenus totaux du trimestre ont reculé de 11% environ en glissement annuel à 20,34 milliards de dollars, alors que le consensus de marché se situait quant à lui à 20,81 milliards de dollars.

Wells Fargo (-5,4%) a dévoilé pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice divisé par deux et inférieur aux attentes de marché. Ses revenus ont en revanche dépassé le consensus. Le bénéfice net trimestriel a régressé à 1,72 milliard de dollars, 42 cents par titre, contre 4,04 milliards de dollars un an plus tôt, à la même époque. Le consensus de bénéfice par action était de 45 cents. Les revenus ont totalisé 18,9 milliards de dollars, contre moins de 18 milliards de dollars de consensus. Les provisions pour pertes de crédit se sont établies à 769 millions de dollars, contre 1,76 milliard de dollars de consensus FactSet.

Goldman Sachs (+1%). La banque d'affaires new-yorkaise a publié pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice par action de 9,68$, contre 5,45$ de consensus. Le bpa a d'ailleurs plus que doublé en glissement annuel ! Les revenus de la firme ont totalisé 10,78 milliards de dollars, en vive croissance de 30% en comparaison de l'an dernier, alors que le consensus se situait à 9,4 milliards de dollars. Les revenus de banque d'investissement sont ressortis à 1,97 milliard de dollars. Les revenus de trading equities ont atteint 2,05 milliards (+10%). Les provisions pour pertes de crédit ont reculé à 278 millions de dollars. David Solomon, CEO, souligne la capacité de la banque à servir ses clients dans un environnement incertain.

US Bancorp (+1%) a publié pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice par action de 99 cents à comparer à un consensus de marché de 88 cents. Les revenus trimestriels se sont établis à 5,96 milliards de dollars, alors que le consensus se situait à 5,69 milliards de dollars. Le bénéfice net consolidé trimestriel a représenté 1,58 milliard de dollars. Andy Cecere, président du groupe, estime que ces résultats dans une période économique difficile témoignent du mix diversifié d'activités et de l'approche adaptée de la gestion du risque crédit.

Boeing (+0,8%) a annoncé mardi n'avoir reçu aucune nouvelle commande en septembre dans un marché aéronautique sinistré par la crise du coronavirus. Quant aux livraisons, elles se sont limitées à 11 avions en septembre contre 25 en septembre 2019, et après 12 en août. L'avionneur américain en outre signalé trois nouvelles annulations de commandes pour son B-737 MAX le mois dernier, ce qui porte le nombre total de commandes annulées, y compris celles où les acheteurs ont converti le MAX en un modèle différent, à 436 depuis le début de l'année.

UnitedHealth (-2,8%) a publié des comptes du troisième trimestre supérieurs aux attentes de marché et rehaussé sa guidance 2020. Sur le trimestre clos en septembre, le groupe a réalisé ainsi un bénéfice par action en retrait de 10% à 3,51$, contre 3,10$ de consensus de marché. Les revenus ont augmenté de 8% à 65,1 milliards de dollars, contre 63,9 milliards de dollars de consensus. le groupe envisage désormais un bénéfice par action 2020 allant de 16,50 à 16,75$ sur une base ajustée, contre une fourchette antérieure allant de 16,25 à 16,55$.

Tiffany (stable). La Commission européenne devrait donner son feu vert au projet d'acquisition du joaillier new-yorkais Tiffany par le géant français du luxe LVMH, un mariage hypothétique à 16 milliards de dollars désormais remis en cause par la bataille juridique entre les deux groupes, a appris Reuters de sources proches du dossier.

Apple (-0,5%) continue de subir des prises de bénéfices, au lendemain du lancement très attendu de sa nouvelle gamme de smartphones, les iPhone 12, les premiers qui sont compatibles avec les réseaux 5G.

Netflix perd 1,3% malgré une note positive de la part de Goldman Sachs, qui a relevé son objectif de cours de 600$ à 670$, sur le titre du géant de la vidéo en streaming par abonnement, et confirmé sa recommandation d'"achat".

ConocoPhillip (+0,4%) serait en négociations pour racheter Concho Resources (+13,4%) selon 'Bloomberg News' qui cite des sources proches des discussions.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !