Cotation du 22/07/2019 à 23h09 Dow Jones Industrial +0,07% 27 171,90
  • DJIND - US2605661048

Résultats US : un bon T1, mais la guerre commerciale pèse sur Wall Street

Résultats US : un bon T1, mais la guerre commerciale pèse sur Wall Street
Résultats US : un bon T1, mais la guerre commerciale pèse sur Wall Street
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Tout avait bien pourtant bien commencé pour la saison des résultats d'entreprises du premier trimestre : entre début mars et début mai, les publications se sont succédé à Wall Street, produisant de bonnes surprises dans la plupart des secteurs. Encouragés par ces performances supérieures aux attentes, les investisseurs ont porté le Nasdaq composite et le S&P 500 sur de nouveaux sommets historiques le 3 mai de dernier.

Mais ensuite, les choses se sont gâtées, avec l'échec, le 10 mai, du dernier round de négociations entre les Etats-Unis et la Chine, qui sont désormais dans une impasse... Face à une nouvelle escalade des barrières douanières et l'inscription de Huawei sur la liste noire des Etats-Unis, les indices boursiers américains ont reflué sous l'effet de l'aversion au risque.

Depuis le pic du 3 mai, le S&P 500 a ainsi cédé 4% et le Nasdaq composite a chuté de 6,5%. Les indices restent cependant en légère hausse, de l'ordre de 1,4%, par rapport au 1er mars dernier, avant l'avalanche des résultats de sociétés américaines. Le Dow Jones, (dont le dernier record remonte au 3 octobre 2018) a reculé de 4% depuis son plus haut niveau de 2019, atteint début mai.

Les bénéfices stables, voire en légère hausse au 1er trimestre

Selon un bilan quasi-final pour la saison des résultats du S&P 500 (483 sociétés sur 500 ayant publié leurs comptes à cette date), les bénéfices n'ont que très légèrement reculé, de 0,4%, au 1er trimestre par rapport à la même période de 2018, selon le cabinet Factset (groupe Dow Jones). Au 1er mars, avant le coup d'envoi des comptes, les analystes financiers s'attendaient à un recul plus marqué, de l'ordre de 4%. Quant aux chiffres d'affaires, il ont progressé de 5,3% selon Factset, (et de 5,6% selon IBES/Refinitiv) un peu plus vite que les 4,9% attendus début mars.

Selon le consensus IBES de Refinitiv (qui utilise une méthodologie différente), les bénéfices du S&P 500 ont même progressé de 1,5%, alors qu'un recul d'environ 2% était attendu en début de saison.

Cependant, pour les deux cabinets d'études, il s'agit de la plus faible performance depuis près de 3 ans, au 2è trimestre 2016, lorsque les bénéfices avaient reculé de 2,1% (IBES/Refinitiv) ou de 3,2% (consensus Factset).

Profits en berne pour l'énergie et les "technos", mais en hausse dans la consommation et la santé

Sur les 11 grands secteurs du S&P 500, six d'entre eux ont vu leurs bénéfices progresser sur un an, à commencer par la Santé (+9,4%, mieux que les +3,9% attendus début mars), suivie de l'immobilier (+6,4% au lieu de +2,6% attendu) et des biens de consommation discrétionnaires (+5,2% au lieu de -6,4%, notamment grâce à Amazon, qui a publié des bénéfices très supérieurs aux attentes).

Les cinq autres secteurs ont vu leurs profits reculer à commencer par l'Energie, dont les profits ont plongé 26,6% (contre -18,8% attendus), notamment à cause d'ExxonMobil, qui a complètement raté le consensus. Les bénéfices des technologies de l'information ont reculé de 6,7% (contre -10,6% attendu) et ceux des services de communication ont reculé de 5,7% (contre -1,9% attendu).

Parmi les mauvaises surprises, figurent notamment Alphabet (maison mère de Google), Facebook (plombé par une charge exceptionnelle liée au scandale Cambridge Analytica) et Charter Communications. En revanche, Twitter a fait beaucoup mieux que prévu.

Les marchés financiers ont été dans l'ensemble soulagés de constater que la guerre commerciale entamée il y a plus d'un an, n'a pas encore pesé sur les résultats des sociétés américaines au 1er trimestre. Mais la correction des marchés en mai, bien que modérée jusqu'ici, témoigne de leurs inquiétude pour les trimestre suivants...

Des révisions en baisse, sur fond de guerre commerciale

Jusqu'à présent, selon Factset, les compagnies ayant révisé en baisse leurs prévisions sont un peu plus nombreuses que la moyenne historique. Ainsi, 80 entreprises du S&P 500 (soit 16% du total) ont abaissé leurs prévisions de bénéfices pour le 2è trimestre, et seulement 25 (soit 5%) ont révisé ces prévisions à la hausse. Les autres membres du S&P 500 n'ont pas modifié leur "guidance" à ce jour.

Le consensus Factset table ainsi sur un recul des profits du S&P 500 au 2ème trimestre (-2,1% par rapport au 2è trimestre 2018), suivi d'une quasi stagnation au 3è (+0,3%) et d'un rebond de 7,2% au 4è trimestre 2019. Un peu plus optimiste, le consensus d'IBES/Refinitiv table sur une hausse des profits de 1% au T2, de 1,7% au T3 et de 8,1% au T4 2019.

Les chiffres à venir dépendront de l'issue de la guerre commerciale... Une nouvelle hausse des droits de douane, englobant tous les produits chinois (la dernière menace en date de Donald Trump) pourrait affecter les secteurs de la consommation aux Etats-Unis, qui ont été jusqu'à présent épargnés par ces taxes. C'est le cas notamment des vêtements et des chaussures de sport (Nike, Adidas...) mais aussi des téléphones portables d'Apple, qui sont fabriqués en Chine.

Parmi les sociétés susceptibles d'être les plus exposées au boycott américain de Huawei figurent ses fournisseurs américains de composants, dont Broadcom (5,3% des ventes proviennent de Huawei, selon Bloomberg Supply Chain), Micron Technology (13%), Qorvo (13%), Lumentum Holdings (18,4%) ou NeoPhotonics, qui vend 49% de sa production au groupe chinois...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com