Cotation du 03/12/2021 à 18h05 CAC 40 -0,44% 6 765,52
  • PX1 - FR0003500008

Préouverture Paris : Wall Street en soutien

Préouverture Paris : Wall Street en soutien
Préouverture Paris : Wall Street en soutien
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La tendance est à la hausse (légère) sur les marchés européens ce mardi matin, alors que la Bourse de New York culmine au sommet dans le sillage de l'accélération de Tesla. Le Dow Jones et le S&P 500 ont ainsi battu de nouveaux records historiques lundi soir à Wall Street, tandis que le constructeur de voitures électriques a grimpé de 12,7% grâce à une commande record du loueur de voitures Hertz. Avec une valorisation supérieure à 1.000 milliards de dollars, le groupe rejoint le club très fermé des "1.000 milliards" formé par Alphabet, Microsoft, Apple, et Amazon.

WALL STREET

La semaine sera animée à la bourse de New York par les multiples publications de résultats de grands noms de la cote, notamment dans le secteur des hautes technologies. A la clôture des marchés, le Dow Jones a gagné 0,18% à 35.741 points, tandis que l'indice S&P 500 a engrangé 0,47% à 4.566 points. Les deux indices signent donc de nouveaux plus hauts historiques. Le Nasdaq affiche de son côté un gain de 0,90% à 15.226 points, à un peu plus de 100 points de son record du 7 septembre.

ECO ET DEVISES

Le prix du pétrole a amplifié sa hausse pour atteindre de nouveaux plus hauts de plusieurs années, porté par la diminution des stocks mondiaux qui risque de prolonger les tensions entre l'offre et la demande. Le Brent gagne 0,78% à 86,20 dollars le baril après avoir atteint à 86,70, son plus haut niveau depuis octobre 2018 et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,55% à 84,22 dollars après un pic à 85,41, au plus haut depuis octobre 2014.
Dans une nouvelle étude, Goldman Sachs estime que la reprise de la demande pourrait porter le baril de Brent à plus de 90 dollars d'ici la fin d'année.

Pendant ce temps, les récents commentaires du président de la Fed, Jerome Powell, et de la Secrétaire au Trésor Janet Yellen, ont été nettement plus prudents au sujet du risque d'inflation. Les deux responsables ont admis que l'inflation allait durer encore quelques temps. Janet Yellen a précisé qu'elle s'attendait à ce que l'inflation élevée dure jusqu'en milieu d'année prochaine, avant un apaisement avec l'amélioration espérée des conditions de supply chain et du marché du travail. Powell a reconnu que les pressions inflationnistes pourraient durer plus qu'auparavant anticipé. Le leader de la Fed a indiqué qu'il ne savait pas combien de temps cela prendrait avant que l'inflation ne se résorbe... L'once d'or progresse de 0,7% à 1.808$. L'indice dollar grimpe de 0,2% face à un panier de devises. L'euro revient sur les 1,16/$.

A SURVEILLER AUJOURD'HUI

INDICATEURS ECONOMIQUES :

France :
- Enquête trimestrielle dans la promotion immobilière. (12h00)
- Enquête trimestrielle dans l'artisanat du bâtiment. (12h00)
- Enquête trimestrielle dans les travaux publics. (12h00)
Etats-Unis :
- Indice S&P Corelogic Case-Shiller des prix de l'immobilier. (15h00)
- Indice FHFA des prix américains de l'immobilier. (15h00)
- Indice manufacturier de la Fed de Richmond. (16h00)
- Ventes de logements neufs. (16h00)
- Indice de confiance des consommateurs du Conference Board. (16h00)

BROKERS

JP Morgan surpondère Michelin avec un cours cible ajusté de 160 à 150 euros.
Société Générale conserve Technip Energies en ciblant un cours de 14,60 euros.

VALEURS A SUIVRE

Orange confirme ses objectifs annuels après avoir fait état d'un troisième trimestre globalement en ligne avec les attentes du marché. L'opérateur télécoms a réalisé sur les trois mois clos fin juin un chiffre d'affaires de 10,508 milliards d'euros, en baisse de 0,4% à base comparable, tandis que l'Ebitdaal, mesure clef de la rentabilité, a diminué de 0,7%, à 3,55 milliards d'euros. La baisse des cofinancements reçus des autres opérateurs sur le réseau fibre a éclipsé une bonne performance commerciale sur la période. Hors cofinancements, l'EBITDAaL affiche ainsi une croissance de 4,5%. Le Groupe maintient vise toujours sur l'ensemble de l'exercice un EBITDAaL 'stable négatif', un niveau d'eCAPEX compris entre 7,6 et 7,7 milliards d'euros, un cash-flow organique des activités télécoms supérieur à 2,2 MdsE, et un ratio dette nette / EBITDAaL des activités télécoms maintenu autour de 2x à moyen terme.
Orange versera le 15 décembre un acompte sur le dividende 2021 de 0,30 euro en numéraire. Au titre de l'exercice 2021, le versement d'un dividende de 0,70 euro par action sera proposé à l'Assemblée générale des actionnaires de 2022.

Michelin maintient le cap. À fin septembre, malgré un environnement "de plus en plus perturbé", Michelin affiche des ventes de 17,2 milliards d'euros, en hausse de 15,6%. Le groupe confirme par ailleurs sa guidance 2021.
L'environnement se caractérise par la persistance de la crise sanitaire, les chaînes d'approvisionnement toutes fortement désorganisées, l'inflation des matières premières et des coûts logistiques qui s'étend aux coûts de l'énergie, ainsi que l'aggravation de la pénurie de main-d'oeuvre en Amérique du Nord et dans une moindre mesure en Europe.
Dans ce contexte et avec des bases de comparaison moins favorables qu'au premier semestre, la demande pneumatique a évolué au troisième trimestre comme suit :
- fort recul du marché Tourisme camionnette Première monte (-21%), notamment avec la poursuite de la pénurie de semi-conducteurs et stabilité du marché Tourisme camionnette Remplacement,
- marchés pneus Poids lourd hors Chine dynamiques (+7%) et fort recul de la demande en Chine (-30%),
- demande soutenue dans les Activités de spécialités avec un rebond particulièrement fort des activités Première monte Construction et Agricole.
Avec des ventes de 6 milliards d'euros au troisième trimestre, les ventes du groupe s'établissent à fin septembre à 17,2 milliards d'euros, en hausse de 15,6%. Les volumes pneumatiques sont en croissance de 14,8%, dont 1,3% sur le troisième trimestre. L'effet prix-mix pneus est de 4,1%, reflétant les hausses de prix mises en place pour compenser l'inflation, la poursuite de l'enrichissement du mix produit avec des gains de parts de marché en pneus 18 pouces et plus à la marque Michelin, un mix Première monte/Remplacement favorable pour les activités Tourisme camionnette. Les activités hors pneus sont en progrès de 5,8%. L'effet change reste toujours défavorable à -3,5%.
"Malgré la crise sanitaire qui persiste, le Groupe affiche des performances très solides. Dans ce contexte exceptionnel, encore marqué par de très fortes perturbations sur nos chaînes d'approvisionnement et par des hausses brutales des coûts comme ceux de l'énergie, je tiens à nouveau à remercier toutes les équipes de Michelin. Grâce à leur mobilisation, le Groupe démontre une nouvelle fois sa résilience et peut poursuivre sa stratégie de développement ambitieuse", a déclaré Florent Menegaux, Président de Michelin.
En 2021, dans un environnement encore très perturbé, les marchés Tourisme camionnette devraient afficher une hausse comprise entre 6 et 8% sur l'année, impactés par la pénurie des semi-conducteurs, les marchés Poids lourd une reprise entre 6 et 8% et les marchés des Activités de spécialités une hausse comprise entre 9 et 11%. Hors nouvel effet systémique lié au Covid-19 et avec une croissance de ses ventes légèrement supérieure à celle des marchés, Michelin maintient ses objectifs : Résultat Opérationnel des Secteurs supérieur à 2,8 milliards d'euros à parité constante et un cash flow libre structurel supérieur à 1 milliard.

Malgré une activité en légère baisse au troisième trimestre, notamment en raison d'une base de comparaison élevée, Thalès réitère l'ensemble de ses objectifs 2021. Sur les trois mois clos fin septembre, les ventes ont reculé de 0,6% à 3,56 milliards d'euros (-1,4% en organique). Le chiffre d'affaires sur les 9 premiers mois de l'année s'établit ainsi à 11,222 MdsE, en hausse de 6,2% à périmètre et taux de change constants, malgré des activités d'aéronautique civile et de biométrie toujours marquées par les restrictions de déplacement.
Sur les 9 premiers mois de 2021, les prises de commandes ressortent à 10,656 MdsE, en croissance organique de 28% (en hausse de 27% en variation totale). Sur cette période
Sur la base d'un contexte sanitaire et économique ne connaissant pas de nouvelles perturbations majeures, et en l'absence d'une nouvelle détérioration des chaînes d'approvisionnement mondiales de semi-conducteurs, le Groupe confirme les perspectives financières actualisées le 4 août dernier pour intégrer le traitement du secteur Transport comme "activité en cours de cession" : comme en 2019 et 2020, un ratio des prises des prises de commandes rapportées au chiffre d'affaires (book-to-bill) supérieur à 1 ; un chiffre d'affaires compris entre 15,8 et 16,3 milliards d'euros ; une marge d'EBIT comprise entre 9,8% et 10,3%, en hausse de 180 à 230 points de base par rapport à 2020.

Faurecia dévoile des ventes de 3,4 milliards d'euros au troisième trimestre, en baisse de 10,4% en données publiées (-11,4% en organique). Le consensus était positionné à 3,64 MdsE. L'ensemble des activités et des régions a néanmoins enregistré une forte surperformance. Au niveau du Groupe, la surperformance s'est établie à 780 pb, comprenant un effet défavorable du mix géographique estimé à environ 450 pb, si bien que la surperformance sous-jacente avant l'effet défavorable du mix géographique s'inscrivait à environ 1.230 pb. L'équipementier automobile confirme ses objectifs financiers pour 2021, tels que récemment revus à la baisse, à savoir, des ventes d'environ 15,5 milliards d'euros et une forte surperformance organique des ventes (plus de +600 pb), une marge opérationnelle comprise entre 6 et 6,2%, un cash-flow net d'environ 500 millions d'euros et un ratio dette nette/EBITDA d'un maximum de 1,5x en fin d'année.

Theradiag, société spécialisée dans le diagnostic in vitro et le théranostic, annonce le lancement d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires d'un montant cible de 5.334.745,24 euros, au prix de 1,22 euro par action présentant une décote faciale de 30,05% par rapport au cours de clôture du 21 octobre 2021, avec une parité de 1 action nouvelle pour 2 actions existantes.

Airwell a vu sa croissance accélérer au troisième trimestre avec des revenus en progression de 19,8% à 10,7 ME, et ce, malgré des tensions persistantes sur les approvisionnements en provenance d'Asie. La croissance a bénéficié à l'ensemble des régions avec une mention particulière à l'international. Le chiffre d'affaires à l'export ressort ainsi sur à 3,8 ME (+22,0%) permettant de rattraper le retard constaté à la fin du 1er semestre. La France reste très bien orientée avec une augmentation d'activité supérieure au reste du marché domestique sur les 3 gammes de produits qui représentent 90% du volume total du chiffre d'affaires d'Airwell (PAC AIR/AIR Monosplit, PAC AIR/AIR Multisplit et PAC AIR/EAU Bi-Bloc).
Sur les 9 premiers mois de l'exercice, le créateur d'écosystèmes énergétiques intelligents a réalisé un chiffre d'affaires de 33,5 ME, en croissance de 10,9%.

Sword publie pour le troisième trimestre 2021 un chiffre d'affaires consolidé de 55,9 ME, en croissance par rapport aux 41,8 ME de l'an dernier. La croissance organique est de 23% et la rentabilité (marge d'Ebitda) hors périmètre acquis de 13,4%. L'Ebitda est de 7,2 ME, ou 6,9 ME hors acquisition. En termes cumulés à fin septembre (YTD), la croissance organique à périmètre et taux de change constants est de +21,6% et se répartit comme suit : Software : +26,4% ; Services +21,1%. La division Software bénéficie de l'effet rattrapage par rapport à l'année 2020 du fait de son modèle licensing. De nombreux projets avaient alors été décalés. La division Services bénéficie de l'effet 'croissance embarquée'. Elle peut de fait confirmer son business plan basé sur une croissance à deux chiffres jusqu'en 2025. Le groupe "surperformera en 2021 par rapport à ses objectifs budgétés", conclut sobrement Sword.

ID Logistics maintient une forte croissance de son chiffre d'affaires au troisième trimestre 2021 pour atteindre 468,2 ME, en progression de +13,6% en réel et à données comparables. Pour mémoire, l'activité du troisième trimestre 2020 avait déjà enregistré un rebond de +7,3% suite à l'allègement des mesures de confinement liées au Covid-19 dans la plupart des pays où ID Logistics opère. En France, ID Logistics enregistre une bonne progression de son CA de +4% à 191,1 ME au cours du trimestre écoulé. A l'international, la croissance se poursuit au cours du 3ème trimestre 2021 à un rythme soutenu avec un chiffre d'affaires qui atteint 277,1 ME, en hausse de +21,4%, en données réelles et comparables.
ID Logistics termine ainsi les 9 premiers mois de l'année 2021 avec un chiffre d'affaires qui s'établit à 1 361,3 ME, en progression de +14,5% (+16,3% à données comparables).
ID Logistics se dit bien positionné pour poursuivre son développement rentable, tout en restant vigilant aux enjeux de la crise de la Covid-19. Les équipes d'ID Logistics restent également pleinement mobilisées quant à la réussite des opérations du dernier trimestre (Black Friday, fêtes de fin d'année) pour répondre aux enjeux de pics d'activité toujours plus importants à gérer. Enfin, ID Logistics demeure attentif aux opportunités de croissance externe, notamment en Europe du Nord et aux Etats-Unis.

Au 2ème trimestre 2021/2022, Bigben a enregistré un chiffre d'affaires de 67,3 ME soit un recul de 16,5% compte tenu d'une base de comparaison élevée pour Nacon Gaming et pour l'Audio / Telco.

Au 2ème trimestre de l'exercice 2021/22, Nacon a réalisé un chiffre d'affaires de 39,2 ME. Il ressort en baisse de 19,5% par rapport au 2ème trimestre 2020/21 en raison d'une part, d'un effet de base défavorable et d'autre part, de la situation du marché américain fortement impacté par les perturbations de la chaîne logistique Asie/USA.

En dépit d'un exercice 2020/21 encore largement perturbé par les effets de la crise sanitaire, notamment sur le premier semestre (août 2020 à février 2021), Fountaine Pajot a opéré, comme annoncé, un net redressement de son activité au second semestre. Ainsi, le Groupe réalise un chiffre d'affaires 2020/21 de 202,3 ME, en progression forte de 17%.

genOway a franchi une étape majeure dans le développement d'un nouveau modèle de recherche innovant permettant de reproduire sur la souris les symptômes les plus graves chez l'homme d'une infection au Sars-Cov2 et d'autre type de coronavirus.
Partant du constat que les virus respiratoires comme le Sars-Cov2 responsable de la Covid-19 vont s'installer durablement dans notre quotidien, sur tous les continents, des centres de recherche en particulier pharmaceutiques, investissent significativement dans des programmes R&D complexes de longue durée pour développer des solutions prophylactique et thérapeutiques efficaces et à larges spectres.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !