Cotation du 19/08/2019 à 18h05 CAC 40 +1,34% 5 371,56
  • PX1 - FR0003500008

Préouverture Paris : trop vite ?

Préouverture Paris : trop vite ?
Préouverture Paris : trop vite ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La tendance est plus lourde en cette fin de semaine sur les marchés après le gros rebond d'hier des places financières. Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine restent au coeur des préoccupations des analystes, d'autant que Washington s'est encore montré ferme sur le dossier Huawai, de quoi maintenir une certaine tension entre les deux parties... Les marchés asiatiques sont irréguliers avec une petite hausse de 0,4% à Tokyo, mais un repli de 1% à Shanghai et de 0,4% à Hong Kong.

WALL STREET

Le DJIA a repris 1,43% à 26.3778 pts jeudi soir, alors que le S&P500 s'est avancé de 1,88% à 2.938 pts. Le Nasdaq repasse même au-dessus de la barre des 8.000 pts à 8.039 pts, en hausse de 2,24% ! L'attitude plus conciliante de la Banque populaire de Chine, qui a fixé un taux pivot pour le yuan légèrement supérieur aux attentes pour éviter une baisse du yuan - qui était retombé cette semaine sous les 7 contre dollar -, ainsi que la possibilité de nouveaux échanges sur le front commercial entre USA et Chine en septembre, ont permis aux marchés de se reprendre...
Le rendement des emprunts du Trésor américain à 10 ans a reculé à 1,70%, après avoir atteint en cours de séance jeudi un pic à 1,793% avec le rebond de Wall Street et la baisse inattendue des inscriptions au chômage.

ECO ET DEVISES

L'euro se traite stable autour de 1,12. Le yuan, qui a franchi lundi le seuil de 7,0 pour un dollar pour la première fois depuis 2008, est inchangé à 7,0764 sur le marché "offshore".
Les prix à la production en Chine ont reculé en juillet pour la première fois en trois ans, accentuant les craintes d'une déflation et mettant sous pression Pékin pour qu'il engage des mesures de soutien à l'économie supplémentaires dans un contexte de bras de fer commercial avec les Etats-Unis.
L'indice des prix à la production (PPI) a ainsi baissé de 0,3% en juillet en rythme annuel, selon les statistiques officielles publiées ce vendredi, un déclin supérieur à celui anticipé en moyenne par les économistes (-0,1%) après une stabilité des prix à la production en juin. Il s'agit de leur première contraction en rythme annuel depuis août 2016, après un ralentissement constaté depuis deux mois.
D'après les données du Bureau chinois de la statistique, les prix à la consommation ont en revanche rebondi en juillet à un plus haut en 17 mois, portés principalement par la hausse des prix du porc. L'indice des prix à la consommation (CPI) a progressé de 2,8% le mois dernier en rythme annuel, légèrement supérieur au consensus et à la hausse enregistrée en juin (+2,7%).
L'inflation des produits alimentaires s'est accélérée, avec un indice en hausse de 9,1% en rythme annuel, à un plus haut depuis janvier 2012. D'un mois sur l'autre, les prix à la consommation ont progressé de 0,4% en juillet après une baisse de 0,1% en juin.

Le yen se stabilise après avoir repris plus de 0,3%, proche d'un plus de 8 mois. L'économie japonaise a progressé plus fortement que prévu au deuxième trimestre 2019, affichant un troisième trimestre consécutif positif, aidée par la fermeté de la consommation privée et par l'investissement qui ont contrebalancé la faiblesse des exportations.
Le PIB de la troisième économie mondiale a augmenté de 1,8% en rythme annualisé sur la période allant d'avril à juin, selon les statistiques officielles publiées vendredi, après une hausse révisée de 2,8% au premier trimestre. Les analystes anticipaient en moyenne une progression moins importante de 0,4%. D'un trimestre sur l'autre, le PIB a augmenté de 0,4%, supérieur aussi au consensus (+0,1%). Selon les données préliminaires du gouvernement, la consommation privée a progressé de 0,6% par rapport à janvier-mars, marquant une progression pour le troisième trimestre de rang, portée par les ventes d'automobiles et de climatiseurs.
L'investissement a augmenté de 1,5%, après une hausse de 0,4% au premier trimestre, alors que les économistes anticipaient en moyenne une progression de 0,7%. La demande intérieure a contribué à hauteur de 0,7 point à la croissance, faisant mieux que contrebalancer la contribution négative du commerce extérieur...
Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) revient
à 52,4 dollars le baril et le Brent à 57,2 dollars.
L'once d'or consolide à 1.498$.

VALEURS A SUIVRE

Total va bien pouvoir procéder au rachat des actifs africains d'Anadarko, opération qui était conditionnée au succès de l'offre d'Occidental sur Anadarko. Occidental Petroleum a annoncé en effet ce jeudi la finalisation de l'acquisition pour 38 milliards de dollars d'Anadarko Petroleum, suite au vote favorable des actionnaires de ce dernier.
Il n'y avait toutefois plus vraiment de suspense dans la mesure où au mois de mai, Chevron avait annoncé qu'il ne surenchérirait pas sur Occidental pour le rachat d'Anadarko. La voie était donc déjà assez dégagée pour Occidental, qui va ainsi se renforcer dans le bassin permien, crucial pour la production américaine de pétrole de schiste.
Total avait annoncé début mai la signature d'un accord engageant avec Occidental en vue de l'acquisition des actifs d'Anadarko en Afrique (Algérie, Ghana, Mozambique et Afrique du Sud) pour un montant de 8,8 milliards de dollars, dans l'éventualité d'un succès de l'offre d'Occidental sur Anadarko. Cette transaction était donc conditionnée à la signature et à la finalisation de l'acquisition d'Anadarko par Occidental. Elle requérait également l'approbation des autorités compétentes.
La finalisation de la transaction entre Occidental et Total est attendue en 2020. L'ensemble des actifs visés par Total représente environ 1,2 milliards de barils de réserves prouvées et probables, dont 70% de gaz, ainsi que 2 milliards de barils de ressources long terme de gaz naturel au Mozambique. La production en quote-part était de 96 kbep/j en 2018 et devrait croître à environ 160 kbep/j d'ici 2025.

EURO Ressources S.A. a publié aujourd'hui ses états financiers intermédiaires non audités, établis conformément au référentiel comptable français ("GAAP"), ainsi que ses états financiers intermédiaires résumés non audités, préparés conformément aux Normes internationales d'information financière ("IFRS") pour le semestre clos le 30 juin 2019. Ces états financiers intermédiaires non audités ont été approuvés par le Conseil d'administration le 8 août 2019. Sauf mention contraire, tous les montants sont exprimés en euros.
Selon le référentiel comptable français, EURO a enregistré un bénéfice net de 8,3 millions d'euros (0,132 euro par action) pour le semestre clos le 30 juin 2019, contre 8,5 millions d'euros (0,137 euro par action) au titre du semestre clos le 30 juin 2018.
Les comptes d'EURO établis selon les IFRS font ressortir un résultat net de 8,2 millions d'euros (0,131 euro par action) pour le semestre clos le 30 juin 2019, contre 7,7 millions d'euros (0,123 euro par action) au titre du semestre clos le 30 juin 2018.
EURO a comptabilisé des produits de 12,4 millions d'euros au premier semestre de 2019 (6,5 millions d'euros pour le deuxième trimestre de 2019), contre 11,6 millions d'euros au premier semestre de 2018 (6,0 millions d'euros pour le deuxième trimestre de 2018).
Le 13 juin 2019, EURO a versé des dividendes de 12,5 millions d'euros (0,20 euro par action).
Au 30 juin 2019, le montant de la trésorerie s'élevait à 23,1 millions d'euros, contre 25,7 millions d'euros au 31 décembre 2018. Cette baisse, qui résulte principalement des dividendes payés, a été partiellement compensée par la trésorerie générée par les activités opérationnelles.

Airbus annonce 246 commandes brutes d'appareils pour la période allant de janvier à juillet, ainsi que 79 commandes nettes sur la même période. Entre janvier et juillet 2019, le groupe aéronautique a livré 458 appareils.

Europlasma : Ainsi qu'indiqué le 24 juin, la société Zigi Capital SA a souscrit à 46.478.821 actions nouvelles Europlasma dans le cadre d'une augmentation de capital d'un montant de 4.647.882,10 euros réalisée par voie de compensation avec une créance acquise par Zigi Capital auprès de certains créanciers obligataires d'Europlasma.
Cette augmentation de capital s'inscrit dans le cadre du plan de redressement par voie de continuation des sociétés du Groupe validé par le Tribunal de commerce de Mont-de-Marsan par décision du 2 août.
A l'issue de cette augmentation de capital, Zigi Capital détient ainsi 83.662.046 actions, représentant environ 20% du capital social d'Europlasma. Zigi Capital devient l'actionnaire de référence d'Europlasma stabilisant ainsi l'actionnariat d'Europlasma et sa gouvernance.

Evolis a dévoilé ses comptes intermédiaire au 30 juin 2019 et fait le point sur ses perspectives. Le chiffre d'affaires du 1er semestre ressort à 41,3 ME, en hausse de 8,7%, porté par l'activité Projets et des effets de change favorables. A taux constants, la croissance du chiffre d'affaires s'établit à 5,1%.
L'activité Réseaux réalise des revenus de 26,8 ME, stables à taux courants, et en baisse de 2,8 % à taux constants, tandis que L'activité Projets s'établit à 12,3 ME, avec une progression plus forte qu'anticipée : +35,9% à taux courants et + 29,7% à taux constants.
D'un point de vue géographique, l'ensemble des zones ressort en croissance sur le semestre. Toutefois, à l'intérieur des zones, la situation est très différenciée, confirmant l'accentuation de la fragmentation géographique qu'Evolis perçoit depuis plusieurs mois. Ainsi, la zone EMEA, avec 3,1% de croissance, intègre une forte disparité entre l'Europe à croissance modérée, le Moyen-Orient toujours impacté par les tensions géopolitiques internationales, et l'Afrique qui affiche une belle progression grâce à de nouveaux projets bancaires. La zone Asie-Océanie a généré 9,5 ME de chiffre d'affaires, soit 11% de croissance (+5,3% à taux constants).
Le résultat opérationnel courant est en net retrait à fin juin 2019. Il s'établit à 2,6 ME, soit une marge opérationnelle courante de 6,4% contre 10,8% à fin juin 2018.
Cette évolution s'explique par trois éléments principaux. Tout d'abord, Evolis poursuit ses efforts de structuration et d'organisation : le groupe a renforcé ses équipes en 2018 et sur ce début 2019, ce qui impacte les charges de personnel en hausse de 13,5% à fin juin 2019. L'extension de l'offre produits et solutions a par ailleurs pour conséquence de complexifier l'organisation de la production et d'augmenter le recours au personnel externe. Enfin, la diversification des offres induit un manque de visibilité sur les commandes et de là, des coûts logistiques supplémentaires. Les deux derniers éléments expliquent la hausse des autres charges externes passant de 5,9 ME à fin juin 2018 à 7,7 ME sur ce semestre (+31,8%).
Bénéficiant d'une reprise de provision clients à hauteur de 0,7 ME sur le semestre, le résultat opérationnel à fin juin ressort à 3,3 ME, soit une marge opérationnelle de 7,9%.
Le résultat net du semestre s'établit à 2,2 ME, soit une marge nette de 5,3%.
La trésorerie nette à fin juin 2019, y compris l'impact IFRS 16, ressort à 17,7 ME.
Confronté à un environnement de marché plus difficile depuis plusieurs semestres, Evolis doit faire face à une fragmentation géographique de la demande, un contexte politico-économique incertain dans certaines zones et à une intensité concurrentielle qui s'accroît. Ces facteurs complexifient la gestion de l'entreprise et dégradent la visibilité commerciale. Pour répondre à ces nouveaux enjeux, le groupe a mis en oeuvre les mesures nécessaires notamment en renforçant son organisation et son dispositif commercial.
Si Evolis est confiant dans sa capacité d'adaptation, le groupe n'est plus en capacité, dorénavant, de se prononcer de façon fiable sur le cadencement de sa dynamique de croissance et ne peut donc pas confirmer les objectifs de chiffre d'affaires annoncés précédemment pour 2019 et 2021...

Biophytis : Les actionnaires de la société se sont réunis en Assemblée générale extraordinaire le 8 août, à Paris. Les actionnaires présents ou représentés participant au vote détenaient ensemble 3.086.271 actions, soit un quorum de 23,1% et 4.680.287 droits de vote. L'ensemble des résolutions relevant de la compétence de cette Assemblée a été approuvé.
Notamment, les actionnaires ont approuvé :
- l'octroi de délégations de pouvoirs au conseil d'administration afin d'assurer le financement de l'activité de Biophytis par l'émission d'actions et/ou de valeurs mobilières jusqu'à 7.000.000 d'euros pour la valeur nominale maximale des actions émises, et 40.000.000 d'euros pour la valeur nominale maximale des titres de créances,
- les autorisations à conférer au conseil d'administration à l'effet d'émettre différents instruments participatifs.

SIPH fait état d'un chiffre d'affaires caoutchouc de 131,8 millions d'euros au premier semestre, en hausse de +9,6%. Les tonnages vendus représentent un total de 117.009 tonnes (+18,1%) sur un prix unitaire de 1,13 euros le kg, en baisse de 7,2%. Sur le seul deuxième trimestre, le chiffre d'affaires caoutchouc progresse de 15% à 65,1 ME.
Le marché a enregistré une reprise à partir de mars, qui s'est accentuée au 2èmetrimestre : les cours se sont ainsi établis en moyenne à 1,35 EUR/kg (1,51$/kg) au 2ème trimestre, contre 1,23 EUR/kg (1,40$/kg) au 1er trimestre 2019. Sans évolution significative des fondamentaux, le marché a reflué à partir de juillet aux niveaux de fin 2018 soit 1,18 EUR/kg environ depuis début août.
Le Groupe précise poursuivre sa stratégie d'investissement de croissance à contre cycle, au Ghana et en Côte d'Ivoire.

Du coté des brokers, Jefferies conserve le dossier Société Générale mais avec un cours cible ramené de 26,80 à 24,60 euros. Goldman Sachs repasse à l'achat sur STM avec un cours cible de 17,50 euros.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com