Cotation du 25/09/2020 à 18h05 CAC 40 -0,69% 4 729,66
  • PX1 - FR0003500008

Préouverture Paris : pause en vue

Préouverture Paris : pause en vue
Préouverture Paris : pause en vue
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La bourse de Paris devrait souffler ce jeudi matin après trois séances de progression. A Paris, les publications semestrielles se poursuivent à moindre intensité, avec ce matin Crédit Agricole qui résiste et Axa qui souffre... Les places financières de la zone Asie-Pacifique sont plus hésitantes. La Bourse de Tokyo redonne 0,4% avec Shanghai (-0,5%), Hong Kong reperd 0,7%, mais Sydney s'adjuge 0,4%, tandis que Taiwan remonte de 0,6%, Bombay de 0,7% et Seoul prend 1,2%. L'or grimpe encore 2.042$ l'once, toujours plus haut !

WALL STREET

La cote américaine a poursuivi sa progression hier soir, le DJIA grimpant de 1,39% à 27.201 pts et le S&P500 de 0,64% à 3.327 pts. L'indice Nasdaq Composite pointe même sur de nouveaux sommets, avec un gain de 0,26%, après s'être aventuré dans la zone inexplorée des 11.000 pts, avant de terminer à 10.998 pts. Les opérateurs continuent donc d'ignorer les dernières nouvelles relatives à la crise sanitaire et se concentrent sur les données économiques, plutôt réconfortantes, en dépit d'un rapport sur l'emploi privé américain peu lisible hier... Les marchés suivent aussi avec attention l'évolution des négociations entre démocrates et républicains à Washington sur le plan de relance, qui pourraient déboucher sur un accord d'ici la fin de la semaine à en croire le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin...

ECO ET DEVISES

Le bras de fer qui se poursuit avec la Chine n'inquiète en revanche pas plus que cela les boursiers... Washington veut désormais que les applications chinoises "non fiables" soient retirées des "App Stores" à disposition des utilisateurs américains de smartphones, a déclaré le secrétaire d'Etat Mike Pompeo. Le chef de la diplomatie américaine a estimé que la plateforme de vidéos TikTok, qui appartient au groupe chinois ByteDance, de même que l'application de messagerie WeChat, autre société chinoise, constituaient des "menaces significatives". Washington, a-t-il poursuivi, va s'employer pour empêcher plusieurs applications ou entreprises chinoises du secteur des télécoms d'avoir accès à des données sensibles personnelles ou liées à des entreprises... "Avec des maisons mères basées en Chine, des applications comme Tiktok, WeChat et autres constituent autant de meances significatives pour les données personnelles des citoyens américains, sans mentionner les outils de censure du Parti communiste chinois", a-t-il dit.
Donald Trump a donné 45 jours, soit jusqu'au 15 septembre, à Tiktok pour vendre ses activités aux Etats-Unis, Microsoft semblant bien placé pour les reprendre...
En Chine, la performance dans les services est ressortie assez mitigée, traduisant un ralentissement de croissance avec un indicateur Caixin/Markit de 54,1, contre 58 de consensus. L'expansion de l'activité du secteur des services a ralenti après avoir atteint en juin son plus haut niveau en dix ans.
Les cours du pétrole ont encore grimpé, après une baisse plus forte que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis - selon les données de l'American Petroleum Institute (API) et du Département à l'Energie.

Le baril de Brent de la mer du Nord a gagné 2% à 45,30$, alors que le brut léger américain (WTI) avance de 1,5% à 42,15$. D'après le Département à l'Energie, les stocks domestiques de pétrole pour la semaine close au 31 juillet ont chuté de 7,4 millions de barils à 518,6 mb, contre un consensus de -3,5 millions de barils. Les réserves d'essence ont augmenté de 0,4 million de barils (contre une baisse de 0,5 mb anticipée par le marché), alors que les stocks de produits distillés ont progressé de 1,6 mb par rapport à la précédente semaine, contre une augmentation de 1 mb attendue par le marché.
Les cours de l'or volent de record en record, bien au-dessus des 2.000$, à 2.042$ l'once ce jeudi matin. Porté par son statut de valeur refuge face aux risques politiques et économiques croissants, l'once d'or affiche une progression de plus de 30% depuis le début de l'année. Sur les devises, l'euro s'affermit encore à 1,1885/$ entre banques ce matin...

INDICATEURS ECONOMIQUES A SURVEILLER

Etats-Unis :
- Etude Challenger concernant les destructions de postes annoncées. (13h30)
- Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
Europe :
- Commandes industrielles allemandes. (08h00)
- Production industrielle italienne. (10h00)
- Décision monétaire de la Banque d'Angleterre. (13h00)

BROKERS

Jefferies conserve Société Générale avec un objectif ajusté en baisse à 16 euros.
HSBC repasse à l'achat sur Tarkett en ciblant un cours de 14 euros.

VALEURS A SUIVRE

Crédit Agricole SA a publié ce jeudi une baisse de 21,9% de son bénéfice net au deuxième trimestre sur fond de hausse des provisions dans le contexte de crise sanitaire. L'entité cotée du groupe Crédit agricole indique ainsi que son résultat net s'est élevé à 954 ME, sur le trimestre écoulé, contre 1.222 millions un an plus tôt. Le coût du risque a quant à lui été multiplié par 2,4 à 842 millions d'euros.
"Le portefeuille de prêts est diversifié, plutôt orienté grandes entreprises (46% des encours bruts au niveau de Crédit Agricole SA) et habitat (27%)", souligne la banque qui évalue à 3,2% le taux de créances douteuses dans son portefeuille.
Dans les activités de marché et la banque d'investissement, Crédit agricole SA dit avoir enregistré entre avril et juin un niveau record d'activité dans l'origination obligataire avec un volume d'affaires multiplié par deux par rapport à l'an dernier.
Hors éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent atteint 1.107 millions d'euros, en repli de -10,9% par rapport au deuxième trimestre 2019. Cette baisse est donc attribuable en grande partie à la hausse du coût du risque. Celle-ci est, pour moitié, liée au provisionnement des risques avérés, et pour moitié à la mise à jour des paramètres du provisionnement des encours sains dans le contexte actuel.
Le PNB publié trimestriel ressort à 4.897 ME (-4,9% T2/T2).
Le ratio de CET1 est en hausse sensible (+0,6pp) à 12%, intégrant les mesures d'ajustements réglementaires de la BCE (Quick-Fix pour +41 pb) et l'impact de la remontée des marchés sur le trimestre sur les réserves latentes sur portefeuilles titres (+19 pb). Le Bénéfice sous-jacent par action du T2 est de 0,36 euro.
Le consensus 'Bloomberg' attendait un résultat net ajusté de 545,2 millions d'euros sur les trois mois clos fin juin pour des revenus de 4,9 MdsE.
La liquidité de l'établissement s'inscrit en hausse avec 405 MdsE de réserves au 30/06, en hausse de 67 MdsE par rapport au 31/03/2020. 96% du programme de financement MLT de marché de 12 MdsE a été réalisé à fin juillet.

Au premier semestre, le groupe Axa a vu son résultat opérationnel reculer de 48% à 1.885 millions d'euros en raison de la crise sanitaire. L'assureur a ainsi chiffré à 1,5 milliard d'euros l'impact de la crise sur son résultat opérationnel 2020, dont 1,2 milliard au titre de l'indemnisation de sinistres.
L'assureur a annoncé au passage renoncer à deux de ses objectifs financiers pour 2020, résultat opérationnel par action et de rentabilité courante des capitaux propres, en raison de la crise économique et sanitaire et a décidé de ne pas verser de dividende supplémentaire cette année en plus de celui de 0,73 euro. Axa prévoyait initialement un résultat opérationnel par action en hausse de 3% à 7% en moyenne par an, ainsi qu'une rentabilité courante des capitaux propres comprises entre 12% et 14%.

Nette amélioration pour l'activité de Getlink en juillet. L'opérateur du tunnel sous la Manche indique que Le Shuttle Freight a transporté 123.879 camions le mois passé (-5%), soit un niveau proche de la normale, porté par le renforcement des mesures anti-Covid-19 et de bien-être des chauffeurs routiers malgré un contexte de marché toujours impacté par les mesures gouvernementales Covid. Le 8 juillet, un nouveau plus haut depuis le 19 mars a été atteint avec 5.319 camions transportés. Depuis le 1er janvier, plus de 789.000 camions ont traversé à bord des Navettes.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 7,2% d'une année sur l'autre à 2.323 millions d'euros au S1 2020, contre 2 168 millions d'euros au S1 2019 annonce ce matin Eurofins Scientific. La croissance organique s'est établie à 5,1% au S1 2020 et à 6,1% au T2 2020. Le cash-flow libre a augmenté de 184,5% à 315 millions d'euros.
L'EBITDA ajusté a augmenté de 18,9% d'une année sur l'autre au premier semestre 2020 à 493 millions d'euros, soit une marge de 21,2%. Cela représente une augmentation de 210 points de base malgré une certaine dilution restante d'ici les acquisitions de 2017 à 2019.
La marge d'EBITDA ajusté des sociétés qui faisaient déjà partie du Groupe avant le 1er janvier 2017 a augmenté de 350 points de base de 18,5% à 22%. L'EBITDA publié progresse de 23,6% d'une année sur l'autre au premier semestre, la période traditionnellement la moins rentable de l'année, à 459 millions d'euros, ce qui se traduit par une marge d'EBITDA publié de 19,7%, soit une augmentation de 260 points de base d'une année sur l'autre.
Le bénéfice net grimpe de 60,9% d'une année sur l'autre à 95 millions d'euros. Le bénéfice net ajusté augmente de 19,2% sur un an à 187 millions d'euros. Le résultat de base par action publié (BPA) progresse de 57,4% à 5,21 euros et le BPA de base ajusté de 16,6% au premier semestre 2020 à 10,30 euros.

Le chiffre d'affaires et autres produits d'exploitation consolidés de Cellectis se sont élevés à 5 M$ pour le 2e trimestre 2020 (3 M$ pour le 2e trimestre 2019).
Le chiffre d'affaires et les autres produits d'exploitation consolidés se sont élevés à 56 M$ pour le 1er semestre 2020 (6 M$ pour le 1er semestre 2019). 92% du chiffre d'affaires et les autres produits d'exploitation consolidés étaient attribuables à Cellectis pour le 1er semestre de 2020. Cette augmentation entre le 1er semestre de 2020 et 2019 est principalement attribuable à un paiement initial de 28 M$ reçu en mars 2020 et à la reconnaissance de 19 M$ d'autres paiements initiaux et d'étapes déjà reçus sur les cinq cibles reprises sur la base de l'accord de licence, de développement et de commercialisation signé avec Servier signé en mars 2020. L'augmentation restante s'explique principalement par la hausse des ventes de tourteau de soja à haute teneur en acide oléique chez Calyxt.
Les coûts des revenus consolidés s'est élevé à 6 M$ pour le 2e trimestre 2020 (1 M$ pour le 2e trimestre 2019). Les coûts des revenus consolidés s'est élevé à 10 M$ pour le 1er semestre 2020 (1 M$ pour le 1er semestre 2019). Cette augmentation s'explique principalement par le coût des produits vendus au cours de la période par Calyxt.

CIS a réalisé au premier semestre 2020 un chiffre d'affaires de 130,2 ME, en progression de +10,4% à taux de change constant. A données publiées, l'activité du groupe ressort en croissance de +4,8%. Après un excellent niveau d'activité au premier trimestre (+24,3% hors effet de change), la dynamique de croissance de CIS a été ponctuellement pénalisée par l'effet du COVID-19.
Sur le second trimestre, le chiffre d'affaires ressort ainsi en repli de -1,4% à taux de change constant (-9,6% à données publiées). CIS précise que l'impact du COVID-19 a été compensé par la montée en puissance de nombreux contrats, par les succès commerciaux enregistrés, par l'intégration des sociétés brésiliennes Alternativa et Beta et par l'ouverture de nouveaux pays d'opération.
CIS parle d'un fort dynamisme commercial avec la signature de nombreux contrats à long terme en Afrique et en Eurasie et le renouvellement de la quasi-totalité des contrats du groupe sur la période. CIS prévoit un exercice en légère croissance (hors effets de change) et pense renouer avec une forte dynamique de croissance dès l'exercice 2021.

Au 30 juin 2020, le chiffre d'affaires consolidé du Groupe Pharmagest a atteint 77,93 ME, en progression de 1,37% par rapport au 30 juin 2019. Le plan de continuité d'activités appliqué dès la mi-mars a permis de maintenir un niveau de mobilisation opérationnelle maximale auprès des clients du monde médical.
Dès le 11 mai, le Groupe a activé son plan de reprise d'activités : l'ensemble des forces commerciales s'est rapidement mobilisé sur le terrain auprès des clients et patients, en soutien des installateurs, techniciens, formateurs. Un plan de déconfinement a été mis en oeuvre pour le restant des équipes pour progressivement réduire les mesures de télétravail et permettre de rapidement retrouver une organisation de travail collective et collaborative.
Au 30 juin 2020, l'impact de l'épidémie sur le chiffre d'affaires global du Groupe est évalué à 6 ME, essentiellement au niveau de la Division Solutions Pharmacie Europe du fait du report des installations en pharmacies et d'une activité commerciale ralentie durant le confinement. Hors COVID-19, la progression du chiffre d'affaires du Groupe sur le S1 2020 aurait été de 9,20% par rapport au S1 2019.

Méthanor réalise un investissement de 804 kE en obligations convertibles dans le futur parc photovoltaïque de La Broue, situé dans la commune de Ducos en Martinique. Le projet est géré par Akuo Energy, groupe indépendant de production d'électricité à partir de ressources renouvelables.
Méthanor réalise son investissement sous la forme d'obligations convertibles à 5,2%, avec remboursement annuel sur 12 ans.
Le projet devrait coûter 9,3 millions d'euros au total.

MND a confirmé avoir obtenu un prêt de 18 ME de l'État français, par l'intermédiaire du Fonds de développement économique et social (FDES). Ce prêt à échéance mai 2024 sera contre-garanti à hauteur de 50% par la Région Auvergne-Rhône-Alpes.
MND a également obtenu un nouveau prêt senior de 20 ME de la part de Cheyne Capital, partenaire financier du groupe. Ce financement est à remboursement in fine avec une maturité prévue au 15 mai 2024.
Dans le cadre de la mise en place de la nouvelle ligne de financement senior de 20 ME, le groupe MND et Cheyne Capital ont également convenu d'allonger la maturité du prêt initial in fine de 35 ME pour la porter de décembre 2023 à mai 2024, l'alignant ainsi avec le nouveau prêt senior de 20 ME Au total, le groupe MND bénéficie désormais auprès de Cheyne Capital d'un financement senior d'un montant total de 55 ME à échéance in fine mai 2024 et avec 100% des intérêts capitalisés. En contrepartie, les prêts accordés par Cheyne Capital sont sécurisés par des garanties usuelles des contrats de financement bancaire.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !