Cotation du 21/08/2019 à 18h05 CAC 40 +1,70% 5 435,48
  • PX1 - FR0003500008

Préouverture Paris : pas si vite ?

Préouverture Paris : pas si vite ?
Préouverture Paris : pas si vite ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 est attendu plus calme ce mardi après sa hausse d'hier dans le sillage de la reprise des négociations commerciales entre Américains et Chinois... Wall Street a aussi salué la nouvelle dans la foulée de la rencontre entre Trump et Xi, samedi, en marge du sommet du G20 d'Osaka. L'indice S&P 500 a même démarré le 2ème semestre par un nouveau sommet historique en clôture. Le pétrole a grimpé, alors que l'Opep a décidé de prolonger de 9 mois ses coupes de production pour soutenir les cours, tandis que l'or a fait l'objet de prises de bénéfices...

WALL STREET

A la clôture, l'indice Dow Jones s'est avancé de 0,44% à 26.717 points, tandis que l'indice large S&P 500 a pris 0,77% à 2.964 pts, un nouveau record, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologies et biotechnologiques, a gagné 1,06% à 8.091 pts. Au plus haut de la séance, le Dow Jones a même gagné 1,1%, le S&P 500 1,2% et le Nasdaq 1,8% avant de refluer face à des indices PMI manufacturiers décevants en juin dans les grandes zones économiques, qui font craindre un ralentissement de la croissance mondiale...
Au premier semestre 2019, achevé vendredi dernier, le DJIA a gagné 14%, le S&P 500 a grimpé de 17,3% et le Nasdaq a bondi de 20,6%, dans l'espoir de baisses des taux de la Fed et d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Le CAC 40 a quant à lui progressé de 17% sur les 6 six premiers mois de 2019.

ECO ET DEVISES

Sur le marché des changes, l'indice du dollar a rebondi à 96,82 points, tandis que l'euro revient 1,1280$. Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond à 10 ans a repris 2 points de base à 2,04%, toujours proche de ses plus bas niveaux depuis octobre 2016.
L'or pointe à 1.391$ l'once après des prises de profits hier. Le métal jaune avait atteint son plus haut niveau depuis plus de 5 ans la semaine dernière et a gagné 7,7% en juin, soit son meilleur mois depuis 3 ans.

Les cours du pétrole ont progressé après la décision de l'Opep de prolonger de 9 mois son accord de maîtrise de la production. Le contrat à terme d'août sur le brut léger américain WTI est remonté à 59$ sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance septembre pointe à 65,20$ ce matin. Le progression a cependant été limitée par la publication d'indices PMI manufacturiers en berne en Chine, en zone euro et aux Etats-Unis en juin...

Samedi, en marge du G20 d'Osaka, Donald Trump et Xi Jinping sont donc convenus de reprendre les négociations commerciales, qui étaient au point mort depuis 6 semaines... En attendant l'issue des nouvelles discussions, les Etats-Unis n'infligeront pas de nouveaux droits de douane sur les produits chinois, après avoir menacé de taxer 300 milliards de dollars supplémentaires dès le 8 juillet, ce qui aurait de fait taxé la totalité des marchandises chinoises entrant aux Etats-Unis.
En outre, le géant chinois des télécoms Huawei, placé en mai sur une liste noire par les Etats-Unis, pourra à nouveau acheter un certain nombre de composants auprès d'entreprises américaines, à condition que ces composants ne posent pas de problème de sécurité nationale.
Si les marchés ont été soulagés sur le coup, les analystes sont nombreux à souligner que les positions des deux pays restent encore éloignées, et qu'un accord général est toujours loin d'être envisageable. Il est donc probable que les marchés resteront soumis aux incertitudes dans les prochaines semaines...

Les investisseurs devraient se focaliser davantage sur les signes de ralentissement de l'économie américaine, tout en continuant de parier sur une baisse des taux directeurs de la Fed, sans doute lors de la prochaine réunion des 30 et 31 juillet prochains. Certains tablent même sur sur une baisse d'un demi-point fin juillet...
Les derniers indicateurs témoignent de ce ralentissement, même si les indices d'activité définitifs pour juin sont ressortis un peu supérieurs aux attentes. L'indice Markit PMI manufacturier américain final du mois de juin est ressorti à 50,6 après 50,5 en mai. Le consensus tablait sur 50,1, un chiffre inchangé par rapport à la lecture "flash" (initiale) de juin, qui représentait un plancher de dix ans. L'indice manufacturier reste toutefois très proche des 50, niveau d'équilibre entre contraction et expansion de l'activité.
L'activité manufacturière est ressortie en contraction dans la zone euro et en Chine en juin. Le PMI manufacturier s'est replié à 47,6 après 47,7 en mai dans la zone euro. En Allemagne, il est même tombé en franche contraction à 45. En Chine, l'indice PMI calculé par le cabinet IHS Markit/Caixin, est tombé à 49,4 en juin, après 50,2 en mai, au plus bas depuis 4 mois.

Les marchés surveilleront de près cette semaine les données du marché de l'emploi américain en juin, qui avaient déçu en mai, avec seulement 75.000 créations de postes. Les chiffres officiels de juin seront publiés vendredi, précédés mercredi de l'enquête ADP dans le secteur privé, et jeudi, des chiffres hebdomadaires pour la semaine dernière...
A suivre ce mardi :
France :
- Situation mensuelle budgétaire de l'Etat, mois de mai. (08h45)
- Immatriculations de véhicules neufs, juin. (08h45)
Europe :
- Chiffres de l'emploi en Espagne. (09h00)
- Indice des prix à la production en Europe. (11h00)

VALEURS A SUIVRE

Casino indique avoir finalisé la cession de 3 hypermarchés, de 4 supermarchés Casino et 1 Leader Price. Dans le détail, les hypermarchés de Cholet (49), Roubaix (59) et Rennes (35) ont été vendus à des adhérents Leclerc alors que les 4 supermarchés Casino et 1 Leader Price ont été cédés à Lidl. A cette occasion, Casino a perçu 39 millions d'euros.
Le montant des cessions de magasins déficitaires perçu à date s'élève à 134 millions d'euros pour une amélioration du Résultat Opérationnel Courant de 24 millions d'euros. Les autres cessions se poursuivent conformément au calendrier prévu, le groupe Casino rappelant que ces cessions d'hypermarchés sont distinctes du plan de cession d'actifs non stratégiques annoncé le 11 juin 2018 et étendu à 2,5 milliards d'euros le 14 mars 2019.
En parallèle de ces réductions de foyers de perte, l'enseigne Géant poursuit sa transformation, conformément à ses priorités stratégiques en axant son développement sur les synergies digitales (déploiement de l'application Casino Max et des corners Cdiscount) ainsi qu'en élargissant son offre bio...

Publicis Groupe annonce aujourd'hui le closing de l'acquisition d'Epsilon, société de marketing fondé sur la data, auprès d'Alliance Data Systems Corporation, pour un montant net de 3,95 milliards de dollars après prise en compte des impacts fiscaux favorables liés à la transaction, correspondant à un multiple d'acquisition de 8,2 fois l'EBITDA ajusté.
Sur la base des chiffres 2018 pro forma, la transaction entraîne une relution de 12,5% du bénéfice net courant par action et de 18,3% pour le Free Cash Flow par action, hors synergies liées à la transaction.

Nicox SA et Ocumension Therapeutics annoncent aujourd'hui avoir conclu un accord de concession de licence exclusif à Ocumension pour le développement et la commercialisation du candidat médicament de Nicox, NCX 4251, sur un territoire comprenant la Chine continentale, Hong Kong, Macao et Taiwan. NCX 4251 est actuellement en étude clinique de phase 2 aux Etats-Unis chez des patients présentant des épisodes aigus de blépharite.
Nicox et Ocumension ont déjà conclu des collaborations en Chine occidentale, Hong Kong, Macao et Taiwan pour le développement et la commercialisation de NCX 470 pour le glaucome ou l'hypertension oculaire et de ZERVIATETM pour la conjonctivite allergique. Ocumension est une société d'ophtalmologie financée par 6 Dimensions Capital, l'un des fonds d'investissement de premier plan au niveau mondial dans le domaine de la santé, issue de la fusion de Wuxi Healthcare Ventures et de Frontline BioVentures.

Natixis précise que dans le cadre d'un dossier judiciaire concernant des faits qui remontent à près de douze ans, il a été mis en examen en février 2017 à propos de deux communiqués publiés les 16 juillet et 25 novembre 2007. A l'issue de l'instruction, un renvoi en jugement vient d'être décidé par ordonnance du 28 juin 2019.
"Ce renvoi ne concerne que le communiqué de novembre 2007, s'agissant des précisions apportées sur les risques auxquels Natixis se trouvait exposée à l'époque en raison de la crise des subprimes", constate le groupe. Le second communiqué fait en effet l'objet d'un non-lieu.
Natixis rappelle par ailleurs que l'émergence de cette crise constituait alors pour elle, comme pour toutes les banques de la place, une situation sans précédent dont il était impossible d'anticiper les conséquences en chaîne. Dans ce contexte, l'établissement "considère avoir fourni au public, en toute sincérité, les informations dont il disposait sur ses expositions, au fur et à mesure de l'identification de leurs risques sous-jacents".

GTT a reçu une commande, en juin, du chantier coréen Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME) portant sur la conception des cuves GNL de quatre nouveaux méthaniers d'une capacité de 174.000 m3, pour le compte de l'armateur grec Maran Gas. La livraison des navires est prévue entre fin 2021 et début 2022.
Philippe Berterottière, Président-Directeur général de GTT a commenté : " Nous sommes très heureux de poursuivre notre partenariat d'excellence avec DSME et Maran Gas à travers cette importante nouvelle commande."

Elior a conclu la cession de sa filiale Areas, regroupant les activités de concessions du Groupe, à PAI Partners pour un montant total net de l'ordre de 1,4 milliard d'euros - correspondant à une valeur d'entreprise de 1,542 milliard d'euros - dont 70 millions d'euros font l'objet d'un crédit-vendeur rémunéré. La transaction a été finalisée à la suite de l'obtention des autorisations des autorités de la concurrence concernées et des processus requis d'information-consultation des instances représentatives du personnel. La plus-value de cession consolidée sur cette opération est de l'ordre de 200 millions d'euros, sans impact fiscal.

Trigano a réalisé au troisième trimestre un chiffre d'affaires de 721,6 ME en progression de 3,2%. Au troisième trimestre, les ventes de camping-cars (+2,8%) n'ont pas bénéficié complètement de la croissance du marché (+8,2% à fin mai sur 9 mois) en raison de la poursuite de la politique de réduction des stocks des réseaux de distribution partout en Europe. Trigano a cependant à nouveau gagné des parts de marché (+0,4 point sur la période). Les ventes de caravanes (+4,7%) et de résidences mobiles (+7,8%) sont restées bien orientées, tandis que celles d'accessoires pour véhicules de loisirs sont en repli (-3,6%).
Les nouveaux modèles des caravanes et de camping-cars présentés aux réseaux de distribution ces dernières semaines ont reçu un accueil favorable qui s'est traduit par une progression des commandes de mise en gamme. Cependant, les distributeurs se sont montrés prudents pour leurs engagements en véhicules de réassort dans l'attente de la réaction des clients aux hausses de tarifs consécutives à l'évolution des motorisations des bases roulantes (entrée en vigueur de la norme anti-pollution Euro 6d). La bonne orientation du marché du camping-car en Europe et la fin prévisible du déstockage des réseaux "devraient permettre à Trigano de poursuivre la croissance de son activité en 2019/2020 malgré les incertitudes sur le niveau de la consommation en Grande-Bretagne", résume prudemment le groupe.

Digigram a procédé à une restructuration juridique de ses activités.
L'Assemblée générale mixte de Digigram SA, qui s'est tenue le 28 juin, a adopté l'ensemble des résolutions qui lui étaient soumises. Elle a ainsi approuvé l'apport partiel d'actif, présenté dans le communiqué publié le 23 mai 2019, portant sur l'ensemble de ses activités opérationnelles au profit de sa filiale, la société Digigram Digital, détenue à 100%.
Cet apport partiel d'actif a également été approuvé au niveau de Digigram Digital et se trouve définitivement réalisé à la date du 1er juillet.

Celyad, une société biopharmaceutique de stade clinique spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires CAR-T, annonce plusieurs mises à jour stratégiques de son programme de traitement de la leucémie myéloïde aiguë (LMA) et du syndrome myélodysplasique (MDS), y compris CYAD-01, son principal produit candidat CAR-T NKG2D autologue et la nouvelle génération de CAR-T NKG2D, CYAD-02.
L'équipe de direction de la Société tiendra une conférence téléphonique ce mardi 2 juillet, à 14h00 CEDT / 8h00 EDT, pour discuter chacune des mises à jour et les futures grandes étapes du programme.

Umanis annonce l'acquisition ce jour de la société Océane Consulting Nord, entreprise de services numériques basée à Lille et exerçant son activité dans la région des Hauts-de-France.
Le positionnement métier d'Océane Consulting Nord est parfaitement en phase avec celui d'Umanis, centré sur la Data et la transformation digitale des entreprises, facilitant ainsi l'intégration de la société au sein du groupe.
En outre, les deux sociétés disposent de portefeuilles clients parfaitement complémentaires.

Fort d'un effectif de l'ordre de 60 consultants, Oceane Consulting Nord a réalisé, sur son dernier exercice clos, un chiffre d'affaires annuel de 7,5 ME, en croissance, assorti d'une rentabilité opérationnelle normative voisine des standards du groupe Umanis.

Valneva a annoncé le lancement de la deuxième étude clinique de Phase 2 pour son candidat vaccin contre la maladie de Lyme, VLA15. L'objectif global de la Phase 2 est de déterminer, en se basant sur les données d'immunogénicité et d'innocuité, le meilleur dosage du vaccin ainsi que le meilleur schéma d'administration pour les études pivot d'efficacité qui seront menées en Phase 3. Le groupe a récemment achevé la première étape de l'étude de Phase 2 ('VLA15-201 run-in Phase') et un comité indépendant de surveillance et de suivi des données (DSMB) a autorisé l'utilisation des deux dosages les plus élevés du vaccin pour la suite du développement clinique. L'objectif de la seconde étude de Phase 2 (VLA15-202) est d'évaluer un schéma de vaccination alternatif pour les deux dosages du vaccin sélectionnés.
La Phase 2 devrait durer approximativement deux ans avec une publication des premiers résultats (sur le critère principal de l'étude) attendue mi-2020.

Amoeba a annoncé l'utilisation possible de sa substance pour le traitement d'un des pathogènes des grandes cultures, la rouille. La société constate une efficacité de plus de 85% de son lysat d'amibe contre la rouille, un groupe de maladies particulièrement dommageables pour les cultures de soja ou de blé.
Les tests ont été réalisés par une société experte indépendante, selon un protocole standard. La rouille est causée par le champignon Uromyces fabae, un pathogène très différent des autres germes (mildiou de la vigne et de la pomme de terre) sur lesquels l'amibe lysée a déjà démontré son action in planta.
D'après Amoeba, il n'existe à ce jour aucun produit de biocontrôle dans le monde de traitement de la rouille du soja ou des rouilles des cultures céréalières. Le marché des grandes cultures est de loin le marché fongicide le plus important.

Conforama : C'est une annonce-choc que la direction de Conforama s'apprête à faire ce mardi matin en comité central d'entreprise... En 2020, 32 magasins Conforama et 10 magasins de l'enseigne Maison Dépôt seront fermés, avec à la clé 1.900 suppression de postes, soit plus de 20% des 9.200 salariés du groupe en France, selon des sources syndicales citées lundi soir par la presse.
Mis en vente par le sud-africain Steinhoff
L'enseigne d'ameublement Conforama est une filiale du groupe sud-africain Steinhoff, en pleine tourmente financière et judiciaire après avoir admis fin 2017 des irrégularités comptables.
Steinhoff a mis en vente sa filiale française à la suite des ces déboires, et le personnel de Conforama s'inquiétait pour l'emploi depuis des mois, même si la direction avait écarté en mars dernier l'hypothèse d'un plan social "à date". En février, la presse avait cité But comme possible candidat au rachat de Conforama, le groupe Fnac Darty n'étant de son côté pas intéressé par le dossier.
Toute cession semble désormais conditionnée à une profonde restructuration, Conforama ayant affiché en France des pertes de l'ordre de 100 millions d'euros en 2018.
Dans le détail, 1.050 emplois seraient supprimés dans les 32 magasins Conforama qui doivent fermer, 100 dans les boutiques Maison Dépôt, ainsi que 600 suppressions de postes dans les 164 magasins Conforama restant ouverts, 124 suppressions au siège social et 26 au service après-vente, ont précisé des sources syndicales à l'agence 'AFP'.
Interrogée par l''AFP', la direction n'a souhaité faire aucun commentaire, ajoutant que "toute mesure qui aurait des conséquences sur l'emploi pour Conforama en France sera communiquée en priorité aux instances représentatives du personnel". Un nouveau CCE sur ce plan est déjà programmé le 11 juillet prochain...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com