Cotation du 03/12/2021 à 18h05 CAC 40 -0,44% 6 765,52
  • PX1 - FR0003500008

Préouverture Paris : nouveaux tests en vue

Préouverture Paris : nouveaux tests en vue
Préouverture Paris : nouveaux tests en vue
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La tendance est plus hésitante sur les marchés ce lundi matin, alors que le CAC40 a terminé vendredi au-dessus des 6.700 points. La Bourse de New York avait de son côté clôturé la semaine plus prudemment dans la foulée d'une déclaration du président de la Fed, Jerome Powell, ce dernier estimant que l'inflation devrait durer "une bonne partie de 2022", alors que la Fed jugeait jusqu'ici ce phénomène "transitoire"... Le Nasdaq a perdu après ces propos 0,82% et est aussi resté plombé par le secteur internet, après la déception sur les revenus publicitaires de Snap (-26,6%) et par le titre Intel (-11,6%) pour cause de résultats décevants. Le Dow Jones a mieux résisté sur ses sommets, en hausse de 0,2% à 35.677 pts.

ECO ET DEVISES

Le président de la Réserve fédérale Jerome Powell a donc inquiété les marchés, en reconnaissant que l'inflation allait durer plus longtemps que prévu avant de se tasser... Lors d'une intervention virtuelle à une conférence de la banque des règlements internationaux (BRI), il a aussi confirmé que l'institution est "en passe de" commencer à réduire ses achats d'actifs ("tapering"). La décision doit être prise lors de la prochaine réunion de la Fed, les 2 et 3 novembre...
"Les contraintes sur l'offre et l'inflation élevée devraient durer plus longtemps que précédemment attendu et se prolonger sur une bonne partie de l'année prochaine", a poursuivi M. Powell. Par la suite, le scénario le plus plausible est un reflux des pressions inflationnistes et le retour à un rythme de créations d'emplois de l'été passé, a-t-il ajouté. Le patron de la Fed a précisé que "si nous voyions un risque que l'inflation continue de monter de façon persistante, nous utiliserions assurément nos outils" pour la combattre.
Jerome Powell s'est donc montré beaucoup moins confiant qu'auparavant sur le sujet, indiquant que la Fed ne sait pas combien de temps cela prendra pour que l'inflation recule, et ajoutant que les risques portent désormais clairement sur une inflation trop élevée, plus longue et persistante.

Les marchés financiers ont été préparés de longue date à la baisse des achats d'actifs de la Fed (120 milliards de dollars par mois actuellement) à partir de la mi-novembre, ou de la mi-décembre, avec une réduction des achats de l'ordre de 15 Mds$ par mois, pour une fin du programme autour de la mi-2022.
Mais les derniers propos du patron de la Fed pourraient suggérer que la banque centrale pourrait agir à un rythme plus rapide que prévu, et surtout, être amenée à relever ses taux directeurs plus tôt que prévu. Dans les dernières projections en septembre, la majorité des responsables de la Fed prévoyaient des premières hausses courant 2022, et non en 2023 comme précédemment, mais les marchés continuaient de se préparer pour 2023.
Les cours du pétrole restent tendus ce lundi avec un baril de brent à plus de 86$. L'euro remonte sur les 1,1660/$.

A SURVEILLER AUJOURD'HUI

Europe :
- Indice Ifo allemand du climat des affaires. (10h30)
Etats-Unis :
- Indice d'activité nationale de la Fed de Chicago. (14h30)
- Indice manufacturier de la Fed de Dallas. (16h30)

BROKERS

Berenberg est à l'achat sur la Compagnie des Alpes avec un objectif ajusté à 19 euros et conserve Rémy Cointreau avec un cours cible réhaussé à 158 euros.
Kempen repasse à vendre sur ADP avec une cible de 107 euros.
Credit Suisse remonte son cours cible à 170 euros sur Air Liquide.
Jefferies est à l'achat sur Virbac avec une cible qui grimpe à 480 euros.

VALEURS A SUIVRE

Eramet annonce un Chiffre d'affaires de 1,1 MdE (+34% par rapport au T3 2020), avec une croissance de plus de 40% de la division Mines & Métaux. la direction souligne la bonne performance opérationnelle de la division Mines & Métaux dans toutes les entités à l'exception de la Nouvelle-Calédonie : Hausse des volumes produits d'alliages de manganèse (+11%) avec un mix favorable et poursuite de la croissance organique (+27%) de la production de minerai de manganèse au Gabon.
Excellente dynamique de croissance de la production de minerai de nickel à Weda Bay avec près de 4 Mth sur le trimestre, soit près de 11 Mth en cumul sur l'année à fin septembre.
Hausse de la production de sables minéralisés au Sénégal (+11%).
Baisse de la production de ferronickel en Nouvelle-Calédonie (-19%), compte tenu notamment de la dégradation de la situation sanitaire sur le territoire depuis début septembre ; cash cost à 7$/lb au T3 2021, malgré la progression des volumes de minerai de nickel exportés (+49%).
Environnement de prix très favorable au T3 2021, en particulier pour les alliages de manganèse ; cependant le coût du fret absorbe en grande partie les hausses de prix des minerais. L'impact de la hausse des coûts de l'énergie sur les activités du Groupe reste limité à date.
Recul du chiffre d'affaires d'A&D (-14%) dans un contexte de marché aéronautique toujours dégradé et compte tenu de l'impact de l'incendie survenu dans un atelier de l'usine de Pamiers début septembre ; progression des ventes d'Erasteel (+ 40%).
Les objectifs de production minière sont confirmés au Gabon et revus à la hausse pour Weda Bay Nickel ; Les objectifs d'exports de minerai de nickel et production de ferronickel sont revus à la baisse en Nouvelle-Calédonie.
Prévision d'EBITDA revue à la hausse sur l'année : compte tenu de l'excellente dynamique pour les alliages de manganèse, et en prenant en compte un consensus révisé de prix moyen pour 2021 du minerai de manganèse (CIF Chine 44%) à 5,1$/dmtu et du cours du nickel au LME à 8,3$/lb2, l'EBITDA prévisionnel serait proche de 1 MdE.

Icade annonce des revenus locatifs en hausse de près de 4% à 525 ME sur les 9 premiers mois de l'exercice 2021.
Foncière Tertiaire : 273,1 ME, +1,9%, stable à périmètre constant ; ~140.000 m(2) de nouveaux baux signés et renouvelés pour un loyer facial annualisé de plus de 35 ME ;
Foncière Santé : 239,3 ME, +6,6%, +0,5% à périmètre constant ; renouvellement de 10 baux pour 12 ans avec Ramsay Santé portant sur ~38 ME de loyers faciaux.
Promotion : CA à 689,2 ME, +47% de hausse sur un an (CA économique en hausse de +~55% à 776 ME) ; réservations en hausse de +39% et ventes actées en hausse de +8% vs. T3 2020.
STRUCTURE FINANCIÈRE : Solidité des bilans d'Icade et d'Icade Santé avec la confirmation en juillet 2021 par S&P des notations BBB+, perspective stable, pour Icade et sa filiale Icade Santé.
CONFIRMATION DE LA GUIDANCE RÉHAUSSÉE EN JUILLET
-CFNC Groupe / action : hausse de ~+6% hors effet des cessions 2021, soit ~+3% yc l'effet des cessions 2021
-Dividende 2021 : hausse de +3% : Payout en ligne avec 2020 (83%) + quote-part de PV de cessions
Icade confirme par ailleurs les objectifs de CFNC de sa Foncière Santé au 31/12/2021 à 251 ME.

Sur l'ensemble du 1er semestre 2021, le chiffre d'affaires consolidé de Freelance.com a progressé de 60% à 212,2 ME, contre 132,5 ME réalisé un an auparavant. Cette progression s'établit à +15% en croissance organique. La performance commerciale du groupe est portée par l'activité française, en croissance de 73% sur le semestre avec un chiffre d'affaires de 183,3 ME (105,4 ME au 30 juin 2020), représentant 86% du total du Groupe.
Malgré le contexte sanitaire et les contraintes qui étaient encore en place dans de nombreux pays, l'activité internationale a connu un rebond de 25% sur le seul deuxième trimestre, permettant d'atteindre sur le semestre un volume d'affaires de 28,7 ME, en hausse de 6% par rapport au 1er semestre 2020.
Ces niveaux d'activité obtenus dans un contexte de redémarrage de l'économie européenne, reflètent la qualité du positionnement et du modèle commercial de Freelance.com. Il démontre également la capacité du groupe à intégrer de nouvelles compétences avec les acquisitions réussies d'Inop's, de TMC et de Coworkees. La complémentarité des offres est déjà plébiscitée par les clients grands comptes du Groupe, lui permettant d'envisager de nouvelles opportunités de croissance.
L'EBITDA consolidé a progressé de 85% sur le 1er semestre 2021 pour s'établir à 5,2 ME. Sur cette même période, le résultat d'exploitation est en croissance de 67% (4,2 ME) pour un taux de rentabilité en légère amélioration après intégration des investissements nécessaires au déploiement de la stratégie de développement (ressources humaines, marketing, informatique). Dans un environnement complexe de sortie de crise, Freelance.com a fait le choix de renforcer ses investissements afin d'accompagner au mieux entreprises et talents externes et de préparer la croissance future.
Le résultat net part du groupe ressort à 3,2 ME, en hausse de 48% sur le semestre (2,2 ME réalisé au 30 juin 2020).
Au 30 juin 2021, le groupe bénéficie d'une structure bilantielle solide avec des capitaux propres de 54,5 ME contre 47,8 ME au 31 décembre 2020.

Cybergun renoue avec un résultat opérationnel courant semestriel positif. Une première depuis 2014. Grâce à un chiffre d'affaires en hausse de 45% à 14,4 ME, le ROC passe sur un an de - 2,5 ME à +0,2 ME. L'Europe et l'Asie présentent une contribution positive qui compense une légère perte résiduelle aux Etats-Unis. Le Groupe a d'ores et déjà engagé les mesures nécessaires au redressement de cette zone d'activité. La perte opérationnelle est réduite de 87% à -0,6 ME, démontrant ainsi la capacité du groupe à ne plus être en situation de cash-burn. Le résultat net, qui intègre une charge financière sans impact sur la trésorerie de 1,9 ME résultant du traitement comptable en normes IFRS de la ligne de financement en fonds propres, ressort à -2,6 ME, contre -5,4 ME un an plus tôt.
Cybergun affiche au 30 juin une trésorerie positive de 2,6 ME. Le recours à la ligne de financement a permis de reconstituer les stocks et d'engager le plan de relance commercial qui s'avère être fructueux comme en témoigne la croissance du 1er semestre 2021. La dette obligataire inscrite au bilan à fin juin a été totalement convertie en actions depuis...

Au 30 septembre 2021, le PNB publié de CRCAM Languedoc est en progression de +16% à 465 millions d'euros par rapport au 30 septembre 2020 impacté par la Covid-19. Hors éléments exceptionnels et dividendes CAsa, le PNB sous-jacent évolue de +6,5% à 414,3 ME.
Le coût du risque crédit en dotation nette de 5,1 ME intègre un complément de provisions non affectées de 22 ME.
Le taux de créances douteuses poursuit sa décrue à 1,44% des encours de crédits. La Caisse Régionale conserve une couverture prudente avec un taux de provisionnement à 75,2%.
Après impôts, le Résultat Net s'établit à 154,7 ME en progression de +48,9% par rapport au 30 septembre 2020 (+5,6%/2019).
Le Résultat Net Consolidé (Part du Groupe) s'établit à 162,8 ME, en progrès de 108% en référence à un niveau de septembre 2020 impacté notamment par l'absence de dividende CAsa. La Caisse Régionale conserve un niveau de solvabilité solide comme en atteste son Ratio de solvabilité Bâle 3 qui s'élève au 30 juin 2021 à 23,6%, pour un minimum réglementaire de 10,53%. Elle dispose de 3,8 MdsE de réserves mobilisables (créances éligibles BCE, titres, OPCVM) et ses ratios de liquidité Bâle 3 (LCR 30/09 et NSFR 30/06) respectent le minimum requis (100%).
Les capitaux propres consolidés, à 4,5MdsE, représentent 13,4% du bilan consolidé qui s'élève à fin septembre 2021 à 33,2MdsE. Les dettes envers la clientèle, constitutives des dépôts à vue et à terme, représentent 30,3% du bilan, tandis que celles envers les établissements de crédit, essentiellement vis-à-vis de Crédit Agricole SA au regard des règles de refinancement internes au Groupe, représentent 50,3% du bilan. L'actif du bilan consolidé est constitué à 73,6% par les prêts et créances à la clientèle.

Sanofi : Un deuxième essai de phase III évaluant l'utilisation expérimentale de Dupixent (dupilumab) 300 mg une fois par semaine chez des patients de 12 ans et plus présentant une oesophagite à éosinophiles a atteint ses co-critères d'évaluation principaux et permis d'observer des améliorations significatives des manifestations cliniques (Questionnaire sur les symptômes de dysphagie) et des mesures histologiques de la maladie, comparativement à un placebo. L'oesophagite à éosinophiles est une maladie inflammatoire de type 2, chronique et évolutive, qui altère l'oesophage et provoque des troubles de la déglutition. En septembre 2020, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accordé la désignation de "médicament innovant" (Breakthrough Therapy) à Dupixent dans cette indication, chez les patients de 12 ans et plus.

Séché Environnement a publié un chiffre d'affaires contributif de 183,4 ME pour le 3ème trimestre 2021, en progression de +14,1% par rapport à la même période de 2020, avec une bonne dynamique sur ses marchés industriels de déchets dangereux, en France et dans les principales géographies du Groupe. La filiale sud-africaine Spill Tech a contribué pour 13,5 ME au chiffre d'affaires contributif de la période, cette bonne performance matérialisant l'intégration réussie de cette filiale acquise en début 2021 et la poursuite de sa dynamique de croissance au coeur de marchés porteurs.
A périmètre et change constant, la progression de l'activité consolidée ressort à +5,5% par rapport au 3ème trimestre 2020 (et de +7,2% par rapport à la même période de 2019), illustrant la poursuite depuis un an, du bon niveau d'activité des 2 filières de valorisation et de traitement au sein d'un environnement porteur en France comme dans la plupart des zones où le Groupe est implanté à l'International.
Sur les 9 premiers mois de 2021, le chiffre d'affaires contributif s'établit à 538,1 ME, marquant une hausse de +16,9% par rapport aux 9 premiers mois de 2020. Cette hausse comprend, à hauteur de 24,6 ME, la contribution de Spill Tech. A périmètre et change constant, la progression du chiffre d'affaires contributif sur les 9 premiers mois de 2021 s'affiche à +11,4% (et +13,7% par rapport aux 9 premiers mois de 2019).
Les tendances des 9 premiers mois de l'exercice confortent les attentes de Séché pour l'exercice en cours avec un chiffre d'affaires contributif 2021 qui devrait se rapprocher de 750 ME à périmètre constant et y compris TGAP (pour un montant attendu de 45 ME environ).
Séché présentera ses objectifs extra-financiers, en particulier sa stratégie de décarbonation, ainsi que sa trajectoire financière de moyen terme à l'occasion d'une Journée Investisseurs qui se tiendra le 14 décembre 2021.

Au 1er semestre 2021, Stradim réalise un chiffre d'affaires de 66,96 millions d'euros, en hausse de +66% par rapport au 1er semestre 2020 (40,35 ME).
Le résultat d'exploitation s'établit à 2,26 ME pour une rentabilité d'exploitation de 3,4%, en hausse de 0,5 point par rapport à l'ensemble de l'année 2020.
Le résultat de l'ensemble consolidé est de 2,08 ME, soit le double de celui de la période précédente. Le résultat net part du groupe se monte à 1,87 ME (1,02 ME au 30 juin 2020).

Solutions 30 relance sa politique de croissance externe avec l'acquisition de la clientèle et de certains actifs de la société Mono Consultants. Avec cette opération, Solutions 30 affirme ses ambitions sur le marché britannique, en renforçant son maillage territorial et son portefeuille clients dans le domaine des réseaux de télécommunications mobiles.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !