Cotation du 27/03/2020 à 18h05 CAC 40 -4,23% 4 351,49
  • PX1 - FR0003500008

Préouverture Paris : les sorcières sont de sortie

Préouverture Paris : les sorcières sont de sortie
Préouverture Paris : les sorcières sont de sortie
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 n'a pas résisté longtemps au-dessus de la barre des 6.100 pts, subissant des prises de profits en fin de séance dans le sillage de Wall Street hier soir. Ce matin, la tendance est de nouveau hésitante, la perspective de la journée des 'trois sorcières' augmentant la volatilité des indices boursiers, tandis que les publications d'entreprises se multiplient...

WALL STREET

La Bourse de New York a subi des prises de bénéfices hier soir, au lendemain de records pour le S&P 500 et le Nasdaq. Les investisseurs ont opté pour la prudence face aux effets négatifs prévisibles du coronavirus chinois sur les résultats des entreprises américaines... Les valeurs-refuge ont progressé, notamment les obligations (faisant chuter les taux d'intérêts), le dollar et l'or, ce dernier évoluant au plus haut depuis 7 ans. Les valeurs technologiques ont été à la peine, leurs chaînes d'approvisionnement étant fortement basées en Chine et en Asie.
A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,44% à 29.219 points, tandis que l'indice large S&P 500 a fléchi de 0,38% à 3.378 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a lâché 0,67% à 9.750 pts.
Parmi les valeurs en vue à Wall Street, Morgan Stanley (-4,5%) a lancé une offre publique d'échange sur le courtier en ligne E Trade Financial pour 13 milliards de dollars. L'action E*Trade a flambé de près de 22% pour s'aligner sur le prix de l'offre qui équivaut à environ 58,74$ (1,0432 action Morgan Stanley proposée pour chaque action E*Trade).

ECO ET DEVISES

Sur le front du coronavirus, les informations en provenance de Chine laissent entrevoir un certain ralentissement de l'épidémie dans la province de Hubei qui reste malgré tout à confirmer... A l'étranger, cependant, l'inquiétude monte avec de nouveaux décès en Corée du Sud et au Japon et une hausse du nombre des personnes contaminées. La Corée du Sud a ainsi annoncé un premier décès lié au coronavirus, tandis que deux passagers du navire de croisière Diamond Princess, en quarantaine au Japon, sont décédés.
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a toutefois salué jeudi les "énormes progrès" des autorités chinoises pour juguler l'épidémie. "Nous sommes encouragés par cette tendance, mais ce n'est pas le moment de faire preuve de complaisance", a cependant modéré le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'un point de presse à Genève. Soulignant le très faible nombre de cas recensés hors de Chine, il a toutefois estimé qu'il "pourrait ne pas le rester très longtemps"

Malgré des espoirs sur le plan sanitaire, les dégâts économiques du virus commencent à se faire sentir sur les entreprises, qui multiplient les avertissements sur leurs comptes. Après Apple, lundi, le numéro un mondial du transport maritime A.P. Moller-Maersk a émis un "profit warning" jeudi, ainsi que la compagnie aérienne Air France KLM.

L'Association internationale du transport aérien (IATA) a évalué la perte de chiffre d'affaires du secteur aérien mondial à près de 30 milliards de dollars en raison du virus, dont 27,8 Mds$ dans la zone Asie-Pacifique (dont 12,8 Mds$ pour le seul marché intérieur chinois).

Les indicateurs macro-économiques américain publiés jeudi restent toutefois solides, malgré les craintes concernant l'impact du coronavirus sur l'économie globale. L'indice manufacturier régional de la Fed de Philadelphie est même ressorti en février au plus haut depuis 2017 ! Il s'est établi à un niveau incroyable de 36,7, tiré par les commandes nouvelles, contre 12 de consensus de place et 17 en janvier. Plus tôt cette semaine, l'indice manufacturier 'Empire State' de la Fed de New York avait lui aussi largement dépassé les attentes.
En outre, l'indice des indicateurs avancés du Conference Board est ressorti en progression de 0,8% en janvier sur un mois, contre +0,3% de consensus de place et -0,3% pour le mois antérieur.
Sur le marché de l'emploi, les inscriptions au chômage ont atteint 210.000 a semaine dernière, contre 206.000 la semaine antérieure. Cette évolution ressort conforme aux attentes du marché.

Le vice-président de la Réserve fédérale, Richard Clarida, a estimé que l'économie américaine ne montrait aucun signe de ralentissement. Dans une interview à la chaîne américaine 'CNBC', le banquier central américain s'est ainsi montré peu préoccupé par l'impact potentiel de l'épidémie de coronavirus, et n'a pas laissé entendre que la Fed aurait à modifier sa politique monétaire dans les prochains temps.
"Les fondamentaux aux Etats-Unis sont solides : une croissance soutenue, un marché du travail au plus haut depuis 50 ans, une stabilité des prix avec une inflation proche de notre objectif (...) Le tableau parfait", a ainsi déclaré le numéro deux de la Fed.

De son côté, Goldman Sachs a mis en garde les investisseurs contre la complaisance face aux risques du Covid-19 pour les comptes des entreprises. "Les marchés actions sont de plus en plus exposés à des surprises négatives à court terme en ce qui concerne la croissance des bénéfices", a ainsi affirmé à 'Bloomberg TV' Peter Oppenheimer, le stratégiste en chef de Goldman Sachs.
"Alors qu'un marché baissier soutenu ne semble pas probable, une correction à court terme semble beaucoup plus plausible", a-t-il ajouté. Le stratégiste a précisé que l'exposition de l'indice Euro Stoxx 50 à la Chine est environ deux fois plus importante que celle du S&P 500, en raison de secteurs tels que l'industrie bancaire, l'automobile et le luxe.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de 6 grandes devises) s'est raffermi de 0,16% à 99,86$ points, tandis que l'euro a cédé encore un peu de terrain à 1,0790$, à son plus bas niveau depuis près de trois ans, en mars 2017.
L'or reste ferme à 1.620$ l'once, mais le pétrole marque une pause à 53,45$ (contrat à terme de mars coté sur le Nymex) tandis que le Brent de mer du Nord revient à 58,70$ après son récent rebond. Les stocks pétroliers hebdomadaires aux Etats-Unis, publiés jeudi, ont montré une légère hausse de 0,4 million de barils à 442,9 millions de barils, alors que le consensus était positionné à +2,5 millions de barils.
A suivre ce mercredi :
France :
- Indice flash PMI français des services. (09h15)
- Indice flash PMI manufacturier en France. (09h15)
Etats-Unis :
- Indice flash PMI manufacturier américain. (15h45)
- Indice flash PMI américain des services. (15h45)
- Reventes de logements existants. (16h00)

VALEURS A SUIVRE

Sopra Steria a signé un accord de négociations exclusives en vue d'acquérir le bloc de contrôle représentant 94,03% du capital social de la société Sodifrance.
Le projet d'acquisition de la société Sodifrance vise à créer un leader français des services du numérique dédiés au secteur de l'assurance et de la protection sociale, secteur à fort potentiel de croissance et sur lequel le Groupe a de fortes ambitions.
Sopra Steria et les actionnaires majoritaires de Sodifrance ont signé un protocole de négociations exclusives en vue de l'acquisition du bloc de contrôle représentant 94,03% du capital social de la société Sodifrance à un prix de 17,10 euros par action.

Sopra Steria annonce une croissance du chiffre d'affaires consolidé de 8,3% à 4.434 ME. La croissance organique du chiffre d'affaires est de 6,5%. l'augmentation de 15,1% du résultat opérationnel d'activité à 354,3 ME est à souligner, soit un taux de marge de 8% (7,5% en 2018). La hausse du résultat net part du groupe ressort à 28,1% à 160,3 ME.
Le Flux net de trésorerie disponible est de 229,3 ME (173,1 ME en 2018), représentant un taux de transformation de 51% du résultat opérationnel d'activité en cash (50% en 2018)
Le flux net de trésorerie disponible s'est élevé à 229,3 ME (173,1 ME en 2018), ce qui traduit une amélioration du taux de transformation du résultat opérationnel d'activité en flux de trésorerie à 51% (50% en 2018), confirmant la tendance orientée à la hausse depuis 2015. Cette performance s'explique notamment par une diminution de 6 jours du délai moyen de règlement des comptes clients.

Valeo se réjouit d'une accélération de sa surperformance et de sa génération de cash en 2019. Sur l'année 2019, les prises de commandes atteignent un montant total de 22,8 milliards d'euros (incluant 0,8 milliard de commandes acquises par Valeo Siemens eAutomotive), dont 47% d'innovations. Les prises de commandes du groupe (22 milliards d'euros) s'élèvent à 1,34 fois les ventes première monte. Le chiffre d'affaires consolidé s'élève à 19,24 milliards d'euros, en hausse de 1% (stable à périmètre et taux de change constants). Le chiffre d'affaires première monte s'établit à 16,12 milliards. Il est stable à périmètre et taux de change constants, ce qui correspond à une surperformance de 6 points sur l'année, en forte accélération au 2nd semestre (+4 points au 1er semestre et +8 points au 2nd semestre). Tous les Pôles d'activité surperforment le marché. Par ailleurs, Valeo conserve une répartition équilibrée de ses activités entre les principales régions de production automobile et les principaux clients constructeurs.
Face à un environnement économique et géopolitique particulièrement instable et une baisse significative de la production automobile (-6%), Valeo a poursuivi la mise en oeuvre de son plan de réduction des coûts qui s'est traduit notamment par une baisse des frais de recherche et développement et des coûts administratifs et commerciaux.
Ainsi, la marge opérationnelle s'élève à 5,8% du chiffre d'affaires hors impact de la grève chez General Motors, en ligne avec la guidance publiée en octobre 2019 et les informations communiquées lors de la journée investisseurs du 10 décembre 2019. Cette performance est atteinte en dépit du ralentissement du marché en Europe et en Chine plus prononcé qu'escompté conduisant à une baisse de 6% de la production automobile mondiale. Au 2nd semestre, la marge opérationnelle s'élève à 6,1% du chiffre d'affaires hors impact de la grève chez GM, soit une amélioration de 1,3 point par rapport à la même période en 2018.
Après prise en compte des autres produits et charges pour un montant de 65 millions d'euros, du coût de l'endettement financier net de 73 millions d'euros et d'un taux effectif d'imposition de 29,4%, le résultat net part du groupe s'élève à 313 millions d'euros, soit 1,6% du chiffre d'affaires. Hors éléments non récurrents (comprenant l'activité commandes sous volant, l'impact de la grève chez General Motors et les autres produits et charges), le résultat net s'élève à 444 millions d'euros soit un résultat par action hors éléments non récurrents de 1,86 euro.
L'EBITDA s'établit à 2,496 MdsE, 12,8% du chiffre d'affaires. Hors éléments non récurrents (hors l'activité commandes sous volant et hors l'impact de la grève chez General Motors), il s'élève à 2,551 MdsE, soit 13,2% du chiffre d'affaires. Au 2nd semestre, il s'inscrit en forte hausse à 1,332 MdE, soit 13,7% du chiffre d'affaires, +2,2 points par rapport à la même période en 2018. Conformément au plan décrit lors de la journée investisseurs, l'EBITDA bénéficie de l'accélération (+29%) de l'amortissement des frais de développement consécutive à la mise en production de nombreux projets au cours de l'année 2019.
La génération de cash flow libre s'élève à 519 millions d'euros. Elle résulte de l'amélioration de l'EBITDA de 86 millions d'euros, de la baisse du besoin en fonds de roulement de 301 millions d'euros (diminution des stocks d'outillages et des retards de paiement clients) et de la baisse des flux d'investissement de 150 millions d'euros.
Valeo anticipe une baisse de la production automobile de 2% sur l'année 2020. Hors impact possible du coronavirus en Chine, le groupe se fixe les objectifs suivants pour l'année 2020 en ligne avec les objectifs présentés lors de la journée investisseurs :
- Surperformance supérieure à 5 points ;
- Contrôle strict des coûts et des investissements ;
- Poursuite de l'augmentation de l'EBITDA et amélioration de la marge opérationnelle hors quote-part dans les résultats des sociétés mises en équivalence (en % du CA) ;
- Réduction de l'impact de la coentreprise Valeo Siemens eAutomotive sur la ligne quote-part dans les résultats des sociétés mises en équivalence ;
- Génération significative de cash flow libre.

Groupe ADP a annoncé un accord portant sur le rachat, sous certaines conditions, d'une participation de 49% de GMR Airports. L'opération se déroulera en deux étapes. Une première étape sera réalisée dans les prochains jours pour une participation de 24,99%. La seconde étape, pour 24,01%, est soumise à certaines conditions règlementaires, notamment l'obtention des autorisations administratives habituelles dans ce type de projet en particulier de la part de la Reserve Bank of India. Elle se conclura dans les prochains mois. A l'issue de cette opération, GMR Airports sera détenue conjointement avec GMR Infrastructure Limited (GIL), entité cotée du Groupe GMR, qui conservera 51% et le contrôle de la société. ADP bénéficiera de droits de gouvernance très étendus.
GMR Airports, groupe aéroportuaire indien de premier plan, dispose d'un portefeuille d'actifs de classe mondiale comportant sept aéroports dans trois pays (Inde, Philippines et Grèce) ainsi qu'une filiale de management de projets (GADL). Trois des sept aéroports sont opérés par GMR Airports : il s'agit des aéroports internationaux de Delhi et Hyderabad en Inde (consolidés par intégration globale dans les comptes de GMR Airports) et de l'aéroport de Mactan Cebu aux Philippines (consolidé par mise en équivalence dans les comptes de GMR Airports). Ils ont accueilli 102 millions de passagers en 2019 soit une hausse de 8,4%. Les quatre autres aéroports qui ont accueilli 22 millions de passagers en 2019, sont soit en cours de développement (Goa, Heraklion) soit gagnés aux enchères (Nagpur, Boghapuram). Ils seront exploités par GMR Airports une fois les travaux terminés. Lors de l'exercice fiscal 2019, conclu le 31 mars 2019, GMR Airports a enregistré un chiffre d'affaires global de 715 millions d'euros et un EBITDA de 205 millions d'euros.
Le prix d'acquisition des 49% a été arrêté à environ 107,8 milliards d'INR (soit environ 1,36 milliard d'euros). Le taux de rentabilité interne (TRI) prévisionnel en roupie indienne est supérieur à 10%. Le Groupe ADP prévoit de comptabiliser GMR Airports par mise en équivalence. La politique de distribution de dividende du Groupe ADP d'au moins 60% du résultat net part du groupe pour les exercices 2019 et 2020 est confirmée. Il est anticipé que cette opération aura un impact limité sur le bénéfice par action des 5 prochaines années puis soit fortement relutive après 2025. Sur le moyen et long terme, cette opération contribuera fortement à la croissance du retour sur capitaux employés du groupe.
Il est prévu que le Groupe ADP dispose de droits étendus incluant la présence au conseil d'administration de GMR Airports du même nombre de membres que GMR Infrastructure Limited. Groupe ADP disposera également de la possibilité de nommer des positions clés prédéterminées au sein de GMR Airports.
Cette acquisition s'inscrit dans la stratégie de développement international du groupe exposée lors de la journée investisseurs du 5 avril 2019. Cette dernière se fonde notamment sur l'acquisition de clusters dans des régions à l'économie et au trafic aérien dynamiques. L'acquisition sera financée par la trésorerie d'Aéroports de Paris et, le cas échéant, par recours à l'emprunt.
L'opération financière s'accompagne de la conclusion d'un partenariat industriel stratégique avec GMR sur le développement des activités aéronautiques, les commerces, les services informatiques, l'hospitalité, l'innovation et l'ingénierie. Cette opération prépare également la croissance future du Groupe ADP tant avec les actifs existants, par la croissance de trafic attendue, l'horizon long terme de leurs concessions et les importantes réserves de capacité dont ils disposent, que pour les opérations de développement à venir. Avec trois plateformes de développement de premier plan - Groupe ADP, TAV Airports et GMR Airports -, "cette opération conduit à créer le premier réseau mondial d'aéroports", estime ADP.

Atari fait appel au marché. Le groupe lance une augmentation de capital en numéraire avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS) d'un montant de 3,59 millions d'euros par l'émission de 12.805.823 Actions Nouvelles au prix unitaire de 0,28 euro, représentant une décote de 6,67% par rapport au cours de clôture du 17 février 2020 (0,30 euro), précédant la fixation du prix de l'émission par le Directeur Général d'Atari et une décote de 10,87% par rapport à la moyenne pondérée des volumes des 20 séances de Bourse précédant la fixation du prix de l'émission par le Directeur Général (0,314 euro). Le montant de l'émission pourra être porté à 4,12 ME correspondant à l'émission de 14.726.696 actions nouvelles en cas d'exercice de la clause d'extension à hauteur de 15% du montant initial.
Ker Ventures, société détenue à 100% par Frédéric Chesnais, PDG d'Atari, détenant 18,38 % du capital de la Société a indiqué souscrire à titre irréductible à hauteur de 1 million d'actions soit environ 0,28 ME et un investisseur institutionnel a consenti une garantie à hauteur de 0,2 ME. L'ensemble de ces intentions représente plus de 75% de l'augmentation de capital envisagée.
L'éditeur et producteur de divertissement interactif annonce par ailleurs le lancement prochain d'une série de jeux mobiles avec 2 studios partenaires : 'ATARI Combat : Tanks & Puzzles' et 'Mob Empire'.

Teleperformance affiche une croissance à deux chiffres de l'activité, soit +20,6% à données publiées et +10,6% en croissance organique.
On note un gain de 70 points de base de la marge d'EBITA courant qui atteint 14,3% et une progression de +28,3% du résultat net qui s'établit à 400 ME.
La société va proposer un dividende par action de 2,40 Euros en hausse de + 26,3%.
Les objectifs 2020 sont une croissance organique du chiffre d'affaires supérieure ou égale à +7% et amélioration de la marge d'EBITA courant d'au moins + 10 points de base.
Les objectifs financiers 2022 sont confirmés avec un chiffre d'affaires d'environ 7 Milliards d'Euros, incluant des acquisitions ciblées dans les services à forte valeur ajoutée.
La croissance moyenne à données comparables devrait être supérieure ou égale à +7% par an sur la période 2020-2022 avec une progression moyenne du taux de marge d'EBITA d'au moins +10 points de base par an sur la période...

Genfit annonce que la levée d'aveugle des données de sa Phase 3 Resolve-IT sera différée de manière à incorporer les derniers commentaires de la FDA attendus à la fin du mois de mars.
Les principaux résultats intermédiaires seront annoncés dans les semaines suivant la réception de ces commentaires.
Cette décision a été prise dans le but d'appréhender au mieux l'état actuel de la réflexion au sein de l'écosystème NASH, pour que la société puisse optimiser le dossier de NDA d'elafibranor au moment de sa soumission.
Genfit précise qu'à ce stade, l'essai clinique reste en double aveugle, ce qui signifie que ce délai n'est en aucun cas lié à : une question d'efficacité d'elafibranor ; une question de tolérabilité ou de sécurité d'emploi d'elafibranor ; un sujet d'ordre corporate, légal, stratégique ou financier.
La dette financière nette, s'est établie à 513,9 ME, en diminution de 17% par rapport au 31 décembre 2018. Elle représentait 1,26 fois l'EBITDA pro forma 2019 avant impact IFRS 16 (covenant financier fixé à 3 fois max.).
Sopra Steria proposera à la prochaine Assemblée Générale des actionnaires la distribution d'un dividende de 2,40 euros par action (1,85 euro au titre de l'exercice 2018).

ERYTECH Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, annonce aujourd'hui la signature d'un partenariat stratégique avec le service de don du sang de la Croix-Rouge allemande de Baden-Württemberg-Hessen (GRCBDS), afin d'utiliser les globules rouges, provenant de dons de sang collectés par l'établissement, pour la production de ses candidats-médicaments, dont eryaspase, sur les futures sites de fabrication en Europe.

Clasquin : La marge commerciale brute a connu au 4e trimestre 2019 une très forte croissance (+20,1%) dynamisée par l'effet lié à la variation de périmètre (+7,7%), l'incidence de l'effet de change (+1,4%) et le solide développement à périmètre constant des activités Aériennes (+14,5%), Maritimes (+11,2%), Roll on/ Roll off (+16,7%) et Autres (+5,4%)...
La solide croissance de la marge commerciale brute observée tout au long de l'année (+10,7% à périmètre et changes constants ; +11,4% à périmètre et changes courants) a été portée à la fois par des marges unitaires robustes et par un très fort développement de l'activité US (+52,1%) et des flux avec le Maghreb (+19,3%). Elle ressort à 76,7 millions d'euros (68,9 ME en 2018).

Thermador Groupe achève l'année 2019 par un 4e trimestre en nette progression qui améliore encore sa performance cumulée. Malgré la baisse du marché français des logements neufs et les mouvements sociaux qui ont sans doute perturbé l'activité en début et fin d'année, la croissance à périmètre constant du groupe a atteint +8,3%. L'ajout en année pleine du chiffre d'affaires de Rousseau conduit à une augmentation de +18,5% du chiffre d'affaires consolidé qui atteint 368,8 millions d'euros (311,19 ME en 2018).
Le résultat opérationnel progresse de +8,6% à 47,82 ME (+8,2% à périmètre constant), "freiné" par un taux de change euro/dollar peu favorable au 1er semestre. La baisse du taux d'imposition entraîne une hausse plus forte du résultat net qui atteint 32,37 ME.
Les équipes de Thermador Groupe ont redoublé d'efforts pour améliorer la rotation des stocks ce qui se traduit par une baisse de 22 jours (achats consommés). Au 31 décembre 2019, la trésorerie nette s'élève à 32,3 ME, la dette bancaire à 41,7 ME et les capitaux propres après affectation du résultat à 203,2 ME. Ce faible endettement permet à Thermador Groupe de rester serein en toute situation.
L'Assemblée générale de Thermador Groupe se tiendra à Lyon le 6 avril à 17h, à l'Hôtel Dieu. Le Conseil proposera aux actionnaires une politique de distribution en cohérence avec l'évolution à long terme des résultats. La société proposera un dividende de 1,8 euro, en hausse de 2,9%.

GTT va racheter 100% du capital de Marorka auprès de ses actionnaires et dirigeants. Basée en Islande et spécialisée dans le Smart Shipping, cette société conçoit des systèmes de reporting opérationnel et d'optimisation de la performance énergétique des navires, permettant de réduire ainsi leur empreinte environnementale. Plus de 600 navires sont aujourd'hui équipés d'un système Marorka.

Transgene a annoncé qu'un premier patient a reçu le virus oncolytique de nouvelle génération TG6002 par voie intra-artérielle hépatique (IAH), comme traitement locorégional des métastases hépatiques non opérables d'un cancer colorectal (CCR). Cette procédure s'est déroulée à l'hôpital universitaire St James de Leeds (Royaume-Uni). Le Dr Adel Samson est l'investigateur principal de cet essai.

Nacon, acteur intégré du jeu vidéo en forte croissance, annonce le lancement de son introduction en Bourse en vue de l'admission de ses actions aux négociations sur le marché réglementé d'Euronext Paris (Code ISIN : FR0013482791 ; mnémonique : NACON).
Dans le cadre de cette opération, Nacon effectue une augmentation de capital d'un montant d'environ 88,4 millions d'euros pouvant être porté à 107 ME en cas d'exercice intégral de la clause d'extension et de l'option de surallocation.
Ce montant serait réalisé sur la base du prix médian de la fourchette indicative de prix, soit 5,35 euros par action. La fourchette indicative de prix de l'offre à prix ouvert est en effet entre 4,90 euros et 5,80 euros.
Les engagements de souscription représentent un montant de 21,9 ME, dont 10 ME par Bpifrance Capital.
La période de souscription court du 20 février au 4 mars 2020 pour l'offre à prix ouvert destinée aux personnes physiques, et jusqu'au 5 mars pour le Placement Global destiné aux investisseurs institutionnels. Le prix de l'offre sera arrêté le 5 mars.
Créée en octobre 2019, suite à la décision de Bigben Interactive SA de regrouper les activités de son Pôle Gaming au sein d'une nouvelle entité, Nacon SA est un pure player du jeu vidéo. La société englobe les activités d'éditeur-développeur de jeux vidéo et de concepteur-distributeur d'accessoires Gaming Premium. Sa stratégie réside dans sa volonté de devenir un acteur intégré de l'édition de jeux vidéo, positionné sur le segment des jeux vidéo "AA" au budget maîtrisé, avec une logique de spécialisation et de recherche de niches aujourd'hui peu ou pas exploitées par les majors de l'industrie.

AB Science SA annonce que l'étude de phase 2B/3 (AB07002) évaluant le masitinib administré par voie orale dans le traitement de la sclérose en plaques progressive primaire (PPMS) et de la sclérose en plaques secondairement progressive non-active (nSPMS) a atteint son objectif principal à la dose de 4,5 mg/kg/jour. Cet effet du traitement était conservé numériquement dans les sous-populations PPMS et nSPMS.

SES-imagotag affiche un chiffre d'affaires annuel de 247,4 ME (+31,7%), dépassant légèrement l'objectif de +30% fixé pour l'année, permettant au groupe d'être en bonne voie pour atteindre l'objectif 2022 de 800 ME de chiffre d'affaires annuel. Les ventes à l'international progressent de +40,2% à 180 ME, grâce à une forte présence sur les principaux marchés européens ainsi que sur de nouvelles zones situées hors Europe sur lesquelles SES-imagotag a fait d'importants efforts d'investissements au cours des dernières années. Ses clients internationaux se montrent de plus en plus réceptifs aux avantages de sa plateforme VUSION offrant aux magasins une solution omnicanale agile et totalement intégrée. La part des ventes à l'international représente sur l'exercice plus de 70% du chiffre d'affaires.

Le Groupe Bastide a réalisé un deuxième trimestre solide en enregistrant un chiffre d'affaires de 91,3 ME, en hausse de 7,2% (+5,2% en organique). Cette performance est d'autant plus satisfaisante qu'elle intègre comme attendu des effets tarifaires défavorables en Stomathérapie et en Perfusion.
Cette progression porte le chiffre d'affaires semestriel à 176,6 ME (+8,1%, dont +6,2% en organique) confirmant la bonne dynamique globale du groupe. Toutes les activités contribuent à la croissance.
Le Groupe confirme ses objectifs de chiffre d'affaires annuel compris entre 355 et 365 ME (après ajustement IFRS 15), hors nouvelles opérations de croissance externe, et de marge opérationnelle courante située entre 8,5% et 9%.
Le Groupe continue par ailleurs d'étudier des opérations de croissance externes, de petite taille, afi n de renforcer ses positions sur ses métiers à plus forte technicité...

Amplitude Surgical affiche au premier semestre de son exercice 2019-2020 un chiffre d'affaires de 49,8 ME, en progression de 5,8% et 5,7% à taux constants. Sur le marché français, le chiffre d'affaires semestriel d'Amplitude Surgical est en progression de 1,1% à 30,4 ME.
L'activité internationale ressort à 19,4 ME, en croissance de 14,2% et de 13,9% à taux constants, portée à la fois par la performance des filiales et des distributeurs. Les filiales enregistrent une croissance de 13,2% à 14,4 ME, notamment grâce à la contribution du Brésil, de l'Afrique du Sud et des Etats-Unis pour l'activité Novastep. Les distributeurs sont aussi en forte progression de 16,1% à 5,1 ME.
Amplitude Surgical maintient une structure financière solide avec, à fin décembre 2019, une trésorerie et équivalents de trésorerie proche de 19,2 ME contre 19,6 ME à fin juin 2019. Le groupe confirme ses objectifs annuels.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !