Cotation du 26/02/2024 à 18h05 CAC 40 -0,46% 7 929,82
  • PX1 - FR0003500008

Préouverture Paris : hésitations en vue avant l'inflation US

Préouverture Paris : hésitations en vue avant l'inflation US
Préouverture Paris : hésitations en vue avant l'inflation US
Crédit photo © Euronext

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Après les nouveaux records établis à Paris en clôture hier, mais pas en séance puisque le CAC 40 est resté sous la barre des 7.700 points, la tendance est plus hésitante ce mardi matin, alors que le marché attend l'indice d'inflation US cet après-midi pour le mois de janvier qui pourrait bien être redescendu sous les 3% en glissement annuel... Par ailleurs, une nouvelle vague de publications d'entreprises est prévue mercredi et jeudi à Paris, avec quelques grands noms de la cote comme Schneider, Capgemini, Essilor, Legrand, Airbus, FDJ, Renault ou encore Stellantis. De quoi patienter avant de se lancer à l'assaut des records...

WALL STREET

Wall Street s'est affiché un peu plus hésitant lundi soir, toujours proche de ses sommets, en attendant une nouvelle batterie d'indicateurs économiques comprenant donc notamment les chiffres de l'inflation US dès ce mardi. Le S&P 500 rend 0,09% à 5.021 pts, le Dow Jones prend 0,33% à 38.797 pts, mais le Nasdaq a glissé de 0,30% à 15.942 pts.

Cotation...Comptage

ECO ET DEVISES

Sur le front économique à Wall Street, la gouverneure Michelle Bowman a jugé que des risques persistaient dans la lutte contre l'inflation et qu'il était par conséquent "trop tôt" pour considérer une baisse de taux dans l'immédiat... Ainsi, dans un futur proche, des assouplissements monétaires ne seraient pas appropriés selon elle...
L'indice américain des prix à la consommation du mois de janvier 2024 sera donc révélé ce mardi à 14h30 (consensus FactSet +0,2% en comparaison du mois antérieur ou +2,9% en glissement annuel ; +0,3% et +3,7% hors alimentation et énergie).

Du côté du pétrole, le baril de brut WTI est stable à 77$. Le dollar est ferme face à l'euro, à 1,0770/$. L'once d'or pointe à 2.020$. Le Bitcoin s'apprécie à plus de 50.000$ !

VALEURS A SUIVRE

Michelin a publié un bénéfice opérationnel annuel record, aidé par l'impact différé des ajustements de prix passés en 2022. Le groupe a enregistré un résultat opérationnel des secteurs de 3,57 Milliards d'euros pour l'année 2023, dépassant les prévisions des analystes qui tablaient sur 3,42 MdsE selon un consensus de place. Le groupe a délivré un Free cash flow élevé de 3 Milliards d'euros, reflétant la solidité de sa stratégie. Les ventes totalisent 28,3 Milliards d'euros, en hausse de 2% à taux de change constants, le mix et les prix ayant compensé les conditions défavorables du marché.
Les problèmes logistiques liés à la mer Rouge ont pesé sur 4% des flux de produits finis du groupe, principalement le caoutchouc naturel, mais la crise aura un impact "raisonnablement marginal" sur les résultats de 2024, selon la direction. Michelin s'attend désormais à un résultat opérationnel des secteurs supérieur à 3,50 Milliards d'euros en 2024, tandis que les analystes tablaient en moyenne sur 3,59 Milliards d'euros.
Le management souligne la hausse de 4% de l'EBITDA à 5,5 Milliards d'euros, soit 19,4% du chiffre d'affaires, avec une réduction de 1 Milliard d'euros du besoin en fonds de roulement reflétant une baisse des volumes et de la valeur des stocks.
Le résultat net de l'exercice est stable à 2 Milliards d'euros malgré des provisions pour restructuration industrielle de 0,6 Milliard d'euros.
Un dividende de 1,35 euro par action sera soumis à l'Assemblée générale, en hausse de 8% par rapport à 2022.
Compte tenu de sa génération structurelle de trésorerie et de la solidité de sa structure financière, le groupe va lancer un programme de rachat d'actions, qui pourrait représenter jusqu'à 1 milliard d'euros sur la période 2024-2026.
Michelin poursuit sa stratégie "Michelin in Motion 2030" sur ses deux autres piliers. En ce qui concerne les Personnes, 2023 a enregistré un taux d'engagement record de 83,5%. Le Groupe améliore également son empreinte environnementale en réduisant de 10% ses prélèvements d'eau et de 6% ses émissions de CO2 (scopes 1&2).
Guidance 2024 : dans un contexte de marchés mondiaux stables, l'objectif de Michelin est de dégager un résultat opérationnel des secteurs supérieur à 3,5 Milliards d'euros à taux de change constant et un cash-flow libre publié avant acquisitions supérieur à 1,5 Milliards d'euros.

Beneteau a dévoilé un chiffre d'affaires 2023 record de 1.785 ME, en croissance de 18% par rapport à 2022. En application de la norme IFRS 5, le Groupe est amené à retraiter l'activité Habitat, dont la cession est en cours de revue par l'Autorité de la concurrence en France, celle-ci étant dorénavant présentée en " activité destinée à être cédée ". Hors Habitat, le chiffre d'affaires du Groupe en données publiées s'élève donc à 1.465 ME, en croissance de 17% à périmètre comparable.
Cette croissance de la division Bateau est alimentée par la normalisation des conditions d'approvisionnement. Celle-ci a permis aux réseaux de distribution de reconstituer un niveau de stock similaire, en nombre d'unité, à ce qu'il était avant Covid, contribuant à hauteur de près de 240 ME au chiffre d'affaires de l'exercice, soit 150 ME de croissance par rapport à 2022.
L'activité Voile, qui représente 47% des ventes sur l'exercice, a progressé de plus de 30% sur la période. Cette performance, supérieure au marché, est particulièrement remarquable sur les segments des catamarans (+39%). Sur l'exercice, l'Europe, en croissance de 18%, représente désormais 50% des ventes de la division Bateau tandis que les Amériques du Nord & Centrale, en croissance de 7% à parité constante, en représente 30%.
Au quatrième trimestre, les ventes de la division Bateau ont été supérieures aux dernières prévisions du Groupe. Si l'activité Voile a poursuivi une croissance à deux chiffres (+10%), l'activité Moteur en recul de 30% confirme le ralentissement de la demande sur les segments du Dayboating, affectés par la hausse des taux d'intérêt, tandis que pour les plus grandes unités la seconde partie de 2022 avait été fortement majorée par un report de livraison du premier vers le second semestre.
Dans la division Habitat, les ventes annuelles se sont élevées près de 320 ME, en progression de 24%, bénéficiant de la dynamique favorable des marchés de l'hôtellerie de plein air, particulièrement sur le marché français.
Ces niveaux remarquables de chiffre d'affaires pour les deux divisions, associés à l'efficacité opérationnelle et une bonne gestion de l'inflation, permettront au Groupe de dépasser sensiblement sa dernière prévision de résultat opérationnel courant de 210 ME sur l'exercice 2023 (avant application de la norme IFRS 5 liée au processus de cession de l'Habitat). Ainsi, les marges opérationnelles des deux métiers du Groupe dépasseront les 12% projetés pour la division Bateau et les 11% annoncés pour la division Habitat.
Comme anticipé lors des dernières publications, les hausses significatives des taux d'intérêt, combinées aux effets de l'inflation, vont contraindre les distributeurs à optimiser leurs niveaux de stocks en 2024. Un impact négatif de 100 à 150 ME est attendu sur l'exercice 2024, alors que le phénomène inverse était observé sur les exercices 2022 et 2023. Ces fortes variations de stocks devraient se normaliser en 2025. Dans ce contexte et avec la poursuite de la montée en gamme de son offre produit ainsi que la flexibilisation de son outil industriel, Beneteau une marge opérationnelle courante 2024 comprise entre 7% et 10% pour la division Bateau.

Stellantis NV souhaite augmenter la capacité de production de ses modules de propulsion électrique (EDM) en transformant le site de Szentgotthard, en Hongrie.
L'investissement de 103 millions d'euros consenti dans le site de Szentgotthard, qui comprend les subventions et les contributions du gouvernement hongrois, constitue le dernier exemple de la détermination de Stellantis à transformer ses usines existantes pour l'avenir électrique du secteur. En effet, l'entreprise a déjà modernisé les sites de Tremery-Metz, en France, et de Kokomo, dans l'Indiana aux Etats-Unis, pour accueillir la production d'EDM. Par ailleurs, le complexe de Mirafiori en Italie prévoit, pour 2024, une montée en cadence de la production des boîtes de vitesses électrifiées à double embrayage (eDCT) destinées aux véhicules hybrides et hybrides rechargeables de Stellantis.
"Grâce à cet investissement la Hongrie jouera un rôle plus important dans la transition de l'industrie automobile vers l'électrification", a déclaré le ministre Péter Szijjártó. "Désormais, la fabrication de systèmes de motorisation traditionnels côtoiera la production de modules de propulsion électrique. Avec cet investissement, nous protégeons les emplois et assurons l'avenir de l'usine de Szentgotthárd".
Le site de Szentgotthard produit actuellement les moteurs à combustion interne 1,2 L turbo à 3 cylindres et 1,6 L à 4 cylindres utilisés dans plusieurs modèles des marques Stellantis. Les employés de Stellantis bénéficieront d'une formation de perfectionnement pour répondre aux exigences de la production d'EDM en matière d'usinage et d'assemblage.
La production devrait démarrer fin 2026...

À la suite de l'article paru sur le site de Challenges.fr, Wendel dément être entrée au capital du courtier français Diot Siaci et avoir conclu la moindre transaction sur le capital de cette société.

Fnac Darty : Dans une décision publiée ce 12 février, la Supreme Court de Londres refuse la demande du liquidateur de Comet Group Limited de contester le jugement rendu par la Cour d'appel de Londres en octobre 2023 en faveur de Darty Holdings SAS, filiale du Groupe Fnac Darty.
Cette décision clôt définitivement le contentieux lié à la cession de Comet Group Limited en 2012.
Fnac Darty devrait recevoir le solde de la somme initialement versée en décembre 2022 ainsi que le remboursement des frais de procédure engagés et d'intérêts, soit un impact positif sur sa trésorerie estimé à au moins 40 millions d'euros d'ici 45 jours ouvrés.
Fin 2023, la décision rendue en première instance par la High Court de Londres ayant été infirmée, le groupe avait reçu environ 100 ME.
Rappelons qu'en novembre 2022, la High Court de Londres avait émis un jugement en première instance en faveur du liquidateur de Comet. Fnac Darty avait été contraint de payer 112 millions de livres sterling en décembre 2022, mais contestait fermement sur le fond et avait fait appel de la décision.

STMicroelectronics et Mobile Physics, une start-up spécialisée dans le développement de logiciels pour la physique environnementale, annoncent une collaboration exclusive qui permettra aux smartphones et à d'autres appareils de mesurer la qualité de l'air à l'intérieur des habitations au moyen d'un capteur optique intégré.
Développée exclusivement pour les capteurs de télémétrie multizones de ST dans les smartphones (caméra laser autofocus) ou dans des applications de détection de présence, cette solution mesure les particules présentes dans l'air environnant. Avec une précision comparable aux instruments professionnels mesurant la qualité de l'air, l'application "enviromètre" portable et personnelle de Mobile Physics mesure la qualité de l'air et détecte la fumée, préservant la santé des utilisateurs et améliorant la sécurité contre les incendies. Fabriquée dans une technologie peu gourmande en énergie développée par ST, cette solution peut envoyer une notification en temps réel à l'utilisateur, avec un impact minime sur l'autonomie de la batterie.

Sur l'ensemble de l'année 2023, le groupe M2i a enregistré une activité record à 58,71 millions d'euros, en croissance organique de +5% par rapport à 2022. Ce niveau d'activité confirme le bon dynamisme du groupe sur le marché porteur de la formation professionnelle, où M2i accentue sa position de leader dans les domaines de l'IT, du Digital et des Soft Skills.
En raison d'une base de comparaison défavorable, le chiffre d'affaires atteint 18,03 ME au 4e trimestre 2023. Il est en légère décroissance de -5,1%. Le groupe avait enregistré au 4e trimestre 2022 une croissance interne exceptionnelle de +30%.
M2i entend poursuivre sa stratégie de croissance et l'amélioration de ses marges au cours des prochains exercices. "Après un second semestre 2023 marqué par un certain attentisme, les perspectives d'activité en début d'exercice 2024 apparaissent soutenues", précise le groupe.

Sur l'ensemble de l'année 2023, Prologue dépasse ses plus hauts historiques avec un chiffre d'affaires qui atteint 111,73 millions d'euros, en croissance de +3,1%.
Dans un contexte d'attentisme, et en raison d'une base de comparaison défavorable, le chiffre d'affaires du 4e trimestre 2023 atteint 32,28 ME. Il est en légère décroissance de -4,7%. Le groupe avait en effet enregistré, au 4e trimestre 2022, une croissance interne exceptionnelle de +23%.
En France d'une part, et en Espagne d'autre part, l'activité progresse respectivement de +2,2% et +7,2% pour des facturations 2023 de 74,54 ME et 33,47 ME. Aux Etats-Unis et en Amérique Latine, le chiffre d'affaires s'inscrit en 2023 en repli de -12,1% à 3,73 ME.
Prologue entend poursuivre sa stratégie de croissance interne dynamique tout en concentrant ses efforts sur la progression de sa rentabilité.
"Après une fin d'année 2023 marquée par un marché attentiste, l'année 2024 laisse déjà entrevoir de bonnes perspectives", indique le management de Prologue.

En 2023, la société Les Constructeurs du Bois a poursuivi sa trajectoire de croissance avec un chiffre d'affaires de 14,9 millions d'euros, en progression de +38%.
La montée en puissance de son modèle alliant offre globale de construction en bois et recours privilégié aux circuits courts permet à LCB d'anticiper les prochains seuils de décarbonation de la Ville de demain et de répondre à la demande croissante des institutionnels pour ses offres résidentielles et tertiaires.
Afin d'accompagner la croissance de son carnet de commandes et répondre à ses engagements envers une construction durable et décarbonée, LCB a accéléré ses recrutements portant sur tous les pôles d'activité avec notamment les nominations d'un économiste de la construction, d'ingénieurs thermiques et de dessinateurs. La gouvernance a été parallèlement renforcée avec l'arrivée d'un responsable 'corporate'.
Afin de poursuivre le financement de nouveaux projets écologiques bas carbone et accélérer sa croissance organique, LCB a aussi renforcé sa démarche de financement responsable à travers un emprunt obligataire de 3 ME sous forme de 'Green Bond', un prêt à impact de 1 ME et une augmentation de capital du même montant.
Le nouvel exercice s'annonce déjà dynamique avec la signature en janvier d'un contrat de 7 ME avec ICF Habitat Nord-Est, acteur local du logement social impliqué dans l'essor des territoires, pour 47 logements dans l'écoquartier de Cantebonne à Villerupt.
Disposant d'un carnet de commandes de plus de 60 projets représentant un volume d'affaires de plus de 300 ME à horizon 2028, LCB affiche sa confiance pour le nouvel exercice et au-delà.

Cogra a réalisé un premier semestre 2023/24 solide, avec une croissance de 5% du chiffre d'affaires et une marge nette de 9,5%. Ces résultats confèrent à Cogra une position favorable pour relever les défis de l'année 2024, notamment la normalisation d'un marché perturbé par la crise énergétique de 2023 et une saison hivernale moins rigoureuse, limitant les besoins de chauffage.
Pour ce 1er semestre 2023/2024, Cogra a enregistré un chiffre d'affaires de 26,6 ME, en hausse de 5% par rapport à l'exercice précédent, dans un contexte d'atterrissage du marché du bois énergie.
L'année 2022 avait été marquée par la crise énergétique : face aux craintes de pénuries de gaz et d'électricité, elle avait suralimenté la croissance du marché du bois énergie. Couplée à l'inflation des prix des matières premières, des coûts de production et de transport, la situation avait entraîné une vive hausse des prix qui n'avait pas épargné le segment des granulés de bois.
La politique tarifaire raisonnée de Cogra pendant cette période et sa clientèle fidèle et diversifiée (revendeurs, distributeurs et particuliers) ont contribué à la bonne tenue des ventes de granulés bois (92% du CA) qui ressortent en hausse de 12% pour ce 1er semestre tandis que les ventes de poêles et de chaudière pâtissent du ralentissement général de la consommation (soit 8% du CA). Le premier trimestre (CA +48,8%)a été marqué par une forte constitution de stocks par les distributeurs, tandis que le démarrage de la saison hivernale au second trimestre (CA -18,6%) a été freiné par la douceur du climat.
Face à la normalisation du marché du bois énergie et à la baisse de la consommation des ménages, Cogra a su piloter ses opérations avec agilité et prudence. Les achats nets de marchandises ont été réduits de 35%, en ligne avec le recul des ventes. La hausse des achats de matières premières a été limitée à 26%, contre 55% à la même période de l'exercice précédent. Cogra s'attache à contribuer au bon fonctionnement global de la filière bois en gérant ses achats de manière responsable et durable.
La maîtrise du modèle de développement de Cogra lui permet de générer un niveau élevé d'EBITDA, à 4,9 ME, soit une marge de 18,6%. Cette marge est proche du niveau historique atteint à la même période de l'exercice précédent (19%) et toujours supérieure à l'objectif du plan Cap 2022, qui visait une marge d'EBITDA dépassant durablement les 10%.
Après un résultat financier de 70 KE et un résultat exceptionnel de 25 KE, le résultat net de ce 1er semestre s'élève à 2,5 ME, soit une marge nette de 9,5%, également très proche du niveau record atteint au 1er semestre 2022/23.
Cette excellente performance financière dans un marché complexe témoigne de la solidité du modèle industriel développé par Cogra depuis sa création alliant agilité, proximité et excellence opérationnelle.
L'évolution du bilan est conforme aux tendances détaillées précédemment et les capacités financières sont préservées. Bien que les stocks augmentent de 36%, à 14,3 ME, l'endettement financier diminue de 25% à 8,8 ME, et la trésorerie augmente de 30%, à 5,2 ME. Le gearing ressort à 15%. Cogra dispose de toutes les marges de manoeuvre pour traverser cette période.
La capacité du marché à gérer durant ces prochains mois les stocks importants à tous les niveaux de la chaîne de valeur, tout en continuant de jouer un rôle moteur dans la gestion des résidus de la sylviculture et à trouver un équilibre tarifaire adapté seront déterminants pour la performance de cet exercice, et du secteur dans son ensemble...
Pleinement conscient des perturbations conjoncturelles et sectorielles actuelles, Cogra dispose des atouts requis : un outil de production moderne et performant, des capacités de stockage importantes qui assurent la qualité de ses granulés sur le long terme et une clientèle fidèle et diversifiée. Du fait de la forte saisonnalité de l'activité, les résultats du 2ème semestre seront évidemment de moins bonne facture, mais ne pèseront pas sur la santé financière de Cogra. Sur l'exercice ils devraient rester supérieurs à l'objectif du plan Cap 2022 (une marge d'EBITDA durablement supérieure à 10%).
Dans ce marché perturbé, Cogra rester à l'écoute des opportunités de croissance externe ou organique qui répondraient à sa vision à long terme de croissance rentable et de respect de la sylviculture.

Le Groupe Icape, distributeur technologique mondial de cartes de circuits imprimés (PCB) et de pièces électromécaniques à façon, acquiert des actifs opérationnels du distributeur italien PCS et de la société de design Studio E2.

©2024

A lire aussi sur CAC 40

Chargement en cours...

Toute l'actualité