Cotation du 24/09/2020 à 18h05 CAC 40 -0,83% 4 762,62
  • PX1 - FR0003500008

Préouverture Paris : fin de semaine en berne

Préouverture Paris : fin de semaine en berne
Préouverture Paris : fin de semaine en berne
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — La tendance est à la baisse en Bourse de Paris pour terminer la semaine, à l'image des autres places financières qui reculent de concert, alors que la tension entre Pékin et Washington continue d'empoisonner le climat boursier... Shanghai recule de plus de 3%, Hong Kong cède 2,2%, Sydney corrige de 1,2%, Seoul recule de 0,7%, Bombay glisse de 0,5% et Taiwan perd 0,4%. La Bourse de Tokyo est fermée depuis hier en raison d'un long week-end férié au Japon. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo qui avait déjà lancé une violente charge contre Pékin cette semaine en appelant à former une "coalition anti-chinoise" à l'occasion d'un voyage officiel en Grande-Bretragne, a maintenu la pression en déclarant que les Etats-Unis et leurs alliés devaient faire preuve de "moyens plus créatifs et affirmés" pour contraindre le Parti communiste chinois à changer sa façon de procéder, disant y voir "la mission de notre temps"...
S'exprimant depuis le lieu de naissance de Richard Nixon en Californie, Mike Pompeo a déclaré que les inquiétudes de l'ancien président américain sur les conséquences des relations diplomatiques qu'il a initiées entre le PCC et la communauté internationale dans les années 1970 s'étaient avérées "fondées" : "Le président Nixon a dit une fois qu'il craignait d'avoir créé un 'Frankenstein' en ouvrant les portes du monde au PCC. Et nous y sommes !", a déclaré le chef de la diplomatie américaine.
Un nouvel épisode qui intervient après l'annonce de Washington sommant la Chine de fermer son consulat à Houston, une décision prise selon le département d'Etat pour protéger "la propriété intellectuelle américaine et les informations privées des Américains"... Mike Pompeo a répété les accusations américaines sur les pratiques commerciales "inéquitables" de Pékin, ses violations des droits de l'homme et ses efforts pour infiltrer la société américaine. Selon lui, l'armée chinoise est devenue "plus forte et plus menaçante" (...) "En vérité notre politique - et celle des autres nations libres - a ressuscité l'économie chinoise, seulement pour voir Pékin mordre la main internationale qui le nourrissait. Nous devons inciter la Chine à changer avec des moyens plus créatifs et affirmés, parce que les agissements de Pékin menacent notre peuple et notre prospérité", a ajouté Pompeo. "Si le monde libre ne change pas, la Chine communiste nous changera à coup sûr".
"Préserver nos libertés du Parti communiste chinois est la mission de notre temps" et les Etats-Unis sont parfaitement placés pour la mener, a-t-il conclu. Hier soir, l'ensemble de la cote américaine a reculé en clôture, à la suite de statistiques US mitigées et dans une actualité sanitaire toujours adverse.

WALL STREET

Le DJIA a perdu 1,3% à 26.652 pts, alors que le S&P500 a abandonné 1,23% à 3.235 pts. Le Nasdaq Composite a décroché de 2,3% à 10.461 pts. Parmi les valeurs, Tesla a corrigé de 5% malgré le fait que le groupe s'estime en mesure de dépasser les 500.000 livraisons cette année. Pour le trimestre clos, le groupe d'Elon Musk, désormais aux portes du S&P500, a affiché des revenus de 6,04 milliards de dollars et un bénéfice GAAP par titre de 50 cents, contre un consensus FactSet de 5,15 Mds$ de revenus et 82 cents de perte GAAP par titre. Le groupe a livré 90.650 véhicules sur la période. Le free cash flow trimestriel s'est établi à 418 millions de dollars, contre -895 M$ sur le trimestre antérieur.
Microsoft a aussi reculé de 4,3% au lendemain de sa publication trimestrielle, la croissance des activités cloud d'Azure ayant déçu le marché. L'expansion d'Azure n'a été "que" de 47% sur le trimestre clos fin juin, contre un consensus de place de 49% et un bond de 59% sur le trimestre antérieur. Satya Nadella, le directeur général du groupe, a souligné que Microsoft poursuivra ses investissements... "Le monde s'en sortira, et nous en sortirons plus forts si nous investissons durant cette phase", ajoute le dirigeant, qui ne compte pas chercher à atteindre "des chiffres artificiels de croissance à 2 chiffres" ou penser à un objectif de marge...
De son côté, Intel a annoncé après la clôture que le développement de son processeur de 7 nanomètres avait pris 6 mois de retard, faisant chuter de plus de 8% le cours du titre dans les transactions d'après-Bourse. Le groupe a estimé son chiffre d'affaires à environ 18,2 milliards de dollars pour le troisième trimestre sur un bénéfice par action (bpa) ajusté à 1,10 dollar, alors que les analystes anticipaient 17,9 milliards de chiffre d'affaires et un bpa de l'ordre de 1,14 dollar. Intel a toutefois revu sa prévision annuelle de chiffre d'affaires à 75 milliards de dollars, un niveau supérieur à l'estimation de 73,86 milliards qu'attendaient en moyenne les analystes.

ECO ET DEVISES

La consolidation des marchés vaut aussi pour le baril de brut WTI qui est revenu à 41,15$ sur le Nymex et le Brent à 43,40$. L'euro fait en revanche toujours preuve de fermeté à 1,16/$ entre banques.
D'un point de vue sanitaire, selon les mesures de Reuters, c'est la première fois depuis début juin que le seuil des 1.000 décès a été franchi deux jours d'affilée aux Etats-Unis. Il s'agit toutefois d'un nombre inférieur au pic enregistré en avril, avec à l'époque une moyenne de 2.000 décès par jour...
Selon l'Université Johns Hopkins, le nombre des cas confirmés dans le monde depuis le début de l'épidémie se chiffre désormais à 15,258 millions, dont 3,97 millions aux USA, 2,23 millions au Brésil et 1,24 million en Inde. La Russie dénombre 793.720 cas depuis l'émergence du virus. La pandémie a fait 624.213 morts à travers le monde, dont 143.204 aux États-Unis, 82.771 au Brésil et 45.586 au Royaume-Uni...

VALEURS A SUIVRE

Thales dévoile des résultats semestriels en net retrait, fortement marqués par l'impact de la pandémie du Covid-19. "Comme prévu, la baisse du chiffre d'affaires et des résultats s'explique à la fois par la forte contraction du marché de l'aéronautique civile et par l'impact des mesures sanitaires sur la production et l'exécution des projets", souligne le groupe.
Sur les 6 premiers mois de l'année, le leader européen de l'électronique de défense a ainsi vu son Ebit fondre de 57% (-63% en variation organique) à 348 ME pour des revenus en repli de 5,4% (-13,6% en variation organique) à 7,8 MdsE. Le résultat net consolidé, part du Groupe, ressort à 65 ME, en baisse de 88%, alors que le Free cash-flow opérationnel est négatif à hauteur de -471 ME. Le consensus, fourni par la société, attendait un Ebit de 347 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 7,7 milliards d'euros.
Sur la base d'un contexte sanitaire et économique se stabilisant, le management vise désormais en 2020 un chiffre d'affaires compris entre 16,5 et 17,2 MdsE, un Ebit allant de 1,3 à 1,4 MdE et un ratio book-to-bill supérieur à 1, bénéficiant de la bonne orientation du secteur Défense & Sécurité. Le plan global d'adaptation devrait par ailleurs permettre au groupe d'économiser environ 800 millions d'euros sur l'année.

Icade : A l'occasion de sa revue annuelle, Standard & Poor's a confirmé les notations BBB+ / A-2 / perspective stable d'Icade et d'Icade Santé.
Dans un contexte d'incertitudes économiques, financières et sociales liées à la pandémie du Covid-19, l'Agence confirme ainsi la notation de crédit du groupe et de sa filiale, et sa confiance dans les fondamentaux, tant sur le profil financier que sur le business model diversifié.
Ces notations confortent la solidité de la signature de crédit d'Icade et de sa filiale et donc, leur capacité à financer leur développement à court et moyen terme dans des conditions financières attractives.

Gécina a fait part au S1 d'une croissance à périmètre constant des loyers à +3,6% pour les bureaux (+7,7% en incluant les livraisons) et de +2,9% au total. L'encaissement des loyers au premier semestre de l'ordre de 95% à date. Le groupe publie ainsi un ANR EPRA de reconstitution (NRV) en hausse sur un an de +3,9% à 191,7 euros par action (+3,9% sur 1 an). L'ANR EPRA de continuation (NTA) est quant à lui en progression sur un an de +5,4% à 175 euros par action (+5,4% sur 1 an).
LTV à 33,2% (droits inclus), en baisse sur un an de -210 pb.
Pendant la période de confinement, aucun immeuble n'a été fermé au cours du deuxième trimestre grâce à des mesures sanitaires renforcées.
352 ME de cessions ont été réalisées au S1 avec une prime moyenne sur les expertises de l'ordre de +4%.
Gecina n'a fait appel ni au dispositif de chômage partiel, ni à celui des prêts garantis par l'Etat.
Face aux turbulences liées aux conséquences de la crise sanitaire de la Covid-19, Gecina avait suspendu sa Guidance en mars 2020 pour l'année. Les marques de résilience au cours du deuxième trimestre, sur les marchés immobiliers de référence de Gecina, permettent au groupe de préciser ses attentes pour l'exercice en cours, malgré les incertitudes :
Le RRN par action en 2020 devrait se situer entre 5,55 euros (en scénario dégradé) et 5,70 euros (proche de l'hypothèse initiale pré-Covid-19 de 5,80 euros) en fonction de l'évolution de la situation économique et de ses effets éventuels sur l'activité de Gecina au second semestre...

Lisi : Dans l'environnement de crise mondiale du 1er semestre, le groupe a su s'adapter rapidement. Sur la période, le chiffre d'affaires consolidé de Lisi s'élève à 636,7 millions d'euros. La baisse est de -28,2% par rapport à l'an dernier (886,2 ME). A taux de change et périmètre constants, le chiffre d'affaires est en retrait de -25,7%.
Les effets de la crise COVID-19 ont été surtout perceptibles au 2e trimestre qui affiche un recul de -43,7% par rapport à la période correspondante de 2019. Grâce à la flexibilité de la main d'oeuvre mise en place de longue date au sein du Groupe, la masse salariale a été immédiatement ajustée d'environ -20% au 1er semestre dont près de la moitié provient des mesures gouvernementales (-9,8%).
Conjugué à un plan drastique d'économies, l'excédent brut d'exploitation courant (Ebitda) reste à 2 chiffres (13,3%).
Le résultat opérationnel courant reste positif et atteint 22,5 ME. A 3,5%, la marge opérationnelle perd 4,7 points par rapport à la même période de l'exercice précédent, sous le poids des amortissements (9,2% du chiffre d'affaires) liés aux importants programmes d'investissements des années précédentes.

Guillemot : Au 2e trimestre, avec la crise sanitaire, le groupe a bénéficié d'une forte demande des consommateurs et de records de fréquentation sur les sites Hercules et Thrustmaster et leurs boutiques en ligne. Le Groupe a généré pour le trimestre une croissance de 134% de ses ventes Thrustmaster, de 89% de ses ventes Hercules. Le chiffre d'affaires de 28,1 millions d'euros porte la croissance à 63% sur le semestre pour 41,5 ME de chiffre d'affaires.
Avec l'arrivée prochaine des nouvelles consoles PlayStation5 de Sony Interactive Entertainment Inc. et Xbox Series X de Microsoft Corporation, l'essor du eSport et le lancement de nouveaux jeux de 'Racing' et 'Flying', le Groupe anticipe un marché dynamique au 2e semestre.
Le Groupe Guillemot continue cependant de faire face à un niveau élevé d'incertitude lié à la circulation du COVID-19 et son impact économique dans les différents pays.
Le Groupe anticipe désormais un chiffre d'affaires annuel supérieur à 80 millions d'euros et un résultat opérationnel positif.

ID Logistics : La forte croissance enregistrée au cours du 1er trimestre 2020, combinée à la bonne résistance du 2ème trimestre 2020, permet à ID Logistics d'atteindre un chiffre d'affaires en croissance de +4,3% (+2% à données comparables) à 776,6 ME sur les six premiers mois de 2020. Sur la période, le groupe a démarré 10 nouveaux sites (3 en France et 7 à l'international), en ligne avec le plan de marche. Malgré le contexte de crise sanitaire, le deuxième trimestre 2020 a de nouveau été l'occasion pour ID Logistics de poursuivre son développement commercial, en répondant à plusieurs appels d'offres.

Lanson : Grace à un premier trimestre en nette progression et à un mois de juin enregistrant quelques ventes exceptionnelles, Lanson réalise au premier semestre 2020 un chiffre d'affaires consolidé de 74,13 ME, soit - 6,7% par rapport au premier semestre 2019.
Il convient toutefois de préciser que le premier semestre 2019 était en baisse de 9,9%.

Egide : Le chiffre d'affaires consolidé non audité du groupe Egide pour le premier semestre s'est élevé à 17,27 millions d'euros, en hausse de 16,1% par rapport au premier semestre 2019.
Le chiffre d'affaires au 30 juin 2020 a notamment bénéficié de la croissance du marché de l'imagerie thermique en Europe, et des performances d'Egide sur le marché de la puissance aux États-Unis. L'activité commerciale a cependant été fortement touchée par la crise COVID-19, avec l'impossibilité depuis février, de visiter les clients et l'annulation de tous les salons professionnels. Cela a eu un impact négatif sur les prises de commandes.

LNA : Au terme du 1er semestre 2020, le chiffre d'affaires Exploitation du Groupe LNA Santé s'élève à 252,1 millions d'euros (230,5 ME un an plus tôt). Il est en hausse de +9,4% par rapport au 1er semestre 2019, dont +2,8% de croissance organique et +6,6% de croissance externe.
Le chiffre d'affaire global ressort à 278,3 ME au 1er semestre 2020 (255,5 ME un an plus tôt). Il est en croissance de +8,9% en données publiées.

LDLC affiche un chiffre d'affaires du 1er trimestre 2020-2021 de 149,1 ME (+43,7% en publié, +23,2% à périmètre constant), porté par la très forte croissance des activités BtoC online. Sur le trimestre écoulé, marqué par la crise sanitaire et la période de confinement en France, l'activité BtoC réalise un chiffre d'affaires de 115,7 ME en croissance de +77,3% (+44,7% à périmètre constant). Cette performance remarquable traduit, d'une part, la très forte croissance des activités en ligne sur l'ensemble du trimestre et, d'autre part, la contribution du fonds de commerce Top Achat, récemment acquis et pleinement opérationnel depuis le 10 avril dernier.
La nette amélioration des résultats financiers du groupe en 2019-2020 a témoigné de l'impact significatif sur le modèle économique et la performance financière des différents axes stratégiques mis en oeuvre sur les 18 derniers mois (repositionnement des enseignes web, en particulier Materiel.net, développement du réseau de boutiques, arrêt des activités de distribution physique en Espagne, acquisition de Top Achat).
Durant la période de crise sanitaire, le groupe a démontré la bonne résilience de son modèle économique et la pertinence de son profil de distributeur omnicanal (boutiques physiques, BtoB, BtoC online) et du positionnement de son offre.
Fort de ce positionnement et dans un contexte favorable de reprise de l'ensemble de ses activités, LDLC est confiant dans sa capacité à poursuivre et accélérer sa trajectoire de croissance rentable sur l'exercice 2020-2021. Il se fixe désormais pour objectifs de réaliser plus de 635 ME de chiffre d'affaires (contre plus de 600 ME initialement), soit une croissance de plus de 28%, et 38 ME d'excédent brut d'exploitation (contre 33 ME initialement).
Sur la base de ces objectifs revus, le groupe réaffirme être en mesure d'atteindre un endettement financier net négatif au cours de l'exercice 2020-2021.

Casigrangi, filiale de Groupe Philippe Ginestet, projette d'acquérir le contrôle de SFC et a d'ores et déjà conclu des protocoles d'accord exclusifs lui permettant d'acquérir 42,32% du capital et des droits de vote de Société Française de Casinos. Par communiqué en date du 14 mai 2020, SFC avait informé ses actionnaires de la renonciation du Groupe Circus à l'acquisition des actions de SFC. SFC informe ce jour ses actionnaires que Casigrangi projette d'acquérir le contrôle de SFC et a conclu des protocoles d'accord exclusifs et protocoles de cession lui permettant d'acquérir, au prix de 1,70 euro par action, 42,32% du capital et des droits de vote. Ces accords s'inscrivent dans le projet de Casigrangi d'acquérir à minima 50,1% du capital et des droits de vote de SFC composé notamment de l'intégralité de la participation détenue par Foch Investissements représentant 18,50% du capital et des droits de vote, et Verneuil Participations représentant 19,52% du capital et des droits.

Le chiffre d'affaires de Dassault Aviation du 1er semestre 2020 est de 2.641 ME contre 3.058 ME au 1er semestre 2019. La part du chiffre d'affaires à l'export est de 89% au 1er semestre 2020.
Le résultat opérationnel ajusté du 1er semestre 2020 est de 55 ME contre 250 ME au 1er semestre 2019.
La marge opérationnelle s'établit à 2,1% contre 8,2% au 1er semestre l'an passé.
Le résultat net ajusté du 1er semestre 2020 est de 87 ME contre 286 ME au 1er semestre 2019. La contribution de Thales dans le résultat net du Groupe est de 58 ME contre 141 ME au 1er semestre 2019. La marge nette ajustée s'établit ainsi à 3,3% au 1er semestre 2020 contre 9,3% au 1er semestre 2019.

Focus Home Interactive publie son chiffre d'affaires du premier trimestre 2020/2021, à savoir sur la période avril à juin 2020.
La forte croissance du chiffre d'affaires de FHI se poursuit à +51%, soit 64,3 ME contre 42,6 ME, en étant notamment portée par le succès commercial de SnowRunner, le lancement prometteur de Hardspace: Shipbreaker en early access et une hausse de la performance du back-catalogue de 81%.

L'activité de la Compagnie des Alpes sur les 9 premiers mois de l'exercice 2019/2020 reflète deux périodes distinctes.
Après avoir enregistré un début d'exercice satisfaisant, en ligne avec la trajectoire de croissance des années précédentes, le Groupe a fortement souffert des conséquences de l'épidémie de Covid-19.
En effet, en raison des mesures de confinement mises en oeuvre dans les différents pays où opère le Groupe, ses sites ont été fermés à partir de mi-mars et n'ont rouvert que progressivement, les dates de réouverture s'échelonnant entre fin mai et début juillet.
Ainsi, après un chiffre d'affaires en croissance de 13,2% au 1er trimestre et un 2ème trimestre affecté par la perte de deux semaines et demie d'activité aboutissant à une baisse de 12,0% du chiffre d'affaires, l'activité du 3ème trimestre a été extrêmement réduite avec un chiffre d'affaires en recul de 92,5%.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !