Cotation du 16/07/2019 à 18h05 CAC 40 +0,65% 5 614,38
  • PX1 - FR0003500008

Préouverture Paris : et ce rebond ?

Préouverture Paris : et ce rebond ?
Préouverture Paris : et ce rebond ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Les indices vont tenter de faire face à la pression ce vendredi matin avec un rebond du CAC40 anticipé à l'ouverture, malgré la Bourse américaine qui a encore flanché hier soir face à l'accumulation des risques liés à l'escalade de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, qui semble partie pour durer... Hier soir, Donald Trump a souligné une fois de plus les dangers que représente selon lui le groupe chinois Huawei, tout en estimant que le contentieux pouvait être réglé dans le cadre d'un accord global avec Pékin. Le président américain s'est aussi dit convaincu de la conclusion rapide d'un accord commercial avec la Chine, même si aucune rencontre de haut niveau n'est au programme après l'échec des dernières discussions.
L'actualité est aussi à chercher du côté des entreprises ce matin avec le placement l'ouverture de procédures de sauvegarde concernant Rallye et ses filiales Cobivia et HMB, ainsi que les sociétés Foncière Euris, Finatis et Euris. À la suite de cette annonce, le distributeur précise ce matin que ces démarches ne concernent pas le Groupe Casino, ni ses activités, ni ses collaborateurs, ni la poursuite de son plan stratégique en cours d'exécution... La reprise de cotation sera malgré tout très surveillée en Bourse de Paris !

WALL STREET

A la clôture, les indices US sont parvenus à rebondir par rapport à leurs plus bas niveaux de la séance. L'indice Dow Jones a reculé de 1,11% à 25.490 points, après avoir chuté de 1,7% en séance, tandis que l'indice large S&P 500 a perdu 1,19% à 2.822 pts, et que le Nasdaq composite a abandonné 1,58% à 7.628 pts (après -2% en séance). L'indice SOX de Philadelphie, qui reflète les semi-conducteurs, a cédé 1,65%( après un plongeon de 2,7% en séance), ce secteur étant en première ligne après les mesures anti-Huawei prises par l'administration Trump.
Le Fonds monétaire international a d'ailleurs lancé jeudi un avertissement aux Etats-Unis et à la Chine. L'économiste en chef du FMI, Gita Gopinath, a affirmé que leur bras de fer risquait de compromettre le rebond économique mondial attendu pour le second semestre 2019. "Bien que l'impact sur la croissance mondiale soit pour le moment relativement modeste, la nouvelle escalade pourrait sérieusement détériorer le climat des affaires et la confiance des marchés financiers, perturber les chaînes de production et compromettre la reprise de la croissance mondiale prévue en 2019", a-t-elle prévenu...

ECO ET DEVISES

Le ministère chinois du Commerce a annoncé jeudi que la Chine avait adressé à Washington une "protestation solennelle" à propos du placement sur une liste noire de son fleuron industriel Huawei, numéro un mondial des équipements télécoms et numéro deux mondial des smartphones...
Le porte-parole du ministère, Gao Feng, a assuré que Pékin avait les moyens "de défendre les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises". "En ce qui concerne le harcèlement des Etats-Unis, la meilleure réponse des entreprises chinoises est de continuer à grandir", a-t-il déclaré devant la presse. Gao Feng a aussi estimé que l'escalade déclenchée par Washington accroissait le risque d'une récession économique mondiale. Il a assuré que Pékin prendrait les mesures nécessaires pour préserver "les intérêts légitimes des entreprises chinoises".
Par ailleurs, le quotidien South China Morning Post a écrit que les tensions actuelles allaient forcer Pékin à revoir totalement ses relations économiques avec les Etats-Unis...

Rappelons que Washington a placé le 16 mai Huawei et 68 de ses filiales sur la liste noire des "entités" considérées comme des menaces à la sécurité nationale des Etats-Unis. Soupçonné d'espionnage, Huawei pourrait bientôt être rejoint sur cette liste par 5 groupes chinois de vidéo-surveillance, dont les leaders du secteur Hangzhou Hikvision Digital Technology et Zhejiang Dahua Technology, selon la presse.
Les marchés craignent que la guerre commerciale ne se transforme en une véritable guerre froide technologique, susceptible de peser lourdement sur les échanges commerciaux et la croissance mondiale. Des entreprises telles qu'Apple seraient particulièrement vulnérables en cas d'interdiction de vente ou de boycott de ses produits en Chine...

Jeudi soir, Donald Trump a souligné une fois de plus les dangers que représente selon lui Huawei, tout en estimant que le contentieux pouvait être réglé dans le cadre d'un accord global avec Pékin. Il s'est aussi dit convaincu de la conclusion rapide d'un accord commercial avec la Chine, bien qu'aucune rencontre de haut niveau n'ait été programmée après l'échec des dernières discussions, il y a deux semaines à Washington.

A ces tensions commerciales, viennent s'ajouter les incertitudes persistantes sur le Brexit. La Première ministre britannique Theresa May pourrait annoncer dans la journée la date de sa démission, rapporte la BBC...
Sur le marché des changes, l'euro remonte à 1,1180/$, alors que les obligations ont servi de valeurs-refuge, faisant reculer nettement les taux d'intérêt. Le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans, a chuté de 7 points de base pour revenir à 2,31%, son plus bas niveau depuis 2017. Le Bund à 10 ans allemand a perdu 3 points de base, à -0,12%, un plus bas d'une semaine, après des indices PMI "flash" européens et un indice Ifo décevants.
Le pétrole qui a fortement corrigé tente un petit sursaut à 68,60$ le Brent ce vendredi. On suivre côté indicateurs ce vendredi les ventes britanniques de détail à 10h30 et les commandes de biens durables US à 14h30.

VALEURS A SUIVRE

Casino : La société Casino a été informée par son actionnaire de référence, Rallye, de l'ouverture de procédures de sauvegarde concernant respectivement Rallye et ses filiales Cobivia et HMB, ainsi que les sociétés Foncière Euris, Finatis et Euris.
À la suite de cette annonce, le distributeur précise ce matin que ces démarches ne concernent pas le Groupe Casino, ni ses activités, ni ses collaborateurs, ni la poursuite de son plan stratégique en cours d'exécution...

Vivendi a annoncé avoir bouclé les formalités en vue de céder une participation dans sa maison de disques Universal Music Group (UMG). Le groupe de médias contrôlé par Vincent Bolloré avait annoncé l'été dernier sa volonté de céder une participation dans le numéro un mondial de la musique enregistrée... Dans un communiqué dressant la liste des sujets étudiés par son conseil de surveillance réuni ce jeudi, Vivendi a noté que le processus "suivait son cours". "La Vendor Due Diligence a été présentée au conseil de surveillance conformément au délai annoncé".
Vivendi a précisé par ailleurs que le président du directoire Arnaud de Puyfontaine avait évoqué devant les administrateurs "la possibilité pour le directoire, à la suite de l'autorisation donnée par l'assemblée générale du 15 avril 2019, de lancer un programme de rachat d'actions portant sur 5% du capital social".
Le conseil a en outre évoqué "les possibilités de développement de Groupe Canal+ à l'international", selon le communiqué.

Advicenne a annoncé un projet de cotation de ses actions sur le marché réglementé d'Euronext Bruxelles.
Les actions ordinaires d'Advicenne sont actuellement cotées sur Euronext Paris et seraient, dans le cadre de la cotation secondaire proposée, également admises aux négociations sur Euronext Bruxelles. La société bénéficierait ainsi d'une cotation croisée (cross listing) sur les deux plus importants marchés d'Euronext pour les sociétés du secteur des sciences de la vie. Cette cotation croisée n'aurait pas d'impact pour les actionnaires existants et Euronext Paris reste le premier marché de cotation d'Advicenne.

Lumibird a annoncé l'obtention, à travers sa filiale Quantel Medical, du marquage CE pour son nouveau dispositif de traitement de la sécheresse oculaire, le LacrySTIM IPL. Avec une gamme qui va désormais du diagnostic (avec le LacryDiag) au traitement, Lumibird se félicite d'apporter aux professionnels de santé une solution complète et innovante pour adresser la pathologie de la sécheresse oculaire.

Groupe Guillin a annoncé que sa filiale anglaise, Sharp Interpack Ltd avait signé l'acquisition de 100% des titres de la société Flight Plastics.
Flight Plastics est une société spécialisée dans la production de feuille plastique destinée notamment au marché britannique. Elle collabore depuis de nombreuses années avec le Groupe Guillin en tant que fournisseur de ses sociétés anglaises.Reconnue pour son excellence, cette société dispose d'une capacité d'extrusion de plus de 12 000 tonnes annuelles sur de nombreux matériaux.

Digigram SA envisage de procéder à une restructuration juridique de ses activités ainsi qu'à une levée de fonds.
En effet, Digigram entend poursuivre son plan de lancement de produits afin de compléter sa gamme et d'être en mesure de proposer à son marché du Broadcast une offre complète, innovante et adaptée aux besoins de ses clients. La poursuite des activités d'entreprise et la mise en oeuvre de ce plan de développement, nécessitent par ailleurs de procéder à une levée de fonds au cours du second semestre 2019.
Or, les frais de mise en oeuvre d'une levée de fonds réalisée via la structure cotée Digigram SA et dans le cadre d'une opération avec établissement d'un prospectus visé par l'Autorité des Marchés Financiers seraient prohibitifs, d'autant plus que les investisseurs pressentis refusent généralement d'investir dans une société cotée et dont le titre est faiblement liquide.
Dans ce contexte, afin de réduire les coûts de cette levée de fonds et préparer l'avenir, il est prévu de procéder dans une première étape à la filialisation totale des activités opérationnelles de Digigram SA et de ses filiales, par voie d'apport à Digigram Digital (société par actions simplifiée actuellement sans activité et détenue à 100% par Digigram SA).
Dans une seconde étape et postérieurement aux apports, une émission d'Obligations Convertibles serait réalisée au sein de Digigram Digital afin d'assurer la poursuite des activités et le financement partiel du plan de développement du groupe sans dilution pour l'actionnaire Digigram.

Miliboo : Le chiffre d'affaires ressort à 5,9 millions d'euros au 4e trimestre de l'exercice 2018-2019, en hausse de +22,8% par rapport à la même période l'an passé. La France (84% des ventes) a vu ses ventes continuer à progresser à un rythme soutenu. L'international a été porté par l'Espagne et l'Allemagne
Cette performance porte le chiffre d'affaires annuel 2018-2019 à 23 ME, en croissance organique de +24,3% par rapport à l'an passé (18,48 ME), provenant exclusivement de la hausse des volumes de vente. Le chiffre d'affaires Internet progresse plus vite que le nombre de visiteurs uniques sur ses sites (6,9 millions pour l'année, soit +5,4%), traduisant une meilleure conversion des visites en ventes tout en diminuant les dépenses marketing.
Les résultats de l'exercice 2018-2019 sont attendus en très nette amélioration par rapport à ceux de l'an dernier. Ils seront cependant atténués par des honoraires non récurrents de 0,1 ME engagés pour nouer le partenariat avec M6, et par les loyers de la boutique de Madeleine sur la période, qui, bien que bénéficiant d'une franchise intégrale, devront tout de même être reconnus en charge pour 0,5 ME. Les normes comptables en vigueur exigent en effet que tout loyer en franchise soit comptabilisé sous la forme d'un loyer théorique. Retraité de ces impacts, l'Ebitda annuel devrait ainsi se situer autour de -0,5 ME, à comparer à - 2 ME en 2017-2018, soit une division par 4 de la perte.
Miliboo continue d'observer en ce début d'exercice une croissance de son activité commerciale similaire à celle enregistrée au dernier trimestre. La société Miliboo va poursuivre son travail d'optimisation de ses coûts opérationnels avec pour principal objectif d'atteindre, à terme, l'équilibre opérationnel.

Genfit prévoit d'élargir son pipeline avec un programme de combinaisons ambitieux, et s'apprête à débuter l'évaluation des synergies entre elafibranor et un agoniste du récepteur GLP-1 ainsi qu'entre elafibranor et un inhibiteur du SGLT2. Cet essai clinique sera une étude de preuve de concept évaluant la sécurité et la tolérabilité de deux combinaisons dans le traitement de la NASH, et mesurant certains marqueurs exploratoires d'efficacité. L'étude exploitera également des outils de diagnostic non-invasifs, dont NIS4, le test sanguin de diagnostic innovant développé par Genfit pour le diagnostic de la NASH et le suivi des patients.
Lancée au 2e semestre 2019, cette étude clinique novatrice sera la première dans le domaine à évaluer un composé de Phase 3 en développement dans la NASH en combinaison avec des médicaments antidiabétiques.
Ce programme de combinaisons renforce le leadership de Genfit au sein de l'écosystème NASH. Cette empreinte forte est aujourd'hui caractérisée par un pipeline comprenant actuellement deux composés pharmacologiques en développement (elafibranor et nitazoxanide), et NIS4, un test innovant de diagnostic sanguin de la NASH et de la fibrose.

Inventiva fait savoir que la FDA (Food and Drug Administration) aux Etats-Unis a levé la suspension clinique en vigueur pour les proliférateurs de peroxysomes (PPAR). Cette décision permet à Inventiva de mener des essais cliniques de 6 mois ou plus pour évaluer lanifibranor dans le traitement de la NASH.
La décision de la FDA, qui confirme le profil de sécurité bénin de lanifibranor, représente une étape clé pour Inventiva puisqu'elle élimine un obstacle majeur qui l'empêchait de démarrer des études cliniques de phase III à long terme, nécessaires à l'obtention de l'autorisation de mise sur le marché de lanifibranor pour le traitement de la NASH.
Cette autorisation survient après la revue des études de carcinogénicité d'une durée de 2 ans par le Comité exécutif d'évaluation des études de carcinogénicité (ECAC) de la FDA.

Umicore a annoncé aujourd'hui qu'elle avait conclu un accord en vue d'acquérir les activités de raffinage de cobalt et de fabrication de précurseurs pour cathodes de Freeport Cobalt à Kokkola, en Finlande, pour un montant total de $ 150 millions, à dette et trésorerie nulles, plus la valeur du fonds de roulement qui sera repris à la clôture, qui s'élevait à environ 40 millions de dollars à fin mars.
La transaction, qui est soumise à des conditions habituelles de clôture, dont les démarches réglementaires, devrait être finalisée d'ici fin 2019 sera financée par les lignes de crédit existantes d'Umicore. Il est prévu que l'acquisition apporte une contribution positive au résultat dès 2020 et soit créatrice de valeur dès 2021, après l'achèvement du processus d'intégration et une importante réduction du fonds de roulement net grâce à des synergies au niveau de la chaîne d'approvisionnement.

Ipsen a annoncé aujourd'hui que de nouvelles données issues d'études cliniques sur des utilisations de ses médicaments en oncologie - cabozantinib (Cabometyx), irinotécan liposomal (Onivyde) et lanréotide autogel (Somatuline, commercialisé sous le nom de Somatuline Depot aux États-Unis) - seront présentées lors de la réunion annuelle 2019 de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO), qui se tiendra du 31 mai au 4 juin 2019 à Chicago, dans l'Illinois.

Fromageries Bel : Les actionnaires de Bel, réunis en Assemblée générale le 22 mai, ont approuvé l'ensemble des résolutions soumises à leur vote. L'Assemblée générale a notamment approuvé les comptes annuels et les comptes consolidés de l'exercice clos le 31 décembre 2018 ainsi que la distribution d'un dividende de 4,95 euros par action. La mise en paiement du dividende interviendra le 28 mai.
Par ailleurs, l'Assemblée générale a approuvé l'adoption de la dénomination sociale "Bel", en lieu et place de la dénomination sociale "Fromageries Bel", ainsi que la modification corrélative de l'article 3 des statuts de la société.
Le résultat des votes des résolutions de l'Assemblée générale est disponible sur le site internet de la société (www.groupe-bel.com).
La date de la prochaine Assemblée générale, appelée à se prononcer sur les comptes de l'exercice clos le 31 décembre 2019, a été fixée le 14 mai 2020.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com