Cotation du 28/07/2021 à 18h05 CAC 40 +1,18% 6 609,31
  • PX1 - FR0003500008

Préouverture Paris : encore des doutes ?

Préouverture Paris : encore des doutes ?
Préouverture Paris : encore des doutes ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 reste toujours aussi hésitant ce jeudi, après une séance du 14 juillet pour rien hier, qui s'est terminée à l'équilibre, en attendant le discours de Jerome Powel... Le patron de la Fed a globalement rassuré les investisseurs sans prendre trop de risques... Ce matin, le PIB chinois du 2ème trimestre est ressorti en hausse de 7,9% sur un an, contre un consensus des analystes qui se situait plutôt autour de 8%.

WALL STREET

La cote américaine a de nouveau affiché une certaine résistance mercredi soir, malgré les prix à la production qui se tendant aux Etats-Unis. L'intervention de Jerome Powell devant le Congrès US a donc de nouveau rassuré les investisseurs... Le DJIA a gagné finalement 0,13% à 34.933 pts et le S&P 500 a pris 0,12% à 4.374 pts, alors que le Nasdaq a reculé de 0,22% à 14.645 pts. Le baril de brut WTI a cédé du terrain de retour sous les 73$. Les Émirats arabes unis auraient trouvé un compromis pour résoudre le conflit qui les oppose aux autres membres de l'OPEP.

ECO ET DEVISES

Jerome Powell est donc intervenu devant le Congrès américain à l'occasion de son témoignage semi-annuel de politique monétaire. Le président de la Fed a admis une hausse "notable" de l'inflation, qui devrait selon lui rester élevée durant les prochains mois... Il a indiqué que la banque centrale américaine restait prête à ajuster sa politique si l'inflation augmente trop fortement. Néanmoins, il anticipe toujours un retour ultérieur au calme et une stabilisation. D'après son analyse, l'inflation devrait rester élevée cette année puis se modérer...
Le patron de la Fed a constaté par ailleurs la hausse des valorisations des actifs, mais ne s'alarme pas et évoque "des niveaux généralement solides" de stabilité financière. Les discussions concernant le tapering, la réduction des achats d'actifs de la Fed actuellement logés à 120 milliards de dollars par mois, devraient se poursuivre lors des prochaines réunions. Il a souligné que la banque fournirait "un préavis" avant d'annoncer toute décision d'apporter des changements. Le grand timonier de la Fed a estimé que la croissance américaine devrait atteindre cette année son plus haut niveau depuis des décennies. Powell souligne bien toutefois que le marché américain du travail est loin du niveau requis pour procéder au tapering... La Fed veut donc observer des progrès supplémentaires de ce point de vue avant d'agir et de réduire son soutien à l'économie. Cela semble rassurer les marchés, qui ne 'pricent' pas pour l'heure l'hypothèse d'une inflation durablement haute.
Pour Powell, il reste beaucoup de chemin à faire sur le marché de l'emploi, qui est à 7,5 millions de postes de son niveau pré-pandémique, les difficultés affectant particulièrement les travailleurs à bas salaires et les minorités. Le taux de participation à la force de travail reste en outre déprimé, note Powell.

Notons par ailleurs que Steve Mnuchin, ancien Secrétaire américain au Trésor, a jugé pour sa part que l'inflation n'était pas transitoire et qu'il fallait que la Fed procède au tapering sans attendre. Le patron de BlackRock a lui aussi jugé que la hausse des prix "allait durer"...
Les choses se compliquent d'ailleurs concernant l'inflation aux États-Unis, n'en déplaise à la Fed : L'indice des prix à la production pour le mois de juin a progressé de 1% en comparaison du mois antérieur selon le rapport du jour, alors que le consensus des économistes était de 0,5%. En glissement annuel, l'indice des prix à la progression s'envole de 7,3% contre 6,8% de consensus. Hors alimentaire et énergie, le PPI américain s'est apprécié de 1% en comparaison du mois de mai, deux fois plus que prévu. Il augmente de 5,6% en comparaison de l'an dernier, contre 5,1% de consensus.

Les chiffres de l'inflation américaine sont ressortis également préoccupants : Ainsi, l'indice US des prix à la consommation du mois de juin a grimpé de 0,9% en comparaison du mois antérieur, bien plus que prévu puisque le consensus était de +0,5%. L'indicateur ajusté, hors alimentaire et énergie, a lui aussi progressé de 0,9% par rapport au mois précédent, contre 0,4% de consensus. Le CPI monte donc de 5,4% en glissement annuel, contre 4,9% de consensus. Le CPI ajusté, hors éléments volatils, augmente de 4,5% par rapport à l'an dernier, contre 4% de consensus... Ainsi, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont affiché là leur plus forte hausse en 13 ans !

Ce jeudi, les inscriptions hebdomadaires au chômage seront à suivre de près... L'euro pointe en attendant au-dessus des 1,18/$ entre banques. Le bitcoin se stabilise à 32.540$ sur CoinMarketCap. Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond US à 10 ans évolue à 1,37% et le 30 ans à un peu plus de 2%.

AVIS DE BROKERS

Santander repasse à l''achat' sur la Société Générale avec un cours de 40,24 euros dans le viseur.
La Deutsche Bank passe à l''achat' sur Accor avec un objectif de 36,7 euros.
Citigroup repasse à l'achat sur Airbus en ciblant 130 euros.
Goldman Sachs est à l'achat sur ArcelorMittal avec un objectif réhaussé à 40 euros, tandis que Barclays cible 36 euros.
Berenberg est à l'achat sur Esker avec un cours cible ajusté à 320 euros.

VALEURS A SUIVRE

Capelli dévoile des résultats 2020-2021 en nette amélioration alors que le chiffre d'affaires annuel, déjà connu, de 281 ME, a progressé de 39% malgré l'impact de la crise Covid 19 sur la fin de l'exercice. Poursuivant sa trajectoire volontariste de croissance tout en maîtrisant l'augmentation de sa structure de coûts et donc son absorption par les volumes, l'EBITDA ressort en forte hausse de +38% à 27,6 ME, soit une marge d'EBITDA de 10%. L'EBIT s'élève à 22,5 ME tandis que le résultat net consolidé ressort à 3 ME contre 0,3 ME pour l'exercice précédent et le résultat net part du Groupe s'élève à 4,3 ME comparé à 0,1 ME en N-1.
Reflétant la bonne dynamique dans laquelle le Groupe est engagé, les indicateurs d'activité future sont également très bien orientés : le Backlog, après déstockage, ressort ainsi à plus de 700 ME, dont 128 ME à l'international. Fin mai 2020, le Groupe avait par ailleurs signé sur les douze mois glissants des fonciers représentant un chiffre d'affaires potentiel de plus de 1,7 MdE.

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre des maladies neurodégénératives telles que la sclérose en plaques (SEP), annonce aujourd'hui la publication dans la revue scientifique Multiple Sclerosis de résultats de sécurité et d'efficacité des essais cliniques CHANGEMS et ANGEL-MS avec temelimab.
-Les données ont montré un effet anti-neurodégénératif prometteur et étayent la poursuite du développement de temelimab contre la progression du handicap dans la SEP
-CHANGE-MS une étude de Phase 2 en double aveugle sur 48 semaines, et ANGEL-MS, l'extension de cette étude intégrant 48 semaines supplémentaires, évaluaient la sécurité et l'efficacité de temelimab dans la SEP récurrente-rémittente
-Étude en cours de Phase 2 au Karolinska Institutet/Academic Specialist Center de Stockholm, en Suède, avec résultats attendus au T1 2022.

Covivio et LVMH Italia ont signé un accord locatif pour deux étages de bureaux avec terrasses au sein du bâtiment D de Symbiosis, le quartier d'affaires développé par Covivio au sud de Milan, à proximité immédiate de la Fondation Prada et du futur site de Scalo di Porta Romana.
Les deux partenaires ont signé un bail de 10 ans.
Dès début 2022, la livraison de l'immeuble D étant prévue fin 2021, LVMH Italia y installera son siège et ses 170 employés. Avec cette nouvelle signature locative, le bâtiment, qui a déjà vocation à accueillir les sièges de plusieurs multinationales, affiche un taux de pré-commercialisation de 72%.

Ekinops, fournisseur leader de solutions de télécommunications dédiées aux opérateurs de télécommunications et aux entreprises, annonce l'obtention d'un financement de 3,6 ME pour soutenir le développement de son projet NGOpt (Nouvelle Génération d'équipements électroniques pour les réseaux Optiques).
Face à la crise sanitaire et ses conséquences économiques, le Gouvernement a mis en oeuvre des dispositifs dans le cadre du plan France Relance. Différentes mesures ont été prises pour soutenir les investissements de l'industrie française et des moyens financiers exceptionnels sont mobilisés.
Dans ce cadre, Ekinops, qui a répondu début 2021 à un appel à projets spécifiquement dédié sur le secteur "industrie électronique", a été notifié de l'obtention d'un financement de 3,6 ME sous la forme d'une subvention de l'État pour soutenir le développement de son projet NGOpt.

Carmat, concepteur et développeur du coeur artificiel total le plus avancé au monde, visant à offrir une alternative thérapeutique aux malades souffrant d'insuffisance cardiaque biventriculaire terminale, annonce la première implantation de son coeur artificiel bioprothétique, Aeson, aux États-Unis dans le cadre de l'étude de faisabilité (EFS).
La procédure d'implantation a été réalisée par une équipe dirigée par le Dr Jacob N. Schroder et le Dr Carmelo A. Milano, chirurgiens cardiaques de Duke University Hospital à Durham (Caroline du Nord). L'établissement est considéré comme l'un des meilleurs des États-Unis pour la qualité de ses soins et sa recherche de pointe, notamment en cardiologie et en chirurgie cardiaque. C'est le premier hôpital américain à implanter Aeson dans le cadre de l'EFS. Trois autres centres américains sont entièrement formés et sélectionnent actuellement les patients pour l'étude.
Conformément au protocole d'étude approuvé par la FDA, 10 patients éligibles à la transplantation devraient être recrutés dans cet essai. Le critère d'évaluation principal de l'étude est la survie du patient 180 jours après l'implantation ou une transplantation cardiaque réussie dans les 180 jours suivant l'implantation. Il s'agit d'une étude par étapes avec un rapport sur l'état d'évolution des 3 premiers patients après 60 jours, avant le recrutement des 7 patients suivants.

HRS, concepteur et fabricant européen de stations de ravitaillement en hydrogène, présente son chiffre d'affaires pour l'exercice 2020/2021 (période du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021). Grâce à la dynamique commerciale, HRS a enregistré une forte croissance de +309% de son chiffre d'affaires sur l'exercice 2020/2021 qui atteint 10,5 ME, dont 8,3 ME pour le segment Stations.
Sur la période, l'activité historique de Tuyauterie industrielle s'est légèrement contractée à 2,2 ME comme attendu, du fait de la fin d'un projet important sur l'exercice précédent.
L'efficience de l'organisation industrielle et un pilotage précis des charges d'exploitation permettent à la société d'être très confiante dans la réalisation de son objectif annuel d'un résultat opérationnel courant positif sur l'exercice 2020/2021. La société est d'autant plus confiante, que son résultat opérationnel courant était déjà positif au premier semestre 2020/2021.
HRS confirme également ses ambitions à moyen terme de doubler son chiffre d'affaires au 30 juin 2022 et d'atteindre 85 ME de revenus au 30 juin 2025, l'objectif étant de livrer 100 nouvelles stations sur la période. Il confirme également l'objectif de maintenir sa marge opérationnelle courante (Résultat opérationnel courant / chiffre d'affaires) positive sur toute la durée du plan pour atteindre environ 20% au 30 juin 2025

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !