Cotation du 22/08/2019 à 18h05 CAC 40 -0,87% 5 388,25
  • PX1 - FR0003500008

Préouverture Paris : deuxième chance ?

Préouverture Paris : deuxième chance ?
Préouverture Paris : deuxième chance ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Un certain retour au calme se confirme sur les marchés ce mercredi, après le rebond raté en Europe hier, la tendance était plus sereine aux Etats-Unis hier soir... Ce matin, le yuan se stabilise aussi, Pékin ayant pris des mesures visant à contenir sa baisse, notamment en fixant son taux pivot quotidien à un niveau supérieur à celui anticipé par le marché. Il se traie ainsi autour de 7,0485 pour un dollar sur le marché chinois ce mercredi, en baisse d'environ 0,1% par rapport au niveau enregistré en fin de séance la veille. Sur le marché "offshore", il cède environ 0,3% à 7,0815 pour un dollar.

WALL STREET

La cote américaine a repris un peu de hauteur mardi soir en clôture après sa chute d'hier. Le S&P500 a regagné 1,31% à 7.833 pts, le Nasdaq remonte de 1,39% à 2.882 pts, alors que le DJ s'adjuge 1,21% à 26.030 pts, les opérateurs espérant un apaisement entre les Etats-Unis et la Chine sur les questions commerciales après l'escalade de ces derniers jours.

ECO ET DEVISES

Des banques publiques chinoises sont intervenues sur le marché des "forwards", des contrats à terme sur le yuan dans le but de restreindre l'offre de dollars et de soutenir la monnaie chinoise.
La banque centrale chinoise, de son côté, a démenti utiliser sa monnaie pour traiter les conflits commerciaux, et conseille aux Etats-Unis "de freiner leur monture à l'approche du précipice, de prendre la mesure de leurs erreurs et de tourner le dos au mauvais chemin".

Notons que le conseiller économique de la Maison blanche, Larry Kudlow, a déclaré que Trump désirait toujours un accord avec la Chine - du moins s'il s'agit d'un "bon accord" - et qu'il demeurait flexible sur la question des tarifs, selon l'évolution des discussions commerciales. Le président américain attendrait donc toujours la délégation chinoise en septembre en vue d'une reprise des pourparlers... S'exprimant devant la presse, Kudlow a donc tenter de contrebalancer certaines annonces récentes, sans oublier toutefois de préciser que l'économie chinoise "s'effondrerait" (!) actuellement...

Rappelons que Donald Trump avait annoncé par surprise jeudi dernier qu'il imposerait à compter du 1er septembre prochain des droits de douane additionnels de 10% sur les 300 milliards de dollars d'importations chinoises non encore taxées... "Les discussions commerciales se poursuivent, et durant ces discussions, les États-Unis commenceront, le 1er septembre, à appliquer de faibles droits de douanes additionnels de 10% sur les 300 Milliards de Dollars restants de biens et de produits venant de Chine dans notre pays", avait expliqué le président américain sur Twitter. Donald Trump a précisé que cela ne concernait pas les 250 milliards de dollars d'importations chinoises déjà taxées à 25%...
A surveiller en France ce mercredi :
- Commerce extérieur en valeur, juin. (08h45)
- Réserves officielles de change, juillet. (08h45)
- Balance des paiements, juin. (08h45)
Etats-Unis :
- Rapport hebdomadaire du Département à l'énergie sur les stocks pétroliers domestiques. (16h30)
- Crédit à la consommation. (21h00)
Sur le marché des changes, l'indice dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises se stabilise. L'euro campe sur les 1,12/$. Le baril de brut se traite sous les 60$ le Brent, à 58,90$. L'or pointe à 1.472$.

VALEURS A SUIVRE

Neoen annonce avoir remporté une puissance agrégée de 43 MWc lors du dernier appel d'offres gouvernemental (dit "CRE 4.6") pour des centrales photovoltaïques au sol. Cette puissance se répartit sur 5 projets, détenus à 100% par Neoen.
Ces 5 projets lauréats se trouvent dans les départements de Charente, d'Indre-et-Loire, de Haute-Garonne, et des Landes pour deux d'entre eux.
Tous situés sur des sites dégradés, ces projets permettront la réhabilitation d'anciennes carrières et de friches industrielles dont la revalorisation et les usages possibles sont très restreints.

Airbus devrait ouvrir une nouvelle ligne d'assemblage de l'A321neo à Toulouse, l'avionneur européen accélérant la refonte de son organisation industrielle dans la foulée de la fin du programme du très gros porteur A380 prévue en 2021, rapporte l'agence de presse Reuters.
"Une décision formelle n'a pas encore été prise et de possibles installations en Chine et aux Etats-Unis sont également envisagées dans le cadre d'une étude au sujet de l'appareil, qu'Airbus entend finaliser cette année", explique Reuters. "Mais des sources industrielles ont souligné que Toulouse était presqu'assurée d'accueillir la 9e ligne d'assemblage de la famille A320 en raison notamment des énormes hangars qui y avaient été fabriqués pour l'A380, dont l'arrêt de production a été annoncé en février en raison d'une demande insuffisante".
Avec une capacité allant de 180 à 240 sièges, l'A321 est la plus longue version de la famille A320, en concurrence avec le Boeing 737 dans le segment des monocouloirs, de loin le plus important en volumes d'appareils.

Noxxon : A la suite de discussions avec des investisseurs, la société biopharmaceutique Noxxon Pharma NV a reçu, des lettres d'intention et des engagements fermes pour un investissement à long terme de 1 million d'euros par placement privé et un engagement supplémentaire pour un futur placement privé.
Le prix convenu avec les investisseurs est de 0,51 euro par action, soit une décote de 10% sur la moyenne des cours de clôture de l'action pendant les 7 jours de bourse du 24 juillet au 1er août.
Il est prévu que 1.960.780 actions nouvelles soient émises, sous réserve de la réalisation de toutes les lettres d'intention.
La clôture et le règlement de cette transaction sont prévus dans les 14 prochains jours.

Hexaom enregistre un chiffre d'affaires de 417,8 ME au 1er semestre 2019, en hausse de 1,7% par rapport à la même période de 2018.
Le niveau de production constaté reflète l'activité commerciale de l'exercice 2018 avec une activité Construction de Maisons Individuelles stable sur le semestre en cohérence avec l'évolution des prises de commandes enregistrées sur l'exercice 2018 et les objectifs de délais de réalisation de chantiers.
On note aussi une hausse de 14,2% sur le semestre de l'activité Rénovation portée par la dynamique favorable du segment B2B, dont les prises de commandes avaient plus que doublé en 2018.

Tessi, acteur international des Business Process Services, a réalisé au cours du premier semestre 2019 un chiffre d'affaires de 228,9 ME, en croissance de +11,4% comparé au 1er semestre 2018. La société Owliance, acquise au 30 juin 2018, a contribué pour 18,8 ME sur la période.
À périmètre constant (hors Owliance en 2019 et Tessi Autriche en 2018), la croissance ressort ainsi à +2,7%.
Tessi entend poursuivre son développement en France et à l'international, en continuant d'allier croissance organique et externe.
À ce titre, Tessi a annoncé le 31 juillet un accord en vue d'acquérir la société ADM Value, spécialiste de la Relation Clients. L'acquisition est soumise à diverses conditions suspensives, dont la principale est la réalisation d'une augmentation de capital de 39 ME au 4ème trimestre 2019, ouverte à tous les actionnaires, et soumise à la délivrance d'un visa par l'AMF sur le prospectus.

Europcar Mobility Group a signé un accord avec les trois fondateurs de Fox Rent A Car, un des plus importants acteurs indépendants de location de véhicules aux Etats-Unis, pour acquérir 100% de son capital. Cette acquisition stratégique, qui sera la dernière du programme de M&A transformationnel du groupe débuté il y a 3 ans, marque une étape clé dans la mise en oeuvre de 'SHIFT 2023', sa feuille de route visant à atteindre 4 MdsE de CA et 15 millions de clients actifs à horizon 2023. Dirigé par Mike Jaberi et Allen Rezapour, Fox Rent A Car sera la plateforme des futurs développements d'Europcar Mobility Group aux USA, le plus important marché mondial. La capacité du groupe à servir au mieux ses clients de façon globale sera ainsi significativement renforcée par une présence dans les aéroports US clés.

Cellectis : Au 30 juin 2019, Cellectis, incluant Calyxt, disposait de 401 M$ en trésorerie, équivalents de trésorerie, actifs financiers courants et compte de trésorerie bloquée consolidés, dont 323 M$ sont attribuables à Cellectis hors Calyxt. En comparaison, la trésorerie consolidée au 31 mars 2019 s'élevait à 425 M$, dont 340 M$ étaient attribuables à Cellectis, et à 453 M$ au 31 décembre 2018, dont 358 M$ étaient attribuables à Cellectis.
Cette diminution nette de 52 M$ sur le premier semestre 2019 correspond principalement aux 44 M$ de flux nets de trésorerie utilisés par les activités opérationnelles, dont 28 M$ attribuables à Cellectis, et à 5M$ d'acquisitions d'immobilisations corporelles. "Nous estimons que notre trésorerie, nos équivalents de trésorerie, nos actifs financiers courants et comptes de trésorerie bloquée consolidés au 30 juin 2019 seront suffisants pour financer nos activités jusque dans l'année 2021" commente la société.
Le chiffre d'affaires et les autres produits d'exploitation consolidés s'élevaient à 3 M$ pour le deuxième trimestre 2019, comparativement à 8 M$ pour le deuxième trimestre 2018. Le chiffre d'affaires et les autres produits d'exploitation consolidés s'élevaient à 6 M$ pour le premier semestre 2019, comparativement à 16 M$ pour le premier semestre 2018. 89% du chiffre d'affaires et des autres produits d'exploitation consolidés sont relatifs à Cellectis au cours du premier semestre 2019.
"Cette diminution entre les premiers semestres 2019 et 2018 s'explique principalement par la baisse de la reconnaissance de paiements initiaux déjà versés et des remboursements de frais de recherche et développement en relation avec nos collaborations thérapeutiques ainsi que des autres revenues. Cela a été partiellement compensé par une hausse des revenus de Calyxt, notamment liée à la commercialisation de leurs premiers produits d'huile et de tourteau de soja à haute teneur en acide oléique".
Les frais de recherche et développement consolidés se sont établis à 25 M$ pour le second trimestre 2019, comparativement à 18 M$ pour le deuxième trimestre 2018. Les frais de recherche et développement consolidés se sont établis à 40 M$ pour le premier semestre 2019, comparativement à 36 M$ pour le premier semestre 2018. 87% des frais de recherche et développement consolidés sont attribués à Cellectis au cours du premier semestre 2019.
L'augmentation de 4 M$ entre les premiers semestres 2019 et 2018 est principalement liée par une augmentation de (i) 2 M$ des charges de personnel, (ii) d'1 M$ des charges sociales liées à l'attribution d'options de souscription d'actions, (iii) de 3 M$ des achats et de charges externes et (iv) de 3 M$ d'autres charges. Cette hausse a été partiellement compensée par à la réduction de 5 M$ des charges liées aux rémunérations fondées sur des actions sans impact sur la trésorerie
Les frais administratifs et commerciaux consolidés s'élevaient à 12M$ pour le second trimestre 2019, comparativement à 11 M$ pour le second trimestre 2018. Les frais administratifs et commerciaux consolidés s'élevaient à 23 M$ pour le premier semestre 2019, comparativement à 25 M$ pour le premier semestre 2018. 46% des frais administratifs et commerciaux consolidés sont relatifs à Cellectis au cours du premier semestre 2019. La diminution de 2 M$ entre les premiers semestres 2019 et 2018 est principalement liée à une réduction des charges liées aux rémunérations fondées sur des actions sans impact sur la trésorerie de 4 M$. Cette baisse a été partiellement compensée par la hausse de 2 M$ des charges de personnel et des charges sociales liées à l'attribution d'options de souscription d'actions.
La perte nette attribuable aux actionnaires de Cellectis consolidée s'élevait à 33 M$ (soit 0,79$ par action) pour le second trimestre 2019, dont 27 M$ sont relatifs à Cellectis, comparativement à 7 M$ (soit 0,17$ par action) pour le second trimestre 2018, dont 4 M$ sont relatifs à Cellectis. La perte nette attribuable aux actionnaires de Cellectis consolidée s'élevait à 49 M$ (soit 1,15$ par action) pour le premier semestre 2019, dont 37 M$ sont relatifs à Cellectis, comparativement à 32 M$ (soit 0,83$ par action) pour le premier semestre 2018, dont 24 M$ sont relatifs à Cellectis. Cette augmentation de 16 M$ de la perte nette entre les premiers semestres 2019 et 2018 est principalement due par une augmentation des pertes d'exploitation de 10 M$, dont 7 M$ est relative à Cellectis, et une diminution du résultat financier de 6 M$.
La perte nette ajustée attribuable aux actionnaires de Cellectis s'élevait à 28 M$ (soit 0,65$ par action) pour le second trimestre 2019, dont 23 M$ sont relatifs à Cellectis, contre un bénéfice net de 1 M$ (soit 0,03 $ par action) pour le second trimestre 2018, dont 4 M$ sont relatifs à Cellectis. La perte nette ajustée attribuable aux actionnaires de Cellectis s'élevait à 39 M$ (soit 0,91$ par action) pour le premier semestre 2019, dont 31 M$ sont relatifs à Cellectis, contre 13 M$ (soit 0,32$ par action) pour le premier semestre 2018, dont 7 M$ sont relatifs à Cellectis. Veuillez consulter la "Note relative à l'utilisation de mesures financières non IFRS" pour le rapprochement du résultat net IFRS attribuable aux actionnaires de Cellectis et du résultat net ajusté attribuable aux actionnaires de Cellectis.

DNXcorp : Le chiffre d'affaires du 2e trimestre 2019 du Groupe DNXcorp s'établit à 5,4 millions d'euros, en baisse de -3,9% par rapport au 1er trimestre 2019, et de -21,4% par rapport au 2e trimestre 2018.

Parmi les dernières notes de brokers, Jefferies est toujours à l'achat sur Kering, mais avec un cours cible ajusté de 610 à 600 euros. JP Morgan reste à 'surperformance' sur LafargeHolcim mais avec un cours cible ajusté de 63 à 61 CHF. MainFirst couvre le dossier EssilorLuxottica à "surperformance" en ciblant un cours de 140 euros.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com