Cotation du 17/10/2018 à 22h54 Dow Jones Industrial -0,36% 25 706,68
  • DJIND - US2605661048

Pré-ouverture Wall Street : Trump plombe les marchés

Pré-ouverture Wall Street : Trump plombe les marchés
Pré-ouverture Wall Street : Trump plombe les marchés
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street est orienté en retrait avant bourse ce mercredi, suite aux derniers commentaires de Trump laissant peu d'espoir d'un accord commercial à court terme avec la Chine. Le S&P500 fléchit de 0,4% et le Nasdaq de 0,7% en pré-séance. Les inquiétudes concernant la croissance économique mondiale pèsent également, alors que dans le même temps, la Fed poursuit ses tours de vis monétaires au grand désespoir du Président américain. Sur le marché des changes, l'euro remonte de 0,1% à 1,15$. Sur le Nymex, le baril de brut WTI (contrat de novembre) se tasse de 0,5% à 74,6$.

Donald Trump a balayé hier mardi les espoirs d'un accord commercial à court terme avec la Chine. Ainsi, Trump juge que Pékin n'est toujours pas prêt à conclure un accord. S'exprimant à la Maison Blanche, devant les journalistes, le Président américain a confirmé sa menace antérieure de taxer la quasi-totalité des importations chinoises. Le leader américain envisage donc des taxes douanières additionnelles portant sur 267 milliards de dollars d'importations chinoises ! "La Chine veut conclure un accord, mais je dis qu'ils ne sont pas encore prêts", a lancé Trump, qui dit avoir annulé plusieurs rencontres.

Escalade de la guerre commerciale

Rappelons que les USA avaient imposé le mois dernier des prélèvements douaniers supplémentaires portant sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés. Ces nouveaux droits de douane seront de 10% dans un premier temps pour monter ensuite à 25% d'ici la fin de l'année, avait indiqué en septembre l'administration Trump. La Chine avait riposté, à son échelle, en dévoilant des taxes additionnelles sur 60 Mds$ de produits américains importés. Les deux pays s'étaient auparavant infligés des taxes réciproques sur 50 autres milliards de produits.

La Chine demeure déterminée

Le porte-parole du Ministère chinois aux affaires étrangères, Lu Kang, cité par Reuters, estime que la guerre commerciale est mauvaise pour l'économie mondiale et n'est dans l'intérêt d'aucun des deux pays (Chine et USA). "Mais la résolution de la Chine de protéger ses propres intérêts légitimes est inébranlable. Personne ne devrait se faire d'illusions à ce sujet", a assuré Lu.

Impact sur la croissance mondiale

Le FMI se montre pour sa part moins optimiste concernant la croissance mondiale. Le Fonds monétaire international a revu ainsi en baisse ses prévisions de croissance pour l'économie mondiale, du fait notamment de ces incertitudes liées aux tensions commerciales et de la situation des marchés émergents. Le FMI table désormais sur une croissance mondiale de 3,7% en 2018 comme en 2019. Cela représente une baisse de 0,2 point en comparaison des estimations du mois de juillet.

Trump s'en prend (encore) à la Fed

Trump n'a jamais caché son hostilité, face à la politique actuelle de durcissement ('normalisation' diront certains) monétaire de la Fed. Le leader américain a confirmé sa position hier devant les journalistes, à la Maison Blanche, affirmant que la Banque centrale irait trop vite. "Je n'aime pas cela", aurait insisté Trump, cité notamment par l'agence Bloomberg. "Je pense que nous n'avons pas à procéder aussi vite", a affirmé le Président américain. "J'aime les taux d'intérêt bas", a-t-il résumé, sans se préoccuper de l'inflation.

Toujours pas 'emballé'

En juillet, Trump avait déjà affirmé qu'il n'était pas enthousiaste concernant la remontée des taux, qui réduisait voire annulait l'effet de la politique de relance économique menée par son administration. Au mois d'août, le Président américain confirmait cette posture, "pas emballé" par la politique de hausse des taux de la Fed de Jerome Powell.

Tensions sur les rendements obligataires

Le rendement obligataire du '10 ans' américain se stabilise désormais à 3,24% ce jour, après avoir touché un sommet de 3,26% hier, au plus haut depuis le mois de mai 2011. Les ventes ont pesé lourdement ces derniers jours sur les bons au Trésor US. La progression parallèle des rendements traduit l'anticipation d'une poursuite de la hausse des taux, dans le cadre d'une politique de normalisation monétaire de la Fed.

Remontée des taux de la Fed

Selon l'outil FedWatch du CME Group, les taux devraient rester inchangés entre 2 et 2,25% sur les 'fed funds' à l'issue de la réunion du 8 novembre (probabilité de 95,4%), avant de remonter d'un quart de point le 19 décembre pour s'établir entre 2,25 et 2,50% (probabilité de 79,7%). Le tour de vis de décembre serait alors la quatrième et dernière hausse des taux de l'année 2018. La hausse des taux suivante pourrait intervenir le 20 mars 2019 (probabilité de 54% d'un taux des fonds fédéraux allant de 2,50 à 2,75% selon FedWatch).

Prix à la production conformes aux attentes

L'indice américain des prix à la production pour le mois de septembre 2018 est ressorti en augmentation de 0,2% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place de +0,2% et une lecture de -0,1% un mois avant. Le 'PPI' s'est apprécié également de 0,2% hors alimentaire et énergie, conformément aux attentes de marché. Les prix producteurs progressent de 2,6% en glissement annuel et de 2,5% hors alimentaire et énergie, en comparaison du mois de septembre 2017.

Les valeurs à suivre

Fastenal a publié ses comptes du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 197,6 M$ (0,69$ par action), contre 143,1 M$ (0,50$ par action) un an avant. Les ventes montent de 13% à 1,28 Md$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,67$, pour des revenus de 1,27 Md$.

Citigroup publiera vendredi ses résultats du troisième trimestre 2018. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,69$, pour des revenus de 18,5 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe bancaire américain avait enregistré un bénéfice par action de 1,42$ et des revenus de 18,17 Mds$.

JP Morgan Chase dévoilera également vendredi ses résultats du troisième trimestre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 2,26$, pour des revenus de 27,5 Mds$. Un an avant, sur la même période, le géant bancaire américain avait enregistré un bénéfice par action de 1,76$, pour des revenus de 26,2 Mds$.

Wells Fargo publiera le même jour ses résultats du troisième trimestre 2018. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,17$, pour des revenus de 21,9 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe bancaire américain avait enregistré un bénéfice par action de 0,84$ et des revenus de 21,92 Mds$.

Tesla a repris près de 5% hier à Wall Street, soutenu par une note favorable de Macquarie. Le broker a initié son suivi de la valeur du fabricant de véhicules électriques à Wall Street, fixant un objectif de cours de 430$ représentant un potentiel de hausse voisin de 70%. La recommandation est logée à 'surperformance'.

Les spécialistes du broker pensent que Tesla est une compagnie disruptive de croissance aux produits à part et à la marque puissante. Le groupe californien se positionne sur les marchés également disruptifs et porteurs des véhicules électriques, du stockage et de la génération d'énergie.

Nio, le constructeur chinois de voitures électriques, tout récemment introduit à Wall Street, bondit en pré-séance. Le second actionnaire institutionnel de Tesla, Baillie Gifford & Co, vient en effet de prendre une participation au capital de Nio.

Alibaba pourrait souffrir ce jour à Wall Street. Morgan Stanley et Raymond James viennent de réduire leurs estimations de profits sur le dossier du géant chinois eu e-commerce. Les deux firmes de recherche évoquent l'environnement économique chinois.

Apple et Amazon, les deux premières capitalisations de Wall Street, seront surveillées ce jour. Le leader républicain du Comité pour le commerce du Sénat américain a demandé aux deux groupes, ainsi qu'au Chinois Super Micro Computer, de participer à des réunions afin d'éclaircir l'affaire du présumé piratage chinois révélé par Bloomberg BusinessWeek il y a quelques jours. Bloomberg avait rapporté que des 'puces' miniatures avaient permis d'espionner les géants technologiques américains.

PPG remonte avant bourse à Wall Street, la firme Trian Fund de Nelson Peltz ayant dévoilé une participation au capital du groupe chimique, dont le cours de bourse s'était effondré hier de 10% après un avertissement sur les ventes.

Sears Holdings, la chaîne américaine de distribution, plonge avant bourse à Wall Street ce jour. Le détaillant préparerait en effet son possible placement en faillite, croit savoir le 'Wall Street Journal'.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com