Cotation du 25/09/2018 à 21h40 Dow Jones Industrial -0,19% 26 511,47
  • DJIND - US2605661048

Pré-ouverture Wall Street : prudence après l'emploi, sur fond de guerre commerciale

Pré-ouverture Wall Street : prudence après l'emploi, sur fond de guerre commerciale
Pré-ouverture Wall Street : prudence après l'emploi, sur fond de guerre commerciale
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street s'affiche autour de l'équilibre ce vendredi en pré-séance, alors que les investisseurs viennent de prendre connaissance d'un rapport mensuel de l'emploi contrasté. Les créations de postes de juin sont plus importantes que prévu, mais le taux de chômage repart à la hausse alors qu'il était attendu stable. L'inflation salariale est quant à elle un peu plus faible que prévu.

Du côté des tensions commerciales, les Etats-Unis et la Chine viennent de mettre en application leurs droits de douane... Pékin a annoncé que ses "tarifs" douaniers sur environ 34 Mds$ de produits importés des USA étaient entrés en vigueur, quelques heures seulement après la mise en application des prélèvements infligés par les Etats-Unis à la Chine sur un montant de 34 Mds$ de produits...

Du côté des sociétés US, la saison des publications du second trimestre débutera dès la semaine prochaine outre-Atlantique, avec notamment les comptes de PepsiCo, Delta Air Lines, Wells Fargo, Citigroup ou encore JP Morgan...

La Chine avait prévenu qu'elle répliquerait, en cas d'implémentation des mesures décidées par l'administration Trump. C'est donc chose faite. Pékin entend également faire ultérieurement un rapport à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, qui en connaît probablement un rayon, a taclé le protectionnisme américain 'à courte vue', qui nuirait selon lui à toutes les parties.

Il est vrai que le Président Donald Trump a même précisé que les USA pourraient à terme taxer plus de 500 milliards de dollars de marchandises provenant de Chine, ce qui représenterait... la quasi-totalité des produits chinois importés par les Etats-Unis ! Début avril, la Maison Blanche avait initialement annoncé son intention de taxer à 25% et en phases plus de 1.300 produits importés de Chine représentant 50 Mds$ (véhicules, produits industriels et technologiques). Le mois dernier, Trump avait ensuite haussé le ton et menacé de taxer à 10% environ 200 Mds$ de produits de plus. Selon l'agence Reuters, Trump aurait déclaré, à bord d'Air Force One, qu'après les premiers 34 milliards du jour, "vous avez encore 16 milliards de dollars dans deux semaines. Et puis, comme vous le savez, nous avons 200 milliards de dollars en suspens et, après les 200 milliards de dollars, nous avons 300 milliards de dollars en suspens. OK ? Ainsi, nous avons 50, plus 200, plus près de 300", calculait le Président américain. Les esprits les plus habiles auront donc noté qu'un total de plus de 500 milliards de dollars de produits importés de Chine pourraient à terme être taxés, du moins si les deux pays ne parviennent pas à négocier.

D'après le rapport gouvernemental du jour sur la situation de l'emploi, les États-Unis ont créé 213.000 postes au mois de juin 2018, contre un consensus de 190.000. Le taux de chômage ressort quant à lui à 4% en juin, contre 3,8% de consensus et 3,8% un mois plus tôt. Les créations de postes dans le secteur privé pour le mois de juin ressortent au nombre de 202.000, contre 182.000 de consensus et 239.000 en mai. Le taux de participation à la force de travail s'établit à 62,9%, contre 62,7% de consensus. Le salaire horaire moyen augmente de +0,2% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus. Il grimpe de +2,7% en glissement annuel (contre +2,8% de consensus). Les créations de postes non-agricoles du mois d'avril ont été révisées à la hausse, de 159.000 à 175.000, et celles de mai ont également été revues à hausse, de 223.000 à 244.000.

D'après le Département américain au commerce ce vendredi, le déficit commercial du mois de mai 2018 est ressorti à 43,1 Mds$, contre 43,7 Mds$ de consensus de place, et un déficit de 46,1 Mds$ un mois avant.

VALEURS A SUIVRE

Citigroup publiera vendredi 13 juillet ses résultats du second trimestre 2018. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,57$, pour des revenus de 18,5 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe bancaire américain avait enregistré un bénéfice par action de 1,28$ et des revenus de 17,9 Mds$.

JP Morgan. La chute de valorisation boursière de la banque allemande Deutsche Bank susciterait l'intérêt de plusieurs grands acteurs de la finance, si l'on en croit les informations du magazine 'Wirtschaftswoche' ce vendredi. L'agence Reuters relaye également ces bruits de couloirs, selon lesquels la Deutsche Bank intéresserait l'Américain JP Morgan Chase et le Chinois Industrial & Commercial Bank of China (ICBC). Crédible ou pas, cette rumeur fait remonter le titre de la banque allemande de 4% vers les 10 euros ce vendredi à Francfort. La capitalisation boursière de la Deutsche Bank repasse ainsi les 20 milliards d'euros. Cette valeur de marché demeure extrêmement faible en comparaison de celle du colosse américain JP Morgan, qui pèse plus de 352 milliards de dollars ! Le magazine 'Wirtschaftswoche', qui cite des banquiers d'affaires de Francfort, indique que la baisse de valorisation de Deutsche Bank, qui a essuyé trois pertes annuelles consécutives, a donc attiré l'attention de rivaux. Le magazine cite également des sources dans le monde politique allemand, affirmant que la Chancelière Angela Merkel aurait rencontré l'ancien président de la Bundesbank Axel Weber, actuellement président du conseil d'UBS, afin de le consulter à propos de Deutsche Bank.

JP Morgan Chase publiera vendredi 13 juillet ses résultats du second trimestre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 2,22$, pour des revenus de 27,4 Mds$. Un an avant, sur la même période, le géant bancaire américain avait enregistré un bénéfice par action de 1,82$, pour des revenus de 26,4 Mds$.

PriceSmart, acteur américain sur le marché de l'entrepôt, a publié ses résultats du troisième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 18,7 M$ (0,61$ par action), contre 18,8 M$ (0,62$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 782,2 M$, contre 730,3 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,63$, pour des revenus de 777 M$.

Wells Fargo publiera ses résultats du second trimestre 2018 vendredi 13 juillet. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,12$, pour des revenus de 21,7 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe bancaire américain avait enregistré un bénéfice par action de 1,07$ et des revenus de 22,2 Mds$.

Delta Air Lines publiera ses résultats du second trimestre le 11 juillet prochain. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,73$ et des revenus de 11,6 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 1,64$ et des revenus de 10,8 Mds$. Lors de la publication des comptes du premier trimestre 2018, Delta Air Lines avait annoncé viser, sur le T2, sur une croissance de 3 à 5% de son revenu unitaire.

Ford Motor. Le groupe annonce avoir vendu 62.057 véhicules en Chine au mois de juin 2018, soit une baisse de 38% en glissement annuel. Les ventes du premier semestre s'élèvent ainsi à 400.443 unités, en recul de 25% par rapport à l'an dernier.

PepsiCo publiera ses résultats du second trimestre le 10 juillet prochain. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,52$ et des revenus de 16,1 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 1,50$ et des revenus de 15,7 Mds$. Lors de la publication des comptes du premier trimestre 2018, PepsiCo avait annoncé viser, sur l'exercice, un bpa de 5,70$, pour des revenus en hausse d'au moins de 2,3%.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com