Cotation du 17/12/2018 à 21h27 Dow Jones Industrial -2,23% 23 563,89
  • DJIND - US2605661048

Pré-ouverture Wall Street : Mission Accomplie !

Pré-ouverture Wall Street : Mission Accomplie !
Pré-ouverture Wall Street : Mission Accomplie !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street remonte avant bourse ce lundi, les marchés encaissant visiblement sans frémir l'intervention militaire surprise des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni en Syrie. Le S&P500 et le Nasdaq sont ainsi attendus en progression de 0,6% avant bourse. Les opérateurs vont pouvoir se concentrer sur les publications financières trimestrielles des entreprises et les statistiques les jours prochains...

Le président américain Donald Trump a salué "une frappe parfaitement exécutée", sur le réseau social Twitter. Le dirigeant américain a remercié la France et le Royaume-Uni pour leur sagesse et la puissance de leurs armées... "Mission Accomplie !", a lancé Trump, dont l'expression a aussitôt été amplement reprise par les médias.

Trump en a également profité pour saluer les qualités de l'armée américaine. Cette dernière devrait encore s'améliorer, selon lui, après des dépenses de plusieurs milliards.

Le président américain a taclé par contre les médias, suite à ce raid syrien "si parfaitement exécuté, avec une telle précision". "Le seul moyen que les 'Fake News Media' pouvaient trouver pour le dénigrer était d'utiliser l'expression Mission Accomplie"...

Le président russe Vladimir Poutine, de son côté, a prévenu hier dimanche que de nouvelles attaques sur la Syrie conduiraient à un "chaos dans les relations internationales". Le 'Mission Accomplie' de Trump permet cependant d'estimer que le travail est donc bien 'terminé'... pour l'instant.

Nikki Haley, ambassadrice américaine auprès des Nations unies, a prévenu hier dimanche sur 'Fox News' de nouvelles sanctions attendues contre la Russie. La représentante permanente a ajouté que les États-Unis devaient continuer à agir de manière 'intelligente' face à l'utilisation (supposée) d'armes chimiques. Haley explique en effet que des attaques comparables pourraient "très facilement" avoir lieu sur le territoire américain.

"Nous ne pouvons pas permettre la plus petite utilisation d'armes chimiques", a insisté Haley, justifiant ainsi l'intervention de Trump en Syrie. L'ambassadrice ajoute que les USA vont donc imposer de nouvelles sanctions à la Russie, qui devraient être dévoilées dès ce lundi par le Secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. D'après Haley, les sanctions viseront en particulier les compagnies ayant fourni des équipements au régime d'Assad... Enfin, Haley précise que les attaques coordonnées menées par les USA, le Royaume-Uni et la France ont "porté un coup sévère" au programme syrien d'armes chimiques.

Sur le marché des changes, l'euro remonte de 0,4% à 1,2373$. Donald Trump vient de tacler la Chine et la Russie sur Twitter, au sujet de la dévaluation des monnaies.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis, les ventes de détail du mois de mars 2018 sont ressorties en augmentation de 0,6% en comparaison du mois antérieur, contre +0,4% de consensus de place. Hors automobile, les ventes de détail ont progressé de 0,2% en comparaison du mois précédent, en ligne avec le consensus. Enfin, hors automobile et essence, les ventes se sont appréciées de 0,3% par rapport au mois de février, alors que le consensus était cependant de +0,5%.

L'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York, pour sa part, est ressorti à 15,8 pour le mois d'avril 2018, contre un consensus de place de 18,2 et un niveau de 22,5 en mars. Ainsi, l'indicateur traduit un ralentissement de l'expansion sur la période.

Les stocks et ventes des entreprises pour le mois de février seront révélés à 16 heures (consensus +0,6% pour les stocks, en comparaison du mois antérieur). L'indice du marché immobilier américain pour le mois d'avril sera dévoilé à la même heure (consensus 70).

La saison des publications financières trimestrielles débute par ailleurs à Wall Street. Bank of America et M&T Bank annoncent avant bourse ce jour. Celanese, Netflix et Seachange publient ce jour, après la clôture... Goldman Sachs, IBM, Johnson & Johnson et United Continental seront de la partie demain mardi.

LES VALEURS

Bank of America, l'établissement financier de Charlotte, a publié pour son 1er trimestre 2018 un bénéfice attribuable aux actionnaires en forte amélioration de 34% en glissement annuel, à 6,5 milliards de dollars. Sur ce trimestre clos fin mars 2018, le bénéfice par action s'est établi à 62 cents, contre 45 cents un an auparavant et 59 cents de consensus. Les revenus trimestriels totaux de la banque ont grimpé de 4% à 23,3 milliards de dollars.

Brian Moynihan, le patron de la banque, constate une 'forte activité client' et l'impact d'une forte économie globale. La banque réalise ainsi des résultats historiques. Rappelons que JP Morgan et Citigroup avait déjà annoncé, vendredi, des comptes supérieurs aux attentes de marché.

M&T Bank a par contre raté le consensus de profit sur le 1er trimestre, et corrige assez lourdement avant bourse à Wall Street. Pour le T1 2018, la banque a fait état d'un bénéfice GAAP par action de 2,23$, contre 2,12$ un an plus tôt. Le bénéfice net consolidé est ressorti à 353 M$, contre 349 M$ sur le 1er trimestre 2017. Le consensus était toutefois logé à 2,74$ de bpa sur la période close. Les revenus se sont établis à 1,44 Md$ sur le trimestre, contre 1,42 Md$ de consensus et 1,37 Md$ un an avant.

General Electric passera une charge de 4,2 Mds$ sur le 1er trimestre. Le groupe industriel américain a par ailleurs annoncé vendredi soir qu'il avait révisé en baisse de 30 cents ses bénéfices par action 2016 et 2017, comme prévu, suite à l'adoption de nouvelles règles comptables. Ces chiffres ressortent en ligne avec ce qui avait déjà été annoncé par GE en février. Ces ajustements sont consécutifs à une enquête de la SEC, gendarme financier américain, sur la comptabilisation des contrats de services à long terme. GE dévoilera vendredi ses résultats trimestriels. Le groupe n'a pas modifié ses prévisions 2018 de profits.

Tesla débute la séance dans le rouge ce lundi, après avoir progressé en fin de semaine dernière suite aux prévisions de rentabilité d'Elon Musk. Le titre est attaqué par Harris Kupperman, président de Praetorian Capital, qui vient de comparer Tesla au courtier en énergie Enron, dont la faillite frauduleuse avait secoué le monde de la finance en 2001. Kupperman semble donc du même avis que Jim Chanos, célèbre vendeur à découvert qui avait prédit un effondrement de Tesla en fin d'année dernière.

Kupperman n'est pas du tout convaincu par les récentes prévisions de rentabilité de Musk. L'investisseur rappelle que le patron de Tesla n'est pas connu pour la précision de ses anticipations : "Il n'a jamais atteint la moindre cible ou délivré avec une quelconque fiabilité depuis des années maintenant. Pourquoi devrais-je le croire maintenant ?", observe Kupperman. "Rappelez-vous en 2016 quand il avait dit qu'ils seraient rentables et qu'ils n'auraient pas besoin de plus d'argent ? Ou quand ils ont dit ça en 2017 ? Il va probablement dire la même chose à l'audience de faillite", a lancé encore l'investisseur.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com