Cotation du 21/09/2018 à 22h54 Dow Jones Industrial +0,32% 26 743,50
  • DJIND - US2605661048

Pré-ouverture Wall Street : même pas peur de la guerre commerciale

Pré-ouverture Wall Street : même pas peur de la guerre commerciale
Pré-ouverture Wall Street : même pas peur de la guerre commerciale
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street poursuit son rebond, après des gains modérés hier soir (+0,15% sur le DJIA et +0,76% sur le Nasdaq). La cote américaine est de nouveau attendue en progression avant bourse ce jour, malgré la montée des tensions commerciales. Le S&P500 gagne 0,4% en pré-séance, alors que le Nasdaq prend 0,5%.

Sur le Nymex américain, le baril de brut (contrat d'août) s'accorde actuellement 1,2% supplémentaires à 74,8$. Le Brent revient pour sa part sur les 78$ (+1,3%). Cette progression des prix du pétrole au plus haut de quatre ans soutient le secteur en bourse, alors que la Compagnie nationale libyenne a suspendu ses exportations de pétrole dans l'Est, décrétant un état de force majeure.

La séance sera écourtée ce jour, Wall Street clôturant à 19 heures en cette veille de fête nationale américaine du 4 juillet (Jour de l'Indépendance). La cote américaine sera fermée demain pour ce jour de commémoration.

Les critiques de Donald Trump à l'égard de l'OMC et la mise en place progressive des sanctions commerciales réciproques que s'infligent les États-Unis et leurs grands partenaires ne semblent donc plus désormais dissuader les opérateurs.

Le gouvernement des États-Unis entend empêcher le colosse télécom China Mobile de pénétrer sur le marché américain. Ainsi, L'opérateur chinois ne pourrait pas offrir ses services sur le territoire américain, au motif que la firme poserait un risque pour la sécurité nationale. La FCC (Federal Communications Commission) américaine pourrait donc repousser la demande de l'opérateur asiatique, qui désirait offrir des services entre les Etats-Unis et d'autres pays. C'est du moins ce que suggère la National Telecommunications and Information Administration (NTIA), agence du Département au commerce qui conseille l'administration Trump sur les politiques télécoms.

La pression commerciale est donc maintenue, alors que les USA doivent imposer leurs nouveaux prélèvements douaniers sur 34 Mds$ de produits importés de Chine dès le 6 juillet. Ces mesures seront très probablement suivies d'une réplique proportionnée et rapide de Pékin...

Lu Kang, porte-parole du Ministère chinois aux affaires étrangères, a de son côté imploré les Etats-Unis d'abandonner cette "mentalité de Guerre Froide" et ces "jeux à somme nulle"... Alors que Pékin demande aux USA de desserrer leur étau autour des entreprises chinoises, le dossier de l'équipementier télécom chinois ZTE n'est quant à lui toujours pas réglé. Les sanctions initialement infligées par l'Amérique devaient être levées, mais certains législateurs de Washington s'y opposent...

Sur le front économique américain ce mardi, les commandes industrielles du mois de mai 2018 seront communiquées à 16 heures (consensus stable).

Les ventes mensuelles d'automobiles seront également à suivre aux Etats-Unis.

Facebook pourrait reculer ce jour à Wall Street, le FBI et d'autres agences fédérales ayant rejoint l'enquête du Département de justice concernant l'utilisation des données Facebook par la firme Cambridge Analytica.

Tesla, qui a finalement atteint de justesse ses objectifs de production à fin juin (5.000 voitures par semaine) sur le Model 3, vient de perdre son responsable de production dans la foulée. Doug Field, le directeur du développement et de la production des véhicules, a quitté le groupe californien.

Doug Field, également vice-président de Tesla, travaillait dans le groupe depuis près de 5 ans et comptait parmi les 4 principaux dirigeants de Tesla, outre Elon Musk, son fondateur et PDG. M. Field ne reprendra pas son emploi à l'issue du congé longue durée qu'il a pris ces dernières semaines, a indiqué un porte-parole de Tesla à l'agence 'Bloomberg'.

Interpublic a annoncé ce lundi un accord d'acquisition des 'solutions marketing' d'Acxiom pour 2,3 milliards de dollars. Ainsi, IPG va acquérir cette division d'Acxiom en cash. Les activités en question représentent trois quarts des revenus d'Acxiom et développent des logiciels permettant aux compagnies et à leurs marques de gérer de gros volumes de données.

Boeing serait sur le point de répliquer à Airbus. Quelques heures après que l'avionneur européen eut officiellement pris le contrôle du programme CSeries de Bombardier, le groupe américain serait tout proche de trouver un terrain d'entente avec Embraer. Selon 'Valor Economico', les deux acteurs auraient déjà préparé les contrats pour leur projet de rapprochement et ils devraient les soumettre au gouvernement brésilien dans un délai de deux semaines.

Le journal brésilien précise que les documents définissent notamment comment les ingénieurs de Boeing et d'Embraer seront répartis entre la nouvelle société contrôlée par Boeing et une société de Défense qu'Embraer conservera. Les deux groupes devraient se concentrer sur la création d'une entreprise dans les avions civils dans laquelle Boeing détiendra une participation majoritaire. Elle permettra à la société américaine de se renforcer sur le segment des appareils de 70 à 130 sièges...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com