Cotation du 21/09/2018 à 22h54 Dow Jones Industrial +0,32% 26 743,50
  • DJIND - US2605661048

Pré-ouverture Wall Street : la guerre commerciale plombe la tendance

Pré-ouverture Wall Street : la guerre commerciale plombe la tendance
Pré-ouverture Wall Street : la guerre commerciale plombe la tendance
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street corrige nettement avant bourse ce jour, le S&P500 abandonnant encore 0,3% et le Nasdaq près de 0,4%. Les tensions commerciales persistantes avec le Canada ou la Chine pèsent sur les indices, alors que la cote américaine avait déjà légèrement consolidé hier soir. Sur le marché des changes, l'euro se stabilise à 1,158$.

La méthode Trump se heurte à un obstacle

La semaine sera marquée par de nouveaux efforts pour parvenir à un accord commercial avec le Canada. Le bras de fer n'est en effet pas terminé entre Donald Trump et le gouvernement de Justin Trudeau, les menaces de Trump (de mettre un terme à l'Aléna si les législateurs américains contrariaient ses plans) entrant dans le cadre de sa stratégie habituelle de négociation. Les discussions doivent reprendre ce mercredi. Les négociateurs canadiens et américains ont fait état de progrès ces derniers jours, même si aucun accord n'a encore été scellé. Les pierres d'achoppement concerneraient notamment le secteur laitier, et la volonté de l'administration Trump de mettre un terme à un mécanisme empêchant les USA de mener des procédures contre le 'dumping' et les mesures compensatoires (chapitre 19).

Le Président américain a affirmé qu'il n'y avait pas de nécessité à maintenir le Canada dans l'accord Aléna (Accord de libre-échange nord-américain), et manifesté sa volonté d'obtenir un accord "juste" après des années d'abus. Trump a aussi rappelé que l'Aléna était, de son point de vue du moins, l'un des pires accords commerciaux jamais conclus. L'accord initial n'aurait selon lui jamais dû être signé... Ces commentaires, livrés ces derniers jours sur le réseau social Twitter, ne favorisent évidemment pas les négociations. Justin Trudeau a d'ailleurs calqué son discours sur celui de Trump hier mardi en affirmant : "Pas d'accord Aléna est mieux qu'un mauvais accord Aléna pour les Canadiens".

Chrystia Freeland, Ministre canadienne aux affaires étrangères, devra toutefois rouvrir les débats ce jour avec le Représentant américain au commerce Robert Lighthizer à Washington.

L'espoir d'un accord avec le Canada persiste

Les marchés n'ont toutefois pas excessivement corrigé ces derniers jours, ce qui montre que les investisseurs espèrent encore un accord commercial d'ici la fin du mois de septembre - délai fixé par le Congrès. Trump semble s'activer, puisqu'il a modifié son agenda lundi afin de se consacrer aux questions commerciales et internationales. Après un accord obtenu sans forcer avec le Mexique, il s'agirait donc pour Trump de transformer le plus rapidement possible l'essai.

Nouvelles sanctions commerciales en vue contre la Chine

Sur le front sino-américain, cette fois, les relations demeurent tendues, et la phase de commentaire public concernant des taxes supplémentaires visant 200 milliards de dollars d'importations chinoises prend fin demain jeudi. Donald Trump pourrait alors rapidement enchaîner sur une implémentation des sanctions, les plus importantes depuis le début du conflit avec Pékin. La Chine entend évidemment riposter de manière proportionnée...

Le pétrole retombe avec la baisse du risque lié aux tempêtes

Les cours du brut reculent ce jour, le baril de brut WTI (contrat d'octobre) fléchissant de plus de 1% dans la zone des 69$, contre 77$ pour le baril de Brent. L'affaiblissement de la tempête tropicale affectant le Golfe du Mexique explique ce reflux. L'impact sur la production devrait en effet se révéler moins important que prévu. Les cours du brut avaient auparavant grimpé dans l'anticipation d'un impact plus fort de la tempête Gordon.

Les géants de l'Internet devant le Congrès

Sheryl Sandberg, la directrice opérationnelle de Facebook, et Jack Dorsey, le directeur général de Twitter, seront entendus par le Congrès ce jour à propos de la manière dont leurs firmes ont combattu les efforts étrangers pour influer sur les débats politiques américains. Facebook devrait détailler, devant les législateurs US, les efforts entrepris pour supprimer des centaines de pages et de comptes impliqués dans des comportements inappropriés et coordonnés, visant à tromper les électeurs. Sandberg devrait tout de même admettre que la compagnie de Menlo Park a été trop lente dans sa réponse aux efforts russes visant à interférer dans la campagne de 2016. Twitter devrait pour sa part démentir toute influence d'une quelconque idéologie politique.

Notons qu'Alphabet (Google) ne sera par contre représenté par aucun dirigeant. Le groupe de Mountain View a décliné l'invitation du Comité du Sénat, qui réclamait l'un de ses principaux dirigeants pour participer aux échanges. Google avait proposé d'envoyer son responsable des affaires légales Kent Walker aux auditions, mais la carrure de ce dernier n'était apparemment pas suffisante, le Comité ayant opposé un refus.

Déficit commercial creusé

Les chiffres du commerce international américain pour le mois de juillet sont ressortis conformes aux attentes. Le rapport gouvernemental du jour a fait état d'un déficit de 50,1 milliards de dollars (consensus -50,2 Mds$), contre 45,7 Mds$ pour la lecture révisée du mois de juin. Quoi qu'il en soit, ce fort creusement du déficit commercial américain fournit un argument de plus à Donald Trump pour défendre l'application de ses tarifs douaniers.

James Bullard, John Williams, Neel Kashkari ou Raphael Bostic de la Fed, interviendront durant la journée.

Il n'y aura aucune publication trimestrielle notable d'entreprise cotée à Wall Street avant bourse ce jour. Verifone publiera ce soir.

Amazon, Berkshire Hathaway et JP Morgan ont désigné Jack Stoddard en tant que directeur opérationnel de leur alliance dans le domaine de la santé. Stoddard était auparavant responsable de la 'santé digitale' chez Comcast. Sa nomination prend effet de manière immédiate. Rappelons que l'alliance avait été dévoilée en janvier, afin de lutter contre la croissance des coûts de santé. Le directeur général de la joint venture, nommé en juin, est Atul Gawande, chirurgien, auteur et critique industriel.

Facebook, via Instagram, pourrait se lancer dans le commerce électronique. La filiale du réseau social travaillerait au développement de sa propre application de commerce en ligne, croit savoir 'The Verge', citant deux personnes informées de ce projet. L'application, qui pourrait prendre le nom d'IG Shopping, permettrait à ses utilisateurs de parcourir les collections de produits des commerçants qu'ils suivent et de les acheter directement. Le développement de l'app serait toujours en cours et cette dernière pourrait encore ne pas voir le jour.

Amazon reste surveillé, après avoir franchi hier le cap des 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Le titre a plus que doublé sur 12 mois, et gagne 75% cette année. Le groupe de e-commerce de Jeff Bezos a donc réussi l'exploit d'atteindre une valorisation à 13 chiffres. A Wall Street, seul le colosse de Cupertino Apple y était jusqu'alors parvenu.

Tesla a abandonné plus de 4% hier soir, plombé par un conseil vendeur de Goldman Sachs assorti d'un objectif de cours de 210$. Goldman reprenait le suivi de la valeur, après avoir suspendu sa couverture afin de conseiller en toute objectivité Elon Musk à propos de ses projets (désormais abandonnés) de sortie de la cote. Le broker dit notamment s'inquiéter de la montée en puissance de la concurrence, ainsi que de l'impact de l'extinction des incitations fiscales américaines. GS n'est pas convaincu non plus par la capacité de Tesla à 'exécuter' et atteindre ses objectifs financiers ou de production.

Concernant la production du Model 3 grand public cette fois, Tesla, qui a récemment franchi le cap des 5.000 véhicules produits par semaine (à fin juin), afficherait une production encore irrégulière. Le groupe de Musk aurait apparemment raté son objectif hebdomadaire de production à fin août. Ainsi, Tesla, qui désirait atteindre 6.000 Model 3 par semaine d'ici la fin du mois d'août, n'y serait pas parvenu, à en croire le site spécialisé 'Electrek'. 'TheStreet' juge de son côté que Tesla devrait tout de même être en mesure d'atteindre son objectif trimestriel total de production.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com