Cotation du 13/12/2018 à 22h50 Dow Jones Industrial +0,29% 24 597,38
  • DJIND - US2605661048

Pré-ouverture Wall Street : déprime confirmée !

Pré-ouverture Wall Street : déprime confirmée !
Pré-ouverture Wall Street : déprime confirmée !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les tensions se confirment sur les marchés américains et plombent la tendance ce mardi, après une séance plutôt calme hier pour le 'Columbus Day' (Jour de Christophe Colomb férié aux USA). Le S&P500 et le Nasdaq sont attendus en recul de 0,4% avant bourse. Sur le marché des changes, l'euro se tasse de 0,4% à 1,145$. Sur le Nymex, le baril de brut WTI (contrat de novembre) se redresse de 0,7% à 74,8$ et le Brent se rapproche des 85$.

Rendement du '10 ans' au plus haut depuis 2011

La hausse des rendements obligataires américains se confirme. Le rendement du '10 ans' atteint désormais près de 3,24%, au plus haut depuis 2011, les ventes se poursuivant sur les bons au Trésor US. Cette progression des rendements traduit l'anticipation d'une poursuite de la hausse des taux, dans le cadre d'une politique de normalisation monétaire de la Fed.

Remontée des taux de la Fed

Selon l'outil FedWatch du CME Group, les taux devraient rester inchangés entre 2 et 2,25% sur les 'fed funds' à l'issue de la réunion du 8 novembre (probabilité de 96,7%), avant de remonter d'un quart de point le 19 décembre pour s'établir entre 2,25 et 2,50% (probabilité de plus de 80%). Le tour de vis de décembre serait alors la quatrième et dernière hausse des taux de l'année 2018. La hausse des taux suivante pourrait intervenir le 20 mars 2019 (probabilité de 54,2% d'un taux des fonds fédéraux allant de 2,50 à 2,75% selon FedWatch).

La remontée des rendements obligataires constitue donc la principale pression sur les marchés actions américains. Les craintes relatives à la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine persistent quant à elles, malgré la récente conclusion d'un nouvel accord entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique - accord prouvant que la méthode Trump n'a pas forcément que des défauts.

Sur le front économique aux USA ce mardi, aucune statistique, mais plusieurs interventions de banquiers centraux. Charles Evans (Président de la Fed de Chicago), Robert Kaplan (Fed de Dallas) et John Williams (Fed de New York), seront ainsi à suivre ce jour.

Le FMI affiche sa prudence

Le FMI se montre pour sa part moins optimiste concernant la croissance mondiale. Le Fonds monétaire international a revu ainsi en baisse ses prévisions de croissance pour l'économie mondiale, du fait notamment des incertitudes liées aux tensions commerciales et de la situation des marchés émergents. Le FMI table désormais sur une croissance mondiale de 3,7% en 2018 comme en 2019. Cela représente une baisse de 0,2 point en comparaison des estimations du mois de juillet.

La saison des trimestriels approche

Les résultats trimestriels seront rares ce jour à Wall Street. Fastenal publiera demain. Delta Air Lines ou Walgreens annonceront jeudi. Enfin, la semaine se terminera en beauté avec une belle brochette de valeurs financières. Citigroup, JP Morgan Chase, PNC Financial, First Republic Bank et Wells Fargo, annonceront ainsi vendredi leurs derniers résultats trimestriels. Cette journée marquera le début réel de la 'saison' des trimestriels.

Les valeurs à suivre

Tesla. Macquarie, dont les analystes viennent d'initier leur suivi de la valeur du fabricant de véhicules électriques à Wall Street, fixe un objectif de cours de 430$ représentant un potentiel de hausse supérieur à 70%. Il faut tout de même préciser que le titre était tombé hier au plus bas de six mois, un vendeur à découvert de renom ayant prévenu des similitudes du dossier avec celui de Lehman Brothers.

La recommandation de Macquarie est logée à 'surperformance'. Globalement, les spécialistes du broker pensent que Tesla est une compagnie disruptive de croissance aux produits à part et à la marque puissante. En outre, le groupe californien se positionne sur les marchés également disruptifs et porteurs des véhicules électriques, du stockage et de la génération d'énergie.

Macquarie se montre donc excessivement confiant concernant l'avenir boursier de Tesla, occultant les récentes controverses. La firme de recherche mise sur l'accélération de la croissance des ventes unitaires, le potentiel de la production d'équipements, la différentiation technologique, la traction du marché du stockage énergétique, et la possible position de leader dans la conduite autonome. Maynard Um, spécialiste de Macquarie, juge Tesla positionné de manière unique pour le long terme, compte tenu par ailleurs de sa domination de l'intégration software dans les voitures électriques, ainsi que de sa position sur le segment de la conduite autonome. L'analyste souligne que Tesla collecte quotidiennement des données réelles de conduite sur plus de 8 millions de miles.

Alphabet (maison-mère de Google) a annoncé à son tour, lundi, que les données personnelles de 500.000 utilisateurs de Google+ avaient été mises en danger. Le groupe a précisé que les données pourraient avoir été accessibles à des développeurs extérieurs, en raison d'une faille de sécurité. Alphabet a indiqué que Google+ allait être fermé pour les particuliers, ajoutant que de nouvelles règles de protection de la vie privée seraient mises en place.

Papa John's bondit avant bourse à Wall Street. Il faut dire que l'investisseur Nelson Peltz et sa firme Trian Fund Management entendraient lancer une possible offre d'acquisition sur la chaîne de pizzerias, selon les informations du Wall Street Journal.

Perrigo. Murray Kessler, l'ancien patron de Lorillard Tobacco, va prendre la tête de Perrigo et remplacer ainsi le 'chief executive officer' Uwe Roehrhof. Roehrhof n'officiait pourtant que depuis moins d'un an en tant que directeur général du groupe pharmaceutique.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com