Cotation du 24/09/2021 à 18h05 CAC 40 -0,95% 6 638,46
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : prudence confirmée avant la BCE

Ouverture Paris : prudence confirmée avant la BCE
Ouverture Paris : prudence confirmée avant la BCE
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

En attendant les décisions de la Banque centrale européenne qui vont constituer ce jeudi après-midi le principal rendez-vous de la semaine pour les investisseurs, le marché parisien demeure très prudent ce matin, encore en repli de 0,30% à 6.650 pts sur le CAC40... Du côté de la Fed, qui devrait "tirer" en premier ou plutôt "taper" en premier, le président de la banque centrale de Saint-Louis, James Bullard, a déclaré que la banque centrale américaine devrait se hâter de mener son plan de réduction du programme de rachat d'actifs obligataires ("tapering"), ce malgré un ralentissement brutal de la croissance de l'emploi aux États-Unis le mois dernier... De son côté, Robert Kaplan, le président de la Fed de Dallas, a estimé qu'il serait approprié d'annoncer officiellement le "tapering" dès la réunion monétaire de septembre, en vue d'un début d'allègement du soutien monétaire en octobre ou peu après. Esther George, la dirigeante de la Fed de Kansas City, avait précédemment jugé que ce 'tapering' devrait intervenir "plutôt tôt que tard"...
La Fed a souligné dans son Livre Beige que la croissance avait ralenti cet été aux Etats-Unis, alors que les prix et les salaires ont grimpé, sur fond de propagation du variant delta du coronavirus. Plusieurs grandes banques se montrent désormais prudentes sur l'évolution de Wall Street, signalant la forte valorisation des marchés d'actions et le risque de correction...

WALL STREET

A la clôture, l'indice Dow Jones a reculé de 0,20% à 35.031 points, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 0,13% à 4.514 pts, ces deux indices enchaînant ainsi 3 séances de baisse. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a perdu 0,57% à 15.286 pts, mettant fin à une série de 4 records d'affilée.
Par secteurs, les technologiques (-0,4% pour le S&P sectoriel) et les services de communication (-0,4%) ont subi des prises de bénéfices, à commencer par Apple (-1% après son record de mardi) et Facebook (-1,2%). Le secteur de l'énergie a chuté de 1,3% malgré un rebond des cours du brut.

ECO ET DEVISES

La publication du Livre Beige de la Fed a donc confirmé que la croissance économique avait ralenti aux Etats-Unis pour revenir à un rythme "modéré" début juillet et en août. Selon cette enquête qui compile les rapports des services des Fed des 12 principales régions américaines, la hausse des prix et des salaires s'est poursuivie ces dernières semaines, entraînant une inflation "stable à un niveau élevé"...
Tous les districts ont mentionné une hausse de l'emploi allant de "légère à forte" selon les régions. Les entreprises ont aussi été nombreuses à signaler "d'importantes pénuries de main d'oeuvre", et ce malgré une "forte" hausse des salaires, et notamment des bas salaires.
Ce rapport servira de base à la réunion de la banque centrale américaine dans deux semaines, les 21 et 22 septembre, au cours de laquelle les responsables débattront du calendrier de réduction des achats d'obligations de la Fed, actuellement de 120 milliards de dollars par mois.
Les dirigeants de la Fed débattent depuis des semaines du moment auquel il sera opportun de réduire ce programme d'achats d'actifs mis en place en mars 2020 pour lutter contre le Covid-19.

Le président de la Fed, Jerome Powell avait déclaré fin août qu'il était en accord avec la majorité de ses collègues sur le fait qu'une réduction des achats d'actifs pourrait être appropriée "cette année". "Le variant Delta pèse sur les dépenses des consommateurs et l'emploi, et le rythme de la croissance semble ralentir", a commenté pour sa part mercredi le président de la Fed de New York, John Williams. "Il conviendra peut-être de commencer à réduire le programme d'achat d'actifs cette année, mais il est clair que la pandémie est loin d'être terminée, à la fois en termes de conséquences sur la santé, et de conséquences sur l'économie", a-t-il ajouté prudemment...

En attendant la Fed, les marchés suivront de près dès ce jeudi 9 septembre la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne... Là aussi, les investisseurs sont impatients de savoir si la BCE décidera ou non de ralentir ses achats d'actifs, alors que l'inflation a accéléré pendant l'été dans la zone euro pour atteindre 3%, la reprise économique s'accompagnant de pénuries de composants et de hausse des cours de l'énergie.
Selon le consensus du marché, la BCE pourrait réduire le niveau de ses achats mensuels d'obligations de 80 MdsE à environ 50-60 MdsE, mais l'augmentation des infections au covid avant les mois d'hiver pourrait encore l'inciter à attendre décembre pour mettre en oeuvre cette réduction.

L'once d'or a continué sa glissade sous les 1.800$, relâchant encore 0,3% à 1.793,50$, après une chute de 1,9% la veille. En revanche, le cours du pétrole brut léger américain WTI a rebondi de 1,4% à 69,30$ le baril (contrat d'octobre). L'indice du dollar est resté ferme, en hausse de 0,21% à 92,70 points face à un panier de devises, et le rendement du T-Bond à 10 ans s'est détendu de 3 points de base à 1,33%...

INDICATEURS A SURVEILLER

Europe :
- Balance commerciale allemande. (08h00)
- Production industrielle italienne. (10h00)
- Principal taux de refinancement de la BCE. (13h45)
- Communiqué de politique monétaire de la BCE. (13h45)
- Conférence de presse de Christine Lagarde (BCE). (14h30)
Etats-Unis :
- Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
- Rapport hebdomadaire du Département à l'énergie sur les stocks pétroliers domestiques. (17h00)

VALEURS EN HAUSSE

Nanobiotix (+7,7%) présentait une trésorerie et équivalents au 30 juin 2021 de 102,3 Millions d'euros, ce qui devrait permettre de financer les plans de développement jusqu'au premier trimestre 2023. Ce montant comprend le paiement initial de 16,5 Millions d'euros (20 Millions de dollars) associé à la collaboration avec LianBio débutée en mai 2021. Comme annoncé précédemment, PharmaEngine était éligible et a reçu un paiement de 2,1 Millions d'euros (2,5 Millions de dollars) à la suite de l'annonce de la collaboration avec LianBio et a reçu 3,3 Millions d'euros (4 Millions de dollars) dans le cadre de la réalisation de diverses étapes administratives liées à l'arrêt de cette collaboration.
PharmaEngine pourra recevoir un montant supplémentaire de 1 Million de dollars en frais administratifs et un paiement final de 5 Millions de dollars lors d'une deuxième approbation réglementaire d'un produit contenant NBTXR3 ainsi que des redevances à un chiffre faible, pour une durée limitée, en cas d'approbation dans les territoires concernés.

Chargeurs (+4,5%) a publié ses comptes du premier semestre, tirant profit de la reprise et accélérant sa stratégie de conquête, avec un ROPA et un cash flow supérieurs aux attentes, à 34 millions d'euros (+50% en comparaison du S1 2019) et 58 millions d'euros. La qualité des actifs permet au groupe de surperformer ses marchés. Chargeurs indique qu'il s'agit du deuxième meilleur semestre depuis 2015. Le chiffre d'affaires atteint 372,4 millions d'euros, en croissance organique de 11,6% par rapport au S1 2019, avec d'excellentes performances de Chargeurs Protective Films et de Chargeurs Healthcare Solutions. Le groupe évoque également d'importants succès commerciaux chez Chargeurs Museum Solutions. L'Ebitda est de 12,4% du CA, en hausse de 240 points de base par rapport au S1 2019. La dette nette est réduite à 88,7 ME, avec près de 400 ME de ressources financières disponibles.
Le groupe fournit une comparaison par rapport au S1 2019. Alors que le CA augmente de 14,2%, l'Ebitda progresse de 42,5% à 46,3 ME et le résultat opérationnel des activités progresse de 50%. Le résultat net part du groupe triple en comparaison du S1 2019, à 24,7 millions d'euros. Le cash flow opérationnel atteint 58 ME, contre 0,5 ME deux ans avant.
Un acompte sur dividende au titre de l'exercice 2021 est fixé à 0,48 euro, soit l'acompte le plus important depuis 2015, alors que 2021 est attendu, après l'exercice exceptionnel de 2020, comme "l'un des meilleurs millésimes de l'histoire récente de Chargeurs", tant en termes de CA que de résultat opérationnel des activités et de résultat net.
Le groupe considère que la persistance de la crise sanitaire ne permettra, dans les secteurs les plus exposés, qu'une reprise progressive dans les prochains mois, qui ne devrait pleinement se matérialiser qu'en 2022. Faisant l'hypothèse que la reprise se généralisera d'ici le début d'année prochaine, le groupe exprime "un haut niveau de confiance pour 2022", qui devrait bénéficier par ailleurs des changements accélérés mis en place pendant la crise. Le groupe entend par ailleurs capitaliser sur ses importantes liquidités disponibles pour accélérer sa stratégie d'acquisitions ciblées et créatrices de valeur. Chargeurs confirme les objectifs 2025 du programme 'Leap Forward', un CA d'au moins 1,5 milliard d'euros et un résultat opérationnel des activités de 150 ME, avec un endettement net très maîtrisé.

Somfy (+2%) Le chiffre d'affaires du groupe est ressorti à 805 Millions d'euros sur le premier semestre, en hausse de 41,5% (40,8% à données comparables) par rapport à l'an dernier sur la même période. Il s'est inscrit en hausse de 28,7% au premier trimestre et de 53,4% au deuxième trimestre, à données comparables. L'effet change et l'effet périmètre (Répar'stores) se compensent partiellement.
L'activité a bénéficié d'un effet de base très favorable en mars et avril ainsi que du dynamisme des marchés et a fait preuve d'une résistance face aux tensions sur les approvisionnements.
Toutes les régions ont terminé le semestre avec des performances remarquables, affichant des chiffres d'affaires en hausse supérieure à 10%. L'Afrique et Moyen?Orient, l'Amérique du Nord, l'Amérique Latine et l'Europe du Sud se distinguent particulièrement avec des croissances supérieures à 50%. Le chiffre d'affaires de Dooya, filiale chinoise consolidée par mise en équivalence, est ressorti, quant à lui, à 117,7 Millions d'euros sur le semestre, en forte augmentation de 43% en termes réels et de 43,9% à données comparables. Il a crû fortement en Chine (+49,5% à données comparables), pays qui a été lourdement pénalisé par la crise sanitaire en début d'année dernière, mais aussi dans le reste du Monde (+40,4% à données comparables).
Le résultat opérationnel courant s'est établi à 213,8 Millions d'euros sur le semestre, en hausse exceptionnelle de 108,3% par rapport à l'an dernier sur la période correspondante, et a représenté ainsi 26,6% du chiffre d'affaires, soit une augmentation de 860 points de base.
Retraitée de l'effet périmètre et de l'effet change, la marge opérationnelle courante ressort à 27,5%.
Dans un contexte de hausse des prix des matières premières et des coûts de transport, le groupe a bénéficié au premier semestre de sa politique de couverture robuste qui lui a permis d'en limiter les effets. Il continue de profiter d'un mix produits positif et de la reconduction d'économies non récurrentes comme les frais de déplacement. À noter également le maintien des investissements dans le digital, et la reprise des dépenses marketing qui n'atteignent néanmoins pas leur niveau habituel.

Innate Pharma : +2% avec Interparfums, SergeFerrari, Pernod Ricard, Altarea, Safran

Figeac Aéro (+1,5%) a annoncé la conclusion ce jour d'un accord engageant en vue de l'entrée d'Ace Capital Partners, filiale de Tikehau Capital, à son capital, sous réserve de la réalisation de certaines conditions suspensives. Dans le contexte de crise du secteur aéronautique et de dégradation du trafic aérien, la conclusion de cet accord permettrait de renforcer les fonds propres de Figeac Aéro, de diversifier sa structure actionnariale en s'adossant sur le long terme à Ace, spécialisée dans le secteur aéronautique et de favoriser son rebond économique.
Aux termes de cet accord, Tikehau Capital, au travers de sa filiale Ace, s'est engagée à souscrire à une augmentation de capital d'un montant de 35 ME (prime d'émission incluse) qui lui serait réservée et à acquérir des actions Figeac auprès de M. Maillard. Ces opérations, qui sont indissociables, seront réalisées l'une et l'autre sur la base d'un prix par action Figeac de 5,60 euros. Le prix d'émission des actions nouvelles fait ressortir une prime de 4% par rapport au dernier cours de l'action (soit 5,41 euros au 7 septembre 2021) et de 7% et 3% par rapport à la moyenne des cours pondérée par les volumes de l'action sur le marché Euronext Paris au cours des, respectivement 30 et 90, dernières séances de bourse précédant le 8 septembre 2021.

Safran : +1%, Schneider, LafargeHolcim, BioMerieux et SES Imagotag

Colas (+0,5%) a remporté deux contrats pour l'extension du tramway T3 dans l'ouest parisien. Le premier porte sur les études d'exécution, les travaux de pose de voie ferrée et les travaux d'infrastructures. Il inclut la réalisation des massifs caténaires, des plateformes, des multitubulaires, du génie civil des stations ainsi que les bordures et les revêtements minéraux et végétaux de la voie. Le montant des travaux, s'élève à 29 millions d'euros.

Eurofins : +0,5%, Remy Cointreau, Akwel, Vivendi, Nexans, Infotel et Bastide

Eramet (+0,4%) a annoncé l'entrée de Meridiam au capital de Setrag, au travers d'une augmentation de capital d'un montant d'environ 30 ME, permettant au fonds d'investissement de devenir actionnaire à 40% de la filiale gabonaise. Au-delà de son apport en capital, Meridiam s'engage également à contribuer de l'ordre de 40 ME au financement de Setrag et à apporter son expertise ferroviaire pour assurer le développement futur du Transgabonais.
Par ailleurs, l'Etat Gabonais acquiert 9% du capital de Setrag auprès de Comilog, filiale du groupe Eramet, qui reste l'actionnaire majoritaire de la société avec 51% du capital.
Setrag, qui opère le chemin de fer reliant Libreville à Franceville au Gabon sur une distance d'environ 650 km, est un acteur vital pour l'économie du pays. La société assure le transport de fret et de voyageurs avec une moyenne de 330.000 passagers annuels et près de 9 millions de tonnes de marchandises transportées en 2020, dont environ 90% de fret minier.
Une nouvelle dynamique est actuellement déployée. Celle-ci vise à renforcer le plan de remise à niveau ("PRN") afin d'améliorer la performance du chemin de fer par des actions de modernisation et de sécurisation. Elle vise également à développer la capacité de transport de voyageurs et de marchandises de 12 millions de tonnes à 19 millions de tonnes, afin d'accompagner la croissance de l'économie gabonaise.
Meridiam qui possède une solide expérience en gestion d'investissements dans le domaine des infrastructures, en particulier en Afrique et notamment au Gabon, participera à la réussite de cette transformation qui doit permettre à Setrag de se positionner comme une référence dans le transport ferroviaire, notamment en termes de sécurité et de qualité de service.

Comme annoncé dans le communiqué de presse du 20 juillet 2021, le Groupe Pierre et Vacances (stable) a adressé à ses propriétaires bailleurs individuels début juillet une proposition d'avenant à leur contrat de bail. Cet avenant, assorti d'un certain nombre de compensations et d'engagements de la part du groupe, proposait, selon certaines conditions et modalités, le versement d'un montant représentant 50% des loyers contractuels pour la période du 15 mars 2020 au 30 juin 2021.
S'agissant du paiement des loyers à compter du 1er juillet 2021, le projet d'avenant prévoyait deux options, au choix des propriétaires :
(i) Soit le versement d'un loyer fixe de 72,5% du loyer contractuel jusqu'au 31 décembre 2021 et de 100% au-delà de cette date ; ou
(ii) Soit le versement d'un loyer variable, avec un minimum garanti de 50% du loyer contractuel sur une période de 18 mois, du 1er juillet 2021 au 31 décembre 2022.
Les propositions d'avenant au contrat de bail ont été accueillies positivement par la majorité des bailleurs individuels, avec près de 55% de signatures recueillies à ce jour. Le Groupe remercie les propriétaires individuels concernés pour la confiance qu'ils lui accordent et les efforts qu'ils ont consentis pour surmonter l'impact de la crise sanitaire.
Compte tenu des bonnes performances enregistrées au coeur de l'été - avec des taux d'occupation en juillet-août 2021 supérieurs à ceux de la même période en 2019 pour les marques Pierre & Vacances et Center Parcs - et dans une logique de partenariat, le Groupe a décidé de verser aux propriétaires bailleurs individuels qui ont signé ou signeront le nouvel avenant 100% du loyer contractuel pour la période courant à compter du 1er juillet 2021.
Tous les autres termes de l'offre initiale adressée par le Groupe en juillet, en ce inclus (i) le versement de 50% des loyers prévus pour la période du 15 mars 2020 au 30 juin 2021 et (ii) l'intégralité des engagements et contreparties consentis par le Groupe, demeureront inchangés.
Cette nouvelle proposition, qui a fait l'objet d'une concertation avec certains représentants des propriétaires individuels au cours de la période estivale, pourra être acceptée jusqu'au 15 octobre 2021 au plus tard, offrant ainsi une reprise totale et rétroactive du paiement des loyers à compter du 1er juillet 2021 et sera ouverte à tous les propriétaires signataires du nouvel avenant, y compris bien entendu aux propriétaires ayant déjà adhéré à la proposition initiale.

Neurones (stable) a confirmé que son résultat opérationnel du premier semestre 2021 avait représenté 10,5% du chiffre d'affaires, à comparer à 8,7% sur la même période l'année dernière. A 20,9 ME, le résultat net du semestre représente 7,2% du chiffre d'affaires contre 5,9% un an plus tôt. La diminution du taux de l'IS en France, conjuguée à celle de la CVAE, a généré une baisse de près de 5 points du taux d'impôt sur les résultats.
Même après le versement d'un dividende exceptionnel de 48,4 millions d'euros, la trésorerie nette (hors dettes de loyers IFRS 16) était de 231,4 millions d'euros à fin juin 2021, contre 228,9 millions au 30 juin 2020.
Neurones rappelle avoir rehaussé ses prévisions 2021 début août en tablant désormais sur un chiffre d'affaires d'au moins 570 ME avec un résultat opérationnel proche de 10%. Ces prévisions pourront être affinées le 3 novembre prochain, à l'occasion de la publication du chiffre d'affaires du troisième trimestre.

VALEURS EN BAISSE

Damartex (-5%) a clôturé l'exercice 2020/2021 sur un chiffre d'affaires de 764,2 ME, en hausse de +11,4% à taux de change réels par rapport à l'exercice précédent.
Du fait de cette forte croissance de l'activité, l'EBITDA opérationnel ressort à un niveau record de 36,2 ME, soit près de 5% du chiffre d'affaires. Le résultat opérationnel courant (ROC) est positif à +22 ME contre -25,5 ME. Le résultat net est de 16,3 ME au lieu de -59,4 ME.
Compte tenu de la solidité de la performance du groupe et de sa trajectoire sur le moyen terme, le Directoire proposera à l'Assemblée Générale prévue le 18 novembre 2021 la distribution d'un dividende de 0,40 Euro par action.

Air France KLM : -3% avec Technicolor, Ose, GTT

Boiron (-2%) Après un fort recul de 41,8% au premier trimestre, le chiffre d'affaires du deuxième trimestre de Boiron est en progression de 1,8%. Les ventes cumulées du semestre sont en baisse de 25,1%, dans le contexte du déremboursement de l'homéopathie en France et de la crise sanitaire mondiale.
Le résultat opérationnel du premier semestre s'élève à -11 ME vs. 1,5 ME. Sur le second semestre, Boiron anticipe la poursuite de la baisse des ventes de médicaments à nom commun par rapport à 2020, suite au déremboursement des médicaments homéopathiques en France.
L'évolution des ventes de spécialités devrait s'améliorer, même si elle dépendra de la durée et de l'ampleur de la crise sanitaire. En cumul sur l'année, la société anticipe une baisse significative du chiffre d'affaires.
Le résultat opérationnel de l'année bénéficiera de l'effet de base de la réorganisation en France provisionnée en 2020, d'une première partie des économies consécutives à cette réorganisation, et de la poursuite des économies sur les charges opérationnelles.
Boiron s'attend à un résultat opérationnel annuel positif, bien qu'en recul par rapport à l'année 2020.

Sanofi : -2% avec TechnipFMC, Nacon, Faurecia, Atos

CGG : -1,5% avec Beneteau, Accor, Casino, Gl Events, Ipsen, Hermes, Lagardère, Valeo, ADP, TotalEnergies

AXA (-0,6%) et Bharti annoncent aujourd'hui avoir finalisé le regroupement de leurs activités d'assurance dommages en Inde, Bharti AXA General Insurance Company Limited ("Bharti AXA GI"), avec celles de ICICI Lombard General Insurance Company Limited ("ICICI Lombard").
Les participations d'AXA et de Bharti dans Bharti AXA GI étaient respectivement de 49% et 51%.
En échange de la cession de Bharti AXA GI, AXA et Bharti recevront un total de 35,8 Millions d'actions ICICI Lombard, correspondant à 664 Millions d'euros en valeur de marché actuelle.

1000mercis (-0,5%). Le spécialiste du Data Marketing a annoncé son chiffre d'affaires semestriel consolidé pour la période au 30 juin 2021. Le chiffre d'affaires semestriel consolidé du groupe au 30 juin 2021 s'établit à 32,4 ME, en croissance de 24,1% par rapport au 30 juin 2020, tout en restant 4% en deçà du chiffre d'affaires du 1er semestre 2019.
Le résultat d'exploitation est attendu autour de -0,2 ME.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !