Cotation du 18/05/2022 à 18h05 CAC 40 -1,20% 6 352,94
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : peu de mouvement en attendant la Fed

Ouverture Paris : peu de mouvement en attendant la Fed
Ouverture Paris : peu de mouvement en attendant la Fed
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 évolue sans grand changement à l'ouverture ce mercredi, en baisse de 0,15% à 6.465 points, alors que le comité de politique monétaire de la Fed rendra son verdict ce soir. Les marchés anticipent toujours un relèvement d'un demi-point des fed funds après celui d'un quart de point décidé en mars... Mais le véritable enjeu des annonces sera celui du discours que tiendra ce soir le président de la Fed, Jerome Powell, concernant le rythme des prochaines hausses de taux et la réduction du bilan de la banque centrale américaine.

WALL STREET

La Bourse de New York a terminé en légère hausse mardi, alors que la Réserve fédérale a donc entamé une réunion cruciale de deux jours, à l'issue de laquelle les marchés s'attendent à une hausse des taux directeurs de 0,5 point, afin de lutter contre l'inflation. Dans un climat toujours volatil, le rendement de l'emprunt américain à 10 ans s'est légèrement détendu après avoir atteint 3% lundi, et le dollar a marqué le pas après s'être hissé près de ses plus hauts niveaux en 20 ans.
A la clôture, le Dow Jones a progressé de 0,20% à 33.128 points, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 0,48% à 4.175 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a pris 0,22% à 12.563 pts. Les indices ont signé une 2e séance positive, après un mois d'avril qui s'est soldé par une forte baisse, de près de 5% pour le Dow Jones, de près de 9% pour le S&P 500 et de plus de 13% pour le Nasdaq, de retour au plus bas depuis un an.
Malgré son rebond des deux dernières séances, le Nasdaq abandonne encore près de 22% par rapport à son record de novembre 2021, évoluant désormais dans un véritable marché baissier ("bear market"). L'indice VIX de la volatilité, qui avait atteint lundi en séance les 35 points, a reflué mardi sur les 29,15 pts (-9,8%), ce qui reste très supérieur à sa moyenne mobile à 200 jours (21).

ECO ET DEVISES

La Réserve fédérale, qui s'est engagée à juguler une inflation ayant atteint 8,5% en mars outre-Atlantique, devrait ainsi rehausser d'un demi-point le taux des "fed funds" ce soir, ce qui constituerait une première depuis 2000, après avoir opéré un premier mouvement d'un quart de point en mars... La Fed devrait aussi annoncer le calendrier de réduction de son bilan, peut-être dès mai, au rythme de 95 milliards de dollars par mois.
Les marchés s'attendent à ce que le taux des "fed funds", actuellement logé entre 0,25% et 0,50%, s'élève autour de 2,8% à la fin de l'année, une perspective qui fait craindre un net ralentissement de l'économie américaine dans les prochains trimestres, voire une récession l'an prochain...

Bien qu'en légère baisse, le dollar reste haut-perché et continue de profiter des anticipations de resserrement monétaire plus rapide aux Etats-Unis, des inquiétudes sur la guerre en Ukraine et donc de son statut de valeur refuge. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de devises de référence, pointe à 103,46 points, non loin de ses sommets de 20 ans... De son côté, l'euro pointe à 1,0505$.
Le baril de brut léger américain WTI (contrat à terme de juin) est retombé de 2% à 103$ sur le Nymex, tandis que le Brent de la mer du Nord a rendu 2% aussi à 106$ pour le contrat de juillet. Les investisseurs s'inquiètent toujours de la demande chinoise et attendent d'en savoir davantage sur le projet d'embargo de l'Union européenne sur le pétrole russe.
Les pays de l'alliance Opep+ (dont fait partie la Russie) tiendront jeudi leur réunion mensuelle consacrée à leur niveau de production. Sauf coup de théâtre, l'alliance ne devrait pas modifier en juin sa politique de hausse très progressive de sa production, malgré les demandes des Etats-Unis et d'autres pays d'ouvrir les vannes davantage afin de soucieux de faire reculer les cours du brut et l'inflation qui en découle...

INDICATEURS ECONOMIQUES A SUIVRE

France :
- Indice Markit PMI français final des services. (09h50)

Etats-Unis :
- Rapport d'ADP sur l'emploi privé américain. (14h15)
- Balance commerciale. (14h30)
- PMI composite final américain. (15h45)
- Indice PMI final américain des services. (15h45)
- Indice ISM des services américains. (16h00)
- Décision monétaire de la Fed. (20h00)
- Conférence de presse de Jerome Powell. (20h30)

BROKERS

RBC relève son objectif de cours à 65 euros contre 58 euros sur BNP Paribas, tandis que Morgan Stanley réhausse le sien à 71 euros, contre 68 euros auparavant.
Berenberg relève son objectif de cours sur Klepierre à 26,5 euros, contre 23 euros.
Jefferies repasse de 'sousperformance' à 'conserver' sur Safran.
Berenberg conserve Unilever avec un objectif ajusté de 43 à 45,50 euros.

VALEURS EN HAUSSE

Ose Immuno : +4% avec Derichebourg

Vallourec (+3%) annonce qu'il a redémarré partiellement l'exploitation de sa mine de fer, sans utiliser le parc de résidus, après avoir obtenu l'accord des autorités minières à cet effet pour une période de trois mois.
Sous ce régime temporaire, permis par la possibilité de recourir à des zones de stockage alternatives, l'objectif est de passer progressivement de 70% à la pleine production. Vallourec prépare en parallèle le retour à une exploitation normale, qui sera soumis à la validation par les autorités minières et environnementales de la stabilité du parc de résidus.

Arkema : +2,5% avec Latecoere, Lysogène, CGG, Ateme, Klepierre, BNP Paribas, Sword

Beneteau : +1,5% Atos, Thales, Tarkett

Vivendi : +1% avec TechnipEnergies, Lisi, SG, TF1 et M6

Maisons du Monde (+0,5%) annonce aujourd'hui les ventes du groupe pour le premier trimestre 2022. Les ventes du premier trimestre 2022 d'un montant de 313 millions d'euros ont été globalement stables en glissement annuel (-1,3% ; -4% APC) par rapport au niveau exceptionnellement élevé du T1 2021 (317 millions d'euros, en hausse de 37% par rapport à 2020).
Au T1 2022, cette performance a profité de l'effet favorable de l'efficacité du suivi de la chaîne d'approvisionnement qui a permis au Groupe d'expédier un nombre de commandes client supérieur aux prévisions, compensant ainsi une demande moins dynamique qu'attendu en deuxième partie de trimestre.
Par rapport au premier trimestre 2019 avant la pandémie, le total des ventes du Groupe au T1 2022 augmente de 15%.

Le chiffre d'affaires net du premier trimestre 2022 de Solvay (+0,5%) s'élève à plus de 3 milliards d'euros. C'est un nouveau record, en hausse organique de 26,1% sur un an, avec une croissance à deux chiffres du chiffre d'affaires dans toutes les activités et toutes les régions, grâce à la mise en place réussie de nos actions sur les prix (+20% ou 475 millions d'euros) et à la croissance des volumes (+6% ou 157 millions d'euros).
Des économies de coûts structurelles de 22 millions d'euros ont été réalisées au premier trimestre, totalisant 410 millions d'euros depuis 2020. Nous sommes en bonne voie pour atteindre notre objectif à moyen terme de 500 millions d'euros plus tôt que prévu.
L'EBITDA sous-jacent record est de 712 millions d'euros au premier trimestre 2022, soit une croissance organique de 20%. Les trois segments ont enregistré une croissance de leur EBITDA à deux chiffres grâce à la hausse des prix et des volumes. La hausse des prix a plus que compensé les 369 millions d'euros d'augmentation des coûts liés à l'inflation.
Le segment Solutions a progressé de 35%, et particulièrement chez Novecare, tandis que le segment Materials a progressé de 21% et le segment Chemicals de +15%.
La marge d'EBITDA sous-jacent du premier trimestre s'élève à 23,3%, soit un niveau similaire à celui de l'année 2021, la forte hausse des prix ayant compensé les effets des pressions inflationnistes.
Le bénéfice net sous-jacent s'est élevé à 369 millions d'euros au premier trimestre 2022, en hausse de 54% sur un an.
Le Free cash flow du premier trimestre s'élève à 216 millions, soit un ratio de conversion de 32,9%, malgré un fonds de roulement plus élevé résultant de la forte croissance du chiffre d'affaires. La discipline dans la gestion de notre fonds de roulement a été maintenue tout au long du trimestre.
ROCE record à 12,3%, +477 points de base par rapport à l'année précédente.
L'EBITDA sous-jacent de l'année est désormais attendu en hausse qualifiée de "mid-to-high single digit." Le free cash flow des activités poursuivies devrait dépasser 650 millions d'euros.

EDF (stable) Le chiffre d'affaires total du groupe grimpe à 35,58 MdsE au T1, en hausse de 61%, en forte progression par rapport au premier trimestre 2021, soutenu par les prix de l'électricité et du gaz. Le chiffre d'affaires bénéficie par ailleurs de la bonne performance d'EDF Trading. Il convient de noter toutefois que l'évolution du chiffre d'affaires n'aura qu'un impact limité en EBITDA.
De plus, le recul de la production nucléaire pénalisera l'EBITDA en raison des achats nécessaires sur les marchés de gros dans un contexte de forte hausse des prix, précise le groupe.
La production nucléaire en France s'est établie à 91,7 TWh, soit 7,5 TWh de moins qu'à la même période en 2021, en raison d'une moindre disponibilité du parc nucléaire due essentiellement à l'impact de la découverte d'indications de corrosion sous contrainte.

VALEURS EN BAISSE

Cast (-7%). Le chiffre d'affaires au 1er trimestre s'est établi à 8,8 millions d'euros, quasi-stable par rapport à 2021 (9 ME), impacté par un effet de base défavorable, le 1er trimestre 2021 ayant été marqué par une transaction importante avec un grand intégrateur de systèmes représentant à elle seule à l'époque près de 20% du chiffre d'affaires logiciel du 1er trimestre 2021. En outre, plus de 90% des nouvelles affaires sur le trimestre ont été traitées en mode annuel ou court terme, afin d'augmenter graduellement la part récurrente de chiffre d'affaires, pour une future accélération de la croissance.

Akwel : -4% avec Boiron (-3%)

Innate Pharma (-3%) a annoncé qu'elle avait déposé auprès de la Securities and Exchange Commission un "prospectus supplement" relatif à un programme At-The-Market.
Dans le cadre de ce programme la Société peut émettre auprès d'investisseurs éligibles un montant brut total allant jusqu'à 75 millions de dollars d'American Depositary Shares ("ADS"), chaque ADS représentant une action ordinaire d'Innate, via des émissions qui sont considérées comme effectués "at-the-market" au sens de la règlementation boursière américaine, conformément aux termes d'un contrat de vente conclu avec SVB Securities LLC ("SVB Securities"), agissant en tant qu'agent de vente. Le calendrier des émissions dépendra d'un certain nombre de facteurs. Le programme ATM est actuellement prévu pour être en vigueur à moins qu'il ne soit résilié conformément aux stipulations du contrat de placement ou en cas d'atteinte du montant maximum du programme.

Aures : -2% avec Valneva, Guillemot, Eramet, Quadient, Pernod Ricard, Manitou, Orpea, Somfy, L'Oreal, Hermes

Le chiffre d'affaires du 1er trimestre 2022 de Believe (-1%) a augmenté de 30,9% pour atteindre 162,5 millions d'euros, reflétant principalement une forte croissance organique de +31,4%. La croissance organique inclue la contribution liée à l'extension des contrats de service, qui font partie des opérations stratégiques de croissance externe conclues au cours du 4ème trimestre 2021 (ajoutant 1,7% de croissance organique).
Le début de l'année était aligné avec la performance du quatrième trimestre 2021 (croissance organique au 4ème trimestre 2021 : +32,3%). Le déclenchement de la crise russo-ukrainienne a affecté le niveau d'activité des deux pays en mars, entraînant un ralentissement du rythme de croissance du groupe par rapport à janvier et février. Les tendances de marché favorables de l'industrie de la musique ont continué à soutenir une forte croissance en dehors de Russie et d'Ukraine, tandis que Believe a continué de tirer parti de ses investissements passés dans les équipes de ventes et de marketing locales et de gagner des parts de marché supplémentaires sur plusieurs territoires.

bioMérieux (-0,8%) a annoncé ce jour que son panel BIOFIRE(R) Joint Infection (JI) a obtenu l'autorisation De Novo de la Food and Drug Administration (FDA) américaine. Ce panel détecte 31 agents pathogènes impliqués dans la plupart des infections articulaires aiguës et couvre également 8 gènes d'antibiorésistance afin d'optimiser l'antibiothérapie et de favoriser un usage raisonné des antibiotiques.

Casino : -0,5% avec Argan, Ipsen, Sanofi, AXA

Le chiffre d'affaires du premier trimestre de Neoen (-0,4%) a atteint 109,1 ME, en hausse de 36% par rapport au premier trimestre 2021 avec une forte croissance de chacune des trois activités, solaire +31%, éolien +23% et stockage x2,6. Le portefeuille sécurisé ressort à plus de 6,1 GW à fin mars 2022. Le total du portefeuille s'élève à 16,3 GW, en hausse de 2,4 GW par rapport à fin décembre 2021.
Neoen confirme son objectif d'EBITDA 2022 compris entre 360 et 375 ME, avec une marge d'EBITDA attendue entre 85 et 90%.
La société réitère enfin ses objectifs de croissance d'EBITDA jusqu'en 2025 et son objectif de plus de 10 GW de capacité en opération ou en construction à la fin de l'année 2025.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités CAC 40

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités