Cotation du 29/09/2020 à 18h05 CAC 40 -0,23% 4 832,07
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : OPA sur Altice !

Ouverture Paris : OPA sur Altice !
Ouverture Paris : OPA sur Altice !

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La tendance reste hésitante, autour de l'équilibre à 5.020 pts ce vendredi matin sur le CAC40, après la rechute de Wall Street hier soir. Les opérations financières se poursuivent sur la place parisienne avec cette fois Next Private, contrôlé par Patrick Drahi, qui annonce lancer une OPA sur la maison-mère de SFR à hauteur de 4,11 euros par titre en numéraire, matérialisant une prime de près de 24%. Par ailleurs, Alstom va prendre la place d'Accor dans la composition du CAC40 de quoi générer des arbitrages importants sur ces deux dossiers ce matin...

WALL STREET

Hier soir, le DJIA a reperdu 1,45% à 27.535 pts et le S&P500 a reculé de 1,76% à 3.339 pts. Le Nasdaq a redonné quant à lui 1,99% à 10.919 pts. Le baril de brut WTI a reperdu aussi du terrain sur le Nymex à 37$, tandis que le brent se négocie de retour sous la barre des 40$... Le rebond de la veille a donc tourné court, en particulier sur les grandes valeurs technologiques US dans un marché fébrile qui s'inquiète du rythme de reprise de l'activité "post-covid". Hier, selon le Département américain au Travail, les inscriptions hebdomadaires au chômage aux USA pour la semaine close le 5 septembre sont ressorties au nombre de 884.000, contre un consensus de 828.000 et un niveau de 881.000 une semaine auparavant...
L'indice des prix à la production du mois d'août 2020 aux Etats-Unis, qui vient lui aussi d'être publié, est ressorti en augmentation de 0,3% par rapport à juillet, contre +0,2% de consensus de marché. Hors alimentation et énergie, il grimpe de 0,4% contre 0,2% de consensus.

ECO ET DEVISES

Au chapitre économique et monétaire, la Banque centrale européenne a décidé à l'issue de son conseil de jeudi que le taux d'intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt demeureront inchangés, à respectivement 0,00%, 0,25% et -0,50%. Le Conseil des gouverneurs prévoit que les taux d'intérêt directeurs de la BCE resteront à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas jusqu'à ce qu'il ait constaté que les perspectives d'inflation convergent durablement vers un niveau suffisamment proche de, mais inférieur à 2% sur son horizon de projection, et que cette convergence se reflète de manière cohérente dans la dynamique d'inflation sous-jacente.
Les achats d'actifs réalisés dans le cadre du PEPP contribuent à assouplir l'orientation générale de la politique monétaire, ce qui permet de compenser la baisse de la trajectoire prévue de l'inflation liée à la pandémie. Les achats continueront à être effectués de manière flexible dans le temps, entre les catégories d'actifs et entre les juridictions. Cela permet au conseil des gouverneurs de parer efficacement aux risques qui pèsent sur la transmission harmonieuse de la politique monétaire.

Christine Lagarde a souligné pour sa part que les données récentes suggéraient un fort rebond de l'économie, globalement conforme aux attentes précédentes, bien que le niveau d'activité reste bien inférieur à celui qui prévalait avant la pandémie de coronavirus...
Alors que l'activité dans le secteur manufacturier a continué à s'améliorer, la dynamique dans le secteur des services s'est quelque peu essoufflée récemment. La vigueur de la reprise reste entourée d'une grande incertitude, car elle continue à dépendre fortement de l'évolution future de la pandémie et du succès des politiques de confinement. La demande intérieure de la zone euro a enregistré une reprise significative à partir de faibles niveaux, bien que l'incertitude élevée concernant les perspectives économiques continue de peser sur les dépenses de consommation et les investissements des entreprises.
L'inflation globale est freinée par la faiblesse des prix de l'énergie et des pressions sur les prix dans un contexte de demande modérée et d'un marché de l'emploi peu tendu. Dans ce contexte, une relance monétaire importante reste nécessaire pour soutenir la reprise économique et pour préserver la stabilité des prix à moyen terme. C'est pourquoi le Conseil a décidé de reconfirmer l'orientation accommodante de sa politique monétaire.
Très attendue sur l'évolution de l'euro, la dirigeante a indiqué que le Conseil des gouverneurs avait discuté de la récente appréciation de la monnaie unique, mais l'opinion générale est qu'il n'y a pas de raison de réagir de manière excessive à cette récente hausse. La BCE évaluera néanmoins avec soin l'effet de l'euro sur l'inflation... L'euro remonte du même coup ce matin sur les 1,1835/$ entre banques.

INDICATEURS ECONOMIQUES A SURVEILLER

Etats-Unis :
- Indice des prix à la consommation. (14h30)
- Balance budgétaire américaine. (20h00)
Europe :
- Taux de chômage italien. (10h00)

VALEURS EN HAUSSE

Solocal Group (+41%) a décidé de lancer son augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription d'un montant d'environ 336 millions d'euros (prime d'émission incluse) annoncée dans le cadre de son plan de renforcement de la structure financière.
Comme prévu, le prix de souscription est de 0,03 euro. 19 droits préférentiels de souscription (DPS) permettront de souscrire à 281 actions nouvelles. Il est précisé que la parité initialement annoncée de 3 DPS pour 44 actions nouvelles a été modifiée afin de tenir compte du montant de l'augmentation de capital réservée qui était ouverte à tous les créanciers obligataires et de l'ajuster au plus proche du montant définitif de l'augmentation de capital avec DPS.
Les DPS seront détachés vendredi 11 septembre et leur période de négociation des DPS s'étendra du 11 septembre au 25 septembre 2020. La période de souscription sera ouverte du 15 septembre au 29 septembre 2020 (inclus). Le règlement-livraison des actions nouvelles est prévu le 6 octobre.

Altice Europe : +24% à 4,12 euros. Next Private, contrôlé par Patrick Drahi, va lancer une OPA sur la maison-mère de SFR à hauteur de 4,11 euros par titre en numéraire, matérialisant une prime de près de 24%. L'offre valorise Altice environ 2,5 milliards d'euros. Le Conseil d'Altice estime que la proposition est dans le meilleur intérêt de toutes les parties prenantes de l'entreprise et soutient totalement et unanimement cette offre qui devrait être finalisée au premier trimestre 2021. Patrick Drahi soutient pleinement la stratégie à long terme du groupe. Avec Altice Europe, ils estiment qu'un retrait de la cote renforcera la capacité d'exécution de la stratégie de la firme sur le long terme.

SoiTec : +5% avec Ubisoft (+4%) et Innate

AB Science : +3% avec SQLI

PSB Industries (+3%) annonce être entré en négociations exclusives avec le groupe Clayens NP en vue de la cession de son pôle plasturgie Santé & Industrie (Plastibell), à l'exception d'un site américain et d'un site français.
Le périmètre concerné a réalisé un chiffre d'affaires mondial de l'ordre de 60 ME en 2019, et un résultat opérationnel (EBIT) négatif de - 0,9 ME. Fort de 5 sites industriels en France, au Mexique et en Pologne, et d'un centre R&D en France, il emploie près de 700 collaborateurs.
L'opération envisagée constituerait une nouvelle étape stratégique majeure dans le redéploiement et le renforcement de PSB Industries autour de l'activité Luxe & Beauté entamée en 2017.
Ce projet permettrait aux activités cédées d'accélérer leur développement et de bénéficier de savoir-faire complémentaires au sein d'un Groupe industriel international réputé et dynamique. Le groupe Clayens NP (ex Sintex NP) a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 279 ME. Il emploie 2700 personnes sur 17 sites industriels en France, Allemagne, Hongrie, Pologne, Slovaquie, Maroc et Tunisie. Il est détenu depuis octobre 2019 par un pool d'investisseurs français, mené par Siparex, et son management.
L'opération sera présentée pour consultation aux instances représentatives du personnel concernées. Cette acquisition serait structurée avec une partie payée en numéraire et une partie réglée en titres, permettant à PSB Industries de rester partenaire, tout en disposant de moyens additionnels au service du développement mondial de l'activité Luxe et Beauté.

Alstom : +2%. La valeur va prochainement remplacer Accor au sein du CAC40, suivi de BioMerieux, LVMH et Boiron

DBT (+2%) indique s'inscrire dans France Relance, le plan annoncé par le gouvernement début septembre.
Alors que le gouvernement affiche une perspective de relance verte, à travers le plan France Relance présenté par le Premier ministre Jean Castex, jeudi 3 septembre, les mesures en faveur du développement de la filière des voitures électriques s'inscrivent comme un programme majeur. Concernant le secteur automobile, le gouvernement prévoit un investissement de 1,9 milliard d'euros pour financer, entre 2020 et 2022, les évolutions du bonus environnemental comme la prime à la conversion qui privilégie les véhicules les plus vertueux ainsi que le déploiement de 100.000 bornes de recharge avant la fin de l'année 2021. Le gouvernement souhaite un développement des stations de recharge ultra-rapide dans les villes, sur les axes routiers, autoroutes et les copropriétés. Tandis qu'il reste près de 70.000 bornes encore à installer, Alexandre Borgoltz Directeur Général du groupe DBT prévoit une accélération majeure dès 2021, la crise sanitaire ayant retardée les installations.
Au moment où le plan de relance passe par un encouragement à produire dans l'Hexagone afin de favoriser l'indépendance technologique, souveraineté économique et création d'emplois, le groupe DBT annonce l'obtention du label French Fab 2020-2021, qui atteste de son excellence industrielle et de son implication dans les territoires

Atari : +1% avec Remy Cointreau, Voltalia, Savencia, Dior, Engie, Neurones et Infotel

Suite aux multiples bruits de couloirs relatifs à une offre à venir d'Euronext (+1%) sur la Bourse de Milan, l'opérateur boursier continental confirme être actuellement en pourparlers avec la Cassa Depositi e Prestiti pour soumettre une offre au London Stock Exchange pour l'acquisition des activités et des principaux actifs opérationnels de Borsa Italiana. "Une nouvelle annonce sera faite le cas échéant", indique simplement Euronext.
Selon les sources de 'Bloomberg', la proposition d'Euronext pourrait valoriser Borsa Italiana entre 3,5 et 4 milliards d'euros. Compte tenu du poids politique du dossier, Euronext aurait accepté de faire équipe avec la Caisse des Dépôts transalpine, qui obtiendrait une participation d'environ 8% dans Euronext si l'opération venait à réussir.

Chargeurs (+0,8%) a décidé de verser un acompte sur dividende de 0,28 euro par action au titre de l'exercice 2020. Chaque actionnaire bénéficiera d'une option entre le paiement, soit en numéraire, soit en actions nouvelles, de l'acompte sur dividende lui revenant.
Les actionnaires, qui souhaitent opter pour le paiement de l'acompte sur dividende en actions, devront en faire la demande à leur intermédiaire financier à compter du 18 septembre, date d'ouverture de la période d'option, et jusqu'au 1er octobre inclus. Pour les actionnaires au nominatif pur, la date limite de réception du formulaire est fixée au 29 septembre.
Il est précisé que si le montant pour lequel est exercée l'option ne correspond pas à un nombre entier d'actions, l'actionnaire recevra le nombre entier d'actions immédiatement inférieur complété d'une soulte en espèces.
Pour les actionnaires qui n'auront pas exercé leur option d'ici le 1er octobre 2020, l'acompte sur dividende sera payé uniquement en numéraire.
Les nouvelles actions ordinaires Chargeurs ainsi nouvellement émises seront livrées le 7 octobre 2020. Elles porteront jouissance immédiate et seront entièrement assimilées dès leur émission le 7 octobre 2020 aux autres actions composant le capital de Chargeurs.
Pour les actionnaires n'ayant pas opté pour le mode de paiement en actions, l'acompte sur dividende sera payé en numéraire le 7 octobre 2020.
Le nombre maximum d'actions nouvelles susceptibles d'être émises au titre du paiement du solde du dividende en actions est de 434.671 actions, représentant au plus 1,8% du capital de la société sur la base du capital à la date du 31 août.
Rappelons encore que la date de détachement pour le paiement de l'acompte sur dividende est fixée au 16 septembre.

Abionyx Pharma (+0,5%) annonce aujourd'hui ses résultats semestriels au 30 juin. Conformément aux attentes, la société n'a pas généré de chiffre d'affaires au cours du premier semestre 2020, cette dernière restant en phase de recherche et développement durant la période. L'augmentation des frais de recherche et développement, qui se sont élevés à 412 KE sur la période, à comparer à 325 KE au premier semestre 2019, correspond principalement à une augmentation des frais de sous-traitance liée aux études menées dans les maladies rénales ultra rares et à la diminution de l'estimation du Crédit Impôt Recherche. Cette hausse a été en partie compensée par la diminution des honoraires de renouvellement et de défense des brevets suite au recentrage stratégique du portefeuille d'actifs sur CER-001.
Les frais administratifs et généraux s'établissent à 629 KE au 30 juin 2020, contre 1.122 KE au 30 juin 2019, cette baisse s'expliquant principalement par l'arrêt en 2020 des activités exploratoires de rapprochement avec d'autres sociétés.
Après prise en compte de ces dépenses, le résultat opérationnel est passé d'une perte de 1.446 KE au 30 juin 2019 à une perte de 1.041 KE au 30 juin 2020.
Le résultat financier s'élève à 121 KE au premier semestre 2020 contre 4.579 KE lors de la même période en 2019, principalement lié à l'abandon de la créance BPI 2010.
Le résultat net ressort à -920 KE au 30 juin 2020, à comparer à 2.896 KE au 30 juin 2019. La trésorerie et les équivalents de trésorerie s'élèvent à 8,81 ME au 30 juin 2020.
Compte tenu des ATUn dans une maladie rénale ultra rare et du contexte actuel des systèmes de santé impactés par le Covid 19, la Société reste toujours dans l'attente des données cliniques qui pourraient impacter la finalisation du nouveau plan stratégique.

Vallourec (stable) a lancé le 2 septembre une consultation des porteurs de ses obligations soumises au droit américain et venant à maturité en 2022 (Code: XS1700480160) et en 2023 (Code: XS1807435026). L'objectif de cette consultation est d'obtenir l'accord à la majorité requise des porteurs de chacune des émissions obligataires concernées afin que Vallourec puisse demander si elle le souhaite la nomination d'un mandataire ad hoc sans que cette démarche constitue un cas de défaut.
Vallourec décide de reporter la date d'expiration de cette consultation du 11 septembre (17h heure de Londres) au 17 septembre (17h heure de Londres), sous réserve de prolongation à l'initiative de Vallourec.
Vallourec a désigné Lucid Issuer Services, en qualité d'agent d'information et de tabulation pour les besoins de la consultation.

VALEURS EN BAISSE

Verallia décroche de 6,7% à 24,15 euros à l'ouverture du marché parisien. Une baisse logique alors que Horizon Investment Holdings a cédé 7,7 millions de titres, soit 6,2% du capital du verrier, via un placement privé. Les actions ont été placées à hauteur de 24 euros, permettant à Horizon Investment de lever 185 ME. Ce dernier voit sa participation ramenée à 46,9% à la suite de cette opération.

Rallye : -5% avec SES (-3%) et Akwel

ADP : -2,5% suivi de Haulotte, TechnipFMC et Mersen (-2%)

Vranken-Pommery Monopole (-1,5%) Conséquence des mesures de confinement adoptées partout dans le monde, parmi lesquelles la fermeture des hôtels, cafés, restaurants, l'arrêt de l'événementiel, la forte limitation des vols internationaux et des ventes en Duty-Free, le chiffre d'affaires consolidé du groupe pour le premier semestre 2020 s'est établi à 64,3 ME, en retrait de 26,1%. Pour autant, il faut savoir que :
L'impact négatif des ventes interprofessionnelles de 4 ME par rapport au 30 juin 2019 sera compensé au deuxième semestre ;
Vranken-Pommery Monopole est parvenu à limiter la dégradation de son activité par une présence forte de ses marques dans l'ensemble des réseaux de vente Off-Trade européen : cavistes, métiers de bouche et commerces alimentaires.
Les ventes à l'export représentent 56% du chiffre d'affaires consolidé, essentiellement soutenues par les ventes de Champagnes dans l'Union Européenne et les ventes de Vins Rosés à destination de la grande clientèle alimentaire.
Les résultats du groupe au premier semestre ont été marqués par les mesures de confinement qui ont paralysé l'économie mondiale. Dans ce contexte exceptionnel par son ampleur et son intensité, Vranken-Pommery Monopole s'est appuyé sur sa réactivité et l'agilité de son organisation pour s'adapter à cette situation inédite comme en attestent les résultats ci-dessous :
Un résultat opérationnel courant de 1,2 ME, en retrait de 1,7 ME, dont 1 ME de sous-activité liée à la Covid-19.
Le secteur opérationnel Champagne et autres contribue à hauteur de 61% au résultat opérationnel courant, et le secteur opérationnel des Vins de Camargue et de Provence à concurrence de 39% ;
Un résultat opérationnel à l'équilibre, après 673 KE d'indemnités de chômage partiel en application du dispositif de soutien à l'économie dans le cadre de l'épidémie de Covid-19 adopté par l'Etat français.
La bonne tenue des charges a complété le dispositif mis en place par l'Etat.
Un résultat financier qui s'améliore de 0,9 ME grâce à la réduction attendue des charges financières.
Un résultat net part du groupe qui s'améliore de 0,2 ME à - 6,4 ME.

Accor : -1% après l'annonce de sa sortie du CAC40

CNP : -1% avec Airbus, Faurecia, CGG, TF1, SG, Casino, Thermador

ESI Group (-0,8%) a publié un chiffre d'affaires pour le premier semestre 2020 de 80,8 ME, en baisse de 8,5% (à taux de change courants) par rapport à la même période de l'année dernière. Concomitamment à un confinement mondial au deuxième trimestre, les revenus ont diminué de 4 ME (-13,2%). Globalement, ESI Group a maintenu au premier semestre un niveau de récurrence des licences élevé (87,7%).
L'EBITDA du semestre (avant IFRS 16) se monte à 15 ME (18,6% du chiffre d'affaires) contre 21,3 ME (24,2%) sur la même période de l'année dernière. L'EBIT atteint 12,5 ME (15,4%) contre 19,6 ME (22,2%) au S1 2019. La marge brute reste stable à 77,3% et les dépenses opérationnelles sont également stables à 68,3 ME.
ESI Group rappelle que ses solutions figurent parmi les plus performantes du marché et les plus critiques pour répondre aux besoins industriels. Dans le secteur Aéronautique, un secteur très bousculé, ESI a ainsi obtenu 100 % du renouvellement annuel des logiciels auprès d'un grand OEM américain de l'aérospatiale, dont une partie de New Business, au plus fort de la pandémie.
ESI Group a par ailleurs sollicité un Prêt Garanti par l'Etat (PGE) auprès de son pool bancaire et de Bpifrance. A la date du Conseil d'administration, le PGE octroyé par Bpifrance a été encaissé (1,75 ME) et les accords de l'ensemble des banques du pool ont été obtenus pour un PGE syndiqué de 12 ME.

Plastic Omnium (-0,8%) vient de remporter un contrat pour développer et produire les systèmes de stockage d'hydrogène du constructeur de poids lourds néerlandais VDL, dans le cadre du projet européen H2HAUL, destiné à déployer une mobilité zéro émission par hydrogène dans le domaine du transport routier.
Plastic Omnium fournira d'ici 2021, pour des poids lourds VDL, un système complet de sept réservoirs, stockant 40 kg d'hydrogène à 350 bars.

En amont de la publication des résultats annuels de l'exercice 2019-2020 le 29 octobre prochain, Sodexo (-0,8%) annonce que la performance du quatrième trimestre de l'exercice 2019-2020 est en ligne avec les hypothèses pour le second semestre publiées le 7 juillet dernier en ce qui concerne le chiffre d'affaires, l'impact sur le résultat d'exploitation et les liquidités générées par les opérations grâce à la forte mobilisation de ses équipes pleinement engagées.
Le Groupe se dit ainsi extrêmement confiant quant à sa capacité à tirer le meilleur profit des tendances qui se profilent, grâce à son positionnement unique, son portefeuille diversifié de services et sa solidité financière.
Dans le prolongement des mesures rigoureuses mises en oeuvre durant la crise sanitaire, le Groupe, en anticipation de la fin des programmes de soutien gouvernementaux dans plusieurs pays, a décidé d'engager proactivement des actions afin de renforcer son agilité pour s'adapter au nouvel environnement, et de saisir les nouvelles opportunités de marché qui en résultent. Ces mesures devraient représenter environ 160 millions d'euros de dépenses de restructuration au cours du 2ème semestre de l'exercice 2019-2020.
De plus, compte tenu de la détérioration de la performance à court et moyen terme de certains actifs en raison de l'impact du COVID-19, Sodexo procède à la revue de leur juste valeur, susceptible de conduire à l'enregistrement de dépréciations à la clôture, sans incidence sur la trésorerie, d'environ 250 millions d'euros au 2ème semestre de l'exercice 2019-2020.
Compte tenu de ce qui précède, des charges financières liées au remboursement anticipé des emprunts USPP et des incertitudes résultant de la pandémie actuelle, le Groupe s'attend à un ajustement négatif de sa charge d'impôt, sans incidence sur la trésorerie, pour l'exercice 2019-2020 d'environ 100 millions d'euros portant principalement sur la non-reconnaissance et la dépréciation d'actifs fiscaux.
Des informations complémentaires et les perspectives de marché seront présentées lors de la publication des résultats annuels de Sodexo le 29 octobre 2020 et de la Journée Investisseurs le 2 novembre 2020.

Scor (-0,5%) a émis avec succès des titres obligataires subordonnés de niveau 2 à durée déterminée pour un montant de 300 millions d'euros. Scor envisage d'utiliser ces fonds pour financer les besoins généraux du Groupe. Avec ce nouveau placement réussi, Scor continue à bénéficier de conditions de marché exceptionnelles dans un environnement marqué par des taux d'intérêt bas. Le succès de ce placement nous permet de continuer à bénéficier de conditions avantageuses de financement à long terme pour accompagner la croissance organique du Groupe dans les années à venir. Les titres ont été sursouscrits 9 fois, ce qui témoigne du niveau très élevé de confiance dont bénéficie Scor sur le marché du crédit, commente Denis Kessler, Président-Directeur général de Scor.
Le taux d'intérêt servi a été fixé à 1,375% jusqu'au 17 septembre 2031, et sera révisé tous les 10 ans au taux mid-swap EUR à 10 ans +2,6%. Les titres "31NC11" arrivent à échéance le 17 septembre 2051.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !