Cotation du 16/07/2019 à 18h05 CAC 40 +0,65% 5 614,38
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : le rebond se poursuit

Ouverture Paris : le rebond se poursuit

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Les marchés financiers poursuivent leur rebond entamé hier dans le sillage de Wall Street suite à la décision monétaire de la Fed de baisser de nouveau ses taux de 0,75 pt. Les trimestriels finalement supérieurs aux attentes de Lehman Brothers et de Goldman Sachs aident aussi les indices à se reprendre après l'affaire Bear Stearns, sauvée en catastrophe par JP Morgan et la Fed le week-end dernier. Le CAC40 continue ainsi, sur sa lancée de la veille, et affiche un gain de 1% après quelques minutes de cotations, repassant au-dessus des 4.600 points.

HIER A WALL STREET

Le Nasdaq Composite flambait finalement de 4,19% mardi soir après la Fed, à 2.268 pts, alors que le DJIA prenait... 420 points, ou 3,51%, à 12.393 pts. A l'issue de sa réunion monétaire régulière (FOMC), la Fed a donc annoncé une réduction supplémentaire de 75 points de base du taux des fonds fédéraux, son principal taux directeur, ramené à 2,25% désormais. La Fed répond ainsi une nouvelle fois aux turbulences sur les marchés financiers et aux risques économiques pesant sur l'expansion aux États-Unis. Selon le communiqué diffusé, "les informations récentes indiquent que les perspectives d'activité économique se sont affaiblies encore. La croissance des dépenses des consommateurs s'est ralentie et le marché du travail s'est affaibli. Les marchés financiers restent sous une pression considérable, et le resserrement des conditions de crédit, ainsi que le renforcement de la contraction immobilière, devraient probablement peser sur la croissance économique au cours des prochains trimestres. L'inflation a été élevée, et certains indicateurs concernant les anticipations d'inflation se sont appréciés"... Le Comité s'attend à ce que l'inflation se modère au cours des trimestres à venir, avec les coûts de l'énergie et des matières premières. Cependant, l'incertitude persiste, à en croire la Fed, concernant les perspectives d'inflation. "Il sera nécessaire de continuer à mesurer les développements sur l'inflation de manière attentive", juge la Banque.

ECO ET DEVISES

Pour la Fed, cette décision monétaire, combinée à celles prises antérieurement, y compris les mesures destinées à favoriser la liquidité des marchés, devrait aider à soutenir une croissance modérée avec le temps et à compenser les risques sur l'activité économique. "Cependant, des risques persistent sur la croissance", confirme au passage la Réserve Fédérale. La Banque entend toujours agir comme il sera nécessaire pour maintenir une croissance économique soutenue et la stabilité des prix. La parité euro/dollar se détend un peu à 1,5720 ce matin entre banques, alors que le baril de brut cote 107$.

VALEURS EN HAUSE

-Au vu des rumeurs persistantes, BNP Paribas (+5,40% à 61,20 Euros) publie un communiqué éclaircissant sa position sur la Société Générale. La banque de Baudouin Prot "a cessé d'envisager un rapprochement potentiel avec la Société Générale" et estime que "les conditions qui l'auraient autorisée à réaliser une fusion créatrice de valeur pour les actionnaires ne sont pas remplies". La priorité de BNP Paribas dans l'environnement actuel est de capitaliser sur ses forces, à savoir sa solidité, sa gestion pointue du risque ou la diversification de ses sources de revenus.

-Wendel (+2,14% à 74,86 Euros) et Saint-Gobain (+2,90% à 49,30 Euros) auraient trouvé un 'modus vivendi', selon la presse économique du jour. Ainsi, 'La Tribune' révèle que Saint-Gobain aurait renoncé à exiger la suppression des droits de vote doubles de Wendel, qui détient 17,87% du capital du groupe de matériaux de construction. En échange, Wendel aurait accepté d'en "limiter l'utilisation en assemblée générale pendant une période donnée", précise le quotidien.
Les statuts actuels de Saint-Gobain prévoient l'attribution de droits de vote doubles à tout actionnaire détenant ses titres depuis plus de deux ans, ce qui a fait craindre au groupe une prise de contrôle "rampante" par Wendel, entrée en septembre 2007 dans son capital sans y être invité.
'Les Echos' du jour précisent de leur côté que l'usage limité des droits de votes doubles de Wendel aurait été conclue pour une période de quatre ans. En outre, il se confirme que Wendel s'engagerait à ne pas monter au-dessus de 21,5% du capital de Saint-Gobain.
L'accord, qui devrait être soumis ce jeudi au conseil d'administration de Saint-Gobain, prévoierait en outre la nomination de trois représentants de Wendel au conseil et la création d'un comité stratégique.

-Pas commodes, les syndicats d'Alitalia... A peine entamées, les discussions avec Air France-KLM (+0,70% à 16,14 Euros) ont été interrompues hier soir, les représentants des salariés jugeant "inacceptable" le plan de reprise de la compagnie franco-néerlandaise.
Selon l'agence de presse italienne ANSA , les syndicats refusent la suppression de 1.600 postes prévue par Air France, ainsi que la disparition du fret à partir de 2010. Une nouvelle réunion devrait se tenir, mais aucune date n'a été fixée pour l'instant.
De son côté, le ministre italien des Transports, Alessandro Bianchi, a ajouté de l'huile sur le feu. Se désolidarisant du gouvernement, qui a donné son feu vert à l'offre d'Air France, il a jugé que cette dernière ressemblait à un "diktat plein de clauses vexatoires".
De son côté, le président d'Air France-KLM, Jean-Cyril Spinetta, a rappelé que le groupe n'était "pas obligé" d'acheter Alitalia. Un façon de dire qu'il est prêt à retirer son offre en cas d'échec des négociations avec les syndicats... Leur accord est d'ailleurs une condition obligatoire à la reprise par Air France-KLM.

-La direction de Guillemot Corporation (+18% à 2,17 Euros) estime que la dynamique commerciale, avec des accords de distribution dans de nouveaux pays (Maroc, Emirats Arabes Unis, Nouvelle-Zélande, Australie, Mexique...), et le potentiel des nouveaux produits lui permettent de confirmer un objectif de croissance des ventes supérieur à 10%.
Le groupe a dégagé un résultat opérationnel courant 2007 de 2,8 ME, doublé par rapport à 2006. Guillemot a donc atteint son objectif de résultat opérationnel courant après stock options (3,2 ME avant stock options).
Le résultat net consolidé bondit à 26,4 ME contre 4,4 ME en 2006 grâce à un résultat financier de 24,4 ME lié à l'accroissement de la valeur du portefeuille de titres Ubisoft et Gameloft.
Les fonds propres progressent pour leur part de 19,8 ME à 47,4 ME fin 2007.
Le portefeuille de Valeurs Mobilières de Placement est évalué à environ 36 ME, il comprend principalement 513.121 titres Ubisoft et 68.023 titres Gameloft. L'endettement net a été réduit de 75% à 2,7 ME (hors VMP).

-En dépit de la baisse ponctuelle du résultat consolidé 2007, Guyenne et Gascogne (+1,20% à 96,80 Euros) entend poursuivre sa politique de rémunération des actionnaires et proposera à l'assemblée générale du 21 mai prochain un dividende de 3,50 euros, en progression de 9,4 %.
En complément, et pour tenir compte de la distribution exceptionnelle de la filiale espagnole, une somme de 9 euros sera versée au titre d'acompte sur le dividende 2008.

-Scor (+3,44% à 14,15 Euros) a réalisé, au terme de l'exercice 2007 marqué par le changement de taille, un niveau de primes brutes de 4,76 Milliards d'Euros, pour un résultat opérationnel de 576 ME et un bénéfice net de 407 ME. Le consensus Bloomberg était positionné à 393 ME de bénéfice net. Le ratio combiné non-vie ressort à 97,3%. Le ROE atteint 14,1% contre 16,9% un an avant.

-DL Software (+3,70% à 5,60 Euros) qui affiche une situation financière solide avec 14,5 ME de capitaux propres et une trésorerie nette de 4,6 ME à fin 2007 proposera à l'Assemblée générale du 23 avril 2008 le versement d'un dividende de 0,08 Euro par action. DL Software a dégagé un résultat d'exploitation 2007 en progression de 31,4% à 3,6 ME, soit un taux de marge opérationnelle de 13,9% contre 11,5% en 2006.
Au-delà de l'évolution positive de l'activité, cette progression soutenue bénéficie de la bonne maîtrise des charges d'exploitation en croissance limitée de 9,3%.
L'évolution du résultat financier (-0,1 ME contres -0,4 ME en 2006), meilleure que prévu grâce à la bonne maîtrise de la trésorerie, permet au résultat courant avant impôt d'afficher une progression de 49,5%. Le résultat net grimpe de 68,2% à 1,2 ME.
L'intégration de Biosystem acquise en janvier 2008 (et consolidée à compter du 1er janvier) constituera un moteur majeur du développement cette année en permettant au pôle DL Santé de changer de dimension sur le marché des laboratoires médicaux.
DL Software confortera ses positions sur ses deux autres pôles métiers avec le renouvellement de l'offre du pôle tourisme et la structuration de la gamme DL Négoce. Au regard de ces perspectives favorables, DL Software se fixe d'ores et déjà un objectif de progression du résultat d'exploitation de l'ordre de 30%. DL Software poursuivra également au cours des prochains mois sa stratégie active de recherche active de nouvelles opportunités de croissances externes. Pour 2009, la société vise toujours 5,4 ME de résultat d'exploitation.

VALEURS EN BAISSE

* Societe Generale (-5% à 63,85 Euros) : sévère rechute après l'annonce que BNP renonçait à faire une offre sur la "sogé".

©2008-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com