Cotation du 22/10/2021 à 18h05 CAC 40 +0,71% 6 733,69
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : le CAC40 souffle avant le chômage US

Ouverture Paris : le CAC40 souffle avant le chômage US
Ouverture Paris : le CAC40 souffle avant le chômage US
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Fin de semaine plus calme et en léger repli pour le CAC40 après son gros rebond d'hier sur les 6.600 pts. L'indice reperd 0,25% à 6.582 pts ce vendredi à l'ouverture. Hier soir, la Bourse américaine a progressé pour la 3e séance d'affilée, les investisseurs poussant un "ouf" de soulagement après un compromis trouvé au Congrès américain afin de relever temporairement le plafond de la dette jusqu'au 3 décembre prochain. Un accord qui écarte donc à court terme tout risque de défaut de paiement des Etats-Unis sur leur dette fédérale. En attendant la publication du rapport sur l'emploi US en septembre ce vendredi, la Bourse a pour l'instant mis en sourdine ses inquiétudes sur l'inflation et le "tapering" de la Fed. Les prix du gaz ont reflué après les pics des derniers jours, mais ceux du pétrole sont repartis de l'avant...

WALL STREET

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,98% à 34.754 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,83% à 4.399 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a progressé de 1,05% à 14.654 pts.
10 des 11 indices sectoriels du S&P 500 ont fini dans le vert, dont les matériaux de base (+1,3%), les biens de consommation discrétionnaires (+1,5%) et la santé (+1,2%), ainsi que les services de communication (+0,3%) et les technologiques (+0,9%). L'énergie a encore gagné 0,7%.

ECO ET DEVISES

A Washington, un accord a donc enfin été conclu jeudi au Congrès américain en vue d'un relèvement temporaire du plafond de la dette jusqu'au 3 décembre prochain. Le chef de la majorité démocrate au Sénat américain, Chuck Schumer, a indiqué que "nous avons conclu un accord pour prolonger le plafond de la dette jusqu'à début décembre et nous espérons que nous pourrons l'entériner dès aujourd'hui". Un vote pourrait donc intervenir dans la journée de jeudi. Selon la presse américaine, le plafond de la dette autorisée, aujourd'hui fixé autour de 28.400 milliards de dollars serait autorisé à grimper de 480 Mds$, pour atteindre 28.880 Mds$ jusqu'au 3 décembre prochain.
Si aucun accord n'avait été trouvé, l'Etat fédéral se serait trouvé à court de financements vers le 18 octobre, ce qui aurait entraîné un défaut sur sa dette, un événement sans précédent dans l'histoire des Etats-Unis, qui aurait eu de lourdes conséquences sur l'économie et les marchés financiers.

Sur les marchés, les cours du pétrole sont repartis à la hausse après leur pause de mercredi, tandis que les cours du gaz naturel ont marqué le pas en Europe comme aux Etats-Unis. Le baril de Brent de la Mer du Nord grimpe à 83$ ce matin. Le WTI est proche de son plus haut niveau depuis 7 ans à 79,50$. Le gaz naturel s'est stabilisé aux Etats-Unis à 5,67$ par million de BTU (British Thermal Unit), tandis qu'en Europe, il a fortement baissé, de 14% à 93,50 euros par mégawattheure pour le Dutch TTF Natural Gas, après un pic au-dessus de 150$ mardi... L'or revient à 1.755$ l'once pour le contrat à terme de décembre sur le marché Comex. Le bitcoin s'échange à 54.155$, en recul d'environ 1,4% sur 24h, selon le site Coindesk.
Sur les marchés obligataires, les taux se sont à nouveau tendus, le rendement du T-Bond à 10 ans bondissant jeudi soir de 5 points de base à 1,57%, alors qu'il était autour de 1,3% le 22 septembre juste avant que la Fed n'annonce son intention de commencer son "tapering" (réduction de ses achats d'actifs). En Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans est resté stable à -0,18%.

Sur le plan macro-économique, les opérateurs surveilleront cet après-midi le rapport complet sur l'emploi US de septembre.
Les économistes s'attendent à l'annonce de la création de 488.00 emplois le mois dernier (après une déception en août avec 235.000 nouveaux postes créées) et à un recul du taux de chômage 5,2% à 5,1%. Si le dynamisme du marché de l'emploi se révélait plus fort que prévu, cela pourrait inciter la Réserve fédérale à entamer plus vite que prévu son "tapering", peut-être dès le mois de novembre, comme l'avait laissé entendre le président de la Fed Jerome Powell, le 22 septembre dernier. Il avait alors estimé que le critère de nette amélioration de l'emploi était "en grande partie atteint".
La parité euro / dollar atteint 1,1550$ ce matin.

VALEURS EN HAUSSE

TechnipFMC : +3% avec Vallourec et CGG dans le sillage du baril de pétrole

2CRSI (+3%) a reçu une commande supplémentaire importante d'un client historique du secteur para-pétrolier.
2CRSi rappelle avoir annoncé, le 7 juillet 2021, une commande d'un client historique, leader mondial des services géoscientifiques, pour 196 serveurs OCP multi-noeuds, dans des baies refroidies par air, économes en énergie.
Dans le but de développer une puissance de calcul plus efficiente et moins coûteuse, ce client a passé hier auprès de 2CRSi une commande de 280 serveurs supplémentaires (soit 840 noeuds de calcul), dont la nature et la configuration sont similaires à la commande de juillet, à destination de son datacenter au Royaume-Uni.
Grâce à l'utilisation de composants électroniques, essentiellement issus des matériels récupérés du client Blade, 2CRSi s'attend à être en mesure de livrer cette nouvelle commande d'ici à la fin de l'automne. Par conséquent, les livraisons sur cet exercice 2021-2022 devraient atteindre 476 serveurs (1.428 noeuds), faisant de ce client le premier contributeur du secteur pétrolier en termes de chiffre d'affaires, au sein du top 10 des clients de 2CRSi. "Ce nouveau succès est une démonstration de la qualité des partenariats de long terme que 2CRSi établit avec ses clients", commente le management de 2CRSI.

Verallia : +2,5% suivi de Faurecia, Covivio, Eramet et Maurel & Prom

Bic : +1,5% avec Renault, Trigano, Elior et Cie des Alpes

Transgene : +1% avec SMCP, Claranova, Synergie, SG, Thales, Remy Cointreau, Crédit Agricole

Nacon (+1%) a finalisé la signature d'un protocole d'acquisition de 100% du studio Ishtar Games. Cette opération sera accompagnée par la création du label Ishtar afin de développer la création et la commercialisation de jeux dits "indépendants" à fort potentiel.
Ce label sera dirigé par l'équipe d'Ishtar Games, dont le savoir-faire sur ce segment a été largement démontré via leurs précédents jeux : 'Dead in Bermuda', 'Dead in Vinland' et le tout récent succès critique et commercial 'The Last Spell, tactical RPG roguelike' sorti en Early Access sur Steam (91% d'avis positifs), le 3 juin. Ses ventes atteignent déjà plus de 150.000 exemplaires.

Vivendi : +0,5% avec Valeo, TF1 et Accor

VALEURS EN BAISSE

Pharmasimple (-18%) a réalisé, sur les 6 premiers mois de 2021, un chiffre d'affaires de 16 millions d'euros, en décroissance de -47% par rapport à la même période de l'exercice précédent. L'année 2020 avec la Covid-19 avait permis aux marchés moins matures comme la parapharmacie online d'attirer de nombreux nouveaux clients, n'ayant jamais acheté sur les sites e-commerce les types de produits vendus par Pharmasimple. L'année 2021 marque le retour à la "normale". Bien que l'e-commerce ait fait de nouveaux adeptes lors des périodes de confinement, l'euphorie de l'année 2020 a disparu et laisse place à une année nettement plus classique. Malgré l'attention portée à la maîtrise des coûts, la diminution exceptionnelle d'activité a engendré une dégradation de la marge brute. Elle passe de 14,5% au S1 2020 à 10,8% au S1 2021.
Pour limiter la baisse tendancielle de la demande, Pharmasimple a recouru à plus de trafic payant (SEA) qu'en 2020 et a renforcé son équipe IT. En conséquence les charges opérationnelles (frais de personnel plus charges externes) ont cru de +14%. L'Ebitda ressort en perte de -1,7 ME.
La société termine le 1er semestre 2021 avec une perte opérationnelle de -2,9 ME (+0,3 ME au 1er semestre 2020). Le résultat net de la période ressort avec un déficit de -3 ME.
La dégradation de la rentabilité et la forte décroissance de l'activité ont impacté les équilibres financiers de Pharmasimple. La dette nette ressort à 7,4 ME (5,3 ME à fin 2020) en tenant compte d'une trésorerie active de 1,8 ME et d'un endettement brut de 9,2 ME.
Le Groupe va dynamiser sa stratégie de croissance future en misant sur des nouveaux canaux de distribution pour compléter son offre internet. Le lancement du concept store Pharmasimple et la distribution des produits médicaments sans ordonnance (OTC) en Belgique sont parmi les projets de développement de Pharmasimple.
Avec des fondamentaux de marché toujours solides, Pharmasimple réitère sa confiance dans sa capacité à délivrer dans les prochaines années une croissance durable.
Pharmasimple rappelle avoir conclu une convention d'investissement avec Alpha Blue Ocean portant sur un montant de financement pouvant aller jusqu'à 10 ME. Ce partenariat devrait permettre d'assurer la pérennité et la croissance de Pharmasimple dans les années à venir.

Mint (-6%) : Le chiffre d'affaires au 1er semestre est ressorti à 65,7 millions d'euros, dont 15,5 ME de taxes collectées. Il est en hausse de 103% par rapport au 1er semestre 2020 (32,8 ME, dont 7,8 ME de taxes collectées). Cette hausse de l'activité reflète le succès croissant des offres auprès du public.
Les prix d'achat de l'électricité ont subi une hausse continue pesant mécaniquement sur la marge brute de l'exercice. La performance opérationnelle du semestre fait ainsi ressortir un excédent brut d'exploitation de -1,5 ME (+2,88 ME au 1er semestre 2020).
Le résultat d'exploitation s'élève à -2 ME (+2,52 ME au 30 juin 2020). Le résultat d'exploitation intègre les provisions pour impayés qui restent stables en proportion du chiffre d'affaires, mais augmentent relativement à celui-ci.
Le résultat net du semestre ressort à -2,48 ME (+2,37 ME au 30 juin 2020).
Sur un secteur faisant face à des difficultés conjoncturelles, Mint dispose d'une situation financière robuste. Elle devrait lui permettre de faire face à cette situation inédite. Au 30 juin 2021, le Groupe rappelle que ses capitaux propres sont de 6,5 ME intégrant l'impact de la perte opérationnelle actuelle (8 ME au 30 juin 2020). La trésorerie s'élève à 17,9 ME. La trésorerie nette d'endettement ressort à 17,7 ME.
Cette structure financière permet d'aborder sereinement la seconde partie de l'année qui sera marquée par une dégradation encore accrue des conditions d'achat de l'électricité et du gaz avec un impact mécanique attendu sur les résultats. Cet impact ne sera que partiellement compensé par les hausses de tarifs auprès des clients. Mint veillera néanmoins à préserver l'intérêt de ses clients sans sacrifier sa capacité de rebond, lorsque les conditions de marché seront plus favorables. La dynamique demeure toutefois intacte à moyen terme.

Ralye : -3% avec Casino et Catana

STM : -2% suivi de Jacquet, Figeac, LDC, Virbac et XILAM

Capgemini : -1% avec Valneva, Nexans, Chargeurs, Schneider, Orpea

écomiam (-1%) a réalisé au 4è trimestre de l'exercice 2020-2021 un chiffre d'affaires magasins de 7,5 millions d'euros, en croissance de +32% (-8,8% en organique). L'évolution à périmètre constant reflète un effet de base très exigeant.
Durant ce trimestre, conformément au plan de développement présenté lors de l'introduction en Bourse, écomiam a poursuivi son expansion sur l'ensemble du territoire métropolitain, avec l'ouverture de 5 nouveaux magasins affiliés dont 4 hors de la région Bretagne, principalement sur l'arc Atlantique (2 en Nouvelle-Aquitaine, 1 en Normandie et 1 en Pays-de-la-Loire). Constatant un démarrage plus progressif des nouveaux points de vente situés hors Bretagne, l'entreprise a accéléré les ventes de cartes de fidélité "coup de pouce" et renforcé, en parallèle, les actions de communication, notamment par la montée en puissance de son outil de gestion de la relation client.
Avec 29 nouvelles ouvertures réalisées durant l'exercice 2020-2021, écomiam dépasse son objectif de 20 ouvertures par an et dispose d'un réseau de 56 points de vente.
Ainsi, sur l'ensemble de l'exercice 2020-2021, écomiam enregistre un chiffre d'affaires magasins en progression de +38,6% (+6,6% en organique) fort d'un réseau constitué de 56 points de vente. Afin de s'affranchir d'une base de comparaison élevée liée à des achats de précaution en période de confinement, le chiffre d'affaires 2020-2021 comparé à 2018-2019 est en croissance organique de +39,8%.
Disposant de 330 demandes actives de candidatures à l'affiliation, écomiam est confiant dans le déploiement de son réseau et réaffirme ses ambitions de croissance rentable : 125 points de vente, 110 ME de chiffre d'affaires et 7 ME de résultat d'exploitation d'ici 2025.

Legrand : -0,5% suivi de IPSEN, Euronext, Savencia, GTT, LafargeHolcim et Mersen

Avec une bonne dynamique commerciale, HRS (-0,5%) a enregistré une forte croissance de +309% de son chiffre d'affaires qui atteint 10,5 ME sur l'exercice 2020/2021. L'EBITDA ressort bénéficiaire à 0,5 ME pour l'exercice, en progression de +1,2 ME par rapport à l'exercice précédent. Le résultat net pour 2020/2021 ressort à -0,2 ME en croissance de +0,8 ME en un an. Le carnet de commandes ressort à 43,1 ME à reconnaître sur les 5 prochaines années, soit une multiplication par 10 en moins de 8 mois.
HRS confirme son ambition d'atteindre 85 ME de revenus au 30 juin 2025, l'objectif étant d'avoir livré 100 nouvelles stations sur la période.
La société confirme également l'objectif de maintenir sa marge opérationnelle courante autour de l'équilibre ou positive sur toute la durée du plan pour atteindre environ 20% au 30 juin 2025 grâce à l'effet de levier de la croissance sur la rentabilité.

Avertissement et report de l'appel au marché pour Cnova (-0,5%). La maison-mère de Cdiscount annonce le report de son projet d'augmentation de capital d'environ 300 millions d'euros annoncé en juin, en raison de conditions de marché défavorables.
"En raison des conditions de marché actuelles et malgré l'intérêt évoqué par des investisseurs potentiels, nous pensons que l'augmentation de capital de Cnova ne peut pas être menée dans des conditions satisfaisantes et elle est donc reportée", affirme le groupe contrôlé par Casino.
Cnova abandonne par ailleurs ses objectifs financiers annuels en raison d'une faible demande au troisième trimestre. La firme avait dit en juin viser pour 2021 un Ebitda de 160 millions d'euros, en hausse de 20% sur un an. Lors du troisième trimestre, le volume d'affaires est ressorti en hausse de 7,5%, à un milliard d'euros alors que les ventes totales nettes ont progressé de 9% à 528 ME.

EssilorLuxottica (-0,2%), finalisant l'acquisition de 76,72% du capital de GrandVision NV auprès de HAL Optical Investments, lance une offre publique d'achat obligatoire sur les actions GrandVision. Cette offre est formulée à un prix de 28,42 euros en numéraire par action.
La période d'acceptation s'ouvre à 9h, heure d'Amsterdam, le 8 octobre. Elle prendra fin à 17h40, heure d'Amsterdam, le 3 décembre.
GrandVision recommande aux actionnaires d'apporter leurs actions à l'offre.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !