Cotation du 18/10/2018 à 18h05 CAC 40 -0,55% 5 116,79
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : le CAC40 résiste à un trop fort emballement baissier

Ouverture Paris : le CAC40 résiste à un trop fort emballement baissier
Ouverture Paris : le CAC40 résiste à un trop fort emballement baissier
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Entre la baisse d'hier (-2,11%) et celle de ce matin (-1,10% à 5.150 points peu avant 9h30), le CAC40 s'inscrit grosso modo dans la tendance de Wall Street où le Dow Jones a cédé -3,15% et le S&P 500 -3,29%. L'indice parisien demeure toutefois au-dessus des plus bas annuels inscrits en mars dernier, autour de 5.040 points. Ce qui peut constituer une nouvelle force de rappel selon des observateurs de marché.

Certains d'entre eux se demandent tout simplement si l'amorce d'un retournement de marché n'a pas été enclenchée hier. Beaucoup d'éléments militent en ce sens, après la violente chute de Wall Street, précédée par ce recul de plus de 2% du CAC40 hier et suivi ce matin par la reculade de près de 4% du Nikkei et de plus de 5% à Shanghai. Les investisseurs semblent prendre en compte les nouvelles données à l'oeuvre sur les marchés depuis plusieurs jours : des taux d'intérêts américains à 10 ans sensiblement positionnés au-dessus des 3% et une croissance économique mondiale révisée à la baisse par le FMI en début de semaine, remettant en cause les scénarios de progression des bénéfices des entreprises plutôt optimistes pour 2019 et 2020.

Dans la foulée de la séance de baisse de Wall Street, Donald Trump a de nouveau attaqué "la Fed, tombée sur la tête". Une nouvelle critique vis-à-vis de la banque centrale et de sa politique de relèvement des taux. "En fait c'est la correction que nous attendions depuis longtemps", a poursuivi le président...

WALL STREET

La Bourse de New York a dégringolé mercredi soir dans la dernière heure avant la clôture, sur fond de craintes des investisseurs sur la croissance et la hausse des taux. Alors que les principaux indices reculaient déjà de l'ordre de 1,5% à 2% en début de séance, ils ont fini dans le rouge vif.

L'indice Dow Jones a abandonné 3,15% à 25.598 points, perdant plus de 800 points par rapport à la veille, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 3,29% à 2.785 pts. L'indice Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a plongé 4,08% à 7.422 pts. Le Nasdaq a désormais chuté de 7,5% en 5 séances...

ECO ET DEVISES

Les prix à la consommation sont repartis à la baisse en septembre. L'indice IPC recule de 0,2% sur le mois après avoir progressé de 0,5% en août. L'Insee explique que ce repli résulte de celui, saisonnier, des prix des services (-1,5% après +0,3%). En revanche, les prix des produits manufacturés accélèrent (+1,3% après +1,1%) après la fin, en août, des soldes d'été sur le territoire métropolitain.

Etats-Unis :
- Prix à la consommation aux Etats-Unis. (14h30)
- Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
- Rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers domestiques américains. (17h00)
- Balance budgétaire américaine. (20h00)

Europe :
- Production industrielle britannique. (10h30)

La parité euro / dollar atteint 1,1548$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 81,92$. L'once d'or se traite 1.188$.

VALEURS EN HAUSSE

Ingenico (+9,40% à 68,80 Euros) : Natixis Payment Solutions, l'activité de paiement de Natixis, étudierait le rachat d'Ingenico, valorisé 4 milliards d'euros, selon l'agence Bloomberg. Des négociations préliminaires ont eu lieu entre Ingenico et Natixis Payment Solutions, précise plusieurs sources. "Aucune décision définitive n'a été prise et Ingenico pourrait décider de conserver son indépendance", souligne toutefois l'agence en citant ses sources.

Visiomed Group (+3,65% à 0,13 Euro) , dont l'action a reculé de pratiquement 22% à 0,125 euro sur la semaine glissante, estime faire l'objet d'une spéculation baissière sur son cours de Bourse dans des volumes atypiques. Cette spéculation est entretenue par une campagne de déstabilisation et de dénigrement systématique préjudiciable à son activité courante et au développement serein de ses partenariats stratégiques.

VALEURS EN BAISSE

Faurecia (-2,55% à 44,89 Euros) affiche une hausse trimestrielle de ses ventes de 8,3% hors incidence négative des taux de change de 2,4% (principalement due à la livre turque, au réal brésilien et au peso argentin) et confirme "pleinement" ses objectifs pour l'exercice 2018, tels que revus à la hausse en juillet 2018 lors de l'annonce des résultats du premier semestre 2018 (voir le communiqué de presse du 20 juillet 2018) : croissance des ventes d'au moins +8% (à taux de change constants) ou d'au moins 600 points de base au-dessus de la croissance de la production automobile mondiale; Marge opérationnelle d'au moins 7,2% des ventes; Cash-flow net supérieur à 500 millions d'euros; Bénéfice par action supérieur à 5 euros.

OL Groupe (-1,85% à 2,65 Euros) : Pour faire suite à de "fausses informations", OL Groupe tient à préciser qu'il n'y a aucun projet de retrait de la cotation boursière du titre OL Groupe. Par ailleurs, L'Olympique Lyonnais confirme que l'EBE sur cessions de contrats joueurs réalisé depuis le 1er juillet 2018 s'élève à environ 30 millions d'euros.

Getlink (-1,14% à 10,87 Euros) annonce ainsi avoir réalisé un troisième trimestre historique avec 'Le Shuttle Freight', grâce notamment à un nouveau mois de septembre solide où le record de septembre 2017 a été égalé avec près de 139.000 camions transportés. Depuis le 1er janvier, près de 1,26 million de camions ont traversé la Manche avec Le Shuttle Freight.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com