Cotation du 04/08/2020 à 18h05 CAC 40 +0,28% 4 889,52
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : le CAC40 reperd 0,5%

Ouverture Paris : le CAC40 reperd 0,5%
Ouverture Paris : le CAC40 reperd 0,5%
Crédit photo © Reuters
(Boursier.com) —

LA TENDANCE

Ouverture hésitante ce mercredi matin pour le CAC40, qui recule de 0,5% à 5.078 pts, alors que l'impulsion donnée hier par l'accord européen sur un vaste plan de relance économique de 750 MdsE s'est rapidement émoussée...
Peu de mouvement à noter sur les places de la zone Asie-Pacifique ce mercredi matin. La Bourse de Tokyo recule de 0,6%. Hier soir, la cote américaine a aussi terminé sur une note prudente, partagée entre une légère hausse de 0,17% du S&P500 à 3.257 pts, des prises de profits sur le Nasdaq après ses sommets de la veille (-0,81% à 10.680 pts) et un DJIA plutôt ferme, en hausse de 0,6% à 26.840 pts, aidé par des espoirs de vaccin ou de traitement contre le coronavirus...
De son côté, le ministère japonais de la Santé a approuvé ce jour l'utilisation de la dexaméthasone comme deuxième traitement contre le COVID-19, alors qu'un essai clinique en Grande-Bretagne a montré que le corticoïde réduisait le taux de mortalité chez les patients hospitalisés. Les directives sanitaires du ministère ont été revues pour inclure la dexaméthasone, corticoïde bon marché et très utilisé, comme une option thérapeutique en plus du remdesivir, ont rapporté plusieurs sources japonaises...

ECO ET DEVISES

Côté économique, après le plan de relance validé à Bruxelles par les responsables européens hier, le Congrès américain doit évaluer un nouveau plan de soutien économique, ce qui contribue à soutenir la tendance sur les bourses mondiales. Ainsi, les législateurs américains doivent discuter des prochaines étapes en réponse à la crise du coronavirus, les investisseurs misant sur un nouveau package financier dans un futur proche, alors que certaines mesures antérieures doivent expirer à la fin du mois...
Les nouvelles sur le front de l'épidémie sont quant à elles contrastées, avec plusieurs pistes prometteuses du côté de certains projets de vaccins ou traitements, mais aussi un nombre de cas de contamination qui ne cesse dans le même temps de progresser dans de nombreux Etats américains et au niveau mondial. Plusieurs laboratoires pharmaceutiques, dont AstraZeneca, Synairgen, BioNTech ou CanSino Biologics, ont fait état de résultats prometteurs d'essais...

Pendant ce temps, les relations entre les Etats-Unis et la Chine restent toujours aussi tendues. En visite à Londres mardi, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a appelé de ses voeux la création d'une coalition mondiale pour contrer "la menace" représentée selon lui par la Chine. Le chef de la diplomatie américaine a dénoncé "un pays agressif", citant les revendications de Pékin en mer de Chine méridionale, les différends avec l'Inde, ou l'épidémie liée au coronavirus que Mike Pompeo a accusé la Chine d'avoir exploitée de manière "honteuse"... "Nous espérons pouvoir bâtir une coalition qui comprend cette menace et s'emploiera collectivement à convaincre le Parti communiste chinois qu'il n'est pas dans son intérêt d'avoir ce genre de comportement", a déclaré Mike Pompeo devant la presse, au côté du ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab.
"Nous voulons que chaque pays épris de liberté et de démocratie comprenne la menace que représente pour lui le Parti communiste chinois" a poursuivi Pompeo

Ce matin, sur les marchés, le baril de brent reste ferme à 44,15$ sur le Nymex. L'euro grimpe sur les 1,1545/$ après l'accord de relance de l'activité en Europe obtenu de haute lutte à Bruxelles. L'or culmine de son côté à 1.856$ l'once ce matin.

VALEURS EN HAUSSE

EOS imaging (+12%) Au cours du 1er semestre 2020, EOS imaging a enregistré un total de 10 commandes d'équipement pour une valeur totale de 5 millions d'euros. En comparaison, 30 commandes pour une valeur totale de 12,8 ME avaient été enregistrées en 2019.
La reprise des installations au cours de la seconde moitié du 2e trimestre et les revenus récurrents de maintenance ont soutenu l'augmentation des revenus trimestriels par rapport à la base 2019. Les revenus du 2e trimestre 2020 ont fortement augmenté pour atteindre 7,3 ME (3,4 ME au 2e trimestre 2019).
Au total, les revenus du 1er semestre 2020 se sont élevés à 11,0 ME. Les ventes d'équipements se sont élevées à 4,8 ME, dont 5,7 ME provenant de la vente de 12 systèmes et -0,9 ME de provisions sur des créances anciennes. Les revenus récurrents ont atteint 6,2 ME, soit une croissance de 19% par rapport à l'année dernière.
Le 1er semestre 2020 a été marqué par l'épidémie du COVID-19, qui a impacté temporairement la dynamique commerciale de la société. Néanmoins, nous nous réjouissons du redémarrage des installations de systèmes au 2e trimestre et du fort intérêt pour notre système EOSedge qui représente 86% des commandes semestrielles dans les pays où il est commercialisé. La croissance des revenus de maintenance alimente notre activité récurrente que nous continuons de développer. Enfin, notre pipeline de ventes a continué de croître et de se développer au cours du 1er semestre 2020, dont les bénéfices sont attendus dans les trimestres à venir, commente Mike Lobinsky, Directeur Général d'EOS imaging qui assure : Nous restons optimistes sur la capacité d'EOS à accélérer sa croissance, une fois la crise sanitaire passée.
A fin juin 2020, la position de trésorerie d'EOS imaging s'élevait à 9,9 ME, (8,2 ME au 31 décembre 2020). L'augmentation de la trésorerie est soutenue par les revenus récurrents de maintenance, à la reprise de l'activité d'installation après le confinement, aux programmes de soutien gouvernementaux et aux mesures de réduction des coûts mises en oeuvre par la Direction d'EOS.
Comme pour de nombreuses entreprises, la pandémie du COVID a eu un impact sur l'activité d'EOS au cours du 1er semestre 2020. Pendant cette période, l'équipe de management d'EOS a surveillé l'évolution de la situation et a pris les décisions adaptées pour assurer la sécurité de ses employés et de ses clients tout en continuant à répondre aux besoins des hôpitaux et des professionnels de santé.
EOS a mis en oeuvre un plan de réduction des coûts au cours du 1er semestre, qui se poursuit au second semestre, réduisant efficacement les dépenses et contribuant à améliorer la situation de trésorerie à fin juin. La société a également bénéficié des plans du gouvernement destinés à apporter un soutien pendant la pandémie.
Les équipes de vente et de marketing d'EOS restent par ailleurs actives en organisant des démonstrations à distance et en participant à des salons professionnels virtuels. Ces actions permettent de continuer à renforcer le pipeline commercial.
La société a commencé à voir certains marchés s'ouvrir à la fin du 2e trimestre et reste optimiste quant à la reprise, une fois que la situation se sera normalisée.

Somfy (+11%) Le chiffre d'affaires du Groupe est ressorti à 568,9 millions d'euros sur le premier semestre, en repli de 7,5% (-7,2% à données comparables) par rapport à l'an dernier sur la même pé-riode. Il s'est inscrit en hausse de 2,9% au premier trimestre (+2,8% à données comparables), à 291,3 millions d'euros, et en baisse de 16,4% au deuxième trimestre (-15,7% à données com-parables), à 277,6 millions d'euros.

Roche Bobois (+8%) a publié un chiffre d'affaires semestriel proche de 110 Me, en repli de -18,6%, qui s'explique à la fois par les effets de la fermeture des magasins ainsi que par des retards de livraisons.
En conséquence, le portefeuille de commandes restant à livrer au 30 juin 2020 pour les magasins du Groupe est en forte hausse à 103 ME, +12,1 ME par rapport à la même période l'an dernier.
Le groupe a constaté un effet de rattrapage global très significatif de son activité commerciale sur le mois de juin qui enregistre à lui seul une progression de +65% du volume d'affaires, toutes marques et toutes zones confondues.
Ce mois de juin 2020 marque ainsi le plus haut niveau historique enregistré en volume d'affaires pour un mois de juin et permet au groupe de rattraper partiellement le retard lié à la période de fermeture des magasins.
Enfin, la société clôture à fin juin avec un niveau de trésorerie en très forte hausse à 40,2 ME, hors Prêt Garanti par l'État de 25 ME, contre 31,1 ME au 31 décembre 2019.

Vente-unique.com (+7%) a annoncé son chiffre d'affaires non audité du 3ème trimestre de l'exercice 2019-2020 (période du 1er avril 2020 au 30 juin 2020), qui couvre à la fois la période de confinement lié à la pandémie de Covid-19 et la période de déconfinement. Il s'élève à 31,9 ME, soit un taux de croissance de +45% par rapport à la même période de l'exercice précédent.
Alors que l'émergence de la crise sanitaire avait pesé sur l'activité commerciale du 2ème trimestre (+2%), le confinement a accéléré le mouvement déjà engagé de mutation du marché européen du meuble des magasins vers les acteurs du e-commerce. Cette dynamique, accélérée par les faiblesses de plusieurs réseaux traditionnels, notamment en France, s'inscrit dans une tendance de fond confirmée par un taux de croissance des prises de commandes élevé et régulier sur les 3 mois du trimestre.

Ipsen: +6% avec Balyo et SII

Orpea (+5%) a réalisé une croissance de son chiffre d'affaires de +3,5% au S1, avec la contribution des acquisitions notamment en Irlande, en Amérique Latine et en France, et un repli limité de la croissance organique de 0,9%.

Eurobio Scientific (+3%) Avec ses fortes ventes de tests dans le cadre de l'épidémie Covid-19, la progression des ventes pour les autres maladies infectieuses, et une stabilité des ventes dans le cadre de la transplantation et des produits pour la recherche, le chiffre d'affaires du groupe Eurobio Scientific a augmenté de +111% à 62,2 ME sur le premier semestre 2020. A périmètre constant, c'est-à-dire en excluant les activités de Pathway Diagnostic au Royaume-Uni et en Irlande, la progression est de +106%. Ce chiffre d'affaires va entrainer une forte progression de l'EBITDA, renforçant ainsi les capacités de développement du groupe. Il confirme également, par la résilience des activités traditionnelles, la stratégie mise en oeuvre depuis plusieurs années.

Air France KLM : +1,5% avec CGG, Mersen, Casino, Genomic

Pharmasimple (+1,4%) a atteint à fin juin 2020 le seuil des 30 millions d'euros de chiffre d'affaires. Avec 30,2 ME sur les 6 premiers mois de l'exercice 2020, le chiffre d'affaires réalisé dépasse celui de l'ensemble de l'année 2019 (28,1 ME).
Le chiffre d'affaires du 2e trimestre 2020 a amplifié la croissance déjà forte du 1er trimestre et intègre uniquement de la croissance organique, la dernière acquisition de 1001Pharmacies.com ayant commencé à être consolidée en avril 2019.
La hausse, à compter de la mi-mars 2020, des commandes de produits de prévention pour lutter contre la pandémie au Covid-19 a participé au développement de l'activité et notamment des ventes réalisées auprès d'hôpitaux, institutions gouvernementales et grands groupes. En parallèle, Pharmasimple a bénéficié de la dynamique de ses plateformes d'e-commerce.
Pharmasimple prévoit pour la seconde partie de l'année la poursuite de la bonne orientation de son activité avec une augmentation du nombre de commandes internet et le maintien d'une dynamique positive autour des produits B2B.
Grâce à la forte hausse d'activité permettant une meilleure absorption des coûts fixes et des conditions d'achat plus avantageuses, Pharmasimple confirme un Ebitda positif pour le 1er semestre 2020 alors qu'il était négatif en 2019.

Veolia : +1% avec Rallye, Lisi, Atari, Trigano, Elior, Argan et Lagardere

Poxel (+1%) dresse son bilan d'activité et publie sa position de trésorerie et son chiffre d'affaires pour le deuxième trimestre et le premier semestre de 2020.
Au 30 juin, la trésorerie et les équivalents de trésorerie s'élevaient à 46 millions d'euros (51,5 millions de dollars), contre 37,2 millions d'euros (41,8 millions de dollars) au 31 décembre 2019. La trésorerie et les équivalents de trésorerie nets de l'endettement financier (hors impacts IFRS 16 et instruments dérivés) s'élevaient à 29 millions au 30 juin 2020, contre 27,4 millions d'euros au 31 décembre 2019.
Poxel a réalisé un chiffre d'affaires de 6,4 millions d'euros au cours du premier semestre 2020, contre un chiffre d'affaires de 23,2 millions d'euros à la même période en 2019 (historique).

La Française de l'Énergie (+1%) démontre la bonne résilience de son modèle économique en réalisant un chiffre d'affaires annuel de 7,9 ME, en légère hausse à +0,3% dans un contexte de crise sanitaire et économique aiguë.
Au cours de cette période inédite, le management a mis en place dès début mars des mesures permettant d'adapter l'organisation du travail afin de poursuivre l'ensemble de l'activité tout en préservant la sécurité de ses collaborateurs et sous-traitants.
La Française de l'Énergie a ainsi maintenu son activité sur l'ensemble de ses sites et enregistré une augmentation des volumes de production de gaz (+ 24%) et d'électricité (+ 35%) par rapport à l'an passé démontrant, à nouveau, le caractère défensif et récurrent de son activité.
Compte tenu de la résilience de l'activité et du modèle LFDE constatés pendant la crise sanitaire mais également des incertitudes qui demeurent sur le rythme de remontée des prix du gaz et d'attribution des autorisations par l'administration, la société anticipe que l'installation de 37,5 MW additionnels sera effective sur l'année 2022.

VALEURS EN BAISSE

Biosynex (-7%) a réalisé au 1er semestre 2020, un chiffre d'affaires de 44,3 millions d'euros, en hausse de 146,4% par rapport au 30 juin 2019 (18 ME).
Retraitée de l'effet périmètre lié à l'acquisition de l'activité de santé familiale de Visiomed Group, la croissance organique affiche une solide augmentation de 112%.
La répartition d'activité entre Biosynex France et Biosynex Suisse ressort pour le 1er semestre 2020 respectivement à 36,9 ME et 11,7 ME, qui, compte-tenu du retraitement de 4,3 ME d'opérations intragroupe, permet d'atteindre un chiffre d'affaires consolidé de 44,3 ME.
Cette très forte hausse de l'activité a bénéficié de la dynamique des ventes de produits de prévention et de prise en charge du Covid-19. Le segment d'activité Grand Public (pharmacies et GMS) enregistre un chiffre d'affaires de 22,1 ME, en forte progression de 110,6% par rapport au 30 juin 2019. Le segment professionnel affiche un triplement de son activité avec un chiffre d'affaires de 22,2 ME, soit une hausse de 196,6% par rapport au 1er semestre de l'exercice précédent. Cette augmentation est portée par les ventes de tests sérologiques Covid-19 BSS qui représentent un montant de 13,4 ME au 1er semestre 2020.
L'export affiche une croissance de 206,7% par rapport au 1er semestre 2019. L'activité à l'export a notamment été portée par les ventes en Europe de l'Ouest pour 8 ME et en Afrique pour 2,8 ME.

Valeo (-5%) a vu son chiffre d'affaires consolidé du 1er semestre 2020 tomber à 7,058 milliards d'euros, en retrait de 28 % à périmètre et taux de change constant par rapport à la même période en 2019. La surperformance par rapport à la production automobile cependant forte dans toutes les régions de production : 9 points en Europe, 15 points en Chine, 7 points en Asie hors Chine, 4 points en Amérique du Nord et 16 points en Amérique du Sud. Au niveau mondial, la surperformance s'élève à 6 points, en léger repli par rapport au second semestre 2019 (+8 points) compte tenu d'un mix géographique défavorable dans un contexte de crise sanitaire.
En Chine, après un très faible niveau d'activité en février, le chiffre d'affaires s'est fortement rétabli depuis mars. Le Groupe s'attend à ce que son activité reste soutenue durant le 3ème trimestre 2020. En Amérique du Nord, après un très faible niveau d'activité en avril et en mai, les usines ont repris leur activité à partir de fin mai. Le Groupe s'attend à ce que son activité reste soutenue durant la période estivale notamment en juillet, mois durant lequel les constructeurs automobiles ont décidé d'annuler leurs congés d'été. En Europe, après un chiffre d'affaires très faible de mi-mars à mi-mai, le retour au niveau d'activité de 2019 est plus lent et progressif qu'en Chine et en Amérique du Nord. En Corée du Sud et au Japon, la production automobile est fortement impactée par la baisse du niveau des exportations compte tenu du contexte sanitaire. Au Brésil et en Inde, où la situation économique demeure très fragile, le redressement de l'activité est annoncé très lent.
Au second semestre, la surperformance du Groupe sera soutenue grâce à la forte croissance des activités " 48V " du Pôle Propulsion et " caméra frontale " du Pôle Confort et Aide à la Conduite.
Le montant des nouvelles prises de commandes s'élève à 5,6 milliards d'euros. Les prises de commandes du semestre ont été négativement affectées par le gel des appels d'offres de nos clients du fait des perturbations créées par la crise sanitaire.
Compte tenu de la chute brutale de l'activité sur le 2ème trimestre, Valeo a mené une étude approfondie de la valeur de ses actifs au regard de scénarios de production sensiblement revus à la baisse. Sur la période, le Groupe a ainsi comptabilisé des charges non récurrentes pour un montant de 622 millions d'euros dont près de 400 ME de dépréciation d'actifs opérationnels notamment liés aux activités brésiliennes du Groupe, aux activités diesel et aux dépenses de 'R&D' capitalisées pour un certain nombre de projets.
La marge opérationnelle du semestre est négative de 840 ME, affectée par des charges non récurrentes à hauteur de 457 millions d'euros. Le résultat net part du Groupe s'élève à - 1,215 milliards d'euros, il prend en compte les éléments non récurrents pour un montant total de 622 millions d'euros.
Valeo a négocié pour 1,1 milliard d'euros de lignes de crédit supplémentaires avec ses principales banques. Le Groupe dispose donc, à ce jour, de 2,3 milliards d'euros de lignes de crédit non tirées. Cette position de liquidité est renforcée par l'absence de remboursement de financement avant juin 2021.
Dans un scénario de baisse de la production mondiale automobile de 10 % au deuxième semestre 2020, Valeo table sur un EBITDA à environ 10 % du chiffre d'affaires et un cash flow libre supérieur à 400 millions d'euros. Des charges de restructuration additionnelles comprises entre 50 et 100 millions d'euros sont prévues pour accélérer la réduction structurelle des coûts.

Guerbet : -3% suivi de Voluntis

Theradiag (-2%) a réalisé un chiffre d'affaires semestriel de 4,9 millions d'euros contre 5 millions au 1er semestre 2019. L'activité Théranostic enregistre un nouveau semestre de forte croissance à +16,5%, portée majoritairement par les ventes de kits LISA TRACKER en routine, dont les ventes ont dépassé les 2,4 millions d'euros au 1er semestre 2020 (2 millions au 30 juin 2019). Comme depuis plusieurs semestres maintenant, le Théranostic constitue l'activité récurrente de la société lui générant une visibilité renforcée.

Vivendi : -1% avec GTT, Safran, L'Oreal, Ubisoft

Vogo (-0,5%) Sur les 6 premiers mois de l'exercice 2020, le chiffre d'affaires de Vogo ressort à 2,3 ME, en progression de 216% par rapport au premier semestre 2019.
Cette croissance est portée par l'intégration de l'activité Vokkero, acquisition réalisée fin octobre 2019, dont la contribution au chiffre d'affaires s'est élevée à 1,7 ME sur le premier semestre 2020.
Malgré une solide dynamique de croissance organique sur les premiers mois de l'exercice 2020, le chiffre d'affaires de Vogo à périmètre constant ressort en repli de 24%.
Cette évolution traduit l'impact attendu de la crise sanitaire sur l'activité du semestre marqué par l'annulation et le report de l'ensemble des grands évènements sportifs nationaux et internationaux.

Kering : -0,5% suivi de Sodexo, Airbus, Coface, Lvmh et Bolloré

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !