Cotation du 14/01/2022 à 18h05 CAC 40 -0,81% 7 143,00
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : le CAC40 remonte de 0,5%

Ouverture Paris : le CAC40 remonte de 0,5%
Ouverture Paris : le CAC40 remonte de 0,5%
Crédit photo © Benoît Tessier / Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La semaine se termine plus fermement, en hausse de 0,5% ce vendredi à 6.830 pts, dans un marché qui reste à l'écoute des nouvelles de la pandémie de Covid-19 et des indices d'inflation. La séance sera surtout marquée par les chiffres du chômage US de novembre cet après-midi... Le consensus de marché est logé à 543.000 créations de postes et à 4,5% pour le taux de chômage, contre 4,6% en octobre.

WALL STREET

La Bourse de New York est repartie de l'avant jeudi soir, les investisseurs profitant de la purge des derniers jours pour se replacer prudemment sur les actions, malgré la double crainte du variant Omicron et d'un durcissement de politique monétaire de la Fed en 2022. Apple (-0,6%) a réduit ses pertes en clôture après une chute de 4% en début de journée, sur fond de doutes sur la demande d'iPhone 13. Boeing, malmené récemment, a rebondi de 7,5%. Le pétrole s'est finalement orienté en hausse, malgré la décision surprise de l'Opep+ de poursuivre ses hausses de production en janvier...
A la clôture, le Dow Jones a regagné 1,82% à 34.639 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 1,42% à 4.577 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a repris 0,83% à 15.381 pts. La cote a été soutenue par l'ensemble des 11 indices sectoriels du S&P 500, à commencer par les financières (+2,8%), l'industrie (+2,8%), l'immobilier (+2,8%) et l'énergie (+2,6%).

ECO ET DEVISES

Le baril de brut léger américain WTI s'est avancé de 1,4% à 66,50$, tandis que le Brent de Mer du nord pointe ce matin à 71$. L'Opep+ a décidé jeudi de continuer d'augmenter sa production en janvier , de 400.000 barils par jour, malgré la menace du variant Omicron. Le cartel se laisse cependant le droit de réajuster son offre si la situation sanitaire évolue avant sa prochaine réunion mensuelle prévue le 4 janvier.
Les investisseurs estiment que ces décisions réduisent le risque que le marché souffre d'excès d'offre. En outre, les Etats-Unis devraient retarder leurs projets de libérer des réserves stratégiques de brut, étant donné le récent plongeon de plus de 20% des cours ces derniers jours face à la crainte du variant Omicron.

L'once d'or consolide à 1.770$, au plus bas depuis 7 semaines. Le bitcoin est stable autour de 56.945$. L'euro pointe sur les 1,13/$.

VALEURS EN HAUSSE
Adthink (+22%). Le spécialiste français du smart digital advertising et Atayen, éditeur américain d'applications marketing, forment un partenariat stratégique pour monétiser les réseaux sociaux grâce à la blockchain. A cette occasion, Adthink a acquis le premier NFT Agency Early Adopter, limité à cinq exemplaires, permettant d'exploiter les fonctionnalités SaTT exclusivement réservées aux agences de publicité.
Adthink va proposer aux marques de profiter de bassins d'influenceurs sur les réseaux sociaux tels que Twitter, YouTube, Facebook et Instagram pour diffuser leurs messages.
Avec le jeton cryptographique SaTT (Smart Advertising Transaction Token), Adthink et Atayen souhaitent combler le fossé entre les créateurs de contenus sur les réseaux sociaux et les annonceurs. Adossée au token SaTT, la plateforme applicative décentralisée (DApp) SaTT permet à quiconque de monétiser sa présence sur les réseaux sociaux et d'être rémunéré grâce à un smart contract, ou contrat intelligent, selon les performances de ses publications.

Solutions 30 (+7%) et ses banques retrouvent dès aujourd'hui un mode de collaboration usuel. Cette décision intervient dans le cadre de la procédure de conciliation et fait suite à la publication du rapport financier semestriel du Groupe contenant le rapport du réviseur d'entreprises sur les états financiers semestriels.
Solutions 30 tient à remercier ses banques qui, tout au long de cette période, ont maintenu leur confiance et leur soutien au Groupe.

Drone Volt (+5%) a annoncé la signature d'un nouveau contrat portant sur la distribution de 275 drones HERCULES 20 SPRAY " à un acteur industriel de premier plan situé en Europe centrale ". Ce contrat s'étalera sur les 3 prochaines années, ce qui pourrait générer jusqu'à 5 millions d'euros de revenus sur la base du prix catalogue de la solution. Sur les 12 premiers mois du contrat, 50 drones devraient être déjà livrés.
Drone Volt précise que ce contrat lui permet de sécuriser son activité commerciale sur plusieurs années dans la région d'Europe centrale et représente une opportunité de s'associer directement avec un acteur industriel déjà bien établi dans la région et disposant d'une bonne maitrise du processus de fabrication du système spray, ce qui facilitera l'exécution du contrat. Drone Volt pourrait par ailleurs mettre en place un accord de licence portant sur la production du drone HERCULES 20 SPRAY par cet industriel qui dispose déjà d'une ligne d'assemblage de drones.
Il est précisé que le contrat signé le 8 février 2021 qui portait sur la livraison d'un minimum de 275 drones HERCULES 20 SPRAY à un distributeur situé dans la même région a pris fin et ne se cumulera pas avec le nouveau contrat.

Catana : +4% avec Erytech, Genomic Vision et Dassault Aviation en vue de la signature d'un gros contrat Rafale aux Emirats

Aramis : +3% suivi de Stedim, Rexel

CGG : +2% avec Nokia, Dior, Burelle, Navya

Plastivaloire : +2% avec TechnipFMC, Veolia, Sopra Steria

EDF : +1,5% avec Virbac, Vivendi, Nexans, Kering et LVMH

Capgemini : +1% suivi de Publicis, Elior, TechnipEnergies, Mersen

Pernod Ricard (+0,5%) a finalisé, le 2 décembre, la cession d'une participation majoritaire dans Société des Produits d'Armagnac (SPA) à Cloudsweeper GmbH, une entité détenue à 100% par l'entrepreneur Alexander Stein.
Fondée en 1930 et basée à Eauze (dans le Sud-ouest), considérée comme la capitale de l'armagnac, SPA, propriétaire des marques Marquis de Montesquiou et Comte de Lauvia, est implantée sur les principaux marchés de l'armagnac tels que la France, le Royaume-Uni, la Russie ou les Etats-Unis et dispose d'un stock exceptionnel de vieilles eaux-de-vie.

VALEURS EN BAISSE

Valneva (-4%) a confirmé que l'Agence européenne des médicaments (EMA) a commencé la revue progressive du dossier d'enregistrement de VLA2001, son candidat vaccin à virus entier, inactivé et adjuvanté contre la COVID-19. Valneva demeure déterminée à obtenir les autorisations réglementaires pour VLA2001 suite aux résultats positifs de son essai de Phase 3.
La société poursuit la soumission de son dossier au Royaume-Uni (auprès de la MHRA), y compris la vérification de l'intégrité des données cliniques de Phase 3 (requise avant de finaliser la soumission), comme indiqué précédemment.
Les autorisations réglementaires potentielles sont attendues au cours du 1er trimestre 2022.

Bureau Veritas (-3%) tient aujourd'hui sa Journée Investisseurs au cours de laquelle Didier Michaud-Daniel, Directeur Général, François Chabas, Vice-Président exécutif en charge de la Finance, Eduardo Camargo, Vice-Président exécutif en charge du Développement commercial et de la Transformation, Ségolène de Rose, Vice-Présidente Senior en charge de la Stratégie et des Fusions-Acquisitions, et Helen Bradley, Vice-Présidente Exécutive en charge des Ressources Humaines, présenteront la stratégie 2025 du Groupe et ses ambitions financières.

Innate : -3,5% suivi de Orapi

Orange : -1,5% avec Amundi et Savencia

LDLC (-1,5%) fait état d'un chiffre d'affaires record au 1er semestre 2021-2022 à 333,5 ME à +6,1% en publié et +5,3% à périmètre constant. La marge brute est en hausse de 12% pour atteindre 76,9 ME au 1ersemestre 2021-2022. Cette progression traduit d'une part la croissance de l'activité mais également le maintien du taux de marge brute à un niveau record observé sur l'ensemble de l'exercice 2020-2021.
En effet, le taux de marge brute s'établit à 23,1% sur le semestre avec une dynamique de marché favorable.
LDLC rappelle le caractère hors norme de la marge brute du 1er semestre et réitère sa vision d'une marge brute normative à 21,5% à moyen terme. L'excédent brut d'exploitation atteint 30,7 ME au 1er semestre 2021-2022, soit une hausse de 20% par rapport à la même période l'an passé. Cette amélioration de la rentabilité opérationnelle, avec une marge d'EBE de 9,2% contre 8,1% s'explique par la progression de la marge brute et une croissance des charges d'exploitation à un rythme plus modéré.
Le résultat net du 1er semestre 2021-2022 atteint 18,3 ME, soit une augmentation de 26% par rapport aux 14,6 ME enregistrés sur la même période de l'exercice précédent.
Dans un contexte d'approvisionnement plus contraint, LDLC a fait le choix de mobiliser une partie de la trésorerie disponible pour optimiser la gestion de ses approvisionnements et de ses stocks, afin de pouvoir répondre au mieux à la demande des consommateurs à l'approche de la fin d'année. Ce choix a généré une augmentation du Besoin en Fonds de Roulement de 37,1 ME sur la période. Après prise en compte de cet effort, la trésorerie nette reste positive et s'élève à 14,6 ME contre 31,3 ME au 31 mars 2021.
LDLC a décidé le versement d'un acompte sur dividende, à titre ordinaire, de 0,80 Euro par action au titre de l'exercice 2021-2022.
LDLC ne disposera pas, sur le trimestre de Noël, d'autant de cartes graphiques que sur l'exercice précédent avec une baisse de l'ordre de -35%.
En conséquence, LDLC anticipe désormais un chiffre d'affaires d'environ 750 ME vs. 750/800 ME pour l'exercice 2021-2022.
Avec des marges redevenues plus normatives, LDLC attend, malgré les bonnes performances du 1er semestre, un excédent brut d'exploitation proche de 70 ME sur l'année.

Groupe Gorgé (+1%). A travers sa filiale Prodways Group, spécialiste de l'impression 3D et de la fabrication digitale, a annoncé avoir remporté un projet industriel majeur avec plusieurs commandes d'imprimantes 3D et de matières associées auprès d'un leader mondial de la distribution de produits médicaux et dentaires.
Cette nouvelle commande majeure de machines et de matières permettra de produire environ un million de gouttières orthodontiques par an. Le client, un groupe international basé aux Etats-Unis, est l'un des leaders mondiaux de la distribution de produits médicaux et dentaires réalisant plusieurs milliards de revenus dans ce domaine.

Manutan (stable) a dégagé sur son exercice 2020-2021 un résultat opérationnel de 59,3 ME, en hausse de 6,6%. Le bénéfice net ressort à 42,3 ME, en hausse de 13,6%. La marge nette s'établit à 5,2% du chiffre d'affaires contre 4,8% l'exercice précédent. Il sera proposé à l'Assemblée Générale un dividende de 1,65 euro.
Durant l'exercice, le chiffre d'affaires avait atteint un montant record de 819,9 millions d'euros contre 779,7 millions d'euros l'exercice précédent, soit une hausse de +5,2%.
Manutan confirme que sa structure financière solide et son niveau de trésorerie lui permettent de financer son activité et ses investissements dans le contexte économique et sanitaire actuel. Le Groupe dispose ainsi d'une trésorerie de 111 millions d'euros et son endettement financier (incluant l'impact de l'application de la norme IFRS16 sur les dettes locatives) ne représente que 7% du total du bilan au 30 septembre 2021.

©2021-2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !