Cotation du 11/12/2018 à 11h16 CAC 40 +1,41% 4 809,47
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : le CAC40 malmené, la Turquie inquiète

Ouverture Paris : le CAC40 malmené, la Turquie inquiète
Ouverture Paris : le CAC40 malmené, la Turquie inquiète
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La prochaine crise trouvera-t-elle son origine en Turquie? Il est sans doute encore un peu tôt pour le dire mais il est clair que l'état de santé de l'économie turque, et notamment la dégringolade de la devise nationale, provoque de fortes tensions sur les marchés financiers en cette fin de semaine. A Paris, le CAC40 abandonne 0,82% à 5.457 points après une demi-heure d'échanges. Les opérateurs commencent à craindre une contagion des problèmes de la Turquie au Vieux continent, l'exposition de certains établissements financiers à la livre étant même surveillée de très près par la BCE, selon le Financial Times. Les banques européennes et l'euro font les frais de ces inquiétudes ce matin. Plus globalement, les tensions commerciales et diplomatiques entre les Etats-Unis et plusieurs de ses grands partenaires n'incitent guère les investisseurs à la prise de risques en cette période estivale.

Coté entreprises, l'actualité reste très limitée. Soutenus par des notes d'analystes, Renault et Sanofi se distinguent en tête du CAC40. A l'inverse, les banques sont logiquement chahutées.

ECO ET DEVISES

La production industrielle a rebondi de 0,6% en juin en France après avoir reculé de 0,2% le mois précédent. En glissement annuel, la production affiche une hausse de 1,7% contre +1,4% de consensus.

Le PIB et la production manufacturière britanniques sont à suivre en matinée.

Aux Etats-Unis, l'indice des prix à la consommation (14h30) et la balance budgétaire (20h) sont au programme.

L'euro perd 0,6% à 1,146$ entre banques, tandis que le baril de Brent rend 0,8% à 71,5$. L'or pointe à 1.215$ l'once.

VALEURS EN HAUSSE

* Renault (+1,1% à 73,7 euros). Le titre du constructeur automobile bénéfice d'un soutien de poids dans la mesure où Morgan Stanley est passé de 'pondération en ligne' à 'surpondérer' sur la valeur en visant 88 euros. Le broker explique que la valorisation de la société a fortement chuté en raison des espoirs déçus d'une fusion avec Nissan et des craintes grandissantes liées aux marchés émergents et à la croissance mondiale.

* Sanofi (+0,9% à 73,8 euros). Le laboratoire est soutenu par une note de Citigroup qui a relevé à 'acheter' sa recommandation sur le dossier avec un objectif de cours de 93 euros.

VALEURS EN BAISSE

* Bénéteau (-2,9% à 13,5 euros). Le groupe pourrait reprendre le chantier allemand Bavaria, actuel numéro 2 européen du nautisme (généraliste), placé en redressement judiciaire depuis avril. Bavaria a réalisé en 2016 un CA de 112,3 ME pour une perte nette de -31,7 ME.

* Natixis (-2,2% à 6,02 euros). Alors que le secteur bancaire dans son ensemble est sous pression avec la Turquie, Deutsche Bank a dégradé la valeur d''achat' à 'conserver'. UBS a enfoncé le clou en réduisant pour sa part son objectif de cours, tout en conservant un avis neutre.

* Engie (-0,8% à 13,2 euros). La filiale brésilienne du groupe réfléchit à une offre sur l'entreprise locale de production d'électricité Companhia Energética de Sao Paulo (CESP), a rapporté à des analystes un dirigeant du groupe français de services aux collectivités, selon l'agence Reuters. Eduardo Sattamini, DG d'Engie Brasil Energia, a précisé que l'entreprise passait actuellement CESP en revue, ajoutant que c'était un "actif intéressant". A la clôture de la bourse jeudi soir, CESP valait 5,26 milliards de reais, soit 1,2 milliard d'euros et Engie Brasil Energia 23,9 milliards de reais.

* Eutelsat (-0,6% à 20,7 euros). L'opérateur satellites a annoncé la vente de sa part dans le satellite Eutelsat 25B à son copropriétaire, Es'hailSat, pour 135 millions d'euros. La cession de cet actif non-stratégique par Eutelsat s'inscrit dans sa stratégie d'optimisation de son portefeuille d'activités, conformément à une politique plus générale visant à maximiser la génération de trésorerie, commente le groupe.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com