Cotation du 18/01/2019 à 18h05 CAC 40 +1,70% 4 875,93
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : le CAC40 maintient le cap de la hausse!

Ouverture Paris : le CAC40 maintient le cap de la hausse!
Ouverture Paris : le CAC40 maintient le cap de la hausse!
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40, qui a repris 3,52% lors des deux dernières séances, voit l'amplitude du rebond s'essouffler, il progresse néanmoins de 0,35% à l'approche de 9h30, à 4.920 points. Le seuil des 4.900 points est donc bien consolidé à ce stade...

Même si le sort du Brexit est loin d'être connu, les marchés voient dans le vote d'hier soir, inespéré, un motif de soutien... Theresa May a obtenu la confiance de 200 députés et sauvé sa tête hier lors du vote de confiance."Dans la foulée de ce scrutin, nous devons continuer de travailler pour réussir le Brexit pour le peuple britannique et bâtir un avenir meilleur pour ce pays", a réagi la Première ministre après l'annonce du résultat du vote. Une chose est sûre : l'incertitude va continuer à dominer concernant cette sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et le Marché va continuer à spéculer sur ses conséquences néfastes sur la croissance économique en zone Euro.

Sur le front de la guerre commerciale, on enregistre aussi des améliorations, mais les marchés se demandent s'il ne s'agirait pas seulement d'un feu de paille étant donné la faiblesse des mesures. Elles n'en demeurent pas moins symboliques : la Chine a ainsi repris ses achats de soja américain, pour un montant estimé à 180 millions de dollars. Il s'agit du premier achat important depuis la trêve commerciale conclu le 1er décembre entre Donald Trump et Xi Jinping. La Chine semble disposée à faire avancer les tractations avec les Etats-Unis, le Conseil d'Etat ayant adressé mercredi de nouvelles directives aux autorités locales dans lesquelles il ne fait plus mention du programme industriel "Made in China 2025", qui indispose depuis longtemps les Etats-Unis.

Outre les gains des deux dernières séances qui incitent à la prudence, les marchés vont guetter la dernière réunion de l'année de la Banque centrale européenne qui devrait confirmer l'arrêt définitif à la fin du mois de ses achats de titres sur les marchés et ne pas toucher à ses taux. La Banque centrale européenne risque d'aborder la prochaine récession économique dans une situation très inconfortable car sans munition. Nouveau sujet d'inquiétude...

WALL STREET

Wall Street continue à fluctuer au gré des interventions, souvent contradictoires, du président américain Donald Trump. Les principaux indices boursiers américains ont fini en hausse mercredi, mais il ne sont pas parvenus à conserver leurs plus hauts niveaux de la séance. Donald Trump a donné le "la" en se montrant plutôt optimiste sur la conclusion d'un accord commercial global avec la Chine d'ici à la fin mars. Il a aussi calmé le jeu dans le dossier Huawei. De son côté, la Chine s'apprête à abaisser les taxes sur les importations de voitures des Etats-Unis, un signe de bonne volonté. Ces perspectives plutôt rassurantes ont contribué à un rebond des actions, qui demande toutefois à être confirmé par d'autres nouvelles positives.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,64% à 24.527 points, après un bond de 1,7% en séance. L'indice large S&P 500 a pris 0,54% à 2.651 pts, et l'indice Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a progressé de 0,95% à 7.098 pts. A l'étranger, le Nikkei a bondi mercredi matin de 2,1% à Tokyo, puis en Europe, l'Euro Stoxx 50 a pris 1,7% et à Paris, le CAC 40 a gagné 2,1%.

ECO ET DEVISES

La hausse de l'indice des prix à la consommation harmonisé aux normes européennes (IPCH) a été confirmée à 2,2% en novembre en Allemagne en variation annuelle, a annoncé jeudi l'Office fédéral de la statistique.

L'inflation a bel et bien ralenti en France en novembre. Selon les données de l'Insee, les prix à la consommation ont augmenté de 1,9% sur un an, après +2,2% en octobre. Cette baisse de l'inflation provient d'un ralentissement, sur un an, des prix de l'énergie, des services, de l'alimentation, et du tabac, à peine atténué par un moindre recul des prix des produits manufacturés. En séquentiel, les prix affichent un repli de 0,2% après une hausse de 0,1% le mois précédent.

Etats-Unis :
- Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
- Prix à l'import et à l'export. (14h30)

Europe :
- Annonce du principal taux de refinancement - BCE. (13h45)
- Conférence de presse de la BCE. (14h30)

La parité euro / dollar atteint 1,1375$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 60,37$. L'once d'or se traite 1.245$.

VALEURS EN HAUSSE

Renault (+1,30% à 57,03 Euros) : Nissan veut rapatrier plus d'un milliard de dollars des bénéfices de sa filiale chinoise, signe que le constructeur japonais cherche à renforcer sa puissance financière face à son partenaire Renault, rapporte jeudi Bloomberg.

TechnipFMC (+1,90% à 19,26 Euros) : TechnipFMC a présenté mercredi ses prévisions financières pour 2019 et annoncé un nouveau programme de rachats d'actions de 300 millions de dollars (264 millions d'euros). Le groupe parapétrolier franco-américain, dont la capitalisation boursière a fondu de près de 27% depuis le début de l'année pour revenir sous 8,5 milliards d'euros, table pour 2019 sur un chiffre d'affaires de 5,4 à 5,7 milliards de dollars pour sa division "Subsea", 5,7 à 6,0 milliards pour la branche "Onshore/Offshore" et 1,7 à 1,8 milliard pour les activités "Surface Technologies". Sa marge brute d'exploitation (marge d'Ebitda) devrait atteindre au moins 11% dans le "Subsea", au moins 12% pour "Onshore/Offshore" et au moins 17% pour "Surface Technologies", précise-t-il.

Nexans (+0,05% à 26,07 Euros) a signé une ouverture de crédit syndiqué d'un montant de 600 millions d'euros avec 11 banques proches pour une durée de 5 ans prolongeant ainsi son horizon d'accès à la liquidité jusqu'en 2023.

Manutan (+3,40% à 60,60 Euros) : Le résultat net est en hausse de 5,4% par rapport à l'exercice précédent à 41 ME. Il s'établit à 5,6% du chiffre d'affaires contre 5,5% pour l'exercice précédent.

VALEURS EN BAISSE

Pernod Ricard (-0,10% à 148,60 Euros) : Alexandre Ricard, PDG de Pernod Ricard, défend dans une interview au Financial Times de jeudi la stratégie de création de valeur sur le long terme du groupe de spiritueux face aux critiques du fonds activiste Elliott. Pernod Ricard a déjà engagé des réductions de coûts dans le cadre d'un plan d'efficacité et réinvestira la moitié du fruit de ces économies dans les "marques prioritaires", déclare-t-il dans le FT.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com