Cotation du 20/01/2021 à 18h05 CAC 40 +0,53% 5 628,44
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : le CAC40 franchit les 5.600 pts

Ouverture Paris : le CAC40 franchit les 5.600 pts
Ouverture Paris : le CAC40 franchit les 5.600 pts
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La tendance reste favorable en cette dernière semaine de l'année sur les marchés financiers, à commencer par le CAC40 qui franchit les 5.600 pts ce mardi matin, en hausse de 0,4% à 5.608 pts. Il est vrai que les dernières nouvelles vont toutes ou presque dans le bon sens : début de la vaccination de masse dans le monde, accord post-Brexit, validation du nouveau plan de relance budgétaire américain. D'ailleurs, la Bourse de New York a fini sur de nouveaux sommets historiques lundi soir, dans un volume d'échanges toutefois assez léger à quelques jours de la fin de l'année 2020. Les marchés ont surtout salué la ratification par Donald Trump du nouveau plan de soutien budgétaire de près de 900 milliards de dollars, que le président américain avait menacé de bloquer... Cette nuit, la chambre des représentants a voté en faveur d'un dispositif d'aide directe relevé à l'attention des ménages américains de 600 à 2.000$, mais le Sénat devrait cependant retoquer. A suivre...
Hier, les marchés européens ont aussi fini en hausse, soulagés par l'accord sur le Brexit et le début de la campagne de vaccination contre le coronavirus dans l'Union européenne.
Ce matin, l'euphorie gagne même Tokyo : L'indice Nikkei de la Bourse japonaise a atteint son plus haut niveau depuis 30 ans, dopé par l'espoir d'une reprise économique avec la ratification du plan de relance économique américain pour lutter contre les effets de la pandémie de COVID-19. L'indice Nikkei a grimpé de 2,66% à 27.568,15 points et le Topix, plus large, a pris 1,75% à 1.819,33 points.

ECO ET DEVISES

Les marchés ont aussi été soulagés dans leur ensemble par l'accord de dernière minute intervenu sur le Brexit, ainsi que par l'adoption définitive du nouveau plan budgétaire américain de 892 Mds$. Le texte a été voté par le Congrès le 22 décembre, mais le président Trump avait tout d'abord refusé de le ratifier, en exigeant que l'aide directe aux ménages américains soit augmentée de 600$ à 2.000$...
Sous la pression de son propre camp républicain, le président américain a finalement ratifié le texte, permettant notamment de rétablir les indemnités de chômage de millions d'Américains. Donald Trump a aussi évité la fermeture des administrations fédérales, en signant la loi de financement de l'Etat fédéral pour 2021, d'un montant de 1.400 Mds$, permettant d'éviter un "shutdown".

Cette partie de poker politique se déroule avec pour toile de fond une bataille décisive pour le contrôle du prochain Sénat américain. En effet, les deux derniers sénateurs doivent être élus lors d'un second tour prévu le 5 janvier prochain en Géorgie, aucun candidat n'ayant obtenu la majorité au 1er tour du 3 novembre. L'enjeu est de taille, car si ces deux sièges étaient remportés par les Démocrates, le Sénat serait partagé à 50/50 sièges entre les deux partis, et basculerait de facto dans le camp démocrate, car il reviendrait alors à la vice-présidente (la Démocrate Kamala Harris) d'apporter une voix prépondérante lors du vote des lois...
Un tel scénario aurait des implications importantes pour les marchés financiers, en donnant plus de latitude à Joe Biden pour faire passer des mesures jugées "de gauche" (hausses d'impôts, hausse des taxes sur les plus-values, réglementations accrues...) Cependant, les sondages et les experts penchent pour le moment pour une victoire républicaine pour au moins un des deux sièges de Géorgie, ce qui permettrait aux Républicains de conserver de justesse leur avantage à la chambre haute, avec au moins 51 sièges contre 49.

Les cours du pétrole se sont repliés lundi face à l'inquiétude à court terme sur l'évolution de la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis et en Europe qui continue de progresser... Le pétrole brut léger américain WTI a cédé 1,3% à 47,80$ le baril pour le contrat à terme de février sur le Nymex, tandis que le Brent de la Mer du Nord d'échéance février est revenu à 51$. L'or recule légèrement aussi à 1.875$ l'once.
Le dollar se stabilise après sa récente chute, qui l'a amené au plus bas depuis mars 2018. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence, cote 90,30 points, tandis que l'euro est lui aussi inchangé à 1,2230$. Sur le marché des emprunts d'Etat américains, le rendement du T-Bond à 10 ans a fini sans changement à 0,92%.

VALEURS EN HAUSSE

Prismaflex (+7%) a annoncé avoir finalisé un accord d'association au capital de sa filiale Anthem Displays avec la société américaine Circle Graphics Inc, un imprimeur numérique de référence aux USA, présent à la fois sur les marchés de la décoration en ligne et de l'affichage extérieur, appartenant au Groupe H.I.G. Capital.
À l'issue des opérations de cession et d'augmentation de capital (en numéraire et par incorporation de comptes courants) visant à renforcer les fonds propres et la trésorerie d'Anthem Displays, Circle Graphics devient l'actionnaire majoritaire, Prismaflex USA, filiale du Groupe Prismaflex, conservant une participation de 28,91%.
Cet adossement va permettre à Anthem Displays de disposer de ressources financières supplémentaires pour poursuivre ses investissements et de développer des synergies commerciales avec Circle Graphics sur le marché américain en croissance de l'affichage digital extérieur.
Avec cette opération, Circle Graphics complète pour sa part son offre et son portefeuille de produits "made in America" et pourra s'appuyer, au sein d'Anthem Displays, sur le savoir faire du Groupe Prismaflex concernant la conception et la fabrication de panneaux numériques LED. Anthem Displays (CA de 7,2 ME en perte opérationnelle de 47 KE en 2019-2020) sera en conséquence consolidée par mise en équivalence au sein du Groupe Prismaflex.

Voluntis : +4% suivi de Synergie (+3%)

Air France KLM : +2,5% avec Cegedim, Accor, Icade, Ubisoft

BioMerieux : +2% avec Gl Events, Worldline

JC Decaux : +1% suivi de 2CRSI, Transgene, SoiTec, Coface, LVMH et Hermes

VALEURS EN BAISSE

AB Science : -5% suivi de Geci, Manitou et McPhy (-4%)

Lysogène : -2% avec Balyo, Vallourec et Derichebourg

TechnipFMC : -1,5% avec CGG, Natixis, Capgemini, Mersen

AKKA (-1,5%) a lancé une procédure d'information consultation des instances représentatives du personnel en France qui devrait déboucher sur la mise en oeuvre d'un plan de restructuration adapté à la charge actuelle de la société dans un secteur Aéronautique où la reprise ne se matérialise pas.
A ce stade les discussions avec les partenaires sociaux portent sur la suppression d'environ 900 postes, principalement dans la région Occitanie.
Toutefois, le Groupe continue en parallèle de tout mettre en oeuvre pour trouver des solutions à la sévérité de la crise actuelle dans ce secteur et sauvegarder ainsi un maximum d'emplois. Ainsi le plan ambitieux de formation dans le domaine du digital, dit plan d'upskilling, lancé au mois de septembre a ainsi d'ores et déjà permis de former 450 personnes en France, et de pérenniser ainsi autant d'emplois. AKKA continue de travailler sur un certain nombre de projets innovants, actuellement en phase de définition, qui pourraient permettre de sauvegarder une centaine d'emplois supplémentaires s'ils venaient à aboutir.
Les diverses démarches qu'AKKA entreprend visent à maintenir dans l'emploi un maximum de compétences et savoir-faire et à les repositionner sur des offres à plus forte valeur ajoutée, comme le Groupe l'a fait en Allemagne. En effet, le plan social mis en oeuvre en Allemagne a finalement conduit à 800 suppressions de postes, tandis que 450 personnes ont bénéficié du plan de formation, alors que 1.250 suppressions de postes avaient initialement été envisagées.
La décision de mettre en oeuvre ce plan de sauvegarde de l'emploi ayant été prise en 2020, les coûts de restructuration associés seront comptabilisés dans les comptes annuels 2020. Le nombre de suppressions de postes n'étant pas précisément défini et les discussions avec les partenaires sociaux n'étant pas finalisées, il est à ce stade prématuré d'estimer le montant de ces coûts non récurrents. Ce montant sera défini sur la base des dernières informations disponibles au moment de l'arrêté des comptes annuels qui seront publiés le 17 mars 2021.

Alstom : -1% suivi de Colas, SG

Total : -0,5% avec Nexans, ADP

Réalités (-0,5%) a annoncé aujourd'hui le lancement d'une augmentation de capital en numéraire avec suppression du droit préférentiel de souscription au profit d'une catégorie de personnes, d'un montant de 4.875.000 euros. Les actions nouvelles feront l'objet d'une demande d'admission sur le marché Euronext Growth à Paris auprès d'Euronext.
L'Opération s'inscrit dans un contexte global d'entrée de managers au capital, fédérés au sein de la Manco "GRAND R", société par actions simplifiée immatriculée au RCS de NANTES sous le numéro 891.718.488 RCS, avec le soutien de la BANQUE PALATINE, étant précisé que la société DOGE INVEST, associé fondateur de REALITES, détient une participation minoritaire, notamment à des fins de portage, au sein de GRAND R.

Europlasma (-0,5%) Comme annoncé par communiqué du 13 novembre 2020, un contrat d'émission d'obligations convertibles en actions nouvelles à émettre ("OCA") a été conclu entre la société Europlasma S.A. et le fonds Global Tech Opportunities 1 en date du 12 novembre 2020. Dans ce cadre, l'Assemblée générale extraordinaire du 28 décembre 2020 a, dans sa première résolution, délégué au Conseil d'administration d'Europlasma sa compétence à l'effet de décider de l'émission de 650 OCA, avec suppression du droit préférentiel de souscription des actionnaires au profit de Global Tech.

©2020-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !