Cotation du 16/11/2018 à 18h05 CAC 40 -0,17% 5 025,20
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : le CAC40 à l'assaut des 5.500 points ?

Ouverture Paris : le CAC40 à l'assaut des 5.500 points ?
Ouverture Paris : le CAC40 à l'assaut des 5.500 points ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 ne parvient pas à suivre le Nasdaq américain qui a signé hier un record historique à 7.606 points. L'indice parisien, qui a ouvert sur une note légèrement négative, semble se hisser en direction des 5.500 points à l'approche de 9h30, à 5.483 points (+0,15%). Les investisseurs rassurés après les inquiétudes de début de semaine passée, demeurent toutefois à la recherche d'un véritable catalyseurs à la hausse, capable de porter l'indice parisien au-delà des 5.500 points.

L'appétence pour le risque, en Europe et à Paris, est rendue possible avec le maintien du baril de pétrole autour de 75$, le "10 ans" américain sous les 3% et l'apaisement de la crise politique en Italie où le gouvernement prend petit à petit ses marques et où des propos rassurants ont été tenus à propos de l'Euro. A Paris où de nombreuses valeurs dépendent du Dollars, le marché peut en outre se féliciter d'un Euro toujours faible sous le niveau de 1,17$, même si la monnaie unique a bien rebondi depuis son passage autour de 1,15$ il y a quelques jours.

La tendance pourrait évoluer en séance avec la publication des résultats définitifs des enquêtes PMI auprès des directeurs d'achats du secteur des services. A suivre, alors que plusieurs indicateurs ont montré quelques faiblesses depuis le 1er janvier pour la zone Euro. Aux Etats-Unis, l'indice ISM des services sera publié cet après-midi.

WALL STREET

La semaine a commencé sur une note d'optimisme à Wall Street, où les investisseurs ont continué de saluer la publication, vendredi, de chiffres de l'emploi remarquablement solides en mai. Le taux de chômage est retombé à 3,8%, son plus bas niveau depuis près de... 50 ans, tandis que l'activité économique a été très dynamique. Les craintes de guerre commerciales sont passées au second plan, en attendant le sommet du G7 vendredi et samedi au Canada, qui s'annonce pourtant tendu.

A la clôture, l'indice Dow Jones a progressé lundi de 0,72% à 24.813 pts, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,45% à 2.746 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a grimpé de 0,69% 7.606 pts, franchissant ainsi son précédent record historique inscrit le 12 mars dernier.

ECO ET DEVISES

France :
- PMI final des services en France. (09h50)

Etats-Unis :
- Indice PMI des services américains. (15h45)
- ISM des services américains. (16h00)
- Rapport JOLTS sur les ouvertures de postes. (16h00)

Europe :
- Chômage en Espagne. (09h00)
- PMI italien des services. (09h45)
- PMI allemand final des services. (09h55)
- PMI européen final des services. (10h00)
- Ventes de détail en Europe. (11h00)

La parité euro / dollar atteint 1,1695$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 75,45$. L'once d'or se traite 1.290$.

VALEURS EN HAUSSE

Société générale (+0,60% à 38,05 Euros) a annoncé lundi avoir accepté de payer un total d'environ 1,3 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros) aux autorités américaines et au Parquet national financier (PNF) français pour mettre fin à deux litiges aux Etats-Unis relatifs au taux interbancaire Libor et au dossier du fonds souverain libyen. La banque française précise dans un communiqué qu'elle versera 275 millions de dollars au département américain de la Justice (DoJ) et 475 millions de dollars à la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), l'autorité de tutelle des marchés à terme américains, dans le cadre d'un litige lié à la manipulation du Libor. SocGen ajoute que 292,8 millions de dollars seront versés au DoJ et 250,15 millions d'euros au PNF pour le dossier libyen dans lequel il est reproché à la banque française d'avoir eu recours entre 2005 et 2009 à des intermédiaires et des commissions s'apparentant à des pots-de-vin pour placer des produits financiers complexes dans le pays.

Peugeot (+0,30% à 20,23 Euros) : Le Groupe PSA annonce son retrait d'Iran. Après la signature du JCPOA (accord de Vienne sur le nucléaire iranien) le 14 juillet 2015 et la levée des sanctions internationales contre l'Iran le 16 janvier 2016, le Groupe PSA avait signé des accords de joint-venture avec Iran Khodro le 21 juin 2016 et Saipa le 6 octobre 2016. Suite au retrait américain du JCPOA annoncé le 8 mai 2018, le Groupe PSA "a commencé le processus de suspension des activités de ses JVs, afin de se conformer à la loi américaine d'ici le 6 août 2018". Avec le support du Gouvernement français, le Groupe PSA est en contact avec les autorités américaines pour envisager une dérogation.

VALEURS EN BAISSE

Engie (-1,50% à 13,51 Euros) : HSBC a dégradé ce matin le titre du groupe se services à l'environnement de "conserver" à "alléger". L'objectif de cours a parallèlement été réduit de 14,1 à 12,80 euros.

Air France KLM (-0,60% à 7,32 Euros) : Après l'envolée du titre hier suite à la divulgation de "réflexions" d'Accor au sujet d'une reprise des 14% de l'Etat, le gouvernement s'est déclaré lundi " ouvert au principe " d'un rapprochement entre les deux grands acteurs tricolores du monde du voyage.

Saint-Gobain (-0,15% à 43,54 Euros) lance en France Kandu, une nouvelle offre de service proposée aux entreprises qui souhaitent améliorer la qualité de leurs espaces de travail. Kandu met à la disposition des entreprises l'expertise de Saint-Gobain en sciences du bâtiment et son approche Multi-Confort pour améliorer l'acoustique, la qualité de l'air, le confort thermique, la luminosité et l'agencement de leurs espaces, tout en leur proposant des solutions techniques adaptées. Ainsi, Kandu aide les entreprises à créer des espaces de travail agréables, sains et attractifs.

Sanofi (-0,05% à 66,36 Euros) : Le New England Journal of Medicine (NEJM) publie les résultats de 2 essais cliniques pivots consacrés au cemiplimab dans le traitement du carcinome épidermoïde cutané (CEC) au stade avancé. Ces résultats ont également été présentés au Congrès annuel 2018 de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO). Les solides résultats obtenus avec le cemiplimab sont dignes d'intérêt sachant que le CEC au stade avancé est une maladie très grave contre laquelle il n'existe aucun traitement approuvé dès lors qu'une intervention chirurgicale n'est plus envisageable, a déclaré le Dr Michael R. Migden, co-premier auteur et professeur agrégé au Département de Dermatologie et de Chirurgie cervico-faciale du MD Anderson Cancer Center de l'Université du Texas. Les tumeurs du CEC au stade avancé, tant dans sa forme métastatique que localement avancée, ont répondu au cemiplimab. Les résultats obtenus sont cliniquement significatifs et cohérents avec ceux des précédents essais cliniques de phase I et de phase II.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com