Cotation du 01/12/2021 à 18h05 CAC 40 +2,39% 6 881,87
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : la hausse se prolonge, Publicis en forme

Ouverture Paris : la hausse se prolonge, Publicis en forme
Ouverture Paris : la hausse se prolonge, Publicis en forme
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 pointe encore en hausse de +0,5% à 6.628 pts ce jeudi matin... Après LVMH et SAP hier, c'est au tour de Publicis de s'illustrer avec des prévisions annuelles revues en hausse. Alors que l'inflation demeure le sujet de préoccupation du moment, les analystes qui veulent surveiller ses premiers effets sur les résultats des groupes cotés ont de quoi pour le moment se rassurer.

WALL STREET

A Wall Street aussi, le Dow Jones a fini stable et le Nasdaq a progressé mercredi soir, après la confirmation par la Fed du début de son "tapering" probablement dès novembre, et face à une accélération de l'inflation, qui a atteint 5,4% sur un an en septembre aux Etats-Unis. Le cours de la banque JP Morgan Chase a reculé de 2,4% malgré l'annonce de bénéfices supérieurs aux attentes au 3e trimestre. Les cours du pétrole ont fait une pause, mais le WTI reste au dessus de la barre symbolique des 80$ le baril. Le dollar et les taux ont rechuté sur fond d'inquiétudes sur la croissance et l'inflation.
A la clôture, l'indice Dow Jones a fini parfaitement stable à 34.377 points, tandis que l'indice large S&P 500 a regagné 0,30% à 4.363 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a repris 0,73% à 14.571 pts. Avant cela, les trois indices venaient d'enchaîner trois séances consécutives de baisse.

ECO ET DEVISES

Les "Minutes" de la Fed, publiées mercredi soir, ont confirmé dans l'ensemble les attentes des marchés en matière de "tapering". Selon le rapport de la dernière réunion de la Fed, les 21 et 22 septembre, les responsables de la banque centrale américaine ont étudié une réduction des achats d'actifs de 15 milliards de dollars par mois, soit à partir de la mi-novembre, soit à partir de la mi-décembre prochain.
Selon ces "Minutes", plusieurs responsables de la banque centrale américaine se sont cependant prononcés en faveur d'une réduction plus importante que le rythme mensuel de 15 Mds$. Certains d'entre eux ont exprimé leur inquiétude sur l'inflation, qui pourrait "s'avérer plus durable qu'attendu". Le président de la Fed de Saint-Louis, James Bullard (membre non-votant), a ainsi déclaré mercredi à la chaîne 'CNBC' qu'il plaiderait pour un achèvement du "tapering" d'ici à la fin du premier trimestre 2022, afin d'être en mesure de réagir aux risques potentiels concernant l'inflation l'année prochaine.

Pour soutenir l'économie américaine face aux effets de la crise du coronavirus, la Fed achète actuellement pour 120 Mds$ par mois d'obligations d'Etat (80 Mds$) et de créances adossées à des crédits hypothécaires ou MBS (40 Mds$). Si elle réduit ces achats de 15 Mds$ par mois (-10 Mds$ d'emprunts d'Etat et -5 Mds$ de MBS), il lui faudra 8 mois pour mettre fin à ce programme de soutien face à la pandémie, qui s'achèvera donc à la mi-juillet 2022 si le "tapering" commençait à la mi-novembre, ou à la mi-août s'il démarrait mi-décembre. La prochaine réunion de la Fed, qui se déroulera les 2 et 3 novembre prochains, devrait être l'occasion de préciser ce calendrier.

Les marché ont donc pris connaissance mercredi des chiffres de l'inflation aux Etats-Unis en septembre. Ils sont ressortis supérieurs aux attentes, ce qui pourrait inciter la Fed à accélérer le retrait de ses mesures de soutien exceptionnelles prises en 2020 pour lutter contre les effets de la crise sanitaire. L'indice des prix à la consommation (CPI) a ainsi progressé de 0,4% sur un mois (contre +0,3% attendu) et de 5,4% sur un an, contre 5,3% de consensus et après 5,3% en août. Loin de se calmer, cette inflation "transitoire" accélère donc un peu plus en septembre et les économistes comme les banquiers centraux commencent à envisager que le phénomène soit plus durable qu'initialement attendu.
Les perturbations de la chaîne d'approvisionnement et l'impact de la pression des prix sur les marges figureront aussi en bonne place parmi les thèmes de la saison des résultats d'entreprises au 3e trimestre, qui a commencé cette semaine...
Par ailleurs, l'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour le mois d'octobre est ressorti à +3,1%, selon le rapport du jour, au même niveau qu'en septembre. Cet indice mesure les anticipations d'inflation à horizon d'un an du point de vue des entreprises.

Sur les marchés pétroliers, le brent frôle les 84$ ce matin, tandis que l'euro remonte sur les 1,16/$. Le Bitcoin rejoint quant à lui les 58.000$ et l'or cote 1.792$ l'once.

A SURVEILLER AUJOURD'HUI

INDICATEURS ECONOMIQUES :
Etats-Unis :
- Indice américain des prix à la production. (14h30)
- Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
- Rapport hebdomadaire du Département à l'énergie sur les stocks pétroliers domestiques. (17h00)

VALEURS EN HAUSSE

Adocia : +4%. La société biopharmaceutique en phase clinique spécialisée dans le développement de formulations innovantes de protéines et de peptides annonce aujourd'hui que son partenaire Tonghua Dongbao Pharmaceutical Co. Ltd. (Shanghai : 600867) a reçu l'autorisation du centre d'évaluation des médicaments (Center for Drug Evaluation - CDE) de l'administration nationale chinoise des produits médicaux (China National Medical Products Administration - NMPA) de mener l'essai de Phase 3 de BioChaperone Lispro, une insuline ultra-rapide pour le traitement du diabète de type 1 et de type 2. L'entrée du premier patient dans l'essai déclenchera un paiement d'étape en faveur d'Adocia.
"Nous sommes ravis d'entrer en Phase 3 pour un des deux produits licenciés à Tonghua Dongbao, le leader national de l'insuline en Chine" commente Gérard Soula, Président Directeur Général d'Adocia.

Vilmorin : +3,5%. Le chiffre d'affaires s'élève pour l'exercice 2020-2021, à 1.476 ME, soit une hausse significative de 2,9 % à données courantes par rapport à l'exercice précédent. Retraité à données comparables, il affiche une forte progression à +8%. La marge opérationnelle courante s'établit à 8,9%, en progression de +1,1 point par rapport à l'exercice précédent. Le résultat net part du Groupe passe de 66,2 ME à 92,3 ME. L'endettement net aux capitaux propres est de 65%, contre 76% au 30 juin 2020.
Le Conseil d'Administration de Vilmorin & Cie proposera à l'Assemblée Générale des Actionnaires du 10 décembre 2021 un dividende de 1,60 Euro par action, en forte hausse à +60% par rapport à l'exercice précédent.
Pour l'exercice 2021-2022, Vilmorin fixe l'objectif d'atteindre une progression de son chiffre d'affaires consolidé d'au moins 4% à données comparables.
En outre, Vilmorin vise une marge opérationnelle courante d'au moins 8,5%.

Derichebourg : +3% avec McPhy

Technip Energies (+2,7%) a remporté un contrat d'ingénierie, de fourniture des équipements, de construction et de mise en service (EPCC) auprès de NTPC pour son projet d'usine de production d'hydrogène par électrolyse situé à Vindhyachal, Madhya Pradesh, Inde.
Le contrat couvre la livraison d'une usine de production d'hydrogène de 5 mégawatts utilisant la technologie d'électrolyse à membrane échangeuse de protons (PEM) alimentée en électricité par une centrale thermique. Cette installation est adapté à la production d'hydrogène vert à grande échelle, l'alimentation électrique de l'électrolyseur pouvant être remplacée dans le futur par de l'électricité décarbonée.

Publicis (+2,5%) Le revenu net au 3ème trimestre 2021 est de 2.621 millions d'euros, en hausse de +11,9% par rapport aux 2.343 millions d'euros du troisième trimestre 2020. Les variations de taux de change ont un impact positif de 4 millions d'euros. Les acquisitions (nettes de cessions) ont un impact positif de 9 millions d'euros ce trimestre.
La croissance organique est de +11,2% au 3ème trimestre 2021 par rapport à 2020. Cela implique une croissance organique de +5% par rapport à 2019, soit une accélération après un premier trimestre stable et une croissance de 2% au deuxième trimestre, sur une base de deux ans. Toutes les régions ont poursuivi leur reprise avec une croissance à deux chiffres. Dans un environnement porteur pour la demande du consommateur, le 3ème trimestre est ainsi ressorti au-dessus des attentes. Cette performance confirme la force du modèle du Groupe, plaçant les données et la technologie au coeur de son activité créative et média.
Le revenu net de Publicis Groupe sur les neuf premiers mois de 2021 est de 7.552 millions d'euros, en hausse de +6,1% par rapport aux 7.117 millions d'euros des neuf premiers mois 2020. Les variations de taux de change ont un effet négatif de 272 millions d'euros. Les acquisitions (nettes de cessions) ont eu un effet non significatif sur les neuf mois.
La croissance organique est de +10,2% sur les 9 premiers mois de 2021. Après -7,2% sur les 9 premiers mois de 2020, ceci implique une croissance de +2% sur la période par rapport à 2019, soit un niveau d'activité supérieur à celui prévalant avant la pandémie de la Covid-19. Sur ces 9 premiers mois, toutes les zones ont enregistré une croissance organique positive. La performance a été très forte aux Etats-Unis avec +10,3% de croissance organique par rapport à 2020, ce qui implique une croissance de +7% par rapport à 2019. En Europe, la croissance organique a été de +10,0% et le redressement s'est amélioré trimestre après trimestre avec la réouverture progressive de l'activité économique. En Asie Pacifique, la croissance organique a été de +10,8% et la zone a dépassé son niveau d'activité des 9 premiers mois de 2019. Au Moyen-Orient et en Afrique, la croissance organique a été de +10,4%. En Amérique Latine, elle s'est établie à +13,6%.
La dette financière nette s'élève à 1.585 millions d'euros à fin septembre 2021, contre 833 millions d'euros à fin décembre 2020. La dette nette moyenne du Groupe sur les 9 premiers mois 2021 s'élève à 1.649 millions d'euros par rapport à 3 584 millions d'euros sur les 9 premiers mois 2020.
Après un troisième trimestre 2021 supérieur aux attentes, le Groupe est en mesure de réviser à la hausse, pour la deuxième fois, l'ensemble de ses prévisions pour l'année 2021.
S'agissant de la croissance organique, elle est désormais attendue entre +8,5% et +9% par rapport à +7% précédemment. Par rapport à 2019, ceci représente une croissance organique de l'ordre de +2%, en ligne avec celle des neuf premiers mois de l'année.
La prévision de taux de marge opérationnelle pour 2021 est également revue à la hausse. Celui-ci est attendu légèrement supérieur à 17%, alors même que le Groupe continue à investir dans les talents.
Enfin, le Groupe prévoit d'atteindre un free cash flow avant variation du besoin en fond de roulement proche de 1,3 milliard d'euros, dans le haut de la fourchette précédente comprise entre 1,2 et 1,3 milliard d'euros.

Lisi : +2% suivi de M&P, Nacon, Neoen, SoiTec, XILAM

Vallourec : +1,5% suivi de Alstom, Voltalia, Stellantis, Plastivaloire, Eramet et STM avec Schneider et Atos

Catana (stable) franchit la barre des 100 millions d'euros de revenus annuels. Malgré la crise sanitaire qui continue à perturber l'activité, le groupe nautique affiche une croissance de 22% sur son exercice 2020-2021 (101 ME) grâce notamment au succès de la gamme BALI, toujours plébiscitée dans son marché. Traduisant cette dynamique, les ventes de bateaux neufs affichent une croissance de 26% et représentent 93% du chiffre d'affaires global du Groupe.
Amorcé en 2014, le succès des BALI a changé Catana, qui est passé en 7 ans d'un acteur de niche au statut de troisième constructeur mondial de catamarans. Ainsi, plus de 700 BALI ont pu être livrés sur toutes les mers du globe, permettant à un public de plus en plus large de découvrir et d'apprécier les innovations propres à cette marque, venant ainsi valider la stratégie R&D du Groupe. Ce parcours aboutit à un ancrage désormais très solide de la marque dans la hiérarchie mondiale du marché des multicoques.

VALEURS EN BAISSE

CGG reperd 4% suivi de Figeac Aero (-2,5%)

Imerys (-2%) fait le point sur la procédure du "Chapter 11" des entités talc nord-américaines. Le leader mondial des spécialités minérales pour l'industrie explique que le 13 octobre, la Cour supervisant la procédure a rendu une décision selon laquelle certains votes en faveur du plan de réorganisation des entités talc nord-américaines ne doivent pas être pris en compte dans le calcul du vote final. En conséquence le Plan est maintenant juste en deçà du seuil d'approbation requis de 75% des votes. Cette décision devrait retarder la procédure du "Chapter 11" jusqu'en 2022.
Le Groupe ne s'attend pas à ce que cette décision ait un impact significatif sur les termes de l'accord relatif à Imerys SA et ses filiales intégré dans le Plan, en partie déjà exécuté par la vente des actifs des entités talc nord-américaines à un tiers. Les représentants des actuels et éventuels futurs plaignants continuent de soutenir cet accord selon les termes et conditions actuellement décrits dans le Plan. Le Groupe continue de considérer que le solde de la provision dans ses états financiers à fin 2020 est approprié pour couvrir l'impact financier attendu de la procédure du "Chapter 11" sur Imerys.

Savencia : -2% avec Ateme (-1%) et Colas avec Vinci

L'entrée en Bourse du français OVHcloud devrait se faire à 18,50 euros par action, soit dans le bas de la fourchette initiale, ce qui valoriserait le groupe à 3,5 Milliards d'euros environ, ont rapporté des sources proches du dossier à Reuters. L'offre de titres est d'ores et déjà sursouscrite, précise l'agence, alors que les livres d'ordres ne seront clos que ce jeudi à la mi-journée.
Le premier fournisseur européen de services d'informatique dématérialisée avait fixé le 5 octobre dernier une fourchette indicative comprise entre 18,50 et 20 euros dans le cadre de sa mise sur le marché.
Le contexte boursier plus chahuté observé ces dernières semaines a amené certains groupes à revoir leurs prétentions, Icade Santé et le suisse Chronext ayant même renoncé à leur entrée sur le marché. OVH devrait annoncer officiellement ce jeudi soir son prix d'introduction définitif, en vue d'une première cotation vendredi...

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !