Cotation du 03/12/2021 à 18h05 CAC 40 -0,44% 6 765,52
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : la hausse garde la main

Ouverture Paris : la hausse garde la main
Ouverture Paris : la hausse garde la main
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Les indicateurs restent dans le vert ce jeudi, avec un CAC40 qui progresse de 0,15% à 7.166 pts, alors que le marché culmine toujours sur des sommets. L'indice parisien reste sur 14 hausses lors des 15 dernières séances !
Après avoir frôlé ses records mardi, Wall Street a en revanche été repris par quelques doutes hier soir, en terminant en léger recul. Les investisseurs ont levé le pied sur fond de craintes croissantes concernant l'inflation, qui pourrait freiner la reprise mondiale et amener les banque centrales à relever leurs taux directeurs plus tôt que prévu. L'inflation dans la zone euro a accéléré en octobre pour atteindre 4,1% sur un an, a confirmé mercredi l'institut Eurostat, et aux Etats-Unis, les prix ont grimpé de 6,2%.

WALL STREET

A la clôture, le Dow Jones a cédé 0,58% à 35.931 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 0,26% à 4.688 pts après avoir terminé mardi à un seul point de son record du 8 novembre. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a reculé de 0,33% à 15.921 pts, après avoir frôlé mardi son record du 8 novembre.
Les marchés de taux et des devises ont retrouvé un certain calme, même si les opérateurs continuent de tabler sur un resserrement monétaire plus rapide que prévu de la Fed, courant 2022... Le rendement du T-Bond à 10 ans a cédé 5 points de base à 1,58% et celui du "30 ans" a reculé de 5 pb à 1,97%. Fin décembre 2020, le "10 ans" américain rapportait 0,9% et le "30 ans" 1,64%, avant les spéculations sur des hausses de taux de la Fed en 2022.

ECO ET DEVISES

Interrogé sur les risques pesant sur l'économie américaine, le patron de Goldman Sachs, David Solomon, a indiqué mercredi à Bloomberg que les marchés pourraient connaître des turbulences pendant que l'économie mondiale émerge du choc abrupt asséné par la pandémie de coronavirus. Si les taux d'intérêts remontent, "cela privera certains marchés d'une partie de leur exubérance", a-t-il déclaré à l'occasion du New Economy Forum organisé par Bloomberg à Singapour.

Dans l'actualité des banque centrales, la BCE s'est inquiétée mercredi de l'éclatement d'une bulle spéculative dans l'immobilier dans la zone euro, tandis qu'aux Etats-Unis, le président Joe Biden, a indiqué mardi soir que son choix pour la direction de la Fed serait annoncé d'ici quelques jours. Une reconduction de Jerome Powell constitue toujours la plus forte probabilité, mais une nomination surprise de la gouverneure Lael Brainard n'est pas totalement exclue.

Sur le plan budgétaire, Janet Yellen, la secrétaire US au Trésor, a fixé au 15 décembre la nouvelle échéance pour éviter un défaut éventuel des Etats-Unis sans action pour relever le plafond de la dette. Les démocrates devraient utiliser la 'réconciliation' pour éviter d'en arriver là.

Les cours du pétrole restent sous pression. Le baril de WTI a chuté sous les 78$, tandis que le Brent a perdu près de 4% à moins de 80$ (contrat de janvier). Après un gain de plus de 70% depuis le début de l'année, les cours cours de l'or noir subissent une correction depuis deux semaines, sous l'effet d'une accumulation de vents contraires : un dollar fort, une 5e vague de Covid-19 en Europe, des rumeurs de déblocage des réserves stratégiques de pétrole (SPR) par les Etats-Unis, et des rapports de l'Opep et de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) suggérant que l'offre pourrait dépasser la demande en 2022...
Enfin, l'or pointe à 1.868$ l'once et l'euro reste faible à 1,1320/$ entre banques.

A SURVEILLER

Etats-Unis :
- Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
- Indice manufacturier de la Fed de Philadelphie. (14h30)
- Indice des indicateurs avancés du Conference Board. (16h00)
- Indice manufacturier de la Fed de Kansas City. (17h00)

VALEURS EN HAUSSE

Abionyx (+33%) a conclu un accord avec les actionnaires d'IRIS Pharma Holding, portant sur l'apport à la société de 100% du capital d'IRIS Pharma holding qui détient 100% d'IRIS Pharma, l'un des leaders spécialisés dans la recherche préclinique et clinique sous contrat dans le domaine de l'ophtalmologie, apport entièrement rémunéré par l'émission d'actions nouvelles Abionyx au prix fixé de 3,60 euros par action.
La valeur d'IRIS Pharma Holding a été fixée à 5 millions d'euros.
Cet apport des actions IRIS Pharma Holding à Abionyx est conditionné à la réalisation définitive d'une augmentation de capital en numéraire préalable d'Abionyx afin de développer un portefeuille de candidats biomédicaments, notamment en ophtalmologie. Il a été convenu que cette condition suspensive serait considérée comme réalisée si l'augmentation de capital en numéraire préalable d'un montant cible de 5 millions d'euros était souscrite à hauteur d'au moins 4 millions d'euros. Le prix d'émission dans le cadre de cette augmentation de capital en numéraire a été fixé au même prix que les actions nouvelles Abionyx émises pour la rémunération de l'apport d'IRIS Holding de 3,6 euros, soit +243% par rapport au cours de l'action Abionyx à la clôture du 16 novembre 2021 (1,48 euros). Cette augmentation de capital en numéraire fait d'ores et déjà l'objet d'engagements de souscription à hauteur de plus de 75%.
L'apport en nature des actions IRIS Pharma Holding à Abionyx sera décidé par le Conseil d'Administration Abionyx. Il sera rémunéré par une émission d'actions ordinaires nouvelles émises au prix de l'augmentation de capital en numéraire, soit 3,60 euros, ce qui représentera 5,06% du capital final d'Abionyx. L'apport en nature a fait l'objet d'un rapport de la société ACG, Commissaire aux apports, qui a conclu que la valeur d'apport de 5 ME n'était pas surévaluée. Le Commissaire aux apports a par ailleurs estimé que la rémunération de cet apport en actions Abionyx était équitable.

L'activité et la rentabilité du Groupe Jacquet Metals (+7%) ont bénéficié à la fois d'une demande bien orientée, avec des volumes distribués supérieurs de +4,1% par rapport au 30 septembre 2019 et de +22,6% par rapport au 30 septembre 2020, et de la hausse des prix des matières premières qui s'est poursuivie au 3e trimestre. Par conséquent, au 30 septembre, le chiffre d'affaires consolidé de Jacquet Metals progresse de +38,9% à 1,443 milliard d'euros (+62% au 3e trimestre à 506 ME). La marge brute croît de +65,7% à 389 ME, représentant 26,9% du chiffre d'affaires (22,6% un an plus tôt). Dans ces conditions, l'Ebitda courant s'établit à 145 ME, représentant 10,1% du chiffre d'affaires (12,7% au 3e trimestre à 64 ME) contre 3,1% au 30 septembre 2020. Le Résultat Net Part du Groupe s'établit à 82 ME, dont 39 ME au 3e trimestre.
Avec 50 ME de cash flows d'exploitation générés en 9 mois, le ratio d'endettement net sur capitaux propres ('gearing') s'établit à 25% au 30 septembre 2021 (28% à fin 2020).
Le développement et le renforcement du Groupe sur ses principaux marchés se sont poursuivis, avec une politique d'investissement soutenue (24 ME au 30 septembre 2021). Le Besoin en Fonds de Roulement opérationnel s'élève à 446 ME soit 25,2 % du chiffre d'affaires (332 ME fin 2020 et 24,3% du chiffre d'affaires).
L'endettement net s'élève à 113 ME (106 ME à fin décembre 2020). Le ratio d'endettement net sur capitaux propres (gearing) s'établit à 25% (28 % fin 2020). La trésorerie au 30 septembre 2021 est e à 319 ME avec les lignes de crédits à 731 ME, dont 300 ME non utilisées.
Jacquet Metals précise qu'au début du 4e trimestre, les conditions de marché s'inscrivent dans la continuité de celles du 3e trimestre.

Figeac Aero : +4% suivi de SES Imagotag

DBV : +2% avec Innate, Burelle et Metabolic

Spie : +2% avec Lisi , Boiron, Dassault Aviation, Legrand, Hermès

Colas : +1% avec Safran, Thales, Alstom, Schneider, Rexel et Faurecia

Valneva (+1%) a publié une trésorerie et des équivalents de trésorerie de 247,9 millions d'euros au 30 septembre. Ce montant reflète les 107,6 ME de produits bruts levés dans le cadre d'une introduction en Bourse aux Etats-Unis et d'un placement privé concomitant en Europe, mais n'incluent pas les 102 ME de produits bruts levés dans le cadre d'une offre seconde publique aux Etats-Unis et en Europe au quatrième trimestre 2021.
Le chiffre d'affaires total (hors programme COVID) est de 69,8 millions d'euros sur les 9 premiers mois de 2021, contre 58,8 ME sur les 9 premiers mois de 2020.
Les ventes de produits représentent 45,5 millions sur les 9 premiers mois de 2021 (45,9 millions sur les 9 premiers mois de 2020) avec 24,3 millions d'autres revenus (revenus de collaborations, de licences et de services) sur les 9 premiers mois de 2021 (12,9 millions sur les 9 premiers mois de 2020).
Mise à jour des perspectives financières pour 2021 (hors programme COVID) :
Chiffre d'affaires total, hors VLA2001, attendu entre 85 et 100 millions (contre 80 à 105 millions précédemment).
Dépenses de 'R&D', hors VLA2001, désormais prévues entre 60 et 70 millions (contre 65 à 75 millions précédemment).

VALEURS EN BAISSE

Sur le T3, le chiffre d'affaires de Vallourec (-11%) est de 834 ME, en progression de 16,4%.
Le résultat brut d'exploitation est de 128 ME, en hausse de 80% avec une marge en progression à 15,3% contre 9,9% au T3 2020. Le flux de trésorerie disponible est de -103 ME, contre 35 ME au T3 2020, résultant d'une reconstitution du besoin en fonds de roulement en lien avec une plus forte activité.
Vallourec fait état d'une avancée décisive pour renforcer sa compétitivité et sa rentabilité avec la lancement du processus de cession des actifs allemands et la relocalisation progressive des activités Pétrole & Gaz au Brésil pour servir le marché international. Il s'agirait d'une étape radicale pour une amélioration majeure de la performance de Vallourec sur les marchés internationaux Pétrole & Gaz.
Cela devrait se traduire par des bénéfices clairement identifiés pour Vallourec et ses parties prenantes avec une augmentation du RBE normalisé de 130 ME.
En raison de la baisse récente des prix du minerai de fer, et sur la base de leurs niveaux actuels, Vallourec vise un RBE pour l'ensemble de l'année proche du bas de l'objectif de 475 à 525 ME, communiqué le 21 juillet 2021.
Une dynamique de prises de commandes plus forte que prévu pour des livraisons en 2022, combinée à l'évolution des prix des matières premières et de l'énergie, entraînera une augmentation plus importante des stocks à la fin de l'année.
En conséquence, Vallourec vise désormais une consommation de flux de trésorerie comprise entre -380 et -300 ME pour 2021, en raison principalement de la hausse du besoin en fonds de roulement en lien avec la reprise d'activité, et incluant des coûts ponctuels associés à la restructuration financière.

Artmarket : -4% suivi de Maurel&Prom

TechnipFMC (-3%) a signé un protocole d'accord avec Orbital Marine Power (Orbital), un pionnier de la technologie de l'énergie marémotrice, pour collaborer conjointement dans le domaine de l'énergie marémotrice. L'objectif est d'accélérer la commercialisation de la technologie d'Orbital et de fournir le premier champ commercial d'énergie marémotrice flottant.
La turbine flottante d'Orbital est, à ce jour, la plus puissante au monde. Elle peut capter les courants sous-marins générés par les marées, pour ensuite les convertir en électricité. En raison de sa prévisibilité, l'énergie marémotrice est une forme fiable et cohérente d'énergie renouvelable. Combinée à l'expertise en gestion de projet de TechnipFMC, la technologie d'Orbital peut être étendue pour répondre à la demande croissante d'énergie renouvelable et réduire considérablement le coût de fourniture d'énergie marémotrice.

CGG : -3% avec Navya

Eutelsat : -1,5% suivi de Atari, Total Energies, JC Decaux, Transgène, Eramet, Bouygues et Nexans

Sanofi (-0,5%) annonce aujourd'hui un investissement de 180 millions de dollars dans le capital d'Owkin et la mise en place d'une nouvelle collaboration stratégique autour de programmes de recherche et développement sur quatre formes de cancer, prévoyant un paiement initial de 90 millions de dollars échelonné sur trois ans, assorti de paiements d'étape supplémentaires.
Owkin est une entreprise spécialisée dans l'intelligence artificielle (IA) et la médecine de précision qui élabore des modèles d'intelligence artificielle prédictifs appliqués à la biomédecine parmi les meilleurs de leur catégorie, ainsi que de solides ensembles de données. Cette collaboration, qui a pour ambition d'optimiser la conception des essais cliniques et de détecter les biomarqueurs prédictifs des maladies et des résultats thérapeutiques, accompagnera la croissance du portefeuille de développement en oncologie de Sanofi dans trois grands domaines : le cancer du poumon, le cancer du sein et le myélome multiple.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !