Cotation du 18/04/2019 à 18h05 CAC 40 +0,31% 5 580,38
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : en léger repli

Ouverture Paris : en léger repli
Ouverture Paris : en léger repli
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Après une série de 4 séances positives, le CAC40 plafonne sous la barre des 5.300 pts, alors que Wall Street a terminé mardi soir tout proche de l'équilibre, en très léger recul, dans l'attente des détails concrets d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine, qui semble plus que jamais se rapprocher... Pour le moment, le CAC40 recule de 0,2% à 5.288 pts.
La bourse de Shanghai remonte encore de 1,6%, alors que la Chine va accorder cette année des réductions d'impôts de plusieurs milliards de dollars, augmenter les dépenses publiques d'investissement dans les infrastructures et favoriser les prêts aux petites et moyennes entreprises, a déclaré hier le Premier ministre Li Keqiang...

WALL STREET

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,05% à 25.806 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 0,11% à 2.789 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a reculé de 0,02%, pour finir à 7.576 pts. Depuis les plus bas de décembre dernier, le Dow Jones a repris 17,8%, le S&P 500 18,6% et le Nasdaq plus de 22%.
Sur le marché des changes, le dollar a donc terminé en hausse mardi soir pour la 5ème séance consécutive, malgré la nouvelle salve de Donald Trump contre la politique monétaire de la Fed, qui entretient selon le président américain un dollar trop fort. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de six devises de référence (euro, livre sterling, yen, franc suisse, dollar canadien et couronne suédoise), a progressé de 0,16% à 96,84 points.
L'euro a reculé de 0,26% à 1,1307$, à l'approche d'une réunion, jeudi, de la Banque centrale européenne (BCE), qui pourrait annoncer un nouveau programme de prêts aux banques afin de soutenir l'activité fléchissante de la zone euro. Les nouvelles projections économiques de la BCE, attendues à la baisse, seront aussi très suivies...

ECO ET DEVISES

Donald Trump tempête contre Powell et un dollar trop fort
Intervenant samedi lors d'une conférence dans le Maryland, Donald Trump a déclaré, sans citer le nom du président de la Fed Jerome Powell qu'il y avait à la tête de la Fed "un monsieur qui aime relever les taux d'intérêts de la Fed, un monsieur qui adore faire du resserrement quantitatif, un monsieur qui aime un dollar très fort".
"Je veux un dollar fort, mais je veux un dollar qui fasse du bien à notre pays, pas un dollar qui soit si fort qu'il devient impossible pour nous de faire du commerce avec d'autres nations et de leur prendre des marchés", a martelé M. Trump. Depuis début 2018, l'indice du dollar a progressé de 8,5%, alors que dans le même temps, la Fed a relevé ses taux directeurs quatre fois d'un quart de point pour les porter entre 2,25% et 2,50%.

Sur le dossier commercial, les négociateurs seraient en train de peaufiner un document de 150 pages, et un nouveau sommet pourrait se tenir dès la mi-mars entre Donald Trump et Xi Jinping pour procéder à la signature.
L'économie chinoise continue en attendant de ralentir...
Mardi, Pékin a annoncé ses prévisions de croissance pour 2019. Le Premier ministre Li Keqiang vise une croissance économique comprise entre 6% et 6,5% cette année, après 6,6% en 2018 et 6,9% en 2017. Pékin a en outre fait état d'un ralentissement dans le secteur des services et a annoncé dans la foulée une série de mesures de relance, qui ont permis au marché boursier chinois de finir en hausse.

Les chiffres les plus attendus de la semaine outre-Atlantique sont ceux du rapport mensuel sur l'emploi en février, programmés vendredi. Les économistes anticipent 185.000 créations d'emplois, après 304.000 au mois de janvier (un chiffre très supérieur aux attentes et qui pourrait être révisé à la baisse).
A l'agenda du jour aux Etats-Unis :
- Rapport d'ADP sur l'emploi privé américain. (14h15)
- Balance du commerce international. (14h30)
- Rapport du Département à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques. (16h30)
- Livre Beige de la Fed. (20h00)
Le pétrole pointe sur les 65,85$ ce matin, tandis que l'euro cote 1,13/$. L'or revient à 1.284$.

VALEURS EN HAUSSE

Miliboo +9%. Le groupe annonce que Stéphane Plaza devient ambassadeur de la marque Miliboo, au moyen d'un contrat commercial.
En parallèle et de manière totalement indépendante, Miliboo a signé un partenariat stratégique d'envergure avec M6 Interactions, filiale du Groupe M6, dans le cadre d'un accord de type "media for equity". "Ce partenariat se traduira par une forte visibilité de Miliboo sur les antennes TV, Radio et internet du Groupe M6".

Inventiva +6%, alors que la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis a accordé la désignation de "maladie pédiatrique rare" (RPDD) à odiparcil, le candidat médicament de la société en cours de développement pour le traitement de la mucopolysaccharidose (MPS) VI, une maladie génétique progressive rare, caractérisée par un déficit en enzymes lysosomales responsables de la dégradation normale des glycosaminoglycanes (GAG).
La désignation du statut de "maladie pédiatrique rare" confirme l'éligibilité d'odiparcil pour recevoir un bon d'évaluation prioritaire (Priority Review Voucher), une fois que la FDA aura approuvé la demande de nouveau médicament (NDA) pour odiparcil dans le traitement de la MPS VI.

Latecoere : +5%. Le groupe a publié une progression du chiffre d'affaires de 3,1% à taux de change constants à 659,2 ME, tirée par le gain de nouveaux clients importants dans la division Systèmes d'Interconnexion. Environ 65% des investissements prévus dans le cadre du plan Transformation 2020 ont été réalisés. La marge d'EBITDA récurrente s'est redressée à 9,9% au S2.
L'EBITDA récurrent de Latécoère ressort ainsi à 54,5 ME sur l'exercice 2018, d'où une marge de 8,3% sur l'exercice. L'année a été marquée par le déploiement du plan 'Transformation 2020', l'évolution défavorable de la parité euro/$, une pression sur les prix pour certains programmes parvenus à maturité et des coûts imprévus causés par le rapatriement de la fabrication d'éléments primaires dans les aérostructures, consécutif à la défection d'un fournisseur important au S1 2018.
Comme prévu, l'EBITDA récurrent du Groupe s'est donc redressé au S2 2018 et le résultat opérationnel courant de Latécoère a atteint 28 ME en 2018.
L'annonce par Airbus de l'arrêt de la fabrication de l'A380 en 2021 a entraîné une charge de 12,6 ME sans effet sur la trésorerie, mais qui a pesé sur le résultat opérationnel du Groupe qui recule à 4,9 ME. Le RN s'inscrit à 6 ME.
Le coût de la dette du Groupe a baissé en 2018 à la suite du refinancement effectué fin 2017. Le résultat financier de Latécoère en 2018 ressort à 4,9 ME, à comparer avec 8,5 ME en 2017, qui avait bénéficié d'une forte réévaluation des instruments de couverture. En conséquence, le résultat net du Groupe s'est replié à 6 ME.

OSE Immunotherapeutics : +4%. La société a annoncé avoir reçu l'autorisation d'essai clinique de Phase 1 par les agences de santé (France et Belgique) pour évaluer l'antagoniste sélectif de SIRPa BI 765063 (précédemment nommé OSE-172), développé en collaboration avec la laboratoire Boehringer Ingelheim, chez les patients atteints de tumeurs solides avancées.

Manitou : +3% avec Transgene, Neurones et Sequana

HF Company +2%. le groupe est entré en négociations exclusives dans le cadre du rachat d'un des principaux acteurs du marché du Home Digital Life en Europe. Une fois finalisée, cette opération permettrait au Groupe de renforcer sensiblement la taille de son activité grand public.

Séché Environnement : +2%. Le groupe a finalisé l'acquisition d'Interwaste Holdings Limited, qui a été retiré de la cote de la Bourse de Johannesburg. A travers cette acquisition, le groupe français s'implante en Afrique du Sud pour répondre aux besoins croissants des clientèles locales en matière de gestion de déchets et accompagner les évolutions des marchés du déchet de ces régions en direction de l'économie circulaire.

Eramet : +2% suivi de Innate, Vallourec, Atari, Vicat, TF1

Vivendi / Ubisoft : +1%. Le groupe a annoncé ce soir avoir vendu le solde de sa participation au capital d'Ubisoft (5,87% du capital) pour un montant de 429 millions d'euros, représentant une plus-value comptable de 220 millions d'euros. Ainsi, le groupe actif dans les contenus et les médias n'est donc plus désormais actionnaire d'Ubisoft. Par ailleurs, Vivendi garde l'engagement de ne pas acquérir d'actions d'Ubisoft pendant cinq ans. La cession de cette participation de Vivendi dans Ubisoft a représenté, au total, un montant de 2 milliards d'euros et une juteuse plus-value de 1,2 milliard d'euros.
Vivendi, qui détient déjà Gameloft, leader des jeux pour mobile, confirme cependant son intention de continuer à se renforcer dans les jeux vidéo.

McPhy : +1%. Le spécialiste des équipements de production et distribution d'hydrogène a annoncé plus de 5 millions d'engagements de commandes depuis le début d'année. Le groupe vient d'enregistrer, auprès du SIEGE 27 et du SDEC Energie, une commande pour accompagner le déploiement de la mobilité hydrogène dans l'Eure et le Calvados avec 6 stations pour le projet EAS-HyMob Normandie. Ces stations sont les premières de ce plan qui comptera, à terme, 15 infrastructures de recharge hydrogène, dont la mise en service sera réalisée concomitant au déploiement de flottes captives de véhicules hydrogène.
McPhy a enregistré par ailleurs une commande pour un électrolyseur de 40kg/j à 30 bar de nouvelle génération qui sera livré cette année. Il est destiné à équiper une station hydrogène qui va être construite par ATAWEY et installée à Chambéry dans le cadre du projet 'Zero Emission Valley' d'Auvergne-Rhône-Alpes. Ce projet prévoit l'installation de 20 stations à l'échelle de la grande région dont 15 équipées d'électrolyseurs et a pour ambition de faire de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la région leader en Europe pour le déploiement de l'hydrogène.

VALEURS EN BAISSE

DBV Technologies redonne 7% à 7,2 euros dans les premiers échanges, mettant fin à quatre séances de forte hausse. La société a fait état hier soir d'une position de trésorerie au 31 décembre 2018 de 122,8 millions d'euros, en repli de 15,1 ME sur un an, alors que les produits opérationnels ont progressé de 22,1% à 14,5 millions d'euros. La perte nette s'est creusée à -166,1 millions d'euros contre -147,7 ME en 2017. Portzamparc estime que les résultats "ne sont pas alarmants". La maison de bourse reste attentive au développement du Viaskin Milk et au dépôt de BLA auprès de la FDA pour le Viaskin Peanut annoncé à partir du troisième trimestre 2019. Néanmoins, bien que la société soit en mesure de soutenir ses activités cette année, en vue d'une AMM en 2020, elle aura probablement besoin de se refinancer d'ici la fin de l'année. A ce stade, le broker reste à l''achat' avec un objectif de cours de 49,5 euros.
Oddo BHF reste pour sa part 'neutre' avec un objectif de 15 euros alors que Kempen maintient son opinion 'acheter' et sa cible de 40 euros.
Malgré le recul du jour, la valeur affiche un gain de près de 60% depuis le premier janvier.

SES : recule de 3% avec Pixium et Valeo

Peugeot : -2% suivi de Faurecia, Renault et STM (-1%)

Nicox : -0,5%. En 2018, la perte avant impôt du Groupe Nicox s'est élevée à 18,3 millions d'euros, comparé à 19,1 millions d'euros en 2017. Une réduction de cette perte s'est opérée malgré les investissements importants réalisés en recherche et développement en 2018.
Le chiffre d'affaire net en 2018 était de 4 millions d'euros, composé d'un premier paiement d'Ocumension Therapeutics pour la licence de NCX 470 sur le marché chinois et de redevances nettes sur les ventes de VYZULTA (solution ophtalmique de latanoprostène bunod), 0,024% par le partenaire mondial Bausch + Lomb, à comparer à un chiffre d`affaires net de 2,3 millions d'euros en 2017.
Les dépenses opérationnelles pour la période 2018 ont atteint 26,5 millions, contre 20,8 millions d'euros pour les douze mois de 2017, principalement du fait d'investissements dans le développement de nos programmes propres NCX 470 et NCX 4251.
Au 31 décembre 2018, le Groupe Nicox disposait d'une trésorerie et d'équivalents de trésorerie d'un montant de 22 millions d'euros, contre 41,4 millions d'euros au 31 décembre 2017.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com