Cotation du 17/10/2018 à 18h05 CAC 40 -0,54% 5 144,95
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : détente sur le CAC40 après la décision de Trump

Ouverture Paris : détente sur le CAC40 après la décision de Trump
Ouverture Paris : détente sur le CAC40 après la décision de Trump
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Les marchés avaient largement intégré la menace de taxation de 200 Mds$ de marchandises chinoises supplémentaires. L'attentisme des dernières séances résultait avant tout de l'indécision quant à la date de mise en oeuvre de la surtaxation, ainsi que de son niveau : 25 ou 10%... Dès lors que les détails sont connus, les marchés peuvent s'ajuster... Et les places asiatiques, libérées de cette incertitudes ont progressé, à l'image de Tokyo grimpant de +1,41%. Le CAC40 prend lui aussi le chemin de la hausse, progressant de 0,55% à 9h30 à 5.380 points.

Donald Trump a donc annoncé lundi soir après la clôture de Wall Street la création de taxes de 10% sur 200 milliards de dollars supplémentaires d'importations chinoises. Ces taxes prendront effet dès lundi prochain, le 24 septembre, et il est prévu qu'elles montent à 25% au 1er janvier 2019. Après les 50 premiers milliards de Dollars taxés en juillet, on atteint donc 250 Mds$ d'importations chinoises taxées.

A ce stade, pas de réaction de la Chine et les marchés vont désormais spéculer sur la suite, à savoir la dernière moitié des importations chinoises non taxée. "Si la Chine venait à prendre des mesures de représailles contre nos agriculteurs ou autres industries, nous mettrions en oeuvre immédiatement la phase 3, à savoir des tarifs douaniers sur quelque 267 milliards de dollars d'importations supplémentaires", a ajouté ainsi le locataire de la Maison Blanche.

Côté valeurs, à Paris, les publications suscitent de violents écarts sur certains titres : à la hausse pour Virbac, à la baisse pour Actia et Evolis!

WALL STREET

La Bourse américaine a terminé en berne lundi soir, alors que Donald Trump devait annoncer après la clôture des marchés la mise en oeuvre de taxes d'importation sur 200 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires. Les valeurs technologiques ont été particulièrement affectée, de très nombreux produits électroniques figurant sur la liste d'environ 6.000 produits chinois que le président américain compte taxer. L'action Apple a notamment chuté de 2,6% tandis qu'Amazon a plongé de plus de 3%, que Netflix lâchait 3,9% et que Microsoft perdait 1%.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,35% à 26.062 points, mettant fin à une série de 4 séances de hausse, tandis que l'indice large S&P 500 a fléchi de 0,56% à 2.888 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a chuté de 1,43% à 7.895 pts.

ECO ET DEVISES

Etats-Unis :
- Indice du marché immobilier américain. (16h00).

La parité euro / dollar atteint 1,1712$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 77,70$. L'once d'or se traite 1.201$.

VALEURS EN HAUSSE

Casino (+1,80% à 36,03 Euros) : Selon 'Les Echos', le groupe Casino étudierait la fermeture ou la cession de 20 de ses 110 hypermarchés "Géant"... Le PDG du groupe Jean-Charles Naouri aurait ainsi évoqué cette possibilité à la fin de la semaine passée lors d'une rencontre avec les analystes de Kepler Cheuvreux, selon le journal. "Il ne serait pas question de fermeture brutale mais de vente, d'une transformation en supermarchés, ou de mise en franchise", précise le journal économique. Ces hypermarchés sont situés dans le nord de la France ou dans des zones géographiques qui se dépeuplent et sont globalement déficitaires...

April (+0,35% à 13,70 Euros) : transforme son modèle de courtier grossiste pour devenir plus ouvert et multimarques. Le groupe lance ainsi un comparateur d'offres multimarques en ligne et prévoit prochainement la création d'uune offre de crédit globale en partenariat avec La Centrale de Financement. April souhaite également être rapidement en capacité de distribuer des offres de prêts au réseau de courtage, grâce à son rapprochement avec La Centrale de Financement. L'objectif : offrir aux courtiers une offre toujours plus large et les accompagner encore plus étroitement dans leur devoir de conseil.

Virbac (+12% à 142,40 Euros) : Le résultat opérationnel courant avant amortissement des actifs issus d'acquisitions s'élève à 45,2 millions d'euros, en progression notable par rapport à 2017 (40,7 millions d'euros). Le résultat opérationnel courant consolidé a grimpé de 16% à 37,6 ME. Le résultat opérationnel semestriel a augmenté de 12% à 36,4 ME. Le résultat net courant s'est apprécié de 5% à 16,8 ME. Enfin, le résultat net consolidé a régressé de 21% à 12,6 ME (-12% à 12,3 ME pour le bénéfice net part du groupe).

VALEURS EN BAISSE

Korian (-1,50% à 32,50 Euros) : lance aujourd'hui une émission assimilable d'obligations à durée indéterminée à option de remboursement en numéraire et/ou en actions nouvelles et/ou existantes (ODIRNANE) de rang non-subordonné non-sécurisé, sans droit préférentiel de souscription, pour un montant nominal d'environ 60 millions d'euros. L'émission des Nouvelles Obligations a pour objet de refinancer les obligations hybrides non cotées émises en juin 2017 pour un montant de 60 millions d'euros.

Ipsos (-0,45% à 25,88 Euros) a placé avec succès une émission obligataire inaugurale d'un montant de 300 millions d'euros à échéance 7 ans (septembre 2025), dont le coupon annuel est de 2,875%. Le succès de cette transaction, pour un émetteur non noté, témoigne de la confiance des investisseurs dans la stratégie d'Ipsos et dans son profil de crédit. Cette émission permettra à Ipsos d'allonger la maturité de son profil d'endettement et de diversifier sa base d`investisseurs crédit.

Cegedim (-4,20% à 29,50 Euros) : Le résultat opérationnel courant s'améliore de 16,7%, à 11,9 millions d'euros. La marge progresse de 0,6 point pour atteindre 5,2%. Quant au résultat net, il fait ressortir un profit de 0,7 million d'euros contre une perte de 3,8 millions d'euros en 2017.

Evolis (-12,80% à 24,90 Euros) : a lancé un avertissement à l'issue de son premier semestre.

Actia (-11,30% à 6,50 Euros) : l'inflation sur le prix des composants électroniques a pesé lourdement sur les charges du groupe au premier semestre.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com