Cotation du 09/07/2020 à 18h05 CAC 40 -1,21% 4 921,01
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : ça repart déjà !

Ouverture Paris : ça repart déjà !
Ouverture Paris : ça repart déjà !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après une séance de prises de profits vendredi qui a suivi une série de quatre séances de nette hausse, le CAC40 refait déjà son retard de la veille du week-end en reprenant 1,8% à 4.780 pts dans le sillage d'un début de semaine très ferme sur les places de la zone Asie-Pacifique, alors que les derniers indicateurs en provenance de la région, en particulier de Chine, ont rassuré les intervenants, de même que la confirmation de la moindre virulence de la pandémie de coronavirus dans le monde. Par ailleurs, la position moins tranchée que prévu de Donald Trump face à la Chine dans le dossier du statut de Hong Kong a rassuré les intervenants.

WALL STREET

Vendredi, la Bourse de New York avait réussi à terminer dans le vert, après des annonces moins sévères que prévu par Donald Trump concernant la Chine. En représailles à la reprise en main de Hong Kong par Pékin via une loi de sécurité nationale, Washington va priver Hong Kong de son statut commercial spécial, mais pour l'instant, Donald Trump n'a pas remis en cause l'accord commercial de Phase 1 signé avec la Chine en janvier dernier... A la clôture, vendredi, l'indice Dow Jones a fini proche de l'équilibre (-0,07%) à 25.383 points, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 0,48% à 3.044 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a avancé de 1,29% à 9.489 pts.
Sur l'ensemble de la semaine écoulée, les trois indices américains ont progressé respectivement de 3,7% pour le DJIA, 3% pour le S&P 500 et de 1,7% pour le Nasdaq.

Lors d'une conférence de presse très attendue, Donald Trump a donc annoncé vendredi soir des mesures de rétorsion contre la Chine, qui vient d'imposer à Hong Kong la loi de sécurité nationale restreignant les libertés civiles dans ce territoire censé être autonome.
Toutefois, le président américain s'est bien gardé de remettre en cause l'accord commercial de Phase 1 signé le 15 janvier dernier avec la Chine, comme le redoutaient certains investisseurs. Le président américain a toutefois affirmé qu'il allait entamer la procédure visant à priver Hong Kong de son statut économique spécial, en raison de la perte de son autonomie vis-à-vis de Pékin.
Ce statut permet actuellement à ce territoire chinois d'être exempté des droits de douane imposés à la Chine continentale, mais aussi aux entreprises de Hong Kong d'avoir accès à des technologies sensibles américaines, dont les groupes de Chine continentale sont privés. Mercredi, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo avait estimé que Hong Kong ne disposait plus de l'autonomie nécessaire pour bénéficier d'un traitement spécifique de la part des Etats-Unis en matière commerciale.
"Je demande à mon administration de lancer le processus de fin des exemptions qui permettaient à Hong Kong d'avoir un traitement différent et spécial. Cela affectera la totalité des accords (avec Hong Kong), de notre traité d'extradition au contrôle des exportations des technologies à double usage et plus, avec peu d'exceptions", a précisé Donald Trump.
Le président américain a aussi indiqué qu'il ferait restreindre l'accès au sol américain à "certains ressortissants chinois", notamment des étudiants. Il a aussi annoncé une enquête de l'administration sur les activités des sociétés chinoises cotées à Wall Street (elles sont environ 150). Cette déclaration intervient alors que le Congrès américain est en passe d'adopter de son côté des mesures restreignant les possibilités de cotation et de levée de fonds des sociétés chinoises sur les marchés américains.
Par ailleurs, Donald Trump a annoncé que les Etats-Unis allaient rompre toute relation avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en accusant la Chine d'avoir pris "le contrôle total" de cette organisation onusienne...

ECO ET DEVISES

L'activité du secteur manufacturier chinois a progressé en mai pour un troisième mois consécutif alors que les entreprises ont repris leur activité après la fin des mesures de confinement généralisé pour lutter contre le coronavirus.
L'indice PMI manufacturier officiel a ralenti à 50,6 en mai contre 50,8 le mois précédent, mais reste au-dessus du seuil fatidique de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité.
L'économie chinoise s'était contractée à 6,8% au premier trimestre pour la première fois depuis l'introduction des statistiques officielles sur la croissance, alors que la propagation du coronavirus et les mesures de confinement strictes paralysaient l'activité. Bien que l'activité économique ait repris, plusieurs fabricants restent en difficulté en raison de la chute de la demande extérieure. La demande intérieure reste elle aussi assez faible dans un contexte où les inquiétudes quant à la progression du chômage et la crainte d'une deuxième vague de contamination se font toujours sentir.
Une étude portant sur le secteur des services chinois montre toutefois que l'activité a progressé à un rythme plus rapide en mai au fur et à mesure de la levée des mesures de confinement...

Peu avant l'intervention de Donald Trump sur la Chine, le président de la Réserve fédérale Jerome Powell s'était exprimé lors d'un débat organisé par l'université de Princeton, dont il est diplômé. Il a réaffirmé à cette occasion que la banque centrale américaine était déterminée à faire usage de tous les instruments dont elle dispose pour soutenir l'économie face à la pandémie de coronavirus, une crise dont il a souligné le caractère inédit.
"Il s'agit d'une urgence d'une nature que nous n'avions jamais réellement observée auparavant", a-t-il déclaré. "Nous avons franchi un certain nombre de lignes rouges qui n'avaient pas été franchi auparavant et je suis tout à fait à l'aise avec le fait que nous ayons agi ainsi dans cette situation", a-t-il poursuivi...

Les cours du pétrole débutent la semaine ce matin sur une note ferme, à plus de 37,50$ le Brent et 35$ le WTI, les opérateurs continuant de tabler sur un début de rééquilibrage du marché dans les prochains mois...
En mai, le cours du brut léger américain d'échéance août a repris pas moins de 88%, après le plongeon d'avril lié à la crise du coronavirus, qui a paralysé l'économie mondiale. Cette situation inédite a entraîné une forte baisse de la demande, mais aussi de l'offre de pétrole. Le nombre de forages en activité aux Etats-Unis a ainsi baissé depuis 11 semaines d'affilée, retombant à 222 (contre 237 vendredi dernier, et 677 fin décembre 2019 !), selon les données hebdomadaires de la firme parapétrolière Baker Hugues.
De son côté, l'once d'or repart reste ferme à 1.742$. Le métal jaune progresse d'environ 12% depuis le début de l'année. Sur les devises, l'euro pointe en hausse à 1,1140/$ entre banques. Le dollar recule alors que de nombreuses grandes villes américaines sont en proie à des violences en dépit des couvre-feux mis en place. Le mouvement qui avait commencé par des manifestations pacifiques répondant à la mort d'un homme brutalement interpellé par la police la semaine passée à Minneapolis s'est transformé en vague contestataire violente parfois émaillée d'émeutes et de pillages...

INDICATEURS ECONOMIQUES A SUIVRE

Etats-Unis :
- Indice PMI manufacturier final américain. (15h45)
- ISM manufacturier américain. (16h00)
- Dépenses de construction. (16h00)
Europe :
- Indice Markit PMI manufacturier britannique final. (10h30)

VALEURS EN HAUSSE

Groupe Partouche (+8%) rouvrira l'ensemble de ses 38 casinos français le mardi 2 juin. Les casinos suisses rouvriront le samedi 6 juin, et celui de Djerba (Tunisie) le 4 juin. Aucune décision n'est encore prise pour la Belgique.
Un protocole sanitaire strict est mis en place par le groupe. Il vient compléter les gestes barrières pour adapter l'activité de ses sites à la prévention du COVID 19. Notamment, et parmi un ensemble de mesures, Groupe Partouche prévoit que dans un premier temps seules les machines à sous et les formes électroniques de jeux traditionnels seront disponibles, les jeux de tables (traditionnels) ne seront rouverts que dans un second temps, en application de dispositions réglementaires.
Afin de respecter la distanciation physique, les terminaux de jeux ont été espacés, et certains seront de surcroît séparés par des parois en plexiglass. Le port du masque sera obligatoire pour les collaborateurs et les clients. Des masques, du gel hydroalcoolique, des lingettes désinfectantes seront mis à disposition des clients. Une désinfection régulière des équipements sera effectuée.
Une formation relative à la connaissance du coronavirus et aux pratiques concrètes de prévention de l'épidémie du Covid-19 est dispensée aux personnels.
Le Groupe Partouche a élaboré un plan de reprise d'activité dans le plus strict respect des directives gouvernementales, afin de s'assurer de la santé et de la sécurité de son personnel et de sa clientèle, explique le management.
Les activités de restauration au sein des casinos vont également pouvoir reprendre, avec les contraintes liées à cette activité. Il en sera de même des activités hôtelières qui reprendront progressivement et selon les sites.

Rallye : +6% avec Tessi, Eutelsat, Geci

Celyad (+6%) a annoncé une mise à jour des programmes allogéniques de la société. Cela comprend des données supplémentaires provenant de l'essai de phase 1 alloSHRINK évaluant le candidat CAR-T allogénique CYAD-101 sans modification génomique, basé sur une molécule inhibitrice des récepteurs des cellules T (TCR) (appelé TIM pour TCR-inhibitory molecule), pour le traitement du cancer colorectal métastatique (mCRC), ainsi qu'une mise à jour de la plateforme shRNA (short hairpin RNA ou petits ARN interférant en épingle à cheveux) de la société qui renforce la prochaine génération de produits candidats CAR-T de la série CYAD-200. Ces données ont été présentées lors du congrès scientifique virtuel de l'ASCO 2020 (American Society of Clinical Oncology), du 29 au 31 mai 2020.

Publicis : +5% avec Air France KLM, Faurecia, DBV, Elior, Verallia, Natixis, Bolloré

PSA : +5%. Les immatriculations de voitures neuves en France ont plongé de 50,34% en mai, conséquence de l'interruption du trafic dans les concessions, fermées à cause de l'épidémie de coronavirus, et du confinement de la population pour l'endiguer. Il s'est immatriculé dans l'Hexagone le mois dernier seulement 96.310 véhicules particuliers, a annoncé le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) lundi. Mai a compté cette année 18 jours ouvrables, contre 20 l'an dernier.
Les immatriculations de voitures neuves du groupe PSA, qui regroupe les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, ont chuté de 56,07% par rapport au même mois de 2019.
Le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine), déjà secoué l'an dernier par les difficultés de son partenaire Nissan et par la dégradation de plusieurs marchés émergents qui ont fait son succès, a vu quant à lui ses immatriculations en France plonger de 50,39% le mois dernier...

Renault (+4%). Le groupe n'a pas l'intention de fermer le site de Maubeuge dans le Nord mais pourrait en revanche céder celui de Caudan (Morbihan) dans le cadre de la réorganisation de ses usines en France, a déclaré dimanche son président Jean-Dominique Senard.
Pour redresser sa situation financière après sa première perte nette annuelle en dix ans, le constructeur automobile a annoncé vendredi 15.000 suppressions de postes, dont 4.600 en France.

Eramet : +3,5% suivi de Devoteam, TechnipFMC, CGG, Kepierre, AST et Lagardere

Sodexo : +3% avec Vallourec, CNP, Figeac, BigBen, Tarkett, Essilor, Coface

EDF (+3%) et son partenaire chinois CGN ont annoncé ce matin avoir franchi un nouveau jalon dans la construction du projet de centrale nucléaire EPR d'Hinkley Point C, dans le sud-ouest de l'Angleterre, avec l'achèvement du radier du réacteur no2, conformément au calendrier qu'ils s'étaient fixé et malgré l'impact du coronavirus.

Sanofi (+2%). Le groupe a achevé la vente de ses 13 millions d'actions ordinaires de Regeneron par voie d'offre publique, au prix de 515 dollars l'action. Cette opération inclut l'option de surallocation qui a été pleinement exercée par les banques coordinatrices.
Sanofi annonce également le rachat, par Regeneron, de 9,8 millions d'actions ordinaires directement à Sanofi pour une valeur approximative de 5 milliards de dollars.
L'offre publique a permis à Sanofi de vendre l'intégralité de sa participation au capital de Regeneron, exception faite de 400.000 actions de Regeneron que conserve Sanofi, pour un produit brut total de 11,7 Mds$.
L'offre publique et le rachat d'actions n'auront aucun impact sur la collaboration en cours entre Sanofi et Regeneron. La collaboration clinique et commerciale fructueuse entre les 2 entreprises remonte à 2003 et aura permis d'aboutir à la création de 5 traitements approuvés à ce jour. D'autres candidats sont actuellement en développement clinique.
L'offre publique a été menée simultanément aux Etats-Unis et à l'international par l'intermédiaire de banques pilotées par BofA Securities et Goldman Sachs & Co. LLC, coordinateurs globaux de l'opération et teneurs de livre, en collaboration avec Barclays, BNP PARIBAS, Citigroup, J.P. Morgan et Morgan Stanley, teneurs de livre.

ADLPartner (+1%) a réalisé au 1er trimestre 2020 un chiffre d'affaires de 35,6 millions d'euros en progression de 6,3% et un volume d'affaires brut de 72,7 millions d'euros en hausse de +3,4%. Cette dynamique est toujours largement tirée par le développement des activités de marketing digital en phase avec la stratégie du Groupe axée sur l'innovation marketing par la data, à la fois par croissance organique et par croissance externe.

Nanobiotix (stable) a annoncé les nouvelles données de la partie expansion de son étude de phase I évaluant le potentiel d'une nouvelle classe de produit, NBTXR3 activé par la radiothérapie, à améliorer les résultats du traitement des patients âgés atteints d'un cancer localement avancé de la tête et du cou inéligibles à la chimiothérapie ou intolérant au cetuximab.
Les données ont été publiées dans le cadre du programme scientifique virtuel du congrès annuel 2020 de l'American Society for Clinical Oncology (ASCO).

VALEURS EN BAISSE

Genomic Vision (-7%). Le chiffre d'affaires du 1er trimestre 2020 s'élève à 552 kE. Il est en hausse de +11,5% par rapport au 1er trimestre 2019. Les ventes de produits comprennent notamment la vente d'une plateforme au Leibnitz Institute on Aging (Fritz Lipmann Institute), en Allemagne.
Le total des revenus de l'activité du 1er trimestre, après prise en compte des autres revenus, est en baisse de -5,9% par rapport au 1er trimestre 2019. Les autres revenus, d'un montant de 121 kE, correspondent principalement au crédit d'impôt recherche, en baisse par rapport à l'année dernière compte tenu du plan de restructuration qui a entrainé une baisse des effectifs de R&D. Par ailleurs, contrairement à 2019, aucune subvention n'a été comptabilisée au 1er trimestre 2020.
Genomic Vision disposait d'une trésorerie de 1,2 million d'euros au 31 mars (1,1 ME au 31 décembre 2019). Cette amélioration tient compte du tirage de la 3e tranche, d'un montant de 1 ME, dans le cadre du programme de financement en fonds propres (ABSA) mis en place avec Winance en mars 2019. La consommation de trésorerie, hors augmentation de capital, au cours du 1er trimestre 2020 ressort à 0,9 ME, démontrant une bonne maîtrise des dépenses et du besoin en fonds de roulement de la société.
La société rappelle avoir procédé au tirage de la dernière tranche du financement en fonds propres et son partenaire Winance a également exercé les BSA attachés à la 3e tranche. La société vient ainsi de renforcer sa trésorerie et ses fonds propres de 1,9 ME, et dispose désormais des ressources nécessaires au développement de ses activités sur l'ensemble de l'exercice.

Europcar : -5%. Morgan Stanley repasse de 'surpondérer' à 'pondération en ligne' sur le dossier en ciblant 2 euros

P&V : -4% suivi de Onxeo et de Vilmorin (-2%)

Chargeurs : -1% avec Getlink et Seb

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !