Cotation du 07/08/2020 à 18h05 CAC 40 +0,09% 4 889,52
  • PX1 - FR0003500008

Ouverture Paris : au rebond !

Ouverture Paris : au rebond !
Ouverture Paris : au rebond !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La bourse de Paris met fin à sa série baissière à l'issue de 5 journées de repli, en rebond de 0,65% à 4.961 pts ce mercredi. Les réactions aux nombreuses publications semestrielles se poursuivent, alors que Carrefour, Spie, Kering, TF1, M6, Capgemini, Schneider, Sanofi, Nexans ou encore Bic ont présenté leurs comptes ! En Asie aussi, la tendance est partagée, coupée en deux entre la hausse de Shanghai qui grimpe de 1,7% avec Seoul (+0,4%) et Hong Kong (+0,3%), tandis que Taiwan recule de 0,5%, et que la bourse de Tokyo glisse de 1,2%.

WALL STREET

En clôture de marché à Wall Street hier soir, l'ensemble de la cote a reculé dans le calme. Le S&P500 a perdu finalement 0,65% à 3.218 pts, alors que le DJIA a cédé 0,77% à 26.379 pts. La baisse du Nasdaq a été plus prononcée puisque l'indice star des dernières semaines a redonné 1,27%, revenant à 10.402 pts, après une journée de lundi ou les valeurs technologiques avaient encore animé la cote. Le baril de brut WTI marque le pas avec un repli de 1,6%, revenant sous les 41$ sur le Nymex. Le Brent recule à 43$ ce matin. L'once d'or en revanche reste haut perché à 1.953$...

ECO ET DEVISES

Les opérateurs espèrent de nouvelles mesures de soutien à l'économie de la part des banques centrales et des différents gouvernements et suivront ce soir les annonces de la Fed à l'issue de sa réunion FOMC de politique monétaire. La réunion en question ne devrait toutefois pas déboucher sur des annonces fracassantes de la part de la Banque centrale américaine. La Fed pourrait néanmoins donner des indications sur d'éventuelles mesures ultérieures espérées pour septembre ou durant le quatrième trimestre...
En attendant, la Réserve fédérale a annoncé mardi la prolongation de plusieurs de ses facilités de crédits jusqu'à la fin de l'année, du fait de l'impact durable du nouveau coronavirus. La décision s'applique aux programmes arrivant à échéance autour du 30 septembre. Cette prolongation de trois mois facilitera la planification par les participants potentiels aux programmes et assurera leur continuité pour aider l'économie à se redresser. La Fed a indiqué que ces prolongations concernaient notamment le dispositif de prêts aux petites et moyennes entreprises 'Main Street Lending Program'.
Pendant ce temps, Donald Trump a de nouveau assuré de sa confiance dans le rétablissement de l'économie américaine. Il a même jugé que "beaucoup de gouverneurs devraient déconfiner des Etats qu'ils ne déconfinent pas"...
La Maison blanche et les sénateurs républicains sont parvenus en parallèle à un accord de principe sur un plan de 1.000 milliards de dollars aux Etats-Unis pour faire face aux effets de la pandémie. Le plan comprend un dispositif visant à prolonger les allocations chômage supplémentaires afin que les personnes licenciées puissent bénéficier de 70% de leur précédent salaire. Ce plan est moins imposant que le texte déposé il y a deux mois par les démocrates, majoritaires à la Chambre, et qui prévoit des aides de 3.000 milliards...

La présentation du plan de soutien de 1.000 milliards de dollars de la majorité républicaine au Sénat a ouvert la voie à des négociations avec les démocrates, alors que des mesures exceptionnelles d'indemnisation dont bénéficient des millions d'Américains au chômage doivent expirer en fin de semaine...
Le chef de file des sénateurs démocrates, Chuck Schumer, a qualifié ce projet en première approche de "totalement inadapté", estimant qu'il reviendrait à réduire de 30% les aides fédérales aux chômeurs...
Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat, a pour sa part déclaré que ce projet prévoyait des aides supplémentaires pour les chômeurs, sans les chiffrer, ainsi que le versement direct d'une allocation exceptionnelle de 1.200 dollars pour chaque Américain. Des incitations sont aussi prévues pour favoriser la fabrication aux Etats-Unis, plutôt qu'en Chine, de matériel de protection pour le personnel soignant. Le projet contient par ailleurs une "puissante protection juridique" pour les entreprises...
Sur les devises, l'euro se négocie fermement à 1,1715/$ entre banques.

A SURVEILLER

Etats-Unis :
- Balance du commerce international de biens. (14h30)
- Rapport hebdomadaire du Département à l'énergie sur les stocks pétroliers domestiques. (16h30)
- Communiqué de politique monétaire de la Fed. (20h00)
- Conférence de presse de Jerome Powell. (20h30)

BROKERS

Jefferies 'conserve' Faurecia avec un cours cible ajusté de 34 à 35 euros. Le broker est à l'achat sur Peugeot avec un objectif réhaussé à 20 euros. Jefferies conserve Scor avec un objectif ramené à 24 euros.
Deutsche Bank repasse à l'achat sur Sodexo en ciblant un cours de 70 euros.
Berenberg repasse à l'achat sur Verallia en ciblant un cours de 31 euros.
Genesta est à 'achat fort' sur BigBen en ciblant un cours de 19,60 euros.

VALEURS EN HAUSSE

Spie grimpe de 9% à 14,50 euros ce mercredi, alors qu'au S1, la performance du groupe est ressortie résiliente, avec une bonne reprise à partir de juin. La production s'inscrit à 3.022 millions d'euros, soit -6,8% par rapport au S1 2019 (organique : -9%). L'EBITA est de 93,3 millions d'euros, soit 3,1% de la production (4,8% au S1 2019).
L'activité est actuellement revenue proche de la normale, précise la direction. Le groupe souligne une nette amélioration du besoin en fonds de roulement, à -15 jours de production à fin juin 2020 hors bénéfice des mesures gouvernementales de report d'échéances, contre -7 jours à fin juin 2019.
L'excellent niveau d'encaissements clients dans l'ensemble du Groupe témoigne de la gestion rigoureuse ainsi que de la qualité de la base de clientèle.
Financièrement, le groupe souligne une baisse de 377 millions d'euros de la dette nette par rapport à juin 2019. Le levier financier à fin juin 2020 est de 3,6x, inférieur à celui de fin juin 2019 (3,9x). Le maintien d'une liquidité élevée est aussi à souligner, à 1,1 milliards d'euros à fin juin 2020.

Le chiffre d'affaires du premier semestre de Bic (+6%) s'est élevé à 775,8 millions d'euros, en baisse de 18,2% à base comparable. "Bien que les tendances de marché demeurent difficiles dans nos trois catégories, la performance du premier semestre a été significativement affectée par la rapide propagation de l'épidemie de COVID-19, dont l'impact sur le chiffre d'affaires du premier semestre est estimé entre 11 et 12 points à base comparable".
Au 1er semestre 2020, l'augmentation du résultat financier s'explique par l'impact plus favorable de la réévaluation des actifs financiers libellés en dollars US comparée à décembre 2019 (contre le BRL et MXN). Le résultat avant impôt du premier semestre 2020 était de 33,9 millions d'euros, contre 124,4 millions d'euros au S1 2019.

Sur le premier semestre, le chiffre d'affaires de Nexity (+6%) est de 1.716 ME, -7% par rapport au S1 2019. L'EBITDA est en baisse de 28% à 163 ME, soit 9,5% de taux de marge. Le Résultat net part du Groupe s'élève à 7 ME. Cette évolution s'explique principalement par l'impact du confinement sur les activités du premier semestre.
L'endettement financier net (avant obligations locatives) est de 1.381 ME, une hausse essentiellement en lien avec la croissance du backlog de l'Immobilier résidentiel à +14%.
Les réservations de logements neufs en France représentant 2.023 Me, stable en volume et +5% en valeur avec une reprise dynamique des réservations au mois de juin.
Le Backlog en promotion est de 5,7 Milliards d'Euros, soit +11% par rapport à fin décembre 2019.
Le groupe mise sur une nette amélioration attendue pour le S2 2020, sans pour autant retrouver les niveaux du S2 2019.

Chez Kering (+5%), le chiffre d'affaires au premier semestre est de 5.378,3 ME, en retrait de -29,6% en données publiées et de -30,1% en comparable.
Sur le deuxième trimestre, les revenus sont de 2.175 ME, soit -43,5% en données publiées et -43,7% en comparable...
Le résultat opérationnel courant s'élève à 952,4 ME, à -57,7% par rapport au premier semestre de l'année précédente. Le résultat net part du Groupe s'établit à 272,6 ME, -53%.
La perte de chiffre d'affaires constatée au premier semestre 2020 ne devrait pas être compensée au second semestre. Dans ce contexte, Kering a mis en oeuvre toutes les mesures nécessaires pour adapter sa base de coûts et contenir le besoin en fonds de roulement, sans renoncer aux dépenses et investissements visant à protéger les positions de marché de ses marques...

M6 (+5%) affiche au premier semestre 2020 un chiffre d'affaires consolidé de 557,3 ME, en baisse de 157,2 ME (-22%). Le confinement de la population et l'arrêt quasi-intégral de l'économie française ont affecté très sévèrement les différentes activités du Groupe, tant la publicité plurimedia (-138,7 ME) que les activités non-publicitaires (-18,5 ME).
Dans ce contexte, M6 se félicite d'avoir su adapter très rapidement son niveau de charges d'exploitation, réalisant 92,2 ME d'économies, dont 49,1 ME sur les programmes et 43,1 ME sur les autres coûts.
M6 dégage ainsi un résultat opérationnel courant (EBITA) consolidé de 84,4 ME, contre 148,3 ME au 1er semestre 2019, soit une baisse de -63,9 ME et une marge opérationnelle de 15,1% contre 20,7% un an plus tôt. Hors plus-values de cessions, le résultat net s'élève à 42,7 ME, en recul de -45,3 ME, soit -51,5%. En dégageant 119,6 ME de plus-values sur le semestre, le résultat net de la période s'établit à 162,3 ME (+83,6%).

Le Chiffre d'affaires de Sopra Steria (+5%) ressort à 2.166,7 ME, en retrait organique de 2,6 %, soit une variation dans le haut de la fourchette d'objectifs communiquée le 24 avril 2020 (entre -2% et -6%). Le Taux de marge opérationnelle d'activité est de 6,1% (6,8% au 1er semestre 2019). Le Résultat net part du Groupe s'inscrit à 43,7 ME (60,9 ME au 30/06/2019). La Dette financière nette ressort légèrement inférieure à son niveau du 31 décembre 2019 grâce à un flux net de trésorerie disponible de 37,1 ME sur le 1er semestre 2020.
Sur la base de l'environnement connu à fin juillet 2020, les objectifs que se fixe Sopra Steria pour l'ensemble de l'exercice 2020 sont les suivants :
-Variation organique du chiffre d'affaires comprise entre -2% et -4%
-Taux de marge opérationnelle d'activité comprise entre 6% et 7%
-Flux net de trésorerie disponible compris entre 80 ME et 120 ME.

BigBen : +5% avec Verallia

Capgemini (+4%). Le chiffre d'affaires réalisé par Capgemini sur le 1er semestre 2020 est estimé à 7,58 milliards d'euros en hausse de +8,2% par rapport à celui publié pour la même période de 2019. Corrigée des effets de taux de change, cette croissance s'établit à +7,9%. Sur les 6 premiers mois de l'année la croissance organique s'établirait à -3,4%.
La marge opérationnelle sur la première moitié de l'année 2020 est estimée à 817 millions d'euros et 10,8% du chiffre d'affaires. La contraction du taux de marge opérationnelle par rapport à la même période de l'année 2019 est contenue à 60 points de base, en ligne avec le plan de marche du Groupe pour démontrer en 2020 le renforcement de sa résilience.
La génération de free cash-flow organique sur le 1er semestre de l'année est estimée à un montant d'environ 100 ME (90 ME en 2019), en dépit d'une augmentation cette année des frais financiers et des autres charges opérationnelles liée à l'acquisition d'Altran.

Schneider Electric (+4%) a dévoilé des comptes semestriels supérieurs aux attentes des analystes et dévoile de nouveaux objectifs 2020, avec une ambition de marge à moyen terme réitérée. Sur les six premiers mois de l'année, le groupe enregistre un EBITA ajusté de 1,576 milliard d'euros, en baisse organique de 18,4%, tandis que la marge d'EBITA ajusté s'élève à 13,6%, en recul organique de 130 points de base. Le résultat net ajusté recule de 26% à 995 millions d'euros pour un chiffre d'affaires en repli de 12,3% à 11,58 MdsE (-10,5% en organique).
Le taux de marge brute s'améliore de 20 points de base en organique à 39,9%, principalement grâce à des effets prix positifs, des gains de productivité ainsi qu'à un effet mix positif. Malgré la baisse du chiffre d'affaires, la forte génération de cash-flow libre se confirme, à 965 millions d'euros (+15%).

Technicolor : +3% avec Imerys, Gecina, Inventiva, Rallye

TF1 (+2%) est parvenu à maintenir ses résultats dans le vert au premier semestre grâce notamment à 107 millions d'euros d'économies sur le coût des programmes. Le résultat opérationnel courant a ainsi fondu de 58,4% à 67,8 millions d'euros pour un chiffre d'affaires consolidé de 883,5 millions d'euros, en recul de 261,7 millions d'euros (-22,9%). Hors effet périmètre, la baisse atteint -22,6%. Le résultat net part du Groupe s'établit à 38,4 ME, en recul de 64,2%.
Au global, l'impact de la crise sanitaire et ses conséquences sur les performances du Groupe au cours du premier semestre se traduisent par une perte d'opportunité de chiffre d'affaires de l'ordre de 250 millions d'euros et un impact sur le résultat opérationnel courant de l'ordre de 100 ME.
Compte tenu des impacts significatifs de la crise liée au Covid-19 enregistrés au premier semestre et des incertitudes quant à l'évolution de celle-ci sur la deuxième partie de l'année, le Conseil d'Administration, qui s'est tenu le 28 juillet, renonce définitivement au versement d'un dividende au titre de l'exercice 2019. Toutefois, le Groupe veillera à maintenir, sur le long terme, une politique de retour aux actionnaires comme il a su le faire dans le passé.
Pour les mêmes raisons et les incertitudes persistantes quant à l'évolution de la propagation du virus et de ses conséquences, le groupe TF1 renonce à ses objectifs pour l'année 2021, à savoir pour le pôle Unify, un chiffre d'affaires d'au moins 250 millions d'euros et un taux de marge d'EBITDA d'au moins 15%, et pour le Groupe, une amélioration de la rentabilité sur capitaux engagés par rapport à celle de 2018.

Sodexo : +1,5% avec Figeac, Getlink, Rexel, Danone, Infotel

Solvay (+1%) annonce un free cash flow aux actionnaires des activités poursuivies en forte hausse qui ressort à 435 ME sur le premier semestre, contre 33 ME à la même période en 2019, dont 233 ME réalisés au second trimestre 2020. Cette performance a été majoritairement réalisée grâce à la gestion rigoureuse du fonds de roulement.
Le chiffre d'affaires du premier semestre ressort à 4.649 ME, en baisse de -11% par rapport au S1 2019. Depuis le mois d'avril dernier, le recul des volumes a impacté les secteurs de l'aéronautique, de l'automobile, du pétrole et du gaz et la construction. Les secteurs de la santé, de l'agroalimentaire, des soins à la personne et la maison, et de l'électronique se sont révélés plus résilients et ont ainsi atténué le recul des marchés en difficulté. Le chiffre d'affaires du second trimestre s'est établi à 2.175 ME, à -18 % par rapport au T2 2019, dû essentiellement à la baisse des volumes.
Le groupe souligne l'alignement rapide de l'outil de production à un niveau de demande inférieur et accélération des réductions de coûts pour une économie brute totale de 170 ME au premier semestre.
L'EBITDA sous-jacent du premier semestre est de 1.008 ME, en baisse de 15,6% par rapport au S1 2019. L'EBITDA du second trimestre ressort à 439 ME, en recul de 29,5% par rapport au T2 2019, du fait de la baisse des volumes alors que la dynamique des prix est restée positive.

Carrefour (+1,5%). L'activité commerciale du groupe a été soutenue au T2 à +6,3% en comparable (LFL) en dépit du confinement. Le groupe fait état d'une bonne dynamique en mai/juin à +9,4% LFL, après la phase de confinement en avril.
Le Brésil à +14,9% LFL et l'Espagne à +9,8% LFL bénéficient d'un modèle compétitif et d'une exécution sans faille.
En France est à +0,7% LFL, les hypermarchés, pénalisés en avril pendant le confinement, voient leurs performances s'améliorer depuis mai. On constate aussi une bonne performance en supermarchés et en proximité.
Carrefour affiche une forte progression du résultat opérationnel courant (ROC) et du cash-flow libre. Le ROC est en forte croissance à +29% à changes constants, à 718 ME.
On note aussi une progression du cash-flow libre net retraité des exceptionnels à +95 ME. Le résultat net ajusté, part du Groupe s'améliore de +98 ME, à 253 ME contre 155 ME au S1 2019.
Le Plan d'économies est relevé à 3 MdsE vs 2,8 MdsE en année pleine à fin 2020.

SQLI (+1%) annonce son chiffre d'affaires consolidé du 1er semestre 2020, période marquée par la crise sanitaire et la violente contraction du marché, notamment en France.
Ainsi, à 110,3 ME, le chiffre d'affaires à fin juin 2020 s'inscrit en repli de 10,3% sur un an et à -13,3% à périmètre et taux de change constants.
Grâce aux mesures de gestion mises en oeuvre, le groupe prévoit un résultat opérationnel (EBIT) semestriel positif.

Nexans (+0,6%) est tombé dans le rouge au premier semestre, essuyant une perte nette part du Groupe de 55 millions d'euros, comprenant un impact estimé négatif de 75 ME au titre du Covid-19. Pour compenser le ralentissement généralisé de la demande et préserver la rentabilité, le Groupe a accéléré son plan de transformation en prenant de nouvelles mesures de réduction et d'optimisation des coûts, et en déployant le programme SHIFT dans l'ensemble des unités.
L'EBITDA s'établit à 162 millions d'euros, contre 195 ME un an plus tôt, soit 5,6% du chiffre d'affaires à cours des métaux constants (contre 6% au premier semestre 2019). La marge opérationnelle s'établit à 83 millions d'euros, soit 2,9%, pour un chiffre d'affaires de 2,895 milliards d'euros à cours des métaux constants, en repli organique de -9,8%. La dette nette a significativement baissé, s'établissant à 276 ME au 30 juin contre 709 ME un an auparavant.
Alors que la situation mondiale dictée par l'épidémie s'est désormais légèrement améliorée, et compte tenu des actions engagées au premier semestre par le Groupe pour en limiter les effets de la crise sanitaire sur ses opérations, sous réserve des changements importants pour le second semestre 2020 (absence de changement important dans l'environnement macro-économique globalement ; absence d'impact du Covid-19 sur les filiales et leurs activités, qui resteraient préservées et pleinement opérationnelles ; absence de ralentissement de la demande du marché ; absence d'une deuxième vague de la pandémie qui affecterait significativement les opérations réalisées par Nexans), le management réintroduit ses perspectives pour l'année 2020. A savoir, un EBITDA entre 310 et 370 ME ; une génération de trésorerie (free cash-flow) positive; et une rentabilité des Capitaux Employés (ROCE) avant impôts entre 7% et 10%.

Sanofi (stable) et GSK sont parvenus aujourd'hui à un accord avec le gouvernement britannique visant la fourniture de 60 millions de doses de leur vaccin contre la Covid-19, sous réserve de la signature d'un contrat définitif. Le candidat-vaccin, développé par Sanofi en partenariat avec GSK, repose sur la technologie de protéine recombinante que Sanofi a employée pour produire un vaccin contre la grippe et sur la technologie éprouvée de production d'adjuvants à usage pandémique mise au point par GSK...
Sanofi a annoncé une croissance du BNPA des activités de 9,2% au S1 2020 soutenue par la transformation. Les ventes du T2 reflètent la forte performance de Dupixent qui a été plus que compensée par les effets négatifs liés au COVID-19 sur les Vaccins, la Médecine Générale et la Santé Grand Public. Le chiffre d'affaires s'est établi à 8.207 millions d'euros, en baisse de 4,9% à données publiées et de 3,4% à TCC.
Les ventes de la Médecine de Spécialités ont progressé de 17,4%, soutenues par la solide performance de Dupixent (+70%, à 858 millions d'euros).
Les ventes de Vaccins ont baissé (-6,8%) en raison des mesures de confinement malgré une forte demande de vaccins grippe dans l'hémisphère Sud.
En Médecine Générale, les ventes ont reculé (-12,7%) en raison notamment du report des interventions chirurgicales non urgentes lié au confinement et du déstockage.
Le chiffre d'affaires de la Santé Grand Public a diminué de 8%, reflétant la réduction des stocks constitués par les patients, la baisse des visites en officine, ainsi que le rappel volontaire de Zantac.
Le BNPA des activités au T2 2020 a bénéficié d'un gain lié à la réévaluation de titres et des initiatives d'économie.
Au T2 2020, le résultat net des activités a augmenté de 3,6%, à 1.601 millions d'euros (5,6% à TCC).
Au T2 2020, le BNPA des activités est de 1,28 euro, en hausse de 4,8% à TCC, (1,18 euro en excluant la revalorisation des actions Regeneron conservées).
990 millions d'euros d'économies ont été générées au premier semestre 2020.
Au T2 2020, le BNPA IFRS a atteint 6,07 euros, reflétant la plus-value générée par la vente des actions Regeneron.
Sanofi anticipe maintenant un BNPA des activités 2020 en croissance comprise entre 6% et 7% à TCC, sauf événement majeurs défavorables imprévus. L'effet des changes moyens sur le BNPA des activités 2020 est estimé à environ -3% à -4% en appliquant les taux de change moyens de juillet 2020.

VALEURS EN BAISSE

Akka : perd encore 6% après ses comptes

CGG (-5%) a présenté un Chiffre d'affaires et un EBITDA impactés par les crises au T2. Le Chiffre d'affaires est de 239 M$, le résultat opérationnel de (32) M$ et résultat net de (147) M$.
Le chiffre d'affaires des activités ressort à 202 M$, en baisse de 41% d'une année sur l'autre.

Eurazeo : -4% suivi de Bureau Veritas, Soitec

TechnipFMC : -3% avec Faurecia, Vallourec, Genfit, Renault

Alten (-2%) a vu son chiffre d'affaires du premier semestre 2020 reculer de 4% à 1,24 milliard d'euro, dont -14% en France et +3,9% à l'International. A périmètre et change constants à fin juin, l'activité décroit de 7,3% : - 13,7% en France et - 2,2% hors de France. En dépit d'une saisonnalité favorable (+ 0,7 jour ouvré au premier semestre 2020), l'activité a été lourdement impactée par la crise sanitaire depuis la mi-mars.
"Au milieu du second trimestre 2020, la sortie du confinement en Europe, et en particulier en France ne s'est pas accompagnée d'une reprise franche de l'activité, cette dernière reprenant très progressivement chez les clients ayant suspendu leurs projets, dans le respect des protocoles sanitaires", explique Alten.

Air France KLM : -1,5% avec Lagardere, Alten, SG

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !