Cotation du 04/08/2020 à 18h05 CAC 40 +0,28% 4 889,52
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : toujours proche des 5.000 points

Mi-séance Paris : toujours proche des 5.000 points
Mi-séance Paris : toujours proche des 5.000 points
Crédit photo © Reuters
(Boursier.com) —

LA TENDANCE

Le rebond engagé ce matin à l'ouverture par le CAC40 tourne court. De retour au-dessus des 5.000 points dès l'ouverture, le CAC40 est désormais stable autour de 4.980 points vers la mi-journée. Les volumes de transactions faiblissent alors que la période des publications semestrielles commence à peine.

L'inquiétude persiste devant la résurgence des nouveaux cas de contaminations au Covid-19 aux Etats-Unis et le retour de mesures de confinement dans plusieurs pays. Le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus depuis le début de l'épidémie ressort désormais à 11,863 millions dans le monde, alors que le nombre de morts s'élève à 544.949. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché, avec près de 3 millions de cas confirmés et 131.481 décès. Plus de 59.000 nouveaux cas ont été recensés au cours des vingt-quatre dernières heures, un record, et le nombre de décès supplémentaires a dépassé les 900, un niveau jamais constaté depuis juin.

VALEURS EN HAUSSE

* Soitec grimpe de 3% ce jeudi à 105 euros, son meilleur niveau de l'année, alors que le groupe a annoncé la signature d'un accord commercial avec Qualcomm Technologies portant sur l'approvisionnement de substrats innovants piézoélectriques-sur-isolant pour les filtres RF 4G et 5G. Le substrat Piezoelectric-on-Insulator (POI) de Soitec apporte une forte valeur ajoutée aux filtres 5G des smartphones pour les marchés de masse. Parmi les derniers avis de brokers, la Deutsche Bank a revalorisé le dossier de 84 à 92 euros tout en restant à 'conserver'.

* Michelin gagne 1% à 92,4 euros. RBC a débuté le suivi de Michelin avec un conseil 'surpondérer' et une cible de 112 euros.

* Schneider gagne 0,4% à 98,1 euros. Citigroup a revalorisé Schneider Electric de 83 à 100 euros.

* 2CRSI progresse de 7% à presque 4 euros. Portzamparc a revalorisé le titre de 5,1 à 6 euros ('acheter').

* Focus Home Interactive (+5% à 36,7 euros) a été informée, le 8 juillet, par FLCP & Associés au travers de sa filiale Neology Holding, Société Civile Nabuboto (Nabuboto) et Innelec Multimédia de la signature à cette date d'un contrat portant sur la cession par Nabuboto et Innelec Multimedia de l'intégralité des 1.883.218 actions Focus Home Interactive qu'elles détiennent, soit 35,48% du capital, au profit de Neology Holding. Cette cession se ferait sur la base d'un prix de 40 euros par action Focus Home Interactive. A ce jour, Neology Holding n'a pas l'intention de déposer un projet d'offre publique d'achat volontaire sur les titres restants de Focus Home Interactive admis aux négociations sur le marché Euronext Growth Paris.

VALEURS EN BAISSE

* Pierre et Vacances Center Parcs (-1,6% à 15,5 euros) renonce à Roybon. Depuis plus de 10 ans, des procédures judiciaires contestant les autorisations administratives ont fait obstacle à la réalisation du projet. L'accès du site étant bloqué par des "zadistes" occupant illégalement le terrain depuis 2014, Center Parcs a décidé de se retirer de ce projet.

* bioMérieux perd 4,5% à 128 euros après la publication d'un chiffre d'affaires semestriel de 1,476 MdE, en croissance organique de 15,7%. Le laboratoire a précisé que ses objectifs 2020 restaient suspendus compte tenu du manque de visibilité sur l'évolution de la crise sanitaire.

* Alstom (-0,4% à 42,8 euros) proposera ce jeudi à la Commission européenne des concessions, parmi lesquelles la cession d'une usine produisant des trains régionaux en France, afin d'obtenir l'aval de Bruxelles à son projet de rachat des activités de transport ferroviaire du canadien Bombardier, ont indiqué mercredi trois sources proches du dossier.

* Airbus (-1% à 65,1 euros) a livré 36 avions commerciaux en juin 2020, soit une augmentation de 12 appareils par rapport à mai (14 livraisons en avril). Elles portent le total du 1er semestre à 196 livraisons. Au 1er semestre 2020, Airbus a enregistré un total de 298 commandes nettes d'avions commerciaux. Cela se compare à 389 appareils au 1er semestre 2019. La baisse reflète la crise du COVID-19, explique le constructeur européen.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !