Cotation du 19/09/2018 à 10h04 CAC 40 +0,26% 5 377,87
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : toujours pas de rebond

Mi-séance Paris : toujours pas de rebond
Mi-séance Paris : toujours pas de rebond
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le rebond semblait bien fragile ce matin et il n'a pas tenu. Remonté initialement jusqu'à 5.267 points, le CAC40 est finalement en baisse de 0,15% en fin de matinée à 5.236 points. Par rapport aux 5.500 point de la semaine dernière, on observe maintenant une correction de presque 5%. Tant d'incertitudes planent toujours en lien avec les fronts du conflit commerciaux ouverts par Trump : la Chine, le Canada et désormais peut-être le Japon. Pour ce qui est de la Chine, l'attentisme est plus que jamais de mise alors que la menace de Trump concernant les 200 Mds$ de produits chinois à surtaxer est arrivée à échéance. La décision de Trump sur la Chine pourrait éclipser la statistique majeure attendue aujourd'hui : le rapport mensuel de l'emploi aux Etats-Unis. A Paris, les trois acteurs du marché électrique sont en berne : Schneider Electric, Rexel, et Legrand, tous trois perquisitionnés et soupçonnés d'entente illicite sur les prix.

VALEURS EN HAUSSE

* Plus forte hausse du CAC40, Kering gagne 1,70% à 437 euros.- Goldman Sachs a revalorisé la valeur de 590 à 605 euros, en reconduisant son avis "achat".

* Secoué au cours des deux dernières séances, Iliad s'offre la tête du SRD ce vendredi, sur un gain de plus de 6% à 111 euros. Un flux acheteur à mettre en relation avec une note d'Oddo BHF qui évoque un possible rachat de l'opérateur suite à la réorganisation des intérêts de l'actionnaire majoritaire et fondateur, Xavier Niel. Le broker cite 3 scénarios crédibles : un accord de grande envergure dans les télécoms en association avec KKR (Fastweb, KPN), un accord avec un groupe média (Lagardere Studios) ou un rachat des actionnaires minoritaires d'Iliad. Selon le courtier, un rachat est clairement possible même avec une prime de 50%. Une sortie de la cote ferait sens et est possible financièrement.

* April gagne 3% à 12,7 euros) : affiche, pour les six premiers mois de l'année 2018, un chiffre d'affaires consolidé de 492,1 ME, en croissance de 7,5% en publié par rapport à l'année précédente, et un résultat opérationnel courant en progression de 10,6% à 42,2 ME. Le chiffre d'affaires grimpe de 7% en proforma. La marge brute augmente de 4% à 221,6 ME. Le résultat net part du groupe s'apprécie de 15,4% à 27,5 ME.

VALEURS EN BAISSE

* Legrand (-1,5% à 62 euros) - Schneider Electric (-2,9% à 65,9 euros) - Rexel (-2,8% à 13,15 euros) : Les autorités française enquêtent sur une possible entente illicite dans le secteur de la fabrication et de la distribution de matériel électrique. Ainsi, quatre grands acteurs du secteur, Legrand, Rexel, Sonepar et Schneider Electric ont été l'objet jeudi de 12 perquisitions dans le cadre d'une enquête ouverte le 7 juin dernier, selon une source judiciaire citée par l'agence 'Reuters'.

* ST Microelectronics perd encore 1,6% sous les 16 euros. Le secteur des semi-conducteurs a fortement contribué à tirer l'indice Nasdaq à la baisse jeudi soir à Wall Street (-0,9%). L'indice de Philadelphie des semi-conducteurs a ainsi chuté de 2,6%, après une conférence organisée par Citigroup, qui a mis en évidence un risque de ralentissement du secteur au 2ème semestre 2018. Les intervenants de cette conférence ont indiqué que le rebond attendu des ventes de "semis" au 2ème semestre serait sans doute plus modeste que prévu. Les titres de Micron Technology (-9,9%) et de KLA-Tencor (-9,7%) ont été particulièrement affectés, tandis qu'Intel a cédé 0,9% et que son concurrent AMD a perdu 2,3%. Lam Research (-2,3%) et Applied Materials (-5,2%) ont aussi souffert.

* La pression reste forte sur Altran. Après avoir chuté de 8% jeudi dans le sillage d'une publication semestrielle marquée par une forte baisse du flux de trésorerie disponible, le titre du spécialiste des services d'ingénierie et de recherche et développement abandonne encore 6% sous les 8 euros. Invest Securities a dégradé le dossier de 'neutre' à 'vendre' tout en réduisant sa cible de 1 euro, à 7,30 euros. Kepler Cheuvreux a pour sa part reconduit son opinion 'conserver' mais a abaissé son objectif de 11 à 10 euros. Bryan Garnier se montre plus positif puisqu'il conseille toujours d''acheter' la valeur et maintient sa 'fair value' à 17 euros. La croissance devrait s'accélérer progressivement, tandis que l'amélioration de la rentabilité et l'intégration d'Aricent sont sur la bonne voie, selon le courtier.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com