Cotation du 19/08/2019 à 17h23 CAC 40 +1,28% 5 368,65
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : toujours en phase de consolidation

Mi-séance Paris : toujours en phase de consolidation
Mi-séance Paris : toujours en phase de consolidation
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La bourse de Paris reste en phase de consolidation. Après 4 séances précédentes de très légère baisse, la stabilité l'emporte pour l'instant avec un CAC40 calé autour des 5.500 points en fin de matinée. L'indice parisien ne bouge guère depuis l'ouverture avec une amplitude de variation qui dépasse à peine la dizaine de points. En soutien de fond, l'information de la presse chinoise qui évoque aujourd'hui un accord provisoire USA-Chine sur le commerce. Si l'information se confirme ce week-end lors du G20, nul doute que les marchés salueraient une excellente nouvelle pour la croissance économique mondiale. Mais on n'en est pas encore là...

Selon le quotidien de Hong Kong, South China Morning Post, les Etats-Unis et la Chine sont convenus d'une trêve provisoire dans leur différend commercial avant la rencontre prévue samedi entre les présidents des deux pays en marge du sommet du G20. Cette pause dans l'escalade commerciale éviterait l'imposition de droits de douane américains sur les 300 milliards de dollars restants de produits chinois. Et par là même ne gèlerait pas le commerce mondial et repousserait les perspectives de récession.

VALEURS EN HAUSSE

* Natixis tente de repartir du bon pied ce jeudi en regagnant 3% à 3,53 euros, dans des volumes toujours fournis. Sa filiale britannique H20 Asset Management, dans l'oeil du cyclone depuis une semaine en raison de l'illiquidité de certains actifs détenus en portefeuille et d'un potentiel conflit d'intérêt, a indiqué hier soir qu'elle prévoyait de cantonner les obligations d'entreprises non notées de ses fonds dans un nouveau portefeuille de titres "deep value". Quant aux flux des fonds, ils reviennent à la normale, a assuré son état-major. Le rebond du jour de Natixis est aussi attisé par un soutien de poids chez les analystes... UBS vient en effet de rehausser le curseur à l'achat sur la banque, contre une précédente recommandation "neutre", au motif que le marché 'price' actuellement un scénario noir, qualifié de "très peu probable".

* Société Générale se distingue à la hausse, sur un gain de près de 2,1% à 22,2 euros. Selon Bloomberg, Pierre Dach, analyste à Independent Research a relevé ce jeudi matin sa recommandation sur l'établissement français à "achat" contre un précédent avis fixé à "conserver". Le bureau de recherche valorise le groupe de Frédéric Oudea à 30,50 euros, soit légèrement au-dessus de l'objectif médian du consensus qui se situe à 29,90 euros. En baisse d'une vingtaine de pourcents depuis le 1er janvier, Société Générale ne fait pas l'unanimité chez les analystes puisque, toujours selon Bloomberg, on dénombre 6 opinions positives sur le dossier, soit autant que d'avis négatifs, et 15 conseils neutres.

* Renault gagne 0,7% à 54,9 euros. Alors que la participation de l'Etat français au capital du constructeur, à hauteur de 15%, est de plus en plus pointée du doigt par les dirigeants de Nissan et a été vilipendée par les petits actionnaires nippons lors de la dernière AG de Nissan, Emmanuel Macron a mis les pieds dans le plat en déclarant aujourd'hui que rien ne justifiait une baisse de la participation de l'Etat français au capital de Renault.

* Casino (+1,6% à 30,45 euros) a annoncé un projet visant à simplifier l'organisation de ses activités en Amérique latine via l'acquisition par sa filiale brésilienne GPA de l'intégralité du capital de l'entité colombienne Exito. Dans le cadre de ce projet, GPA va lancer une offre publique en numéraire sur Exito à laquelle Casino apportera sa participation de 55,3%, précise le distributeur français dans un communiqué.

VALEURS EN BAISSE

* Showroomprivé chute de 30% à 1,46 euro, durement touché par un avertissement sur ses résultats du premier semestre de l'exercice 2019. Pudiquement, le groupe de e-commerce mentionne un décalage de la performance économique semestrielle par rapport à la trajectoire du plan "Performance 2018-2020", ce qui ne lui permettra pas d'atteindre son objectif d'une profitabilité plus proche des niveaux historiques dès l'année en cours. Concrètement, Showroomprivé anticipe un Ebitda semestriel situé entre -12 ME et -15 ME avant prise en compte d'une dépréciation de stocks ponctuelle et sans impact sur la trésorerie de l'ordre de 10 ME. Le Groupe rappelle cependant réaliser historiquement l'essentiel de son Ebitda au second semestre compte tenu de sa saisonnalité (-1 ME lors du 1er semestre 2018 et +6 ME lors du 2nd semestre 2018). En cause notamment, l'environnement économique morose qui a pesé sur la tendance du chiffre d'affaires net (recul de 2,3% au 1er trimestre), et l'absence de campagnes importantes d'annonceurs comme en 2018. En ce qui concerne ses marges, Showroomprivé fait part de surcoûts logistiques importants, liés notamment à des dysfonctionnements ponctuels sur le traitement de retours, afin de privilégier la satisfaction client, et d'un impact de la stratégie de 'drop-shipping' qui alourdit les coûts dans sa phase de montée en puissance. "La contribution négative de l'écoulement de reliquats de stocks (hors internet) masque l'évolution positive de la marge brute des activités Internet, coeur de business, liée à la plus grande sélectivité des achats", relativise le management de Showroomprivé.

* Sanofi (-0,9% à 75,2 euros) : La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé Dupixent (dupilumab) en association avec d'autres médicaments dans le traitement de la polypose nasosinusienne (PNS) non contrôlée de l'adulte. La PNS peut être une maladie invalidante obligeant de nombreux patients à opter pour une corticothérapie systémique ou une chirurgie des sinus, qui ne permettent pas bien souvent de contrôler leurs symptômes. De plus, elle est souvent associée à un asthme sévère. Par ailleurs, la FDA a accepté d'examiner la demande de licence de produit biologique (BLA, Biologics License Application) relative à MenQuadfiTM, le candidat-vaccin polysaccharidique conjugué à l'anatoxine tétanique.

* Groupe ADP perd 1,8% à 151,9 euros. HSBC est passé de 'conserver' à 'alléger'.

* Vivendi aligne une troisième séance de repli ce jeudi, en baisse marquée de 3,6% à 23,6 euros. Le spin-off d'Universal Music Group (UMG) continue à faire parler et il faudra vraisemblablement patienter plus longtemps que prévu pour voir le groupe de média céder une partie du capital de sa pépite musicale. En cause, l'incendie d'Universal Studios à Los Angeles en 2008. Selon le 'New York Times Magazine', qui a révélé l'information mi-juin, plus de 100.000 enregistrements originaux, soit environ 500.000 chansons, ont été engloutis par les flammes le 1er juin 2008. "Le jour où la musique a brûlé", n'a pas hésité à titrer le NYT.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com