Cotation du 03/12/2021 à 18h05 CAC 40 -0,44% 6 765,52
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : Schneider rassure, Worldline déçoit

Mi-séance Paris : Schneider rassure, Worldline déçoit
Mi-séance Paris : Schneider rassure, Worldline déçoit
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La Bourse de Paris reperd un peu de terrain ce mercredi avec un CAC40 en baisse de 0,4% autour de 6.740 points en fin de matinée. Une tendance qui cache toujours d'importantes variations de cours parmi les sociétés ayant publié leur trimestriels. Et elles sont très nombreuses.

Aux Etats-Unis hier soir, le S&P 500 et le Dow Jones ont enchaîné une deuxième séance de records en clôture, dans une ambiance toujours optimiste, même si l'élan s'est un peu essoufflé en toute fin de séance... Les résultats des grandes entreprises ont été globalement bien accueillis : UPS et General Electric ont notamment brillé, contrairement à Facebook, dont le titre a relâché 4%.

VALEURS EN HAUSSE

* Schneider Electric s'offre la tête du CAC40 après son point trimestriel, à la faveur d'un gain de 2,2% à 146 euros. Le leader mondial des solutions numériques d'énergie et des automatisations pour l'efficacité énergétique et la durabilité a confirmé ses objectifs pour 2021 en dépit des tensions sur la chaîne logistique, à la faveur d'un chiffre d'affaires record au troisième trimestre. Sur la période écoulée, les revenus ont atteint 7,2 milliards d'euros, en hausse de 11,8% en données publiées et de 8,8% en données organiques, contre un consensus de 7,2%. "Nous continuous d'évoluer dans un contexte mondial d'approvisionnement de plus en plus tendu, marqué par des pénuries et une augmentation des coûts des intrants et du transport, auxquels nous faisons toujours face avec nos clients et fournisseurs. Dans cette conjoncture, nous confirmons nos objectifs pour l'exercice 2021", a déclaré Jean-Pascal Tricoire, PDG de la société. Pour l'ensemble de 2021, Schneider Electric avait expliqué en juillet viser une croissance organique du chiffre d'affaires comprise entre 11% et 13% et une marge d'Ebita ajusté comprise entre 16,9% et 17,2%.

* Seb s'envole de 12% à 137,5 euros, les investisseurs saluant le relèvement de la guidance de revenus annuels du groupe de petit électroménager. Le titre n'avait plus connu une telle flambée depuis le printemps 2015. Le management anticipe désormais une croissance des ventes publiées autour de 14% pour 2021, contre au-dessus de 10% auparavant, après avoir enregistré des performances record sur les neuf premiers mois de l'année, avec un chiffre d'affaires de 5,57 milliards d'euros, en hausse de 18,2%. A fin septembre, le Résultat Opérationnel d'Activité ressort à 528 ME, en progression de 63%. La marge opérationnelle s'établit ainsi à 9,5% à fin septembre et à 10,6% sur le troisième trimestre. L'objectif de marge opérationnelle d'activité pour l'année, proche de 10%, a été réitéré avec des surcoûts (matières, composants, fret et devises) désormais estimés autour de 300 ME sur le ROA (contre "supérieurs à 250 ME" fin juillet).

* Scor fait partie des belles satisfactions du jour à Paris. Le réassureur bondit de 10,7% à 27,5 euros, les investisseurs saluant les résultats meilleurs qu'attendu au troisième trimestre ainsi que l'annonce d'un programme de rachat d'actions à hauteur de 200 millions d'euros. Le groupe a essuyé une perte nette de 41 millions d'euros sur les trois mois clos fin septembre, contre un bénéfice net de 109 ME un an plus tôt, pour des primes brutes émises, de 4,61 milliards d'euros, en progression de 12,7%. Le ratio de solvabilité estimé est de 225% à fin septembre, dépassant la plage de solvabilité optimale de 185%-220% définie dans le plan stratégique "Quantum Leap".

* Cinquième séance de hausse pour Sodexo qui grimpe de 5% à 81,8 euros après son point annuel. Le groupe de restauration collective a réalisé sur son exercice décalé une marge opérationnelle de 3,3%, en amélioration de 60 points de base à changes constants, grâce notamment à un contrôle strict des coûts, pour un chiffre d'affaires en baisse de 9,8% (-5,6% en interne), à 17,428 milliards d'euros. Le résultat net ajusté a progressé de 13,1% à 346 ME. Pour l'exercice 2021-2022, qui a débuté le 1er septembre, Sodexo vise une croissance interne du chiffre d'affaires comprise entre 15% et 18% et une marge d'exploitation proche de 5% à changes constants.

* Nexity (+3,4% à 40,2 euros) Le chiffre d'affaires publié sur les 9 premiers mois de l'année de Nexity s'établit à 3.288 ME et à 3.077 ME sur le nouveau périmètre, soit une hausse de +26% par rapport à fin septembre 2020.

* M6 grimpe de 3% ce mercredi à 18,50 euros, alors qu'au 3ème trimestre, le groupe de médias a enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 308 ME, en croissance de 3,1% par rapport au 3ème trimestre 2020, tirée par les recettes publicitaires qui progressent de +5,9%, portées par le dynamisme des investissements des annonceurs en télévision dans un contexte de reprise soutenue de la consommation des ménages cet été. Retraités des effets périmètre, les revenus non-publicitaires sont ressortis en augmentation de 16,9% tirés par l'activité de distribution cinéma. Le résultat opérationnel courant (EBITA) consolidé atteint 58,4 ME, en progression de +8,2% par rapport au 3ème trimestre 2020, le groupe ayant renforcé ses investissements dans les programmes, notamment en fiction française, grâce aux économies générées au 1er semestre. Parmi les derniers avis des analystes, la SG est repassée à l''achat' sur le dossier avec un cours de 20,3 euros dans le viseur et Oddo BHF a ajusté la mire de 27 à 27,5 euros en restant à 'surperformer'.

VALEURS EN BAISSE

* Largement la plus forte baisse du CAC40, Worldline décroche de 9% sous les 60 euros au lendemain de la publication de revenus trimestriels assez décevants et alors que le spécialiste des paiements électroniques présente ce mercredises ambitions pour la période 2022-2024. Au troisième trimestre, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 960 ME, en croissance organique de 8,3%, soutenue par une croissance régulière des volumes de transactions domestiques. Pour intégrer le changement de périmètre avec la sortie prochaine des terminaux, Worldline a mis à jour ses objectifs 2021. Hors terminaux, il table sur une croissance organique d'au moins 6% (contre d'au moins 5% précédemment, TSS inclus), une amélioration de la marge d'OMDA d'au moins 200 pb vs la marge pro forma 2020 (contre environ 200 pb précédemment, TSS inclus), soit 25,1% et un ratio de conversion FCF/OMDA de 42% (stable vs 2020).

* Valneva, qui restait sur cinq séances dans le vert et plus de 35% de gains à la clef, retombe de 7,7% à 20,7 euros après avoir fait part de son intention de lever environ 100 millions d'euros sur le marché via l'émission de 5,5 millions d'actions. Le produit de l'opération doit notamment permettre de financer le développement de plusieurs candidat vaccins contre la maladie de Lyme (VLA15), le chikungunya (VLA1553) et la COVID-19 (VLA2001). Par ailleurs, la société a indiqué qu'elle ne publiera pas, comme prévu, ses résultats trimestriels le 18 novembre. "Compte tenu de la difficulté d'évaluer l'impact d'un certain nombre d'événements postérieurs à la clôture, à ce stade la Société communiquera, le 18 novembre 2021, seulement sa trésorerie au 30 septembre 2021 et son chiffre d'affaires pour les neufs mois clos le 30 septembre 20201. La clôture de l'exercice le 31 décembre 2021 permettra d'intégrer l'ensemble des éléments nécessaires".

* DBV Technologies (-17% à 7,17 euros) a annoncé que sa trésorerie et les équivalents de trésorerie au 30 septembre 2021 s'élevaient à 98,2 M$ (196,4 M$ au 31 décembre 2020 et 125,5 M$ au 30 juin 2021). Cette diminution de trésorerie est principalement attribuable aux flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles pour 89,5 M$ et à l'effet des taux de change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie pour 8,6 M$. Sur la base de ses hypothèses actuelles, DBV s'attend à ce que sa trésorerie et ses équivalents de trésorerie actuels financent ses activités jusqu'au cours du 3e trimestre 2022.

* Maisons du Monde reperd plus de 4%, de retour sur les 20 euros ce mercredi, alors que le groupe s'était envolé hier dans la foulée de l'annonce de ses ventes de 317 millions d'euros au troisième trimestre, soit en légère baisse de 1,3% (-3,1% à périmètre comparable) par rapport à un très bon T3 2020, qui avait été stimulé par le rebond de la consommation à la suite de la fin des confinements liés au Covid-19. Les ventes de Maisons du Monde ont baissé de 2,1 % à 302 millions d'euros (-4,1 % à périmètre comparable), tandis que les ventes de Modani de 13,9 ME ont augmenté de 18,6%.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !