Cotation du 24/09/2018 à 18h05 CAC 40 -0,33% 5 476,17
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : peu de mouvement avant Powell !

Mi-séance Paris : peu de mouvement avant Powell !
Mi-séance Paris : peu de mouvement avant Powell !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Peu de prises de risques dans les échanges parisiens ce midi avant le verdict de la Fed ce soir... La tendance est quasiment neutre (-0,05% à 5.248 points) alors que le patron de la banque centrale US, Jerome Powell, doit prononcer son discours dans quelques heures, tout en annonçant un tour de vis d'un quart de point sur les taux directeurs américains. C'est en tous les cas ce qui est anticipé par le marché qui va donc surtout être attentif au discours concernant l'état de l'économie américaine du nouvel homme fort de la politique monétaire US... Sur la cote parisienne, la fin du feuilleton Ubisoft/Vivendi, débouclé finalement dans l'intérêt des deux parties, profite surtout à l'éditeur de jeux vidéo, dont le titre est en vive progression.

WALL STREET

Les indices boursiers américains ont retrouvé des couleurs, mardi, au lendemain de leur correction provoquée par des révélations sur un usage frauduleux de données d'utilisateurs de Facebook. Le titre du réseau social a encore perdu 2,5% mardi, après -6,7% lundi, mais le reste de la cote a résisté. Les investisseurs ont aussi les yeux tournés vers les annonces de la Fed attendues mercredi à l'issue de sa réunion de politique monétaire. Le dollar et le pétrole ont nettement rebondi mardi, tandis que les taux se sont tendus. Parmi les "technos", l'éditeur de logiciels Oracle a fait naufrage (-9,4%) après des trimestriels jugés décevants. A la clôture, le Dow Jones a regagné mardi 0,47% à 24.727 points, (après -1,35% lundi) tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,15% à 2.716 pts (-1,42% lundi) , et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a progressé de 0,27% à 7.364 pts (-1,82% lundi).

ECO ET DEVISES

Aux Etats-Unis, on suivra la balance des comptes courants (13h30), les reventes de logements existants (15h00), le rapport hebdomadaire du Département à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques (15h30), la décision de la Fed sur ses taux et ses nouvelles prévisions économiques (19h00) puis pour finir le discours du patron de la banque centrale, Jerome Powell, à partir de 19h30...
La parité euro / dollar atteint 1,2280. Le baril de Brent se négocie 68$ et le WTI 63,85$.

VALEURS EN HAUSSE

* Guillemot : +11%. Le chiffre d'affaires annuel du Groupe Guillemot en 2017 s'est établi à 80,4 millions d'euros en croissance de 25%. Le résultat opérationnel courant ressort à 3,9 millions d'euros, contre 0,6 million d'euros l'exercice précédent. Le résultat opérationnel de 5,9 millions d'euros intègre une reprise de dépréciation sur la marque Thrustmaster de 3 millions d'euros et une dépréciation de 1 million d'euros sur la marque Hercules. Le résultat financier comprend un gain de réévaluation de 13,5 millions d'euros sur les 443.874 titres Ubisoft détenus et un gain net de change de 0,5 million d'euros sur l'année. Le résultat net consolidé s'établit à 17,5 millions d'euros contre 3,1 millions d'euros à période comparable. En 2017, le Groupe a investi 4 millions d'euros dans sa Recherche et Développement, représentant 5% du chiffre d'affaires consolidé. Les capitaux propres sont de 45,5 millions d'euros au 31 décembre 2017. L'endettement net s'établit à 1,2 million d'euros au 31 décembre 2017 (hors portefeuille de valeurs mobilières de placement) contre 9,1 millions d'euros au 31 décembre 2016.
Les actifs financiers courants constitués de titres Ubisoft Entertainment sont en hausse à 28,5 millions d'euros au 31 décembre 2017. Les stocks du Groupe baissent à 8,4 millions d'euros en 2017 contre 10,4 millions d'euros, liés à une hausse constante des livraisons directes d'Asie vers les principaux clients du Groupe. La trésorerie générée par les activités opérationnelles est de 9,7 millions d'euros en 2017.
La stratégie du Groupe est de s'appuyer sur des partenariats forts. Des licences reconnues mondialement, couplées aux technologies de pointe développées par ses équipes de Recherche et Développement, permettent la montée en gamme de ses produits et l'expansion internationale. Ces leviers lui permettent d'offrir aux consommateurs passionnés des produits aux fonctionnalités exclusives et un écosystème de matériels haut de gamme (technologie "Depth Feedback" dans le volant T-GT pour le jeu Gran Turismo Sport, brevets sur le système de refroidissement des moteurs Force Feedback des volants comme dans le TS-PC Racer et sur la technologie unique H.E.A.R.T., "Air Control" dans la platine Hercules DJControl Jogvision).
Le Groupe élargit son offre, développe sa présence mondiale et prévoit de générer une nouvelle croissance de son chiffre d'affaires et de son résultat opérationnel.

* Ubisoft : +3% : Vivendi (+0,80%) renonce à ses prétentions. L'actionnaire va céder ses 27,27%, pour 2 milliards d'euros, après une belle plus-value puisque les titres lui avaient coûté 794 ME. Ubisoft et son actionnaire de référence, la famille Guillemot, vont racheter une partie des titres. Les cessions ont lieu à 66 euros l'action, non loin des niveaux actuels (68,56 euros). L'éditeur a en parallèle signé un gros accord avec le chinois Tencent.

* Hermès : +3%. Le groupe a bouclé l'année 2017 sur un nouvel exercice record. La marge opérationnelle s'établit à 34,6%, en hausse de 2 points par rapport à celle de 2016, et supérieure au niveau record atteint au premier semestre (34,3%). Un dividende à 4,10 euros par action sera proposé, plus un coupon exceptionnel de 5 euros.

* Rallye : +3% avec Highco et Nexans

* Kering : +2% suivi de EDF, STM et Archos

VALEURS EN BAISSE

* Cegedim : -3% avec Boiron et Atari

* DBV Technologies : -2,5%. Le laboratoire lance une offre globale pour lever 150 M$ en Amérique du Nord et en Europe, en vue de finaliser Viaskin Peanut. Les actions en Europe ont été vendues à 34,71 euros pièce, avec une décote de 5%.

* Airbus : -1%. Le successeur de Tom Enders aux commandes sera désigné en fin d'année, a indiqué le conseil d'administration de l'industriel dans un communiqué diffusé hier soir. Il y précise également que le processus pourrait aboutir à la désignation d'un candidat en interne ou en externe et qu'aucune rumeur ne sera commentée d'ici la nomination, qui devra être entérinée par l'assemblée générale organisée en 2019 pour statuer sur les comptes 2018.

* Air France KLM : -1% avant la grève demain suivi de TF1, Saint-Gobain et Eramet

* Lagardère : stable. Le groupe veut rendre chaque métier de la branche Active autonome en matière de fonctionnement, de façon à "retrouver de la flexibilité stratégique". Hormis Europe 1, Le JDD et Paris Match, les autres activités pourraient être vendues...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com