Cotation du 21/06/2021 à 11h38 CAC 40 +0,24% 6 585,10
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : pas loin des 6.400 points

Mi-séance Paris : pas loin des 6.400 points
Mi-séance Paris : pas loin des 6.400 points
Crédit photo © Crédit Agricole

LA TENDANCE

(Boursier.com) — Tiré vers le haut par le secteur bancaire, le CAC40 était bien parti ce lundi matin pour rejoindre les 6.400 points mais s'est arrêté à 6.395,6 points, soit un nouveau point haut annuel mais aussi plus haut depuis novembre 2000, mois au cours duquel l'indice avait atteint 6.459,50 points. A ce stade de la séance, l'indice parisien s'avère toutefois incapable de rejoindre ce niveau symbolique des 6.400 points, cédant désormais 0,25% autour de 6.370 points.

Le marché renoue avec le "bad news is good news" puisque le rapport sur l'emploi américain publié vendredi, bien plus faible que prévu, a paradoxalement rassuré les investisseurs sur le maintien prolongé de la politique monétaire accommodante de la Réserve fédérale. Il s'agit en tout cas, pour eux, d'un élément susceptible de repousser le calendrier du 'tapering' de la Fed.

VALEURS EN HAUSSE

* Société générale (+2,7% à 25,6 euros) a présenté ce lundi une feuille de route visant à améliorer la rentabilité et réduire les coûts de ses activités de banque de financement et d'investissement (BFI) à moyen terme. La banque de grande clientèle et de solutions investisseurs, hors métiers de gestion d'actifs et banque privée, cible une base de coût comprise entre 5,5 et 5,7 milliards d'euros en 2023, lit-on dans un communiqué. Sur la base de cette feuille de route, le groupe vise une rentabilité sur capital normatif (RONE) de ses activités de banque de grande clientèle et de solutions investisseurs supérieure à 10% d'ici à 2023, selon le communiqué.

* Klépierre, qui n'avait que peu réagi à la publication des comptes trimestriels vendredi, s'adjuge 4% à 23,1 euros ce début de semaine, sur un sommet d'un an. Oddo BHF a revalorisé le dossier de 23 à 25 euros tout en confirmant son avis 'surperformer'. Le broker estime que Klépierre est le bon véhicule pour jouer la reprise de l'activité des centres commerciaux du fait de la qualité de ses actifs et de sa rigueur financière.

* Mersen gagne 3% à 29,75 euros. L'actualité autour du groupe spécialisé dans la fabrication de matériaux avancés et de spécialités électriques est marquée par une note d'Exane BNP Paribas qui a rehaussé à 'surperformer' son opinion sur la valeur en visant 36 euros.

* Crédit Agricole reprend 2,5% à 13,2 euros. Les analystes s'ajustent après la publication des comptes trimestriels meilleurs que prévu de la banque verte. Le Credit Suisse ('neutre') rehausse ainsi son objectif de 12,5 à 13 euros alors que la SocGen ('achat') remonte le sien de 14 à 14,5 euros. La Deutsch Bank ('achat') relève pour sa part sa cible de 14 à 14,8 euros. Le véhicule coté du groupe Crédit Agricole a publié vendredi de solides résultats, portés entre autres par le dynamisme des activités de marchés et le reflux du coût du risque.

VALEURS EN BAISSE

* Airbus (-0,2% à 97,2 euros) a livré moins d'appareils en avril qu'en mars. Selon les données mensuelles de l'avionneur européen, le groupe a expédié 48 avions le mois passé, dont 2 A330neo et 6 A350 contre 72 appareils livrés en mars. Sur les quatre premiers mois de l'année, le nombre de livraisons atteint 170 unités réparties entre 55 clients. Airbus s'est pour le moment fixé un objectif de livraisons identique à celui de 2020, soit 566 appareils. Airbus a remporté 48 nouvelles commandes le mois dernier, portant le nombre de commandes brutes depuis le premier janvier à 87 unités. Compte tenu de l'annulation de 122 commandes, le carnet net ressort à -35 unités.

* bioMérieux recule de près de 1% à 96 euros, alors que le groupe a annoncé le marquage CE de VIDAS SARS-COV-2 IgG II, nouvelle génération de test sérologique IgG, permettant la détection semiquantitative des anticorps présents chez les individus ayant été exposés au SARSCoV-2, responsable de la COVID-19. En 2021, au-delà de l'importance de détecter le virus de la COVID-19, l'émergence des variants et l'accélération de la vaccination ont fait émerger de nouveaux besoins en matière de santé publique. L'obtention d'informations sérologiques quantitatives grâce à la mesure du taux d'anticorps peut notamment fournir des informations essentielles pour aider à évaluer la réponse immunitaire d'un patient après une infection naturelle ou une vaccination.

* Akwel reste en retrait de 3,4% à 30,15 euros. L'équipementier automobile anticipe une progression de son activité sur l'année en cours, tout en restant en retrait par rapport à l'exercice 2019, avec une rentabilité et une génération de trésorerie qui n'atteindront pas les niveaux records enregistrés en 2020.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !