Cotation du 14/01/2022 à 18h05 CAC 40 -0,81% 7 143,00
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : nouvelles secousses provoquées par les inquiétudes sanitaires

Mi-séance Paris : nouvelles secousses provoquées par les inquiétudes sanitaires
Mi-séance Paris : nouvelles secousses provoquées par les inquiétudes sanitaires
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — La bourse de Paris repart à la baisse avec un CAC40 en repli de 1,2% juste sous les 6.700 points en fin de matinée. La baisse était encore plus sévère en début de séance avec un plus bas à 6.655 points. Le maigre rebond d'hier (+0,54%) ne s'est donc pas confirmé alors que le patron du laboratoire américain Moderna, le français Stéphane Bancel, s'est exprimé dans le 'FT' en alertant sur le fait que selon lui, les vaccins existants contre le COVID-19 ne seraient probablement pas aussi efficaces contre le variant Omicron que contre les précédentes souches du coronavirus, ravivant logiquement les inquiétudes des marchés financiers sur l'évolution de la pandémie et son impact sur l'économie.

Au niveau économique, l'inflation accélère davantage que prévu dans la zone euro. Selon l'estimation préliminaire d'Eurostat, le taux d'inflation annuel de la région est estimé à 4,9% en novembre, contre 4,1% en octobre, et un consensus logé à +4,5%. Un niveau inédit sur le Vieux continent. En séquentiel, les prix augmenteraient de 0,5%. L'inflation annuelle 'core' est de son côté estimée à 2,6% contre 2% le mois précédent et +2,3% attendus par les économistes. Il s'agit là aussi d'un niveau sans précédent et nettement supérieur aux objectifs de la BCE, dont la prochaine réunion (le 16 décembre) sera d'autant plus suivie que ses membres ont toujours indiqué que ce pic d'inflation était temporaire.

VALEURS EN HAUSSE

* OSE Immunotherapeutics (+7% à 10,9 euros) a annoncé l'analyse positive des premières données de CoVepiT, son candidat vaccin prophylactique contre la COVID-19, en particulier des résultats immunologiques intérimaires positifs sur la réponse des cellules T obtenus dans 100% de la population traitée, avec en parallèle une résolution des indurations locales observées lors de la vaccination. La réponse immunologique T mesurée sur les 8 volontaires sains ayant reçu CoVepiT montre l'efficacité attendue à six semaines après l'injection, le critère principal de l'essai, avec une bonne immunogénicité des cellules T contre les épitopes viraux. Des réponses Interféron-gamma élevées mesurées par Elispot sont observées chez 100 % des participants, dès le 22ème jour et à la 6ème semaine. Ces résultats immunologiques sont significativement meilleurs que ceux obtenus chez des patients convalescents et confirment l'intérêt et le mécanisme d'action du vaccin sur la réponse T.

* Schneider Electric parvient à résister à la nouvelle baisse des marchés ce mardi avec un titre qui grimpe de 1,2% à 153 euros. En amont d'une Journée Investisseurs virtuelle, le management a présenté ses objectifs pour la période 2022-2024. Il vise une croissance organique annuelle du chiffre d'affaires comprise entre +5% et +8% en moyenne, une amélioration organique annuelle de +30 bps à +70 bps de la marge d'EBITA ajusté, et un cash-flow libre d'environ 4 milliards d'euros d'ici 2024. Sur l'exercice 2021, Schneider Electric vise une croissance organique du chiffre d'affaires comprise entre 11% et 13% et une marge d'Ebita ajusté comprise entre 16,9% et 17,2%. À plus long terme, la direction table sur une croissance organique de plus de 5% en moyenne sur l'ensemble du cycle économique avec la possibilité d'accroitre davantage la marge d'EBITA ajusté ainsi que le cash-flow libre au-delà de 2024.

* En tête du CAC40 (+1,4% à 114,6 euros), Eurofins bénéficie de son positionnement à la pointe des solutions de diagnostic concernant le COVID-19. Le groupe propose déjà un ensemble de tests PCR pour détecter spécifiquement les dernières mutations dans le génome du SRAS-CoV-2 (variant B.1.1.529) en environ une heure.

VALEURS EN BAISSE

* Air France KLM abandonne 4% à 3,63 euros. Outre les nouvelles mesures concernant les limitations de voyages, la compagnie fait les frais d'une note de HSBC qui a dégradé le titre à 'réduire' tout en abaissant son objectif de 4 à 3,1 euros.

* Airbus et Safran reperdent 2 à 3%.

* L'automobile recule fortement : Stellantis et Renault perdent 3,5%.

* Bigben Interactive et sa filiale Nacon reculent de 10%. Outre un premier semestre en retrait, sans surprise, l'éditeur de jeux vidéo Nacon a lancé un avertissement sur ses résultats 2021-2022 en raison du décalage de 4 jeux sur le prochain exercice. En conséquence, la guidance 2022-2023 a elle été rehaussée. Mais les investisseurs semblent se focaliser sur l'abaissement des objectifs pour l'exercice en cours. Il en est de même pour Bigben qui table désormais sur un chiffre d'affaires compris entre 270 et 300 ME et un ROC autour de 24 ME sur l'année fiscale en cours (contre 300 à 320 ME précédemment). Sur le prochain exercice, les revenus sont désormais attendus entre 400 et 450 ME avec un taux de ROC supérieur à 14% (contre des recettes entre 360 et 390 ME et une MOC supérieure à 13% visées auparavant). Le groupe étudie par ailleurs le projet d'une distribution exceptionnelle en nature sous forme d'actions Nacon qui pourrait intervenir au cours du 1er trimestre 2022.

* Pernod Ricard cède 1,4% à 203,8 euros. JP Morgan a relevé son objectif de cours à 250 euros, contre 225 euros précédemment.

©2021-2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !