Cotation du 17/10/2018 à 10h33 CAC 40 +0,21% 5 184,01
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : les projets de privatisation animent le palmarès

Mi-séance Paris : les projets de privatisation animent le palmarès
Mi-séance Paris : les projets de privatisation animent le palmarès
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le marché parisien tente de refaire son retard de la veille avec un léger rebond de 0,2% en milieu de journée à 5.465 points. Les investisseurs sont en position d'attente à quelques heures de la décision de politique monétaire de la Fed. S'il ne fait quasiment plus aucun doute que la Réserve fédérale relèvera d'un quart de point ses taux, les opérateurs guetteront toute éventuelle inflexion du pilotage des anticipations ("forward guidance"), pour tenter de déterminer si la banque centrale procèdera à une ou deux autres hausses de taux d'ici la fin de l'année. En Europe, il faudra patienter jusqu'à demain après-midi pour connaître la décision de la BCE et une éventuelle date pour la fin du QE. Sur le front des valeurs, Groupe ADP se distingue alors que le chantier de la privatisation est confirmé après les dernières annonces du gouvernement. L'Etat va également privatiser la Française des Jeux et vendre des actions supplémentaires du groupe Engie. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire promet une tranche réservée aux particuliers dans ces opérations...

VALEURS EN HAUSSE

* Groupe ADP gagne 4,4% à 193,6 euros, alignant ainsi une troisième journée de nette progression. Le chantier de la privatisation entrepris par l'Etat a franchi une nouvelle étape mardi puisque les mesures permettant la cession de participations de l'Etat dans ADP, Engie et la Française seront inclues dans le projet de loi "Pacte", qui doit être présenté au prochain conseil des ministres, le 18 juin prochain, a annoncé le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. L'Etat n'a pas précisé quelle part des trois entreprises il compte vendre, mais il devrait conserver une part minoritaire, ainsi qu'un droit de regard sur la stratégie des trois groupes. Ces spéculations sur une éventuelle sortie de l'Etat du capital du gestionnaire des aéroports parisiens soutiennent le titre depuis de nombreux mois déjà.

* Idsud, qui détient depuis longue date une participation minoritaire dans la Française des Jeux, bénéficie de cet effet d'annonce et gagne plus de 7% à 71,5 euros.

* Ingenico (+6% à 77 euros) peut remercier Adyen. Vous ne connaissez sans doute pas le nom de cette société néerlandaise qui évolue dans le secteur des solutions de paiements. Pourtant, le groupe qui traite les paiements pour des groupes comme Airbnb, Uber, Spotify et Netflix, vient de s'introduire en bourse d'Amsterdam. Ses dirigeants ne doivent pas regretter ce choix puisque la valeur, déjà introduite en haut de fourchette, s'envole de plus de 80% à 542 euros. L'action a même franchi la barre des 500 euros un peu plus tôt en matinée, portant la valorisation d'Adyen à plus de 13 milliards d'euros!

* ESI Group gagne 4,7% à 42 euros après avoir annoncé un accord stratégique de coopération avec Chinasoft International. Selon les termes du partenariat commercial et industriel conclu, ESI Group et Chinasoft travailleront ensemble à transformer les industries manufacturières chinoises, dans le cadre des ambitions exprimées dans le plan "Made in China 2025". L'accord de coopération stratégique signé comprend plusieurs projets complémentaires.

* Renault (+1,5% à 84,15 euros). L'alliance Renault -Nissan-Mitsubishi a annoncé des synergies annuelles de 5,7 milliards d'euros, en hausse de 14% par rapport au chiffre de 2016, et a confirmé son objectif de synergies annuelles de 10 MdsE d'ici à la fin de 2022.

VALEURS EN BAISSE

* CGG, TechnipFMC et Vallourec reculent d'un peu moins de 1%. Le secteur parapétrolier évolue dans le rouge au lendemain d'un léger avertissement du numéro un mondial Schlumberger. Le groupe américain a indiqué lors de la conférence Wells Fargo West Coast Energy que ses bénéfices du second trimestre pourraient s'avérer moins bons qu'anticipé en raison de retards de démarrage sur des équipements inactifs durant la crise pétrolière mondiale de 2014-2016. La société basée à Houston et à Paris, qui génère la plupart de ses ventes à l'extérieur des Etats-Unis, a précisé qu'elle connaissait notamment des retards de démarrage au Moyen-Orient et en Russie tout en ajoutant que les ventes sont en croissance en Asie, en Europe, en Afrique et en Amérique latine.

* Engie cède 0,3% à 13,65 euros. Une loi est nécessaire pour autoriser l'Etat-actionnaire à descendre en dessous de 50% du capital d'ADP (il en détient 50,6% actuellement). Concernant Engie (dont l'Etat possède encore 24,1% du capital et environ un tiers des droits de vote), l'Etat ne peut actuellement descendre sous la barre du tiers des droits de vote. Une loi est aussi nécessaire pour permettre à l'Etat de passer sous les 50% dans la FDJ, dont l'Etat détient actuellement 72%. L'Etat n'a pas précisé quelle part des trois entreprises il compte vendre, mais il devrait conserver une part minoritaire, ainsi qu'un droit de regard sur la stratégie des trois groupes.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com