Cotation du 22/02/2019 à 18h05 CAC 40 +0,38% 5 215,85
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : les bancaires font plier le CAC40 sous les 4.800 points

Mi-séance Paris : les bancaires font plier le CAC40 sous les 4.800 points
Mi-séance Paris : les bancaires font plier le CAC40 sous les 4.800 points
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 limite ses pertes en fin de matinée (-0,4% à 4.790 points) après avoir débuté la séance en recul de 0,75% à 4.775 points. Le Brexit fait partie des préoccupations des investisseurs. Theresa May, qui a sauvé sa tête hier, avec le rejet de la motion de censure, doit désormais trouver un compromis capable de réunir une majorité de parlementaires pour faire adopter un nouveau projet avec Bruxelles et éviter un Brexit sans accord. Le temps presse d'ici le 29 mars. Elle a en tout cas jusqu'à lundi pour proposer un "plan B" aux parlementaires. Sur le front des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, ça se tend aussi, avec toujours le groupe de télécoms chinois Huawei cristallisant l'attention... On a ainsi appris que des parlementaires américains ont présenté mercredi un texte visant à interdire la vente de composants électroniques de fabrication américaine à Huawei et aux autres groupes de télécommunications chinois qui ne respectent pas les lois et sanctions américaines. Ce projet doit être soumis au président Donald Trump pour promulgation. En outre, le 'Wall Street Journal' rapporte que des procureurs fédéraux enquêtent sur Huawei, accusé de vol de secrets commerciaux à des entreprises américaines... Dans ce contexte de marché toujours pesant, l'annonce de la Société Générale concernant une baisse de 20% de ses revenus dans ses activités de marchés au quatrième trimestre, n'aide pas la tendance.

VALEURS EN HAUSSE

* Peu de hausses significatives sur le CAC40. TechnipFMC gagne 0,8% à 20,2 euros pendant que le pétrole se stabilise autour de 61 dollars pour le Brent.

* Argan gagne 6% à 47 euros. En 2018, la foncière spécialisée dans les entrepôts premium a dégagé un résultat net, après prise en compte du coût de l'endettement financier, des impôts et autres charges financières, de 144,5 ME, en augmentation de +58% par rapport à 2017 (91,7 ME). Quant à la création de valeur, elle est visible dans la progression de l'ANR triple net EPRA hors droits, qui s'établit à 653 ME au 31 décembre 2018, contre 518 ME au 31 décembre 2017. Cet indicateur progresse ainsi de + 25% à 39,9 euros par action contre 32 euros par action au 31 décembre 2017.

* Sodexo gagne 0,4% à 94 euros. Berenberg est passé de "vendre" à "conserver" sur Sodexo, revalorisé à 90 euros.

VALEURS EN BAISSE

* Société Générale perd 4% à 29 euros. La banque au logo rouge et noir a indiqué avant séance s'attendre à une baisse de l'ordre de 20% de ses revenus dans ses activités de marché au quatrième trimestre en raison de la forte volatilité sur les marchés financiers. Le recul de l'activité dans sur l'ensemble de l'exercice 2018 atteindrait 10% environ dans ce pôle. L'établissement précise en outre dans son communiqué que les cessions annoncées en fin d'année dernière se traduiront par une charge exceptionnelle de 240 millions d'euros dans ses comptes du quatrième trimestre. Par ailleurs, le Conseil d'administration de Société Générale a l'intention de proposer, au titre de 2018, un dividende stable par rapport à 2017 (2,20 euros par action) et annonce sa décision d'offrir aux actionnaires la possibilité d'opter pour un paiement du dividende en actions. Une décision qui confirme la volonté de la banque de préserver ses fonds propres.

* Cet avertissement pèse aussi sur BNP Paribas (-2,4% à 42 euros). D'autant que Barclays a repris la couverture de BNP Paribas à "sous-pondérer" en visant 48 euros.

* Alstom (-0,8% à 35,4 euros) a enregistré 3,4 milliards d'euros de commandes au troisième trimestre, contre 1,7 milliard d'euros sur la même période de l'exercice fiscal précédent. Le chiffre d'affaires du Groupe s'est élevé à 2 milliards d'euros, en hausse de 10% (10% à périmètre et taux de change constants) comparé au 1,8 milliard d'euros du troisième trimestre 2017-2018.

* Ipsen (-2% à 117,8 euros) : Les résultats de la première étude chez l'homme d'une neurotoxine recombinante seront présentés lors de la conférence internationale TOXINS 2019 qui se tiendra à Copenhague (Danemark). La neurotoxine botulique recombinante de sérotype E (rBoNT-E) d'Ipsen a été étudiée dans le cadre d'une étude de phase I qui a caractérisé son profil de sécurité et de tolérance chez des volontaires sains. L'étude a également démontré qu'elle agissait plus rapidement et moins longtemps que les neurotoxines botuliques de type A existantes, et que son pic d'action était atteint plus rapidement.

* Renault (-0,8% à 56,4 euros) : L'Etat français, principal actionnaire du constructeur automobile français, a demandé que le conseil d'administration du groupe soit convoqué "dans les prochains jours" afin de "désigner une nouvelle gouvernance pérenne pour Renault", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances sur LCI. Le gouvernement avait jusqu'ici soutenu la décision du groupe de maintenir Carlos Ghosn dans ses fonctions.

* Airbus (-0,8% à 91,8 euros) vient de franchir une nouvelle étape dans le développement de ses sites de production aux Etats-Unis avec le lancement officiel de la construction de sa chaîne d'assemblage A220 à Mobile, Alabama, lors d'une cérémonie d'inauguration des travaux. Cette chaîne d'assemblage permettra de répondre à la demande élevée et croissante des États-Unis pour les appareils de la famille A220, la nouvelle gamme de produits proposée par Airbus dans la famille des avions civils.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com