Cotation du 19/10/2018 à 18h05 CAC 40 -0,63% 5 084,66
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 tergiverse, les publications animent le palmarès

Mi-séance Paris : le CAC40 tergiverse, les publications animent le palmarès
Mi-séance Paris : le CAC40 tergiverse, les publications animent le palmarès
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Comme la plupart des indices européens, le CAC40 évolue sans grande direction ce mardi à la mi-journée, pénalisé d'un côté par les déboires des valeurs technologiques américaines et soutenu de l'autre par la détente des rendements obligataires après les annonces de la Banque du Japon (BoJ). A midi, le baromètre parisien est ainsi quasiment stable à 5.492 points (+0,01%), non loin du seuil pivot des 5.500 points. Sauf coup de théâtre, il devrait ainsi finir le mois de juillet sur une hausse substantielle, proche des +4%. Dans l'attente le verdict de la Fed sur ses taux en milieu de semaine, le marché parisien continue d'être animé par la salve de publications semestrielles, dont la saison bat son plein. Vivendi et EDF font la course en tête ce matin parmi les grandes capitalisations de la cote, après des publications appréciées. Pour Vivendi, il est aussi question d'évolution de périmètre et de stratégie et c'est apprécié! Le titre Rexel bondit lui aussi, tandis que des dossiers plus modestes ont largement convaincu : Manitou, Mersen, SMCP. Globalement, les publications d'hier soir et ce matin sont de belle facture et saluées comme il se doit. Des déceptions pointent toutefois, comme Maisons du Monde qui a révisé à la baisse ses objectifs.
Malgré ces belles progressions, le marché demeure prudent, alors que Wall Street et le Nasdaq ont été secoués hier. L'indice CAC40 est toujours sous les 5.500 points (+0,03% à 5.492 points) à l'approche de 9h30. Les grandes valeurs de la "tech" américaine sont désormais sous surveillance, et surtout victimes de défiance, avec pour Facebook ou Twitter des chutes de plus de 20% par rapport à leur récent plus haut. Un mouvement brutal qui affecte par voie de conséquence, l'ensemble de la cote. La publication d'Apple ce soir sera une sorte de juge de paix de la séquence... En cas de déception, la baisse pourrait se poursuivre dangereusement et affecter plus lourdement le marché parisien. Aujourd'hui débute la réunion de la Fed américaine qui débouchera demain sur une décision sur les taux. Peu à attendre de ce rendez-vous qui devrait confirmer le scénario partagé par la Fed lors de son dernier point, à savoir celui de 4 hausses de taux en 2018.

ECO ET DEVISES

L'agenda macroéconomique est assez chargé ce mardi avec une batterie de statistiques attendues cet après-midi outre-Atlantique, en marge du début de la réunion FOMC (Fed). On citera pêle-mêle les Revenus et dépenses des ménages (14h30), l'Indice du coût de l'emploi (14h30), le S&P Case-Shiller des prix américains de l'immobilier (15h00), l'Indice PMI de Chicago. (15h45), l'Indice de confiance des consommateurs du Conference Board (16h00) et enfin celui de la confiance des investisseurs selon State Street (16h00).

Au Japon, La BoJ a décidé mardi de maintenir son objectif de taux "très bas" inchangé tout en annonçant des mesures pour rendre son programme d'assouplissement quantitatif (QE) plus souple.

L'Euro atteint 1,1721$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 74,78$. L'once d'or se traite 1.219$.

VALEURS EN HAUSSE

EDF (+2,8% à 12,76 euros) : publie un EBITDA de 8,2 MdsE, en hausse de 18,9% en organique sur le premier semestre. Le Résultat net courant est de 1,7 MdE, en progression de +27%. Le Résultat net part du Groupe s'inscrit à 1,7 MdsE, en recul de 13,9%. L'Endettement financier net est de 31,3 MdsE (-1,7 MdsE). EDF relève son objectif d'EBITDA, attendu entre 14,8 et 15,3 MdsE.

Vivendi (+5,2% à 22,52 euros) : dévoile des comptes robustes et des annonces stratégiques importantes avec des négociations exclusives pour le rachat d'Editis et l'arrêt du projet d'introduction en bourse pour UMG, la filiale musicale. Côté résultats, alors que chiffre d'affaires augmente de 4% en organique par rapport au premier semestre 2017, e résultat opérationnel courant (ROC) s'élève à 602 ME, contre 401 ME au premier semestre 2017, en hausse de 50,2%. A taux de change et périmètre constants, le résultat opérationnel courant augmente de 112 ME, soit +27,8% grâce à la progression d'UMG et à la croissance des performances de Groupe Canal+.. Le résultat net ajusté est un bénéfice de 393 ME contre 320 ME au premier semestre 2017, en hausse de 22,8%.

Mersen (+3,60% à 36,10 euros) anticipe désormais pour l'année 2018 une croissance organique du chiffre d'affaires comprise entre 7% et 9% contre une prévision entre 3% et 6 % communiquée précédemment. La marge opérationnelle courante du Groupe devrait se situer entre 10,1% et 10,4% contre une prévision entre 9,6% et 10,1% communiquée précédemment...

Manitou (+4,80% à 31,55 euros) a confirmé la perspective de chiffre d'affaires de l'exercice qui devrait être supérieure à 15% par rapport à 2017. La perspective d'évolution du résultat opérationnel courant est également confirmée, avec une progression du taux de l'ordre de 80 points de base par rapport à 2017.

SMCP (+3,7% à 24,35 euros) a décidé de relever son objectif de croissance du chiffre d'affaires d'une fourchette comprise entre +11 % et + 13 % à taux de change constant, à plus de +13 % à taux de change constant. SMCP confirme, par ailleurs, son objectif de marge d'EBITDA ajusté à environ 17 %.

Rexel (+8,5% à 13,33 euros) : Le Résultat net ressort à 100,8 ME au S1 2018, en hausse de 4,2%. Résultat net récurrent s'inscrit en progression de 13% à 157,7 ME au S1 2018. Le bénéfice d`exploitation du S1 2018 s'est établi à 217,9 ME, contre 232,5 ME au S1 2017. L'impôt sur le revenu a représenté une charge de 66,9 ME au S1 2018 (contre 72,8 ME au S1 2017), en baisse de 8,1%, reflétant une baisse du taux d`impôt (39,9% vs 43% au S1 2017) suite à l'adoption de la réforme fiscale américaine. Le résultat net récurrent s`est élevé à 157,7 ME au S1 2018, en hausse de 13% par rapport à l`année précédente.

Ipsos (+2,8% à 28,52 euros). Le titre profite de l'accord trouvé avec GfK SE en vue de racheter quatre divisions globales de solutions d'études personnalisées de son confrère allemand, pour une valeur d'entreprise de 105 millions d'euros.

IntegraGen (+18,7% à 2,16 euros). Les investisseurs applaudissent le contrat pluriannuel de 18 ME remporté pour exploiter la plateforme de séquençage à haut débit du Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) SeqOIA.

VALEURS EN BAISSE

Maisons du Monde (-4,7% à 26,74 euros) : L'EBITDA s'est élevé à 48 ME au premier semestre 2018, en hausse de 11,1% par rapport au premier semestre 2017, soit une marge d'EBITDA stable de 9,5%. Cette performance a résulté d'une solide croissance des ventes sur la période, d'un levier opérationnel positif et d'une gestion efficace des coûts, ayant permis à Maisons du Monde d'augmenter ses dépenses publicitaires et de poursuivre ses investissements dans des initiatives de croissance. Le résultat net a atteint 8,1 ME au premier semestre 2018, par rapport à 6,2 ME au premier semestre 2017, soit une progression de près de 30%. À périmètre constant, la croissance des ventes est désormais attendue autour de 8% sur le millésime en cours, reflétant cette dégradation du contexte et un décalage d'ouvertures de magasins - 19 ouvertures nettes prévues en 2018, 6 ouvertures de magasins ayant été décalées au T1 2019. En incluant Modani, la croissance des ventes est prévue supérieure à 10% avec 22 ouvertures nettes de magasins. La marge d'EBITDA est escomptée supérieure à 13% des ventes, inchangée tant à périmètre constant qu'en incluant Modani.

Groupe ADP (-2% à 190,50 euros) : le résultat net part du Groupe (RNPG) pointe à 205 millions d'euros, en hausse de 43 millions d'euros. Les objectifs 2016-2020 du Groupe ADP tels qu'annoncés le 13 octobre 2015 restent inchangés et s'entendent indépendamment de l'effet de l'intégration globale de TAV Airports.

Legrand (-3,1% à 62,12 euros) : Le résultat opérationnel ajusté est en hausse de +14,4% sur les six premiers mois de l'année, à 625,1 ME, traduisant une amélioration de +0,5 point de la marge opérationnelle ajustée. Le résultat net part du Groupe ainsi que le cash-flow libre normalisé progressent quant à eux respectivement de +23,3% et de +25,3%. Le résultat net part du Groupe s'élève à 390 ME, en hausse de +23,3% par rapport au premier semestre 2017.

Imerys (-2,7% à 66,05 euros). Les prises de bénéfices l'emportent sur le champion des minéraux de spécialité après la publication des comptes intermédiaires à mi-année. Le résultat opérationnel courant s'est établi à 283,8 ME au 1er semestre 2018, en hausse de 7,7% par rapport au 1er semestre 2017. Hors effet des variations des devises (-21 ME), la progression ressort à +17%. Le Groupe affiche ainsi une marge opérationnelle de bonne tenue à 12,3% au 1er semestre 2018, compte tenu de l'impact défavorable des taux de change de -0,3 point. A périmètre et change comparables, la marge opérationnelle consolidée est stable, en dépit de l'inflation des coûts variables. Parmi les brokers, HSBC est resté à "conserver" sur le dossier Imerys avec un objectif réduit malgré tout de 83 à 76 euros.

Parmi les valeurs technologiques, Atos et Capgemini reculent respectivement de 3,3 et 1,9%, tandis que Nokia cède 1,3% à 4,67 euros.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com