Cotation du 24/06/2021 à 10h55 CAC 40 +0,86% 6 607,38
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 tenté d'aller encore plus haut

Mi-séance Paris : le CAC40 tenté d'aller encore plus haut
Mi-séance Paris : le CAC40 tenté d'aller encore plus haut
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — Le CAC40 a touché ce matin un nouveau plus haut depuis plus de 20 ans à 6.377 points avant de refluer. L'indice parisien cède désormais 0,15% autour de 6.330 points. La tendance reste guidée par l'accueil des nombreuses publications trimestrielles mais les fortes hausses observées ce matin sont beaucoup plus modérées à la mi-journée, notamment pour la Société Générale.

Wall Street évolue sans tendance claire en pré-séance après avoir déjà fini en ordre dispersé mercredi soir. Si le Dow Jones a signé un nouveau record, le Nasdaq a effacé ses gains initiaux avant de terminer dans le rouge pour la troisième séance consécutive. La rotation vers les titres dits 'value' au détriment des valeurs technologiques et de croissance se poursuit, les valorisations de ces dernières étant souvent considérées comme tendues, d'autant plus que les perspectives de hausse des taux augmentent.

Les indicateurs de conjoncture dévoilés hier ont encore confirmé la vigueur de la première économie mondiale, alimentant les craintes d'un dérapage de l'inflation dans les prochains mois et donc d'un resserrement de la politique monétaire. Cet après-midi, l'étude Challenger concernant les destructions de postes annoncées (13h30) ainsi que les inscriptions hebdomadaires au chômage (14h30) seront particulièrement surveillées à la veille du rapport mensuel sur l'emploi. Selon le consensus, 978.000 créations d'emplois non agricoles sont attendues, contre 916.000 en mars. Certains économistes tablent même sur un million de créations de postes le mois dernier.

VALEURS EN HAUSSE

* Portée par ses activités de marché, la Société Générale (+3% à 24,4 euros) enregistre un net rebond de ses résultats au premier trimestre. Sur la période, la banque rouge et noire a réalisé un bénéfice net part du groupe de 814 millions d'euros contre une perte de 326 ME un an plus tôt, pour un produit net bancaire en hausse de 20,8% à 6,245 milliards d'euros. Le coût net du risque a baissé de 66,3% sur le trimestre. Jefferies note que la banque a nettement dépassé les attentes des analystes. La forte progression des bénéfices au 1er trimestre et les nouvelles prévisions de provisions se traduiront par une hausse significative du consensus, selon le courtier ('achat').

* Legrand (+2,4% à 84,6 euros) a rehaussé ses objectifs annuels après un solide premier trimestre, qui a bénéficié de la demande des marchés résidentiels et des centres de données. Sur les trois premiers mois de l'exercice, le groupe industriel a dégagé un résultat opérationnel ajusté de 361,1 millions d'euros, en hausse de 27,8%, pour un chiffre d'affaires en amélioration de 10,5% à 1,67 MdE (+13,1% en organique). Le bénéfice net part du Groupe est en hausse de 36,4% à 228 ME. Des résultats supérieurs aux attentes des analystes. La marge opérationnelle (avant acquisitions) s'élève à 21,9% et le cash-flow libre normalisé représentant 16,5% des ventes, en croissance de 19,9% et en progression de 1,3 point par rapport au premier trimestre 2020. Legrand relève ses objectifs 2021 et vise désormais une croissance organique annuelle de son chiffre d'affaires comprise entre +4% et +7% (1 à 6% précédemment) ; un effet périmètre d'au moins +3% ; une marge opérationnelle ajustée avant acquisitions (à périmètre 2020) comprise entre 19,6% et 20,4% (contre 19,2 à 20,2% auparavant).

* En tête du SBF120, SES s'envole de 10% à 6,7 euros, les investisseurs appréciant la confirmation des objectifs annuels de l'opérateur satellites. Le groupe vise toujours un Ebitda ajusté allant de 1,06 à 1,10 milliard d'euros pour des revenus compris entre 1,76 et 1,82 MdE. Au premier trimestre, la société a dégagé un bénéfice net de 69 millions d'euros (+35%) pour un chiffre d'affaires de 436 ME (-9%). L'Ebitda ajusté s'est établi à 268 ME (-6,9%). Des comptes supérieurs aux attentes des analystes. Le groupe a par ailleurs annoncé le lancement d'un plan de rachat d'actions de 100 ME.

* Thales (+1,5% à 86,2 euros) a renoué avec la croissance : l'équipementier pour l'aérospatiale, la défense et la sécurité a indiqué que son chiffre d'affaires trimestriel avait augmenté de 1,9% à périmètre constant, à 3,917 milliards d'euros. Une activité portée par la demande pour les radars militaires et la cybersécurité qui a compensé la baisse de l'activité aéronautique civile fortement touchée par la pandémie.

* Le constructeur de maisons individuelles Hexaom grimpe de 1,4% à 43,20 euros après avoir publié un chiffre d'affaires de 230,6 ME pour le premier trimestre 2021, en hausse de 17,8% par rapport à la même période de l'exercice précédent. Hexaom confirme au passage son objectif d'atteindre un chiffre d'affaires annuel 2021 proche d'un milliard d'euros.

VALEURS EN BAISSE

* Les restrictions de voyages continuent d'avoir un impact sur l'activité du groupe Air France KLM (-2% à 4,47 euros). Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe a continué à subir cet impact négatif, comme le reste de l'industrie, avec un chiffre d'affaires de 2,2 milliards d'euros, en baisse de 57% par rapport à l'année dernière. La perte d'EBITDA est de -0,6 milliard d'euros, atténuée grâce à un contrôle strict des coûts et aux régimes nationaux d'activité partielle. Le résultat d'exploitation ressort à -1,2 milliard d'euros, en baisse de 0,4 milliard d'euros par rapport à l'année dernière. Un résultat net est de -1,5 milliard d'euros après prise en compte des charges d'intérêt. Dans ce contexte, le groupe s'attend à ce que la capacité en sièges-kilomètres disponibles soit d'environ 50% pour Air France-KLM au deuxième trimestre 2021 par rapport à 2019 pour l'activité Réseaux passage. Au cours de la seconde moitié du deuxième trimestre, le groupe augmentera progressivement sa capacité en phase avec le déploiement de la vaccination en Europe.

* Stellantis recule de 1% à 14,74 euros. Invest Securities a ajusté son objectif de 15 à 16 euros ('neutre').

* Total cède 0,4% à 38,9 euros. Bernstein a relevé son objectif de 43 à 46 euros mais Jefferies a réduit le sien de 45 à 44 euros ('achat').

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !