Cotation du 19/09/2018 à 15h46 CAC 40 +0,46% 5 388,39
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 tente d'aligner une cinquième séance de progression

Mi-séance Paris : le CAC40 tente d'aligner une cinquième séance de progression
Mi-séance Paris : le CAC40 tente d'aligner une cinquième séance de progression
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Après un début de séance en légère baisse, le CAC40 repasse dans le vert et va tenter d'aligner une cinquième séance de progression. Avec +0,2% en fin de matinée autour de 5.340 points, la bourse de Paris vient de récupérer près de 2% depuis vendredi dernier. Alors que les investisseurs continuent à surveiller de près les discussions commerciales entre les Etats-Unis et leurs grands partenaires, ils seront attentifs aux décisions de politique monétaire de 3 grandes Banques centrales, à savoir la Banque centrale européenne, la Banque d'Angleterre et de la banque centrale turque. La BoE, dont la décision est attendue à 13h00, devrait laisser inchangée sa politique monétaire après la hausse des taux réalisée le mois dernier. Même statu quo prévu du côté de la BCE (13H45) qui devrait néanmoins ajuster à la baisse ses prévisions de croissance et peut-être fournir quelques indications sur la mise en oeuvre et le calendrier de l'arrêt programmé de ses rachats d'actifs d'ici la fin de l'année. La Banque centrale turque est de son côté attendue au tournant après avoir promis la semaine dernière d'agir face à l'inflation galopante dans le pays.

VALEURS EN HAUSSE

* Korian (+3,4% à 31,2 euros) prévoit désormais une croissance de son chiffre d'affaires proche de 6% (contre plus de 5,5% précédemment) et un taux de marge opérationnelle stable (contre un taux en "retrait limité") compte tenu de la bonne discipline en matière de coûts au S1 et des bénéfices attendus de la politique immobilière "asset smart".

* Natixis gagne 3,7% à 6 euros. Le groupe mutualiste BPCE envisage le rachat d'un certain nombre d'activités de sa filiale pour un total de 2,7 milliards d'euros, une transaction qui lui permettrait de renforcer son modèle de banque universelle tout en donnant à sa filiale le loisir de se concentrer sur la gestion d'actifs.

* Michelin (+3,5% à 102,5 euros) profite d'une conférence destinée aux investisseurs pour réitérer ses objectifs annuels. Après revue des principaux éléments exogènes que sont les marchés, le cours des matières premières et les parités de change, le groupe clermontois confirme viser en 2018 une croissance des volumes en ligne avec l'évolution mondiale des marchés, un résultat opérationnel sur activités courantes supérieur à celui de 2017, hors effet de change, et une génération d'un cash-flow libre structurel supérieur à 1,1 milliard d'euros.

* Prodways progresse de près de 4% à 4,41 euros. Le groupe a annoncé une collaboration entre sa filiale INITIAL et L'Oréal pour accélérer le développement de pièces thermoplastiques grâce à l'impression 3D.

* STMicroelectronics rebondit de 2% à 15,6 euros. Morningstar est passé ce matin de "conserver" à "acheter" sur le fabricant franco-italien de composants de semi-conducteurs, tout en laissant sa cible inchangée à 19 euros.

VALEURS EN BAISSE

* Plus forte baisse du CAC40, Publicis perd 3% à 50 euros après un abaissement de l'objectif de cours de Credit Suisse.

* TechnipFMC reperd 2,3% à 25,6 euros alors que le baril de pétrole recule un peu, de retour sous les 70 euros pour le WTI.

* Rubis plonge de 8% à 46,5 euros, lourdement sanctionné après une publication semestrielle décevante. Le groupe a vu son bénéfice net reculer de 7% sur la période, à 129 ME, pour un chiffre d'affaires en hausse de 32% à 2,403 MdsE. La société a notamment été pénalisée par les sanctions américaines à l'égard de l'Iran, annoncées en mai, qui ont contraint le groupe à se désengager du pays et à dénouer des partenariats régionaux liés (Inde). A l'exception de la Turquie, l'activité opérationnelle devrait poursuivre sa progression sur le second semestre, a néanmoins indiqué le management, qui continue à étudier des projets de développements, tant organiques que par acquisitions.

* Synergie (-5% à 33 euros). Les investisseurs se montrent déçus par la publication semestrielle du groupe d'intérim. Les résultats dévoilés sont inférieurs aux prévisions du consensus : le ROC baisse de 2,5% à 57,7 ME, soit une marge de seulement 4,7% en retrait de 70 points, là où les analystes attendaient une progression du ROC. Pour expliquer ce tassement de la rentabilité, le groupe évoque l'effet l'impact de diverses mesures législatives ou réglementaires, en particulier en France, avec la baisse du taux de CICE 7% à 6%, qui efface l'effet favorable des volumes.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com