Cotation du 26/06/2019 à 10h59 CAC 40 -0,06% 5 511,45
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 se ressaisit avec les espoirs monétaires

Mi-séance Paris : le CAC40 se ressaisit avec les espoirs monétaires
Mi-séance Paris : le CAC40 se ressaisit avec les espoirs monétaires
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'indice phare parisien, le CAC40, qui avait débuté la journée dans le rouge, repasse désormais en territoire positif, aidé notamment par les espoirs monétaires dans un contexte de guerre commerciale. Le CAC prend actuellement 0,22% à 5.253 pts, alors que la cote américaine pourrait bien tenter de remonter ce mardi après une séance assez difficile hier lundi marquée par des chutes des titres des GAFA affectant tout particulièrement les segments technologiques du Nasdaq...

Sur le marché des changes ce jour, l'euro se traite à 1,125$ environ (+0,1%), alors que l'indice dollar s'affiche à 97,2. Du côté des matières premières, le baril de brut WTI se tasse encore de 1,4% à 52,5$, tandis que le Brent de la mer du Nord baisse de 1,6% à 60,3$.

Les opérateurs procèdent aujourd'hui à quelques achats jugés à bon compte, surmontant les craintes commerciales et les inquiétudes relatives au risque d'un ralentissement économique global plus prononcé. Alors que le ton semble se durcir entre les Etats-Unis et la Chine, Trump vient de rouvrir un autre front sur le plan commercial en s'attaquant au Mexique, accusé d'un certain laxisme concernant l'immigration illégale et à son tour menacé de lourdes taxes douanières. Rappelons que Trump a annoncé en fin de semaine dernière l'application dès le 10 juin de tarifs douaniers de 5% sur tous les produits importés du Mexique, alors même que les deux partenaires étaient pourtant sur le point de boucler le nouvel accord USMCA. Les taxes douanières seraient progressivement rehaussées, et resteraient en vigueur tant que les flux de clandestins passant par le Mexique ne seraient pas arrêtés...

La situation s'enlise par ailleurs entre Washington et Pékin, à l'approche du sommet du G20 d'Osaka au Japon programmé en fin de mois, qui devait être l'occasion d'une rencontre fructueuse entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping. Le rendez-vous au sommet reste envisageable, mais les chances qu'il se conclut par un accord commercial majeur et historique sont désormais ténues. L'administration Trump a regretté hier que la Chine l'ait accusée d'être responsable de l'impasse. Le bureau du représentant américain au Commerce et le Trésor US ont affirmé au contraire que les négociateurs chinois avaient fait 'machine arrière' sur des éléments importants d'un projet d'accord...

Le côté positif de la chose est que ce conflit commercial durable entre les deux superpuissances accroît la probabilité d'une baisse des taux ou de mesures de soutien des banques centrales. La baisse des taux de la Fed pourrait ainsi "se justifier bientôt", a affirmé James Bullard, président de la Réserve fédérale de St. Louis. Le président de la Fed Jerome Powell intervient quant à lui ce jour à l'occasion d'une conférence à Chicago (13h55).

Sur le front économique aux États-Unis ce mardi, les commandes industrielles du mois d'avril 2019 seront publiées à 16h (consensus -0,8% en comparaison du mois antérieur).

Dans la Zone euro cette fois, l'inflation marque le pas mais le marché du travail reste pour le moment bien orienté. Le taux de chômage, corrigé des variations saisonnières, s'est en effet établi à 7,6% en avril dans la région, en baisse par rapport aux 7,7% du mois précédent et au taux de 8,4% d'avril 2018. Il s'agit d'ailleurs du taux le plus faible enregistré dans la zone euro depuis août 2008. Le consensus tablait sur une stabilité, à 7,7%. Eurostat estime qu'en avril 2019, 15,802 millions d'hommes et de femmes étaient au chômage dans l'UE28, dont 12,529 millions dans la zone euro. Par rapport à mars 2019, le nombre de chômeurs a diminué de 108.000 dans l'UE28 et de 64.000 dans la zone euro.

Selon les données préliminaires d'Eurostat, les prix à la consommation ont augmenté de 1,2% en mai après une hausse de 1,7% le mois précédent. Le consensus tablait sur un taux d'inflation annuel de 1,3%. S'agissant des principales composantes de l'inflation, l'énergie devrait connaître le taux annuel le plus élevé en mai (3,8%, comparé à 5,3% en avril), suivie de l'alimentation, alcool et tabac (1,6%, comparé à 1,5% en avril), des services (1,1%, comparé à 1,9% en avril) et des biens industriels hors énergie (0,3%, comparé à 0,2% en avril), souligne Eurostat. L'inflation ICPH ressort elle à 0,8%, contre 1,3% en avril, et 1% attendu par le marché.

Valeurs en hausse

CGG (+7,7%) grimpe. Le rebond est à relier avec le partenariat stratégique signé avec Shearwater GeoServices Holding dans l'acquisition sismique marine et la technologie des streamers, lequel inclut la vente à ce dernier de5 navires de haut de gamme, actuellement possédés conjointement par CGG Marine Resources Norge AS et Eidesvik Offshore ASA ainsi que l'accès sécurisé de CGG à une capacité de navires pour ses futurs projets multi-clients. La finalisation de la transaction est prévue fin 2019.

Renault (+2,9%) est entouré, alors que le conseil d'administration du constructeur automobile se réunit ce jour pour discuter de l'offre de fusion que lui a soumise Fiat Chrysler. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a indiqué un soutien conditionnel du gouvernement français pour ce projet.

Atari (+13%) bondit, prenant la tête des plus fortes hausses sur le SRD, ce qui contraste avec la chute d'Ubisoft. Le sursaut d'Atari s'explique essentiellement par des facteurs techniques.

Eurazeo (+0,2%). Le Français Webhelp, opérateur de centres d'appel, susciterait l'intérêt de BlackRock et d'Eurazeo selon le Financial Times.

Imerys (+3,4%) progresse, alors que le dossier fait pourtant partie des valeurs sortantes du Stoxx 600, indice boursier européen. La sortie effective interviendra le 24 juin.

CNP Assurances (+1%) consolide sa présence à Chypre en annonçant la signature d'un accord pour l'acquisition de la participation de 49,9% de Bank of Cyprus dans CNP Cyprus Insurance Holdings, filiale à 50,1 % de CNP Assurances depuis fin 2008. Le prix d'acquisition s'élève à 97,5 ME et sera financé par CNP sur ses ressources propres. Cette filiale est numéro deux de l'assurance à Chypre.

Valeurs en baisse

Ubisoft (-5%) corrige ce jour. Le flux vendeur est à relier à la vente massive de titres de la famille Guillemot au cours des derniers jours. Selon des déclarations transmises à l'AMF, la famille, premier actionnaire de l'éditeur de jeux-vidéo avec 18,39% du capital il y a encore quelques jours, a cédé pas moins de 200.000 titres entre le 28 et le 31 mai. Des actions vendues entre 71,0968 et 72,6925 euros pièce pour un montant total de plus de 14,37 millions d'euros.

Exel Industries (-0,4%) consolide après les annonces. Le résultat net semestriel d'Exel Industrie est tombé à 1,2 ME, contre 4,1 ME au premier semestre 2018. Le résultat Opérationnel Courant ressort à 5 ME, contre 10,9 ME un an plus tôt. Sur la période, le chiffre d'affaires a progressé de 343 ME à 348,9 ME. Les résultats du premier semestre de cet exercice sont affectés par des marges dégradées dans les activités agricoles et les coûts de restructuration de l'activité Arracheuses de Betteraves.

Pernod Ricard (-0,3%) a précisé, à l'occasion d'une présentation aux investisseurs de sa stratégie asiatique, son intention d'accélérer et de diversifier sa croissance dans cette région. Le groupe veut par exemple doubler à 2% sa part de marché en Chine sur les spiritueux importés d'ici 2025.

Worldline (-0,3%) fléchit. Goldman Sachs a pourtant rehaussé sa recommandation de 'neutre' à 'achat' et ajusté son objectif de cours à 65 euros (contre 52 euros auparavant) sur le dossier.

Dans le sillage de la chute des 'technologiques' américaines hier à Wall Street, quelques valeurs souffrent aujourd'hui à Paris. C'est le cas notamment d'Altran (-5%) ou de Dassault Systèmes (-2,4%). Pourtant, Dassault Systèmes et le Chinois SuperMap Software ont signé un protocole d'entente pour s'engager conjointement dans des projets de villes intelligentes et de grandes infrastructures de transport, en combinant leurs expertises respectives et en créant de nouvelles directives pour l'échange d'informations dans ces domaines.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com